Techno et cie

Lundi 20 octobre 2014 | Mise en ligne à 15h14 | Commenter Aucun commentaire

Cartoon Connection Canada à Québec pour une 5e année

Capture d’écran 2014-10-20 à 14.49.57

Quelque 250 professionnels de l’animation et du jeu vidéo se retrouveront à Québec au début de la semaine prochaine (27 au 30 octobre) pour le Cartoon Connection Canada au Centre des congrès de Québec.

C’est l’occasion pour plusieurs dirigeants de studios et des producteurs de trouver un diffuseur pour leurs nouveautés ou définir de nouveaux projets.

Les participants créateurs, producteurs et diffuseurs viennent de l’Europe, de l’Amérique latine et du Canada. Outre les rencontres de réseautage et les conférences sur les différents marchés, il y a des rencontres où les partenariats peuvent donner des fruits, dans la région e Québec notamment.

L’an dernier, l’événement avait donné lieu à la signature d’une entente de coproduction entre Frima Studio de Québec et le groupe belge Dupuis, spécialisé entre autres dans les bandes dessinées. L’entente prévoyait la production de 104 épisodes de 4 minutes en dessins animés à partir de la bande dessinée Petit Poilu conçue pour les jeunes de 4 à 8 ans qui ne savent pas nécessairement lire.

Il y aura aussi des classes de maîtres avec des gens de l’industrie, dont Pixar, DreamWorks et iAnimate.

Parmi les diffuseurs, «on retrouve France Télévisions, Globosat du Brésil, CBBC, Télétoon et bien d’autres. C’est tellement de possibilités qui s’offrent aux professionnels de l’animation lorsque des événements tels que le Cartoon Connection sont offerts à ces spécialistes du contenu multiécran!», souligne Louis Leclerc, directeur général de Pixel Québec et coorganisateur du Cartoon Connection Canada.

Toute la programmation sur Cartoon Connection Canada et Pixel Animation

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Mercredi 15 octobre 2014 | Mise en ligne à 11h00 | Commenter Commentaires (3)

Runtastic Orbit: un bracelet connecté peu fiable

Runtastic_03

Photo Le Soleil, Érick Labbé.

Lorsque j’ai sorti le bracelet Runtastic Orbit de sa boite, j’ai été étonné par la petitesse de l’appareil et la discrétion de l’ensemble. Je trouvais le tout très joli.

J’ai téléchargé les applications Runtastic Me sur mon iPad et sur mon téléphone Android pendant que l’appareil était sur la charge. C’est ce qui m’a permis de régler quelques détails comme l’heure du réveil le matin. Cette option fonctionne très bien, sans réveiller personne d’autre comme le fait le radio-réveil.

Cependant, c’est la fonction la plus fiable de cet appareil, car pour les autres j’ai commencé à avoir des doutes après la première journée d’utilisation.

Photo Le Soleil Érick Labbé

Photo Le Soleil Érick Labbé

Jusqu’à ce que mon podomètre rende l’âme, je dépassais rarement 6000 pas dans une journée normale de travail. Avec le bracelet Runtastic Orbit, j’avais atteint la moitié de l’objectif quotidien de 8000 pas. J’étais étonné. Serait-ce que j’ai marché plus que d’habitude? Possible, mais j’avais des doutes.

Quelques jours plus tard, j’ai constaté que j’avais atteint et même dépassé l’objectif de 8000 pas. J’ai donc choisi de ne pas utiliser le bracelet-montre pendant la journée, mais de le porter uniquement en soirée au moment où je me rendrais à un spectacle au Théâtre du Petit-Champlain. J’ai compté les pas du stationnement jusqu’au théâtre: moins de 800 pas, mais le bracelet donnait presque 2000. Oups.

Mais le pire ne s’était pas produit encore. Pendant, le spectacle, j’ai applaudi l’artiste à maintes reprises. J’ai dû marcher une centaine de pas pendant l’entracte, et continué d’applaudir jusqu’au troisième rappel. Le bracelet s’est mis à vibrer tout en affichant l’image de la coupe lorsque j’ai appuyé pour savoir ce qui se passait. J’avais atteint 8000 pas en étant pratiquement bien assis dans mon siège. Étrange. Vraiment étrange.

Je ne sais pas si c’est un défaut du capteur, une imprécision dans le système de l’appareil, mais cela a mis en doute tout le reste concernant les minutes des activités quotidiennes et le nombres de calories brûlés.

Dans La Presse+ du 12 octobre, les collègues Jasmin Lavoie et Jean-François Codère soulevaient les mêmes doutes dans leur vidéo d’analyse dans la section Techno.

Dans la documentation, on dit que le bracelet fonctionnera pendant sept jours avant la recharge. Ce n’était pas tout à fait faux la première semaine, j’ai dû brancher le bracelet au milieu du sixième jour. Puis ce fut une période d’un peu plus de sept jours la fois suivante.

Icône de l'application Runtastic Me

Icône de l'application Runtastic Me

Cependant, il n’y a pas d’indicateur du niveau de charge de la pile dans les fonctions à l’écran (un peu plus d’un centimètre sur un centimètre). On peut le savoir uniquement en consultant l’application sur le téléphone avec lequel les enregistrements des activités sont synchronisés.

Les applications de Runtastic sont intéressantes pour diverses activités. Par contre, je ne peux pas dire que les données recueillies étaient fiables. Serait-il possible que les deux bracelets, celui envoyé au Soleil et celui à La Presse, étaient défectueux? Je ne peux le dire, mais la seule fonction dont j’ai pu éprouver la fiabilité, c’est celle de la vibration pour l’heure du réveil.

Le bracelet se vend 120$. Le boitier vient avec un bracelet bleu, un noir et un clip pour la ceinture.

Site Web: www.runtastic.com/fr

Vidéo: youtu.be/7fIkHeza6vQ

Capture d'écran de l'application sur iPhone.

Captures d'écran de l'application sur iPhone.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

bbpasseport2fr

Lorsque j’ai vu l’image du nouveau BlackBerry Passport, lors du lancement, je n’étais pas certain qu’il s’agissait d’un bon choix de design et de format. Chose certaine, c’est un appareil pour les gens d’affaires, pas pour s’amuser, même s’il y a des jeux dans la boutique.

Lorsque j’ai eu le Passport entre les mains, le scepticisme a fait place à l’étonnement. Oui, le téléphone est plus large que celui que j’utilise normalement. L’écran est carré, mais ça ne change pas grand-chose pour voir les courriels, les notifications dans Twitter ou Facebook.

Le format n’est pas un problème, car le téléphone qui a exactement le format d’un passeport tient aussi bien dans les poches d’un veston que dans celle d’une chemise.blackberry-passport

Et le vrai clavier est drôlement facile à utiliser. J’ai repris l’écriture à deux pouces… Mieux encore, si l’on peut appuyer longuement sur une touche pour faire apparaître les accents, la petite boule dans le centre du clavier est disparue. À la place, il y a une première ligne dans l’écran pour choisir la ponctuation ou les chiffres selon le cas. L’utilisation était bien meilleure que j’osais le croire.

J’ai pu mettre le Passport à l’épreuve pour lui faire chauffer les circuits pendant le Sommet international des coopératives pendant quatre longues journées pendant lesquelles j’avais à consulter de nombreux documents en PDF, en Word, des images en pièces jointes.

Plus discret qu’un ordinateur portable pendant qu’un conférencier prend la parole, je pouvais non seulement répondre aux courriels du bureau pour indiquer quels sujets seraient retenus pour le journal du lendemain, mais je pouvais aussi voir l’une ou l’autre des études dont on débattait dans les forums, consulter des statistiques, tout en prenant des notes dans mon calepin.

Et il y a le fameux Hub de BlackBerry pour regrouper toutes les notifications que ce soit celles du courriel, des réseaux sociaux, des SMS ou des appels dans la boîte vocale.

Ce qui m’a dérangé le plus, c’est l’absence d’un page d’accueil où l’on peut mettre une série d’application dont on peut se servir souvent tous les jours. Il faut passer par les différents écrans contenant toutes les applications. Lorsque l’on passe d’une application à l’autre, il y a une image réduite de la page de l’application dans l’écran d’accueil pour un retour rapide, mais rien de semblable à ce que l’on a dans les appareils iOS et Android. Il faut s’habituer à ce type de présentation.

Le Passport est un appareil polyvalent pour le travail et pas très gourmand. J’ai eu beau le solliciter pas mal fort pendant le sommet, je n’ai pas eu besoin de charger la pile qu’une fois tous les deux jours.

L’appareil, prêté par TELUS, se vend 750 $ sans contrat ou 250 $ avec un contrat de deux ans.

Pour les détails et toutes les spécifications concernant l’appareil: http://global.blackberry.com/fr/smartphones/blackberry-passport.html

bbpassportfr

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

Blogues sur lapresse



publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité