Techno et cie

Archive de la catégorie ‘Général’

Davide Paré, Jade Bélanger et Jean Simon Otis de Chainsawsome Games - Photo Le Soleil Yan Doublet

Davide Paré, Jade Bélanger et Jean Simon Otis de Chainsawsome Games - Photo Le Soleil Yan Doublet

La jeune équipe du studio Chainsawsome Games (www.chainsawesomegames.com), a remporté les honneurs du programme Catapulte en fin de journée avec son jeu Knight Squad (http://www.knightsquadgame.com/), un jeu de combat entre chevaliers qui comporte différentes arènes comme celle de la conquête du Graal, la capture du drapeau, le combat des gladiateurs et quelques autres.

KnightSquad_Flamethrower-1024x574L’équipe du studio indépendant composée de Jade Bélanger, David Paré et Jean Simon Otis met la main sur une bourse de 50 000 $ et de l’accompagnement pour commercialiser leur premier jeu.

Ils étaient très fiers d’avoir séduit le jury d’experts du monde du jeu vidéo en franchissant une nouvelle étape dans leur progression dans cette industrie fort compétitive (http://tinyurl.com/l2now2z).

« Nous pourrons aller plus loin dans le développement de notre jeu et payer pour des services spécialisés sur certains éléments », soulignait Jean Simon Otis peu de temps après la remise du prix. « Nous pourrons participer à d’autres événements pour présenter notre jeu et le faire connaître, ce qui était très difficile avec nos petits moyens. Mais nous avons vécu toute une expérience avec le cahier de candidature demande un plan d’affaires, nos objectifs à moyen et long terme pour le studio, les échéances de production et les objectifs pour la mise en marché. »

Pour Jade Bélanger, il n’y a pas que l’argent, mais aussi tout le mentorat par des séniors des entreprises du jeu vidéo et l’accompagnement pour faire de leur studio une véritable entreprise.

IMG_20141022_182641

D’ailleurs, c’était l’objectif de Québec international avec cette première présentation du programme Catapulte dont l’objectif était d’aider les petits studios indépendants qui ont des projets innovateurs, mais peu de moyens, pour qu’ils puissent créer et mettre sur le marché un premier produit.

Le programme, dont l’idée originale a été soumise par Mathieu Tremblay, associé du studio Cortez Media, vivra au moins trois ans, car en plus des fonds injectés par Québec International, la Caisse populaire du Centre-Ville s’est engagée dans l’aventure en mettant 90 000 $, soit 30 000 $ par année, dans l’organisation pour offrir la bourse principale de 50 000 $ et la seconde de 10 000 $.

Cette deuxième bourse a été remportée par l’équipe du studio Berzerk composé d’Émilie Bourget, Michel Ducarme et Simon Lachance pour leur projet Just Shapes and Beats qui met en valeur la musique d’artistes indépendants dans un jeu d’adresse où il faut traverser les différents tableaux en évitant de nombreux obstacles. Si Fantasia de Disney traduit la musique en animation, Just Shapes and Beats traduit la musique en jeu vidéo, indique l’équipe de Berzerk (www.berzerk-land.com).

Pour les cinq autres studios, le jury composé, de Sylvain Morel, président de Beenox, David Châteauneuf, cofondateur de Red Barrels et de Martin Brouard, producteur exécutif chez Frima Studio, a eu de très bons mots. Ils ont été impressionnés par la qualité des dossiers de candidatures, par les présentations passionnées et la qualité des jeux. « Si vous n’avez pas gagné, ce n’est pas parce que vos projets n’étaient pas bons, mais il fallait choisir, affirmait Sylvain Morel avant le dévoilement des gagnants. Tous les projets présentés méritent de voir le jour. »

Les autres projets finalistes au programme Catapulte proviennent des studios :

Parabole (www.parabole.ca) avec le jeu Kona, un conte interactif épisodique se déroulant au nord du Québec en 1970 (http://tinyurl.com/lyaa6qg).

Bishop (www.bishopgames.com) : Light Fall est un jeu de plateforme immersif dans le monde mystérieux et dangereux de Numbra. Le joueur incarne la divinité de la nuit dans une quête pour sauver son peuple et redécouvrir son passé.

Iota studio (www.facebook.com/iotagame) : Microsillon est un jeu inspiré de l’univers du jukebox dans lequel le joueur incarne un disque lumineux qui doit parcourir un environnement hostile.

Genia (www.genia.com) : Which comes first? est un jeu de quiz nouveau genre qui place des événements connus dans une séquence ou le joueur doit éviter les anachronismes.

Zerobyte (www.zerobyte.co) : Dead Years est une touchante histoire de survie d’un personnage et son chien qui vous propulse dans un monde immersif et bouleversant.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 21 octobre 2014 | Mise en ligne à 12h08 | Commenter Aucun commentaire

Trois entreprises de cybercommerce honorées par eBay Canada

Man holding tablet computer in cafe

Trois propriétaires de petite entreprise au Canada ont vu leurs efforts reconnus pour avoir réussi à bâtir leur entreprise au moyen du cybercommerce lors du concours du 10e Prix de l’entrepreneur de l’année d’eBay Canada.

Darrel Renaud, Holly Parkes et Michel Robidoux sont respectivement récipiendaires des prix Entrepreneur de l’année, Entrepreneur de la décennie et Entrepreneur en herbe de l’année.

Pour Andrea Stairs, directrice générale d’eBay Canada, il est essentiel de reconnaître l’importance de l’esprit entrepreneurial. «En reconnaissant un entrepreneur de la décennie et un entrepreneur en herbe cette année, nous rendons hommage à tous les entrepreneurs aguerris qui ont su concrétiser le potentiel du commerce électronique, tout en récompensant les efforts des vendeurs débutants qui sont en mesure d’exploiter la puissance du commerce électronique pour concrétiser leurs rêves», exprime-t-elle

Plus de 230 vendeurs eBay ont participé au concours Entrepreneur de l’année cette année. Le récipiendaire du prix de l’Entrepreneur de l’année recevra un prix de 3 000 $ alors que les récipiendaires des prix Entrepreneur de la décennie et Entrepreneur en herbe de l’année recevront chacun un prix de 2 000 $.

Ebay souligne que l’entrepreneur de l’année Darrel Renaud, fondateur de Scouttech Outfitters, a su transformer sa passion du plein air en carrière fructueuse. Le succès obtenu par Scouttech Outfitters en ligne – incluant des ventes de près d’un million de dollars sur eBay – a permis à Darrel Renaud d’ouvrir un magasin avec pignon sur rue dans sa ville natale de Mississauga en Ontario, précise-t-on.

Quant à Holly Parkes, de Joanie’s House of Treasures, choisie Entrepreneur de la décennie, elle a su tirer parti du commerce électronique pour vendre des objets d’antiquité sur eBay depuis les 11 dernières années et assurer la pérennité de l’entreprise familiale en s’introduisant sur le marché très lucratif des antiquités chinoises. Ses ventes totalisaient près de deux millions de dollars en 2013

Le prix Entrepreneur en herbe de l’année a été lancé cette année afin de souligner la fougue et la passion des vendeurs qui commencent à vendre sur le site eBay. C’est le cas de Michel Robidoux, fondateur du Monde du Foyer, de Ste-Julie au Québec. Il a lancé sa propre entreprise de vente de foyers sur eBay en 2012.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






wfp4630_fca-cor-fn_690x460Pendant un peu plus d’une semaine, j’avais sur mon bureau l’imprimante multifonction Epson WorkForce Pro WF-4630 que m’avait prêtée Epson Canada.

J’ai beau est baigné dans la technologie, le journal aussi, l’impression de documents prend encore pas mal de place.

Que ce soit pour corriger les textes, c’est plus facile à lire sur papier en fin de journée; pour un programme d’événement, car on peut prendre des notes sur les conférences choisies et ajouter des commentaires sur les angles à couvrir lors de la réception d’un communiqué.

Si cela n’a rien à voir avec l’utilisation, d’une imprimante à la maison, ça peut ressembler étrangement à ce que pourrait faire un travailleur autonome chez lui ou des travailleurs dans une petite entreprise.

L’imprimante fonctionne sur un réseau sans fil ou en WiFi direct avec les ordinateurs. Pour les tablettes ou les téléphones, il faut parfois télécharger un utilitaire d’Epson pour faire la connexion, mais avec un iPad et un iPhone, la prise en charge s’est faite sans cela, l’imprimante a été reconnue sur le réseau.

On peut utiliser l’impression mobile à distance en passant par l’inscription aux fonctions d’Epson Connect qui inclut quelques logiciels.

Pour les impressions sur papier, la WorkForce Pro ne lésine pas sur le travail, aussitôt commandée, l’impression commence, en mode recto verso automatique.Capture d’écran 2014-10-20 à 16.41.50

Pour les photos, malgré que j’ai utilisé trois sortes de papier photo, celui fourni par Espon et deux autres d’un autre maque (glacé et mat), la qualité était correcte, mais les résultats étaient moins éclatant que celles que j’avais faites avec un modèle Epson pour la photo que l’on m’avait prêté il y a quelques mois.

La numérisation avec le logiciel inclus avec les pilotes fonctionne à merveille, comme la copie de document papier. Pour le fax, je n’ai pas fait d’essai, les lignes téléphoniques du bureau ne permettent pas ce type de communication.

À par l’impression d’images, l’imprimante d’allure compacte fonctionne très bien. C’est quand même un gros morceau sur le bureau. Les réglages sur l’écran tactile se font facilement.

L’appareil fonctionne sous Mac OS X 10.5.8 et suivant et sous Windows Vista, 7 et 8. Elle se vend 300$.

Pour les détails techniques: http://tinyurl.com/lm7odkf

Pour le choix d’une imprimante selon vos besoins, vous pouvez lire mon dossier complet dans La Presse + et Le Soleil paru le dimanche 12 octobre (http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/techno/201410/12/01-4808612-choisir-son-imprimante-a-jet-dencre-ou-laser.php).

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité



publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité