Techno et cie

Archive de la catégorie ‘Essais’

Mercredi 15 octobre 2014 | Mise en ligne à 11h00 | Commenter Commentaires (3)

Runtastic Orbit: un bracelet connecté peu fiable

Runtastic_03

Photo Le Soleil, Érick Labbé.

Lorsque j’ai sorti le bracelet Runtastic Orbit de sa boite, j’ai été étonné par la petitesse de l’appareil et la discrétion de l’ensemble. Je trouvais le tout très joli.

J’ai téléchargé les applications Runtastic Me sur mon iPad et sur mon téléphone Android pendant que l’appareil était sur la charge. C’est ce qui m’a permis de régler quelques détails comme l’heure du réveil le matin. Cette option fonctionne très bien, sans réveiller personne d’autre comme le fait le radio-réveil.

Cependant, c’est la fonction la plus fiable de cet appareil, car pour les autres j’ai commencé à avoir des doutes après la première journée d’utilisation.

Photo Le Soleil Érick Labbé

Photo Le Soleil Érick Labbé

Jusqu’à ce que mon podomètre rende l’âme, je dépassais rarement 6000 pas dans une journée normale de travail. Avec le bracelet Runtastic Orbit, j’avais atteint la moitié de l’objectif quotidien de 8000 pas. J’étais étonné. Serait-ce que j’ai marché plus que d’habitude? Possible, mais j’avais des doutes.

Quelques jours plus tard, j’ai constaté que j’avais atteint et même dépassé l’objectif de 8000 pas. J’ai donc choisi de ne pas utiliser le bracelet-montre pendant la journée, mais de le porter uniquement en soirée au moment où je me rendrais à un spectacle au Théâtre du Petit-Champlain. J’ai compté les pas du stationnement jusqu’au théâtre: moins de 800 pas, mais le bracelet donnait presque 2000. Oups.

Mais le pire ne s’était pas produit encore. Pendant, le spectacle, j’ai applaudi l’artiste à maintes reprises. J’ai dû marcher une centaine de pas pendant l’entracte, et continué d’applaudir jusqu’au troisième rappel. Le bracelet s’est mis à vibrer tout en affichant l’image de la coupe lorsque j’ai appuyé pour savoir ce qui se passait. J’avais atteint 8000 pas en étant pratiquement bien assis dans mon siège. Étrange. Vraiment étrange.

Je ne sais pas si c’est un défaut du capteur, une imprécision dans le système de l’appareil, mais cela a mis en doute tout le reste concernant les minutes des activités quotidiennes et le nombres de calories brûlés.

Dans La Presse+ du 12 octobre, les collègues Jasmin Lavoie et Jean-François Codère soulevaient les mêmes doutes dans leur vidéo d’analyse dans la section Techno.

Dans la documentation, on dit que le bracelet fonctionnera pendant sept jours avant la recharge. Ce n’était pas tout à fait faux la première semaine, j’ai dû brancher le bracelet au milieu du sixième jour. Puis ce fut une période d’un peu plus de sept jours la fois suivante.

Icône de l'application Runtastic Me

Icône de l'application Runtastic Me

Cependant, il n’y a pas d’indicateur du niveau de charge de la pile dans les fonctions à l’écran (un peu plus d’un centimètre sur un centimètre). On peut le savoir uniquement en consultant l’application sur le téléphone avec lequel les enregistrements des activités sont synchronisés.

Les applications de Runtastic sont intéressantes pour diverses activités. Par contre, je ne peux pas dire que les données recueillies étaient fiables. Serait-il possible que les deux bracelets, celui envoyé au Soleil et celui à La Presse, étaient défectueux? Je ne peux le dire, mais la seule fonction dont j’ai pu éprouver la fiabilité, c’est celle de la vibration pour l’heure du réveil.

Le bracelet se vend 120$. Le boitier vient avec un bracelet bleu, un noir et un clip pour la ceinture.

Site Web: www.runtastic.com/fr

Vidéo: youtu.be/7fIkHeza6vQ

Capture d'écran de l'application sur iPhone.

Captures d'écran de l'application sur iPhone.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Samedi 18 mai 2013 | Mise en ligne à 7h29 | Commenter Commentaires (2)

Essai de la liseuse Kobo Aura HD

0515_Aff_KoboAuraHDJ’ai pu lire quelques livres au cours des dernières semaines sur une liseuse Kobo Aura HD. J’ai pris le temps, dans un grand magasin, d’en regarder quelques-unes. Certaines, bien que légères, comportaient moins d’options, notamment un bouton pour modifier l’éclairage et le contraste du texte.

On peut trouver des produits intéressants sur le marché à moins de 100 $, mais il faut vérifier toutes les options, la capacité de la mémoire et la vitesse de réaction de l’écran.

Parmi les avantages de la liseuse, il y a la stabilité de l’image, ce qui n’est pas le cas sur toute les tablettes, tout dépend de la qualité de l’appareil. Le poids est aussi un facteur à considérer. Les tablettes à 10 pouces sont plus lourdes. Cependant, elles ont un écran en couleurs et offrent plusieurs autres possibilités que la liseuse ne peut offrir.

L’avantage indéniable touche la lecture dans pratiquement toutes les conditions: de jour, de soir, dehors en plein soleil ou dans un endroit ombragé. La qualité de l’image pour la lecture est toujours bonne, ce qui n’est pas évident avec une tablette.

L’autre point majeur est la faible consommation d’énergie de la liseuse. J’ai pu lire tous les soirs et parfois pendant le jour sans recharger la liseuse. Par contre avec une tablette, il faut recharger l’appareil tous les jours.

De même, la facilité de lecteur est plus grande sur la liseuse que sur une tablette. Mes yeux fatiguaient beaucoup moins rapidement.

La résolution est de avec une résolution de 1440 x 1080 alors que l’écran fait 17,3 cm ou 6,8 pouces pour un poids de 240 grammes.

Il est plus facile de chercher les livres en étant connecté à l’ordinateur et en utilisant l’application Koko Desktop édition. Il y a de nombreux titres gratuits et ceux que l’on achète sont à un prix nettement inférieur que les versions papiers.

Cependant, je n’ai pu accéder à aucun journal francophone par le service Newsstand bien qu’il y ait de nombreux titres anglophones que l’on peut télécharger pour un essai gratuit.

La liseuse Kobo Aura HD m’a étonnée pour sa facilité d’utilisation, mais pas tellement pour la navigation sur le Web en mode Wi-Fi. Pas que ce soit long, mais ça fait bizarre de naviguer sur les sites en noir et blanc lorsqu’on est habitué à la couleur.

L’appareil est vendu 170 $.

http://www.kobobooks.fr/

http://fr.kobo.com/koboaurahd

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Mercredi 20 mars 2013 | Mise en ligne à 9h38 | Commenter Commentaires (5)

J’adore SimCity, mais…

0000320_Aff_SimCity

J’ai toujours aimé SimCity du studio Maxis à cause de son côté ludique pour créer et gérer un ville.

La nouvelle version ne m’a pas déçu sur cet aspect avec les ajouts de gestion de zone où l’on peut créer plusieurs villes et faire des échanges de services. Toutefois, le modèle d’affaires et la mise en marché du SimCity renouvelé comportent des incongruités.

Il faut être en ligne sur le Web pour jouer même si presque toute l’activité est individuelle. Et ce n’est pas un jeu Web comme dans les pages Facebook. La connexion aux serveurs d’Electronic Arts (EA), lors des essais, a tout ralenti au point de faire figer l’application en perdant la progression de la dernière heure.

Et ce n’est pas le seul jeu d’EA qui plante à cause des serveurs. Sur NHL, j’ai dû abandonner les tournois depuis au moins trois ans. Dans Dead Space 3, je n’ai jamais eu de connexion stable, mais des gels à répétition. Ça ne dépend pas de ma connexion Internet à 50 mégabits, car les liens avec les serveurs d’autres studios fonctionnent.

Pourtant, j’adore ce jeu-là. Les décors que l’on peut créer sont d’une grande beauté. Les différents modes de vue sont impressionnants. Les modes de gestion de l’eau potable, de la production d’électricité comporte aussi le volet écologique du contrôle de la pollution et des déchets.

Il est intéressant de collaborer avec les villes voisines, lorsqu’on pense à en prendre le contrôle dès le départ, pour se spécialiser dans les services et les types d’industrie. La gestion de sa ville permet d’agrandir les postes de police, des incendies et les hôpitaux sans devoir gérer plusieurs établissements.

Et il y a les commentaires des habitants, des groupes de gens d’affaires ou des comités de citoyens qui ont des demandes.Il faut bien planifier les zones industrielles, commerciales et résidentielles, en prévoyant un bon choix pour les rues et les routes. Il est important d’utiliser le mode de vision des ressources souterraines pour donner à sa ville la bonne orientation de développement.

Si ce n’était de la connexion Internet obligatoire, je passerais plus de temps sur ce jeu.

Dans les données dévoilées lundi matin, EA souligne qu’il y a eu 15 millions d’heures de jeu depuis le lancement; 5,7 millions de villes ont été créées avec 780 millions d’édifices construits.

Le nombre de kilomètres de rues créés correspond 40 000 fois le tour de la terre. Pour régler les problèmes d’accès, EA dit avoir amélioré la capacité des serveurs de 400 %. Pour l’instant, il y a la version PC sur CD ou sur le site Origin (store.origin.com) pour télécharger et jouer pour 60 $. La version Mac sera disponible un peu plus tard ce printemps.

00Casino City - 1200 x 800

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

Blogues sur lapresse



publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité