Vue d'Alma

Vox populi, vox Dei ; le peuple a tranché.
On accusera les stratèges péquistes d’incompétence crasse.
L’appel au peuple de Pierre-Karl Péladeau sera identifié tel le «poing» tournant de cette élection. Embrasser la cause souverainiste de nos jours, en pleine campagne, c’est comme courir après un feu sauvage.
On se remémorera aussi ce discours de Janette Bertrand, au sujet de la charte. Il n’y a pas de mot pour qualifier cette abomination, qui mérite une mention en ouverture du prochain Bye Bye.
Et comme pour clore avec éloquence ce triste spectacle, il y a eu les vautours. À peine les résultats connus, ils se sont jetés sur le corps inerte de leur chef, affamés de viande chaude et de pouvoir.
Voilà pour le scrutin 2014.
Mais, que retiendrons-nous de Pauline Marois et de son implication politique, une fois la poussière retombée ?
Sa feuille de route est impressionnante. Magistrale.
Mme Marois est entrée en politique active alors qu’elle était enceinte de sept mois. Élu au sein du gouvernement de René Lévesque, elle accouche de son deuxième enfant, 11 jours après le scrutin du 13 avril 1981.
S’en est suivi une succession d’accomplissements :
- Sous quatre premiers ministres, devenir titulaire du Trésor québécois, de la Santé, de l’Éducation, de la Sécurité du revenu et de la Condition féminine…
…Check!
- Survivre à des tentatives de putsch à l’intérieur même de son parti…
…Check!
- Devenir la première femme à la tête du gouvernement du Québec
…Check!
La vie politique est souvent cruelle et toujours empreinte de batailles. Nul ne peut paraître faible, encore moins lorsqu’il s’agit d’une femme.
La Dame de béton a pavé la voie à toutes celles qui aspirent à diriger une province, un pays.
Merci Mme Marois.

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 4 avril 2014 | Mise en ligne à 0h07 | Commenter Commentaires (3)

Réflexion de fin de campagne

Petite réflexion de fin de campagne, écrite comme ça, sur le coin d’une table.
Les sondages étaient favorables, la stratégie était élaborée de façon théâtrale.
Le PQ était «chip leader» et il a joué «All in » par soif de pouvoir souverain.
Ici, dans la région, on avait une «straight flush» entre les mains : 10 – J –Q – K – As de cœur.
Quand avez-vous vu autant de ministres au contribuable carré ? Autant de pouvoir décisionnel ?
L’alignement des planètes était parfait, mais ça n’a duré que dix-huit mois.
Le temps de deux grossesses coup sur coup, diront certaines.
En politique, toutefois, tout est relatif.
Et s’il est une certitude, c’est qu’un an et demi au pouvoir, c’est pas très long.
Dans ce cas-ci, rien ne pressait.
Personne n’allait défaire le budget.
La charte était adoptable avec quelques amendements.
Pourtant, BOUM ! Des élections.
Déclenchées par le gouvernement qui m’avait promis un scrutin à date fixe.
Personne n’a rappelé cette promesse à «la-personne-qui-décide-tout»?
Nul n’a dit que la stratégie était risquée ?
Boiteuse ?
Risquée, dans le plus timide des cas ?
Lundi, la carte finale sera tournée.
Qui d’entre vous espère le statu-quo ?

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

Mardi 18 février 2014 | Mise en ligne à 22h46 | Commenter Aucun commentaire

Bonne fête Heidi !

Elle était pourtant une petite fille intelligente, polie, bien élevée.
Je n’invente rien. C’est comme ça que les gens de son ancienne banlieue la décrivent.
Les villageois rencontrés par le Journal de Montréal racontent qu’elle était «un peu gênée et renfermée sur elle-même».
Aujourd’hui, même sa propre mère adoptive désapprouve publiquement son comportement.
Le Québec tout entier la connaît désormais sous le nom d’Heidi Van-Horny, actrice porno qui, demain soir, pour souligner ses 23 ans, s’offre une orgie dans un stationnement sombre de Laval.
Si je comprends bien le concept, elle forniquera avec 23 hommes, triés sur le volet.
L’action se déroulera dans un motorisé spécifiquement aménagé pour l’occasion.
Les ébats d’Heidi et de ses compagnons d’un soir seront filmés, remixés, gravés, emballés et distribués dans une panoplie de formats.
Vous pensez qu’aucun de ses détracteurs ne se fera le complice de cette abominable démarche ? Qu’aucun d’eux n’osera jeter un coup d’œil, même furtif, sur le produit final ?
Allons donc.
Plusieurs regarderont.
Sur quoi je m’appuis ? D’abord, sur l’effet de curiosité.
Ensuite, la loi de la statistique.
En 2012 uniquement, le site Youporn a répertorié plus de 4,8 milliards de visiteurs. Depuis son lancement en 2006, ce sont plus de 100 milliards de pages qui auraient été explorées via le portail mondialement connu.
En 2013, les droits de Youporn ont été vendus pour la somme colossale de 100 millions de dollars US, selon Wikipedia. D’autres sources parlent d’Euros, mais passons.
L’idée est que Mme Van-Horny a choisi une industrie qui, en pleine crise économique mondiale, ne s’est jamais essoufflée.
Une industrie qui est également légale, quoiqu’en pensent les anciens voisins de la jeune femme.
Si ça se trouve, la Québécoise Heidi Van-Horny a réussi à dénicher le filon qui propulsera sa carrière. La question se pose en effet: combien d’autres actrices porno peuvent se vanter d’avoir joui d’un tel rayonnement médiatique ?

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « fév    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité