Techno et cie

Archive du 28 novembre 2012

Mercredi 28 novembre 2012 | Mise en ligne à 14h49 | Commenter Aucun commentaire

À la guerre sur deux époques avec Call of Duty Black Ops II

CallofDutyBlackOps2

Ce ne sont pas les combats qui manquent - Image Activision

J’ai été surpris et parfois décontenancé par le scénario du dernier Call of Duty Black Ops II, d’Activitions, qui se promène entre deux époques, les années 1970-1980 et 2025, dans différents pays comme le Vietnam, l’Afghanistan, l’Amérique Centrale et dans la ville de Los Angeles du futur avec une armée utilisant à profusion les drones et les opérations contrôlées à distance.

Les amateurs de tir à la première personne ne seront pas déçus, car les missions se suivent avec les combats à la tonne et les changements d’armes selon le contexte.

On ne sort pas de la lutte entre capitalistes et communistes, entre les tenants de l’ordre établi et les vendeurs de drogue puisque l’histoire tourne autour d’un certain trafiquant Raul Menendez à des époques où le père et le fils Mason, tous deux soldats d’une unité d’élite, ont à affronter le même personnage avec des technologies bien différentes.

Puisque Menendes a foutu le bordel dans Los Angeles avec le détournement des drones, il faut savoir d’où origine cette haine. C’est un ancien collègue Frank Woods qui raconte au jeune Mason les tribulations de Menendez pour ramèner le joueur en flashback dans le passé pendant la mission en 2025.

CallofDutyquadrotor

L'attaque des drones sur Los Angeles - Image Activision

Dans chaque mission du mode campagne en solo, et il y en a en masse, il faut suivre les instructions de la mission principale tout en pouvant s’aventurer dans des défis secondaires.

Mais, Call of Duty, ce sont des armes, des combats, un peu de tactique et d’autres combats encore pour faire exploser des tanks, des hélicoptères, même en selle sur un canasson. Sans oublier de se protéger ou d’utiliser la lunette de carabine du tireur d’élite pour faire sauter la tête de l’ennemi.

Avant chaque mission, on peut équiper le héros de certaines armes favorites bien que le système fasse un choix assez adéquat par défaut.

Le héros est bien dur à mettre KO malgré les balles, les grenades et les explosions. Dans la vraie vie, il lui faudrait être comme 100 chats ayant chacun 10 vies. Mais, c’est le plaisir de jouer en tirant à bout portant sur l’ennemi tant détesté avec tout ce qui peut l’éliminer.

La prise en main du jeu est facile, les contrôles sont clairs, même dans la zone de combat où le joueur devient une sorte de commandant à distance prenant le contrôle des unités physiques et des robots.

Des heures de jeu en mode solo, et des heures encore contre les zombies en mode survie sans oublier le mode multijoueur. Je me suis bien amusé.

Le test a été effectué sur une Xbox 360.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 28 novembre 2012 | Mise en ligne à 10h25 | Commenter Aucun commentaire

Une barre d’alimentation programmable

1128_Aff_PowerUSBSmartModel

Depuis quelques jours, j’utilise une barre d’alimentation électrique reliée à mon ordinateur pour contrôler l’alimentation des appareils qui y sont branchés. La barre PowerUSB Smart Model comporte quatre prises.

La première est toujours alimentée (maître), alors que les trois autres prises (esclaves) doivent être contrôlées avec un petit logiciel pour Mac ou Windows avec un câble USB relié à l’ordinateur. Sinon, une seule des quatre prises sera alimentée.

Ce lien constant avec l’ordinateur peut être un défaut comme une qualité. Une qualité parce que l’on peut choisir le moment du jour ou de la soirée pendant lequel une prise esclave laisse passer le courant.

On peut même ajouter un compte à rebours. Par la programmation simple pour les jours de semaine et la fin de semaine, la prise alimentera la console entre telle et telle heure. C’est parfait avec des enfants qui jouent trop longtemps sur la console au goût des parents. Après… Pouf! Plus de jus! Toutefois, il faut un lien constant entre l’ordinateur et la barre d’alimentation : si on défait le lien USB par mégarde ou si l’on arrête l’application, le courant ne passe plus et la programmation ne sert à rien.

Idéalement, le lien pourrait servir à programmer les trois prises esclaves et le système pourrait conserver sa programmation tant et aussi longtemps qu’on le désire sans le lien USB. Mais les essais n’ont pu démontrer cette capacité.1128_Aff_PowerUSB1

Cette barre d’alimentation est un pas dans la bonne direction de la gestion à petite échelle de la domotique à la résidence parce qu’elle permet d’éteindre les appareils comme la chaîne audio ou le téléviseur au lieu qu’ils se mettent en mode repos ou veille.

Dans la documentation, on donne des exemples d’utilisation pour les prises programmables qui ont déjà une intensité préprogrammée, comme la prise 1 pour le modem, la prise 2 pour le moniteur et la prise 3 pour l’imprimante. Et le logiciel permet de modifier certaines options. La barre d’alimentation est protégée des surcharges du réseau électrique résidentiel. Il y a quatre modèles qui se vendent entre 70 $ et 110 $ sur le site pwrusb.com.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 28 novembre 2012 | Mise en ligne à 10h24 | Commenter Aucun commentaire

Le français, c’est Frantastique

1128_Aff_Frantastique

Après avoir innové, en 2004, dans l’enseignement de l’anglais langue seconde par l’entremise de leçons par courriel, le groupe GymGlish va plus loin en lançant Frantastique.com, une solution «d’apprentissage du français 100 % financée par des cours d’anglais», pour l’apprentissage du français comme langue étrangère, raconte avec humour le relationniste du groupe français.

Dans la formation à distance pour professionnels adultes, il y a le GymGlish.com, pour la gymnastique de l’anglais, RichMorning.com, pour les débutants, en plus des sites vatefaireconjuguer.com et thewordofthemonth.com.

Comme dans les deux autres formations par courriel, l’abonné reçoit sa leçon, où il y a une histoire, des questions de compréhension, des exercices de grammaire et des questions de vocabulaire. Une fois l’exercice quotidien de
10 à 15 minutes complété dans une page Web, l’abonné recevra la correction dans les minutes suivantes dans son courriel.

J’utilise GymGlish depuis quelques années déjà, et j’adore les histoires amusantes qui permettent d’améliorer ma compréhension de l’anglais parlé et écrit dans un univers ludique. Frantastique devrait être dans la même veine. On peut faire un essai gratuit de sept jours sur le site.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

Blogues sur lapresse



publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité