Le Grand Parleur

Archive de la catégorie ‘Général’

Jeudi 11 juin 2015 | Mise en ligne à 14h37 | Commenter Un commentaire

Calcul désespéré

photo Janick Marois archives La Voix de l'Est

photo Janick Marois archives La Voix de l'Est

Parfois, les gestes désespérés sont les seuls possibles. Il arrive même qu’ils fonctionnent, qu’ils permettent de renverser la vapeur, de reprendre l’initiative. C’est probablement l’analyse qu’a fait Gilles Duceppe en revenant mercredi à la tête du Bloc québécois. Un calcul désespéré, mais porteur d’espoir pour la formation souverainiste.

Pas facile de tirer un trait sur une vie publique qui s’est étirée sur 21 ans. M. Duceppe a beau avoir assuré plusieurs fois, depuis sa défaite électorale de mai 2011, que c’était finie pour lui la politique, on réalise qu’il n’était pas passé à autre chose. Ça lui manquait. Il rêvait de replonger. D’autant plus que l’électorat québécois ne l’a pas vraiment poussé vers la sortie, il y a quatre ans, ni aucun autre bloquiste d’ailleurs. Les électeurs québécois leur ont plutôt préféré le charismatique Jack Layton, oubliant du coup de faire leurs devoirs et de s’intéresser à la qualité de ses candidats. Ils ne s’attendaient à un tel balayage orange. Certainement pas à ce que M. Duceppe lui-même soit battu. Bien des gens ont regretté la chose. C’était la confirmation qu’on avait affaire au parti d’un seul homme.

Dans ces circonstances, on comprend que l’ex-chef redevenu chef veuille tâter à nouveau la politique. On ne pourra pas l’accuser d’opportunisme tellement la tâche est immense. Ça ne ressemble en rien, par exemple, à un ancien adéquiste devenu libéral qui se fait élire dans Jean-Talon à Québec, une circonscription rouge depuis l’invention de la roue…

Les mauvais sondages des derniers mois et, reconnaissons-le, l’abnégation de l’ex-chef bloquiste Mario Beaulieu, donnent l’occasion à M. Duceppe de reprendre du service. Personne n’a eu à lui tordre le bras pour qu’il revienne pour une autre bataille électorale. Celle d’octobre s’annonce maintenant plus intéressante.

Les réactions provoquées à Ottawa par le retour de M. Duceppe ont ceci d’intéressantes qu’elles sont timides. Ni Stephen Harper, ni Thomas Mulcair ou Justin Trudeau n’ont semblé ébranlés par la nouvelle. Ils en ont fait peu de cas. Ça sonne comme stratégique de leur part, remarquez bien; pas question de laisser croire que ça peut les inquiéter. On peut penser, cela dit, que ça pédale déjà fort dans leurs coulisses respectives, plein de conseillers politiques calculant l’impact de cette nouvelle équation sur les intentions de vote cet automne.

Parce qu’impact, il y aura. On ne peut pas imaginer qu’une formation politique qui compte seulement deux députés puisse faire pire. On oublie que le contingent du Bloc dans la capitale canadienne s’élevait naguère à 54 députés. Malgré la débandade de 2011, le Bloc a conservé des fondations financières et organisationnelles.

L’arrivée de M. Duceppe devrait non seulement raviver un intérêt dans la population pour une présence nationaliste à Ottawa, mais aussi faire rentrer au bercail d’anciens militants. Tout ça devrait aider le parti à faire des gains le 19 octobre. Des gains qui se feraient aux dépens du NPD. La percée historique néo-démocrate de 2011 serait alors être classée comme une anomalie électorale.

On peut supputer, comme bien des chroniqueurs politiques, sur les raisons de M. Duceppe d’être revenu ou sur ses chances de donner justement une chance électorale au BQ. Ne perdons pas de vue les qualités de l’homme, sa rigueur, sa passion pour la cause de l’indépendance. Les parlementaires fédéraux ont fait fi de sa philosophie séparatiste et l’ont déjà identifié comme le député connaissant le mieux ses dossiers, reconnaissant en l’homme un valeureux représentant de ses commettants.

M. Duceppe amènera tout son bagage de connaissances avec lui. Ça relèvera du coup la qualité des débats. Et parlant de débat, sa présence changera totalement la donne lorsque les chefs s’affronteront. Lors de chacun des débats de chefs auxquels il a participé, l’ancien syndicaliste a excellé. Autant en français qu’en anglais.

Le Bloc joue son va-tout. Et il mise sur son meilleur atout. Son seul.

Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur

Un commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 28 mai 2015 | Mise en ligne à 10h56 | Commenter Commentaires (2)

Un aigle à tête blanche à Granby

Image 5

Visiteur peu commun hier matin aperçu sur la piste cyclable La Granbyenne: un pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus pour les amoureux du latin), une espèce désignée vulnérable au Québec en 2003.

C’est Alain Mochon qui a croqué le fabuleux prédateur. Il a pu l’observer plusieurs minutes.

Le biologiste rappelle qu’un corridor forestier comportant de riches milieux naturels, comme celui liant le parc national de la Yamaska et le Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin, permet à de telles espèces d’y vivre et de se reproduire.

Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Lundi 11 mai 2015 | Mise en ligne à 12h48 | Commenter Commentaires (3)

Corvée réussie sur la Yamaska Nord

photo Bernard Valiquette

photo Bernard Valiquette

Il semble que les campagnes de sensibilisation sur la protection de l’environnement rejoignent de plus en plus de gens. Les citoyens sont nombreux à poser des gestes concrets pour améliorer nos trésors de la nature. Disons que c’est encourageant.

Samedi, quelque 160 personnes ont participé au nettoyage des berges de la rivière Yamaska Nord à Granby. Ils ont ramassé 2230 kilos de déchets de toutes sortes: bouteilles, canettes, verres de café en carton aux couleurs de Tim Horton et McDonald de ce monde, sacs de plastique. On a même retiré des eaux de la rivière des vélos, des pneus et un téléviseur…

Le biologiste Alain Mochon a parcouru les rives du lac Boivin en canot. Sa «cueillette» (canettes, bouteilles, sacs de plastique, soulier à talon haut) a de quoi décourager… Détail important, il a trouvé sur les berges plusieurs vieux bracelets remis aux visiteurs des Voitures anciennes de Granby. Au lieu de recourir à ces bracelets, les responsables des VAG devraient utiliser des étampes. Pas chers et écologiques.

photo Bernard Valiquette

photo Bernard Valiquette

Petit conseil aussi aux organisateurs de cette corvée annuelle: c’est bien d’offrir un petit lunch aux bénévoles; ça serait encore mieux de leur rappeler de déposer leurs assiettes de carton et leur contenants de jus dans des bacs bleus et non dans des poubelles…

C’est pour le moins ironique de passer deux heures à nettoyer les berges d’une rivière pour ensuite jeter des matières recyclables à la poubelle. Il faut être conséquent. Surtout que recycler ne nécessite aucun effort à part celui de réfléchir quelques secondes devant une poubelle.

Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2015
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité