Vue d'Alma

Vue d'Alma - Auteur
  • Marc St-Hilaire

    Le blogue de Marc St-Hilaire traitera de nouvelles technologies, mais aussi de tranches de vie, d'actualités et de passions au quotidien.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 5 février 2013 | Mise en ligne à 10h16 | Commenter Commentaires (2)

    Triste anniversaire

    Le 10 février prochain, quatre années se seront écoulées depuis la disparition de David Fortin.
    C’était en 2009, un matin comme tous les autres. Or, cette fois-là, plutôt que de prendre l’autobus devant le reconduire à l’école, David est parti on ne sait où.
    Le jeune avait alors 14 ans.
    La disparition de David Fortin a largement contribué à l’éveil collectif face au harcèlement et à l’intimidation en milieu scolaire. Son cas a suscité un vaste débat à Alma, mais également à l’extérieur de la région.
    À travers mon métier de journaliste, j’ai entendu une multitude d’histoires au cours des dix dernières années. Celle de David est l’une des rares qui soient demeurées aussi clairement imprégnées dans ma mémoire. Je me surprends encore à tenter de le reconnaître sur la rue ou dans un parc.
    On ne sait jamais…


    • « Je me surprends encore à tenter de le reconnaître sur la rue ou dans un parc.» Marc S-Hilaire

      Moi aussi. Depuis le jour de sa disparition.

      Chez une personne, c’est le regard qui change le moins au cours de la vie. Si je le croisais quelque part, je le reconnaîtrais. Ses beaux yeux bruns, son esquisse de sourire… je le reconnaîtrais. À Montréal, à Toronto, à NYC, je le reconnaitrais. Comment je réagirais, c’est difficile à dire mais je ne le perdrais pas de vue.

      Je pense à lui, je pense à sa famille. Puisse un jour cette histoire n’être devenue qu’un horrible cauchemar derrière eux. Il y a toujours de l’espoir qu’il soit disparu de lui-même donc, retrouvable. Ou encore mieux, il pourrait revenir de lui-même.

      Bien sûr, il y a aussi d’autres hypothèses sur lesquelles je ne me pencherai pas ici par respect pour sa famille mais de toutes façons, l’hypothèse du départ volontaire reste pour moi la plus plausible.

    • Il reviendra, le beau David. Je le ressens ainsi, en ce jour de pluie, je pense à lui.

      Je suis toujours heureux lorsque je te revois
      ton œil vif et brillant, ta pure et douce voix
      Ont un charme qui me rend ma jeunesse
      Viens, enfant ! que ton père à tes côtés renaisse !

      Victor Hugo – 1827.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2013
    D L Ma Me J V S
    « nov   mai »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité