Vue d'Alma

Archive de la catégorie ‘Général’

Jeudi 26 février 2015 | Mise en ligne à 22h49 | Commenter Un commentaire

Un homme libre

Pour faire ça court, il était comme un poisson hors de l’eau.
Aussi dépourvu, aussi malhabile. Condamné à une lente agonie.
En politique, où le moindre cafouillage peut être fatal, sa démission était imminente.
Son bref passage à l’Éducation a fait d’Yves Bolduc une tête de Turc, à un point tel que le premier ministre Couillard, son grand ami, l’homme à l’origine de son entrée en politique, a été contraint de le museler.
À une époque, ç’aurait été le bonnet d’âne.
Aujourd’hui, un ministre disparaît et un doc renaît. Un gestionnaire aussi.
Car s’il est une chose dont je suis persuadé, c’est qu’Yves Bolduc ne restera pas longtemps dans l’ombre d’un cabinet privé.
Surtout en cette période de grand bouleversement dans le système de la santé et des services sociaux.
Il appartient au ministre Gaétan Barrette de nommer les administrateurs de ses futurs Centres intégrés. Ce même Barrette qui a détrôné Bolduc comme numéro un de la médecine à saveur libérale.
Il lui en doit une.
C’est comme un et un font deux.
L’idée n’est pas de savoir si le Dr Bolduc aura sa place au sein de l’appareil gouvernemental remodelé, mais plutôt dans quel coin de pays il sera promu. Ou plutôt «quels coins de pays» au pluriel, quand on pense que le type a occupé simultanément de multiples postes de direction, dans de multiples établissements, pour empocher de multiples primes.
Ces mêmes primes qui ont ternis son image, qui l’ont rendu vulnérable dans l’opinion publique et qui, une fois médiatisées, ont marqué la fin de son règne.
Je suis heureux pour Yves Bolduc aujourd’hui. Il est un homme libre.
L’actualité l’aura oublié dans peu de temps. Ses dénigreurs aussi, je le souhaite ardemment.
Car, malgré ses bourdes ministérielles, il ne mérite pas les injures qui lui sont adressées depuis l’annonce de son départ. Surtout pas celles formulées par de petits politiciens qui, incapables de s’élever en hommes d’État, résument cette démission tel un «aveu d’échec» du gouvernement.
Bonne continuité, Yves.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 12 janvier 2015 | Mise en ligne à 0h28 | Commenter Commentaires (5)

La croisade de Régis

Il y a un nouveau shérif en ville et celui-ci a un nom : Régis Laforge.
D’anonyme, le propriétaire de la station d’essence de L’Ascension-de-Notre-Seigneur est devenu, en moins d’une semaine, la personnalité la plus en vue du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Il a fait perdre la face à tous ses pairs, du plus petit détaillant à la plus importante station corporative. Il a exposé un système où l’avidité est insatiable et n’a d’égale que la frustration des consommateurs.
Et il n’entend pas arrêter.
Au contraire, après avoir forcé ses compétiteurs à réduire de 7 cents le prix du carburant, soit sous la barre d’un dollar, voilà qu’il récidive.
Pour Régis Laforge, il n’existe pas d’entre-deux : c’est 6 cents de profit, point à la ligne.
Ainsi, alors que tous vendaient le litre d’essence à 99 cents et des poussières, dimanche, son commerce affichait 94,9 cents. C’est donc dire qu’encore aujourd’hui, c’est une marge de profit de 11 cents par litre qu’ont encaissé les autres stations de la région.
Dans une économie de marché, la croisade de Régis Laforge va à l’encontre de toutes les règles établies. Il aurait pu suivre la tendance, faire comme les autres et empocher indument l’argent de ses clients. Surtout dans le contexte où il possède la seule station-service de son village.
Mais non.
En prenant le parti des automobilistes, Régis Laforge a levé le nez sur un véritable pactole, lui qui écoule environ 2,8 millions de litres de carburant par année. Pour donner une idée, chaque sou supplémentaire représente pour son entreprise un gain de 28 000 $ annuellement.
Régis Laforge est un homme de peu de mots.
Son action a cependant ébranlé les colonnes du temple et a sonné l’alarme auprès des consommateurs zombies que nous sommes.
Au cours de la fin de semaine, certains ont fait plus d’une centaine de kilomètres pour participer au phénomène et utiliser l’une de ses pompes.
L’écho de son mouvement doit maintenant se rendre jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir afin que ceux qui nous représentent établissent des règles qui protégeront à la fois les commerçants et les consommateurs. Il est impératif qu’en aucun cas, les détaillants rebelles soient vulnérables à une guerre de prix qui les réduiraient au silence.
Six cents de profit par litre, c’est ce que propose Régis Laforge.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Vendredi 9 janvier 2015 | Mise en ligne à 23h28 | Commenter Commentaires (12)

Mahomet est Charlie

L’autre jour, dans un magasin de Chicoutimi.
Je regarde un chandail. Il est rouge vin avec des dialectes arabes dont j’ignore la signification.
Je le trouve juste cool.
Mon fils de 12 ans m’interrompt alors que j’observe le t-shirt en me demandant si c’est un bon «deal» à 20 piastres : «Papa, franchement. Tu vas quand même pas encourager les terroristes?»
C’était il y a environ un mois, juste avant les Fêtes.

***
Le 9 janvier 2015, devant mon clavier.
Les responsables de l’attentat au Charlie Hebdo sont morts.
Je ne regrette pas avoir dit à mon fils que le terrorisme n’a ni couleur, ni accent.
Je ne regrette pas non plus avoir souri quand il m’a fait sa remarque étonnamment xénophobe. Comment un enfant peut-il faire la distinction ? Pour lui, c’est juste les Bleu contre les Rouge.
Je ne regrette pas lui avoir dit que le diable n’existe pas, que Lucifer n’est qu’une chimère inventée pour justifier la démence et la barbarie. Du même coup, je ne regrette pas lui avoir dit, récemment, de voter avec toute sa tête lorsqu’il aura l’occasion de le faire.
Par contre, ce que je regrette, c’est de ne pas avoir acheté le chandail rouge vin, ne serait-ce que pour lui montrer l’exemple.

***
La veille du 9, dans un quelcoque commerce d’Alma.
Je rencontre ce type que j’aime bien. D’ordinaire avenant, courtois, intéressé et toujours volubile.
«Avec eux, je serais pire qu’Hitler.»
Quoi ???
C’est ce qu’il me balance en pleine face, les yeux culbutés dans leur orbite ; sept mots tranchants, dans cet ordre exact.
Eux… Les terroristes, tu veux dire ?
«Oui ! Tous les (…) de (…) d’Arabes.»
Okay.
Finalement, je regrette encore plus ce chandail rouge.

***
Quelque part en 2002, dans mon auto, la tête dans la radio.
C’est Renaud qui chante. Axelle Red partage la piste.
«Les dieux, les religions
Les guerres de civilisation
Les armes, les drapeaux, les patries, les nations
Feront toujours de nous de la chair à canon»
C’est l’après 11 septembre.
Je me colle à cet air, j’achète l’album, j’apprends la chanson à la guitare.
Ce soir, j’ai cette chanson en tête et je n’arrive pas à m’en débarrasser.

***
Là, à cet instant précis.
Mes valeurs sont bousculées entre les condoléances et la haine.
Je viens d’entendre un enregistrement posthume sur lequel l’un des deux frères fanatiques explique ses meurtres, avec une voix sereine, dans un français qui glace le sang.
Ce gars-là est une ordure.
Un salopard.
Mais, ce gars-là a été endoctriné par pires charognards que lui, qui l’ont manipulé à l’aide d’un livre et au nom d’une idole sans visage.
J’aime croire que sur ce chandail rouge, il est écrit : «Je suis Mahomet, je suis Charlie.»

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2015
    D L Ma Me J V S
    « fév    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité