Techno et cie

Archive, novembre 2012

Jeudi 29 novembre 2012 | Mise en ligne à 10h54 | Commenter Un commentaire

Des précisions sur la barre d’alimentation PowerUSB

1128_Aff_PowerUSBSmartModelAprès la publication de mon texte sur la barre d’alimentation programmable PowerUSB, le président de l’entreprise située au Texas, Shariq Hamid, m’a fait remarquer qu’il y avait vraisemblablement une erreur lorsque j’ai effectué mes essais. (voir l’article en cliquant ici)

Il avait raison. La barre d’alimentation programmable conserve sa programmation lorsque le fil USB est débranché. J’ai effectué une nouvelle série d’essais pour reproduire mon erreur qui, dans les faits, était assez basique.

Avant de débrancher le câble USB, je quittais l’application dans la barre de menu du Mac ou la zone de notification du PC, ce qui avait pour effet d’annuler la programmation.

À cause des nombreux tests que j’effectue dans un mois, il y a souvent trop de logiciels qui fonctionnent en arrière-plan avec un outil dans la zone de notification du PC ou la barre des menus du Mac.

Or, en déconnectant le fil USB de la barre d’alimentation avant de quitter le logiciel, tout fonctionne à merveille et la programmation des prises esclaves demeure active jusqu’à ce que l’on choisisse de la modifier.

Mes excuses à M. Hamid et aux lecteurs. Le produit fonctionne à la perfection, c’était une erreur de type Code 18, par le type à 18 pouces de l’écran.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 29 novembre 2012 | Mise en ligne à 10h26 | Commenter Aucun commentaire

Frima parmi les entreprises les plus admirées au pays

FrimaCanada10_FR[1]

Steve Couture, PDG de Frima — Photo fournie par Frima

Frima se taille une place parmi les entreprises les plus admirées au Canada. L’entreprise figure au prestigieux palmarès des 10 cultures d’entreprise les plus admirées au Canada 2012 (Canada’s 10 Most Admired Corporate Cultures 2012).

Elle a obtenu cette distinction après avoir démontré que sa culture organisationnelle contribue à l’amélioration de son rendement et de son avantage concurrentiel, indique-t-on dans le communiqué émis jeudi matin. Ce palmarès pancanadien est présenté depuis 2005 par la société Waterstone Human Capital.

« C’est une de nos plus belles réalisations, se réjouit Steve Couture, président-directeur général de Frima. Depuis la fondation de l’entreprise, nous travaillons à faire de Frima le meilleur endroit au monde où travailler. Cette distinction vient confirmer que nous innovons dans la gestion de notre entreprise et que nous avons le bien-être de nos employés à cœur. »

Parmi les initiatives qui lui ont valu cette distinction, on note les efforts en matière d’avantages sociaux (fruits frais, massage sur chaise, laissez-passer de transport en commun, accès à Communauto), et sa stratégie de conciliation travail-famille.

Selon David Kinley, président de Waterstone Human Capital: «le jury a été impressionné par la candidature de Frima et surtout par son leadership en matière de culture d’entreprise. Frima a su démontrer que sa culture organisationnelle a contribué à sa croissance exceptionnelle et à son rendement.»

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 28 novembre 2012 | Mise en ligne à 14h49 | Commenter Aucun commentaire

À la guerre sur deux époques avec Call of Duty Black Ops II

CallofDutyBlackOps2

Ce ne sont pas les combats qui manquent - Image Activision

J’ai été surpris et parfois décontenancé par le scénario du dernier Call of Duty Black Ops II, d’Activitions, qui se promène entre deux époques, les années 1970-1980 et 2025, dans différents pays comme le Vietnam, l’Afghanistan, l’Amérique Centrale et dans la ville de Los Angeles du futur avec une armée utilisant à profusion les drones et les opérations contrôlées à distance.

Les amateurs de tir à la première personne ne seront pas déçus, car les missions se suivent avec les combats à la tonne et les changements d’armes selon le contexte.

On ne sort pas de la lutte entre capitalistes et communistes, entre les tenants de l’ordre établi et les vendeurs de drogue puisque l’histoire tourne autour d’un certain trafiquant Raul Menendez à des époques où le père et le fils Mason, tous deux soldats d’une unité d’élite, ont à affronter le même personnage avec des technologies bien différentes.

Puisque Menendes a foutu le bordel dans Los Angeles avec le détournement des drones, il faut savoir d’où origine cette haine. C’est un ancien collègue Frank Woods qui raconte au jeune Mason les tribulations de Menendez pour ramèner le joueur en flashback dans le passé pendant la mission en 2025.

CallofDutyquadrotor

L'attaque des drones sur Los Angeles - Image Activision

Dans chaque mission du mode campagne en solo, et il y en a en masse, il faut suivre les instructions de la mission principale tout en pouvant s’aventurer dans des défis secondaires.

Mais, Call of Duty, ce sont des armes, des combats, un peu de tactique et d’autres combats encore pour faire exploser des tanks, des hélicoptères, même en selle sur un canasson. Sans oublier de se protéger ou d’utiliser la lunette de carabine du tireur d’élite pour faire sauter la tête de l’ennemi.

Avant chaque mission, on peut équiper le héros de certaines armes favorites bien que le système fasse un choix assez adéquat par défaut.

Le héros est bien dur à mettre KO malgré les balles, les grenades et les explosions. Dans la vraie vie, il lui faudrait être comme 100 chats ayant chacun 10 vies. Mais, c’est le plaisir de jouer en tirant à bout portant sur l’ennemi tant détesté avec tout ce qui peut l’éliminer.

La prise en main du jeu est facile, les contrôles sont clairs, même dans la zone de combat où le joueur devient une sorte de commandant à distance prenant le contrôle des unités physiques et des robots.

Des heures de jeu en mode solo, et des heures encore contre les zombies en mode survie sans oublier le mode multijoueur. Je me suis bien amusé.

Le test a été effectué sur une Xbox 360.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

Blogues sur lapresse



publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité