Techno et cie

IMG_1586aBlog

Je ne connaissais pas les produits de la compagnie chinoise Rapoo avant qu’une agence basée à Miami m’envoie un courriel pour me proposer d’essayer quelques produits, notamment le mini haut-parleur A3060, en forme de cylindre sur la photo, fait 6 centimètres de diamètres sur 7 en hauteur.

C’est vraiment un appareil portable que l’on peut utiliser avec son téléphone ou sa tablette pour écouter de la musique dans une pièce. C’est pas mal mieux que le son produit par mon iPad ou par mon téléphone Android puis qu’il faut être à quelques pouces des appareils pour entendre.

Le pairage Bluetooth s’effectue simplement en appuyant sur une touche sur le dessus du haut-parleur et un clic dans la zone de pairage dans le téléphone ou la tablette pour établir la connexion. Une fois chargé sur un port USB d’un ordinateur ou sur un chargeur, l’appareil devrait fournir environ 15 heures d’écoute. J’ai dû mettre mon téléphone sur la charge avant d’avoir à le faire sur ce haut-parleur.

Le son est correct, mais il manque un peu de basse. L’utilisateur peut ajuster le volume de diffusion sur l’appareil mobile tout en étant capable d’augmenter ou diminuer le son directement sur le haut-parleur avec les touches, et même mettre la musique en pause. Intéressant comme petit bidule. Il se vend 35 $.

IMG_1601blog

Un son de qualité

Avec le modèle A600, la surprise a été totale. Le son est vraiment incroyable. Si le haut-parleur fait la même hauteur (7 cm), il est plus large (12,5 cm) et plus profond (5 cm) de sorte que la musique qui est sort est plus ronde, plus chaleureuse, notamment à cause des basses mieux équilibrées.

Ça ne peut pas battre mes B&W dans le salon, mais ce haut-parleur passablement petit rempli mon bureau allègrement de toutes les chansons, mieux que le kit de haut-parleurs branchés mon ordinateur, et dont je tairai la marque, surtout qu’ils valent plus que les 100 $ demandés pour ce modèle Bluetooth qui a beaucoup de gueule. D’ailleurs, ce modèle a remporté un prix de design en Allemagne au début de l’année.

Il est vraiment bien fait, offre une qualité sonore étonnante pour sa grosseur, et il est joli. La connexion Bluetooth avec les téléphones, les tablettes et les ordinateurs se fait en criant « lapin ». Mieux encore, avec mon téléphone Android, j’ai effectué le pairage des appareils avec la fonction NFC, puisque le haut-parleur utilise cette fonction. On peut le trouver dans les magasins Bureau en gros à 100 $ selon les recherches que j’ai effectuées vendredi, ou encore en ligne sur le site du fabricant.

Site Web : www.rapoo.com

Facebook : www.facebook.com/RapooGlobal

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article

 
Sur image fournie par Beenox, il y a les 45 joueurs qui participent au marathon en compagnie de l'Enfant Soleil Alex Sandrine Côté-Pedneault, 8 ans. Elle est avec son frère, Gabriel Coté-Pedneault et sa mère Kathya Côté. Son père Louis-Martin Pedneault est absent sur la photo.

Sur image fournie par Beenox, il y a les 45 joueurs qui participent au marathon en compagnie de l'Enfant Soleil Alex Sandrine Côté-Pedneault, 8 ans. Elle est avec son frère, Gabriel Coté-Pedneault et sa mère Kathya Côté. Son père Louis-Martin Pedneault est absent de la photo.

Si vous avez l’âme d’un champion du jeu vidéo, vous pourrez essayer de défier les champions du studio Beenox qui participeront au ComicCon de Québec et au Warpzone durant le défi Extra Life au profit d’Enfant Soleil, le samedi 25 octobre (10 h 30 à 19 h et de 20 h à 2 h) et le dimanche 26 octobre (11 h à 17 h).

On peut s’inscrire sur le site lewarpzone.com et réserver ses billets pour l’événement.

Il y aura près de cent stations de jeux vidéo mises à la disponibilité des visiteurs pour jouer à des jeux de toutes les générations au Centre des congrès de Québec.

Le samedi dès 20 h, c’est Le Warpzone La Nuit, «une formule courue depuis 2009, elle combine DJ, consoles, arcades, machines à boule, bière et plaisir! Toute la bibliothèque de jeux vidéo est disponible et vous pourrez vous procurer des marchandises à la Zone La Planque. Des champions de Beenox défieront les participants à Ultimate Street Fighter 4 et à Mario Kart 8 au profit d’Opération Enfant Soleil. De plus, le marathon à relais Extra Life se poursuit toute la nuit», indique-t-on,

Beenox invitera les joueurs à flipper les tables en échange d’un don dans le hall 4 du Centre des congrès. Les tables seront remplies de divers objets mis en place par les gens de Beenox.

Flippez des tables pour la charité http://youtu.be/JWMkWjTXbf8

Défiez le champion Mario Kart http://youtu.be/nFRdteKJx6o

Défiez notre champion Street Fighter http://youtu.be/yhCNQUerGzc

Les visiteurs pourront aussi faire l’essai du jeu Skylanders Trap Team. Le dimanche à 14 h 30, Thomas Wilson, codirecteur du studio et directeur créatif, donnera une conférence sur le jeu à la salle 301 b.

Pour le défi Extra Life au profit d’Enfant Soleil, ils seront 45 employés de Beenox pour un marathon de jeu vidéo de 24 heures. Le groupe a déjà accumulé 5000 $ et ils espèrent atteindre la somme de 10 000 $. Telus doublera le montant de l’équipe gagnante. Actuellement, celle de Beenox est en avance sur celles de CHOM’s Girls On Games et de Rock, Paper, Lazers.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 
Davide Paré, Jade Bélanger et Jean Simon Otis de Chainsawsome Games - Photo Le Soleil Yan Doublet

Davide Paré, Jade Bélanger et Jean Simon Otis de Chainsawesome Games - Photo Le Soleil Yan Doublet

La jeune équipe du studio Chainsawesome Games (www.chainsawesomegames.com), a remporté les honneurs du programme Catapulte en fin de journée avec son jeu Knight Squad (http://www.knightsquadgame.com/), un jeu de combat entre chevaliers qui comporte différentes arènes comme celle de la conquête du Graal, la capture du drapeau, le combat des gladiateurs et quelques autres.

KnightSquad_Flamethrower-1024x574L’équipe du studio indépendant composée de Jade Bélanger, David Paré et Jean Simon Otis met la main sur une bourse de 50 000 $ et de l’accompagnement pour commercialiser leur premier jeu.

Ils étaient très fiers d’avoir séduit le jury d’experts du monde du jeu vidéo en franchissant une nouvelle étape dans leur progression dans cette industrie fort compétitive (http://tinyurl.com/l2now2z).

« Nous pourrons aller plus loin dans le développement de notre jeu et payer pour des services spécialisés sur certains éléments », soulignait Jean Simon Otis peu de temps après la remise du prix. « Nous pourrons participer à d’autres événements pour présenter notre jeu et le faire connaître, ce qui était très difficile avec nos petits moyens. Mais nous avons vécu toute une expérience avec le cahier de candidature demande un plan d’affaires, nos objectifs à moyen et long terme pour le studio, les échéances de production et les objectifs pour la mise en marché. »

Pour Jade Bélanger, il n’y a pas que l’argent, mais aussi tout le mentorat par des séniors des entreprises du jeu vidéo et l’accompagnement pour faire de leur studio une véritable entreprise.

IMG_20141022_182641

D’ailleurs, c’était l’objectif de Québec international avec cette première présentation du programme Catapulte dont l’objectif était d’aider les petits studios indépendants qui ont des projets innovateurs, mais peu de moyens, pour qu’ils puissent créer et mettre sur le marché un premier produit.

Le programme, dont l’idée originale a été soumise par Mathieu Tremblay, associé du studio Cortex Media, vivra au moins trois ans, car en plus des fonds injectés par Québec International, la Caisse populaire du Centre-Ville s’est engagée dans l’aventure en mettant 90 000 $, soit 30 000 $ par année, dans l’organisation pour offrir la bourse principale de 50 000 $ et la seconde de 10 000 $.

Cette deuxième bourse a été remportée par l’équipe du studio Berzerk composé d’Émilie Bourget, Michel Ducarme et Simon Lachance pour leur projet Just Shapes and Beats qui met en valeur la musique d’artistes indépendants dans un jeu d’adresse où il faut traverser les différents tableaux en évitant de nombreux obstacles. Si Fantasia de Disney traduit la musique en animation, Just Shapes and Beats traduit la musique en jeu vidéo, indique l’équipe de Berzerk (www.berzerk-land.com).

Pour les cinq autres studios, le jury composé, de Sylvain Morel, président de Beenox, David Châteauneuf, cofondateur de Red Barrels et de Martin Brouard, producteur exécutif chez Frima Studio, a eu de très bons mots. Ils ont été impressionnés par la qualité des dossiers de candidatures, par les présentations passionnées et la qualité des jeux. « Si vous n’avez pas gagné, ce n’est pas parce que vos projets n’étaient pas bons, mais il fallait choisir, affirmait Sylvain Morel avant le dévoilement des gagnants. Tous les projets présentés méritent de voir le jour. »

Les autres projets finalistes au programme Catapulte proviennent des studios :

Parabole (www.parabole.ca) avec le jeu Kona, un conte interactif épisodique se déroulant au nord du Québec en 1970 (http://tinyurl.com/lyaa6qg).

Bishop (www.bishopgames.com) : Light Fall est un jeu de plateforme immersif dans le monde mystérieux et dangereux de Numbra. Le joueur incarne la divinité de la nuit dans une quête pour sauver son peuple et redécouvrir son passé.

Iota studio (www.facebook.com/iotagame) : Microsillon est un jeu inspiré de l’univers du jukebox dans lequel le joueur incarne un disque lumineux qui doit parcourir un environnement hostile.

Genia (www.genia.com) : Which comes first? est un jeu de quiz nouveau genre qui place des événements connus dans une séquence ou le joueur doit éviter les anachronismes.

Zerobyte (www.zerobyte.co) : Dead Years est une touchante histoire de survie d’un personnage et son chien qui vous propulse dans un monde immersif et bouleversant.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

Blogues sur lapresse



publicité





  • Calendrier

    juin 2014
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité