Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 5 juillet 2017 | Mise en ligne à 10h07 | Commenter Commentaires (7)

    Mépriser ses partenaires

    Au rythme où vont les choses, peu de municipalités signeront la nouvelle entente loisirs que leur propose la Ville de Granby. Déception, étonnement, colère, les administrations municipales évoquent publiquement et en coulisses plusieurs raisons pour expliquer leur décision. Cette affaire illustre deux choses : toute la difficulté qu’ont (encore et malheureusement) les municipalités à travailler ensemble pour le bien de leurs citoyens et cette manie maladive de l’administration de Granby d’œuvrer dans l’ombre.

    Le conseil de Granby a pris pas mal tout le monde par surprise en juin en adoptant une nouvelle entente intermunicipale de loisirs. Celle-ci impose une hausse de près de 400 % à 23 petites municipalités autour de Granby dont des citoyens sont titulaires d’une carte-loisirs émise par la ville-centre. Le prix de ces cartes passera de 32 $ à 131 $ d’ici 2019. La logique qui sous-tend le nouveau calcul est que les citoyens de ces petites municipalités ne paient pas leur juste part pour tous les services et activités offerts alors que les Granbyens assument entièrement la leur, estiment les membres du conseil. D’où leur décision de revoir la tarification à la hausse.

    Ce n’est pas tant l’augmentation substantielle qui choque. La réalité est que rarement les petites municipalités paient les véritables coûts défrayés par les villes-centres pour les services qu’ils utilisent. C’est un problème perpétuel pour toutes les villes-centres. Ce qui choque, c’est que cette hausse est lancée au visage des citoyens de 23 municipalités sans crier gare.

    La Ville n’a eu aucune discussion avec les directions de ces municipalités en préparant son entente. Elle n’a tenu aucune consultation avec elles sur le sujet. Tout s’est passé en secret. Certains maires ont appris seulement le matin même de l’adoption de l’entente par le conseil de Granby les grandes lignes de celle-ci. En cette époque où le monde municipal parle sans arrêt de « partenariats » entre les villes, cette manière d’agir est aux antipodes de nos attentes envers nos représentants élus.

    Le tout place d’autant plus les conseils des petites municipalités dans une position intenable en pleine année électorale. Leurs citoyens accepteraient mal qu’ils cèdent devant ce qu’ils perçoivent comme une forme d’intimidation ou d’ultimatum venant de la ville-centre. Personne ne souhaite plier devant le matamore de la cour.

    Si l’objectif était d’alléger la charge fiscale des citoyens de Granby en exigeant plus des non-résidants qui utilisent les services de la ville-centre, on peut dire qu’il est raté. Les municipalités de Bromont, Roxton Pond, Saint-Alphonse-de-Granby, Warden, Farnham, Saint-Césaire et Sainte-Anne-de-la-Rochelle ont signifié leur refus d’entériner l’entente. Les conseils de Shefford et de Saint-Joachim-de-Shefford sont en réflexion.

    Des 5658 détenteurs d’une carte-loisirs n’habitant pas Granby (sur un total de 43 693 cartes émises), combien en restera-t-il une fois que l’ensemble des 23 municipalités aura fait son lit ? La Ville reprendra-t-elle ses calculs pour ajuster à nouveau la tarification des municipalités restantes ?

    Comment expliquer qu’une ville-centre affiche une telle attitude à l’égard de ses voisines ? La réponse se trouve peut-être dans les réactions viscérales de certains conseillers granbyens choqués que le conseil avalise une augmentation de la tarification sur trois ans. Ils militaient pour une seule hausse de 400 %, immédiate !
    « Ça fait 25 ans qu’on paye pour les autres municipalités (…) », a lancé le conseiller Robert Riel au moment du vote. « Comme président du comité des finances, j’ai un gros malaise de donner encore un cadeau aux autres municipalités quand on a augmenté les taxes les trois dernières années », a indiqué son collègue Jocelyn Dupuis.

    Il n’y a qu’un pas à franchir pour les traiter de voleuses !

    Tout ça sent la frustration. Et celle-ci est mauvaise conseillère. De tout ça est née une politique que la Ville n’a pas pris le temps d’expliquer à ses « partenaires » malgré sa logique d’équité entre ses citoyens et ceux des municipalités avoisinantes.

    On l’a déjà dit : cette administration a de grosses carences en communication. On l’a vu avec les citoyens dans toute la saga du déploiement du réseau de pistes cyclables. On le constate aussi dans ses relations avec les municipalités voisines.

    Le fait d’avoir proposé une nouvelle entente n’est pas remis en question ici. La manière, si. Agir unilatéralement, sans informer ses « partenaires » de son cheminement et leur lancer le tout en disant que c’est à prendre ou à laisser n’a jamais permis de déboucher sur de bonnes ententes.

    Pour assumer son rôle de leader, une ville-centre n’a pas à mépriser ses voisines, mais à collaborer avec elles pour déboucher sur des ententes satisfaisantes pour toutes les parties.

    Comment auraient réagi les fonctionnaires des gouvernements du Québec et du Canada si cette entente de loisirs avait été adoptée avant que les subventions liées au futur centre aquatique aient été confirmées ? La conférence de presse annonçant le feu vert du projet n’aurait peut-être pas encore eu lieu…

    En haut lieu politique, quand des subsides sont versés pour construire de grosses infrastructures municipales comme des piscines et des arénas, l’impact régional compte pour beaucoup dans l’analyse du projet. Québec et Ottawa n’y investissent pas 20,5 millions de dollars seulement pour faire le bonheur des Granbyens. Ils le font pour combler un besoin dans toute la région immédiate.

    Personne n’a de gros malaise avec ça.

    Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur et sur facebook


    • L’idole du maire de Granby est Trump qui dit que les autre pays ne paient pas assez pour l’ONU ?
      Mauvais calcul de la part de Granby. Les gens qui viennent utiliser leurs services vont peut-être aller au resto, au bowling, faire leur épicerie … à Granby. C’est l’équivalent de leur dire de rester chez eux. C’est penser petit !!

    • Et pourquoi les infrastructures de loisirs ne sont-elles pas des entités régionales? Elles pourraient être la propriété des MRC par exemple.

      Notre aéroport régional n’appartient pas qu’à une seule municipalité, mais bien à Bromont, Granby et Cowansville qui se séparent non seulement les frais annuels, mais aussi le droit de propriété. Et ce, même si les installations se situent dans la moins populeuse des trois municipalités.

      Ce système archaïque où une ville-centre construit des infrastructures régionales en échange de subventions et où les villes avoisinantes magasinent selon l’offre (et leur humeur) ne correspond plus au phénomène de l’étalement urbain que nous vivons. En fait, il l’encourage en poussant les gens à s’installer dans des villes sans service, tout en utilisant ceux de la ville voisine.

    • @denny_o_breham
      “Et pourquoi les infrastructures de loisirs ne sont-elles pas des entités régionales? ”
      Très bonne question mais j’ai bien peur que la réponse soit que les autres villes ne tiennent pas à partager les coûts de la ville centre. Comme vous l’avez souligné, ces villes attirent les gens par des taxes moins élevées et se gardent bien de publiciser le fait que les services rendues par une ville voisine doivent être payés d’une manière ou d’une autre.

    • Grand Parleur, vous lire est toujours un plaisir…:-)

      N’étant pas de votre région j’en apprends beaucoup sur la vie municipale de votre
      superbe coin de pays……
      Description, analyse, mise en situation, tout est éclairant et instructif.

      Voilà pourquoi je me permets de vous demander….
      Pourriez-vous venir vous installer à Montréal et décortiquer la politique
      …….de notre……maire……(je reste polie et respectueuse)?

      Nous n’avons pas à Montréal de journaliste analyste de votre calibre.
      Si ça vous tente vous seriez grandement apprécié, je vous le jure.

      En attendant, bon été et de belles vacances à vous et votre famille:-)

      Merci de l’invitation, mais je préfère rester dans mes terres.

      Cela dit, les quotidiens montréalais couvrent bien l’actualité municipale de la grande ville. Je vous suggère de lire The Gazette qui fait du bon travail.

      Bon été à vous!

      Grand parleur

    • Demeurer dans une petitd municipalité sans infrastuctures
      coute moins cher de taxes
      les citoyens des villes avec arena et autres paient pur ça eux
      pourquoi ce serait gratuit pour les autres.

      ET DE 32$ à 131$ est jne augmentatio de 310% pas 400%

    • Je ne connais pas le contexte précis de Granby, mais je te retourne la question, grand parleur: Pourquoi la ville centre offrirait des services à ses non-citoyens en dessous du prix coutant? En fait, pourquoi ne ferait-elle pas même un profit avec les citoyens des villes satellites?

      En gros, ni la ville centre ni ses élus ne doivent quoi que ce soit aux citoyens des villes satellites. Si j’était un élu de Granby, je ferais exactement la même chose, soit charger le maximum possible aux citoyens de l’extérieur. Et pas seulement pour les loisirs; pour le traitement des eaux usées, le service d’aqueduc, policier/pompier, peu importe le service fourni. Vous aimez pas les prix offerts par la ville centre? Just too bad, allez voir le privé ou offrez ce service vous-même. C’est pas comme si les citoyens de ces villes-là pouvaient me déloger aux prochaines élections, ils votent ailleurs.

      Et si les citoyens des villes satellites veulent un pouvoir politique sur la ville centre, ils peuvent soit y déménager, soit demander au ministre des affaires municipales de fusionner.

      Et si les subventions sont comptées comme pour des équipements régionnaux, alors qu’il soit écrit dans l’entente que les prix devront être les mêmes pour toutes les municipalités de la région, ou alors qu’on disperse les équipements régionnaux, et alors les petites municipalités auront un meilleur pouvoir de négociation.

      Je ne dis pas que la hausse est injustifiable. Je dis que l’administration en place n’a pas pris le temps d’expliquer sa décision aux municipalités voisines avant de la mettre en branle. Ça explique la levée de bouclier. On préfère imposer la hausse au lieu de prendre le temps de l’expliquer et du coup de faire en sorte qu’elle passe mieux.

      La ville-centre a parfaitement le droit d’exiger des citoyens des autres municipalités qui utilisent ses services ou qui profitent de ses activités qu’ils paient le juste prix.

      Grand parleur

    • (( « Ça fait 25 ans qu’on paye pour les autres municipalités (…) », a lancé le conseiller Robert Riel au moment du vote. ))

      La demi-véritée ou demi-mensonge…!

      Le 1er janvier 2007: Fusion entre la ville et le canton de Granby pour former la ville de Granby. Alors, est-ce raisonnable de penser que les détenteurs d’une carte-loisirs n’habitant pas Granby étaient de beaucoup + élevé qu’il est présentement ?

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Granby_(Qu%C3%A9bec)#/media/File:Population_Granby.png

      Et pour faire Grand Parleur…

      En outre de mépriser ses partenaires, le conseil de la ville centre veut faire porter le chapeaux à l’ensemble de la population des 23 municipalités pour l’ajustement en regard des tarifs d’entente intermunicipale en loisirs. Donc, seulement 5658 citoyens hors Granby soit environ 8-12% de sa population qui l’utilise et 88-92% (approximatif) qui n’utilise pas l’entente et qui de surplus doivent déboursér pour leurs propre choix personnel en loisirs.

      En résumé…

      Est-il raisonnable de penser que l’offre et la demande en services de loisirs est à toute fin pratique erronée tant en la ville centre qu’aux 23 municipalités visées ?

      Il semble que l’approche a un tout autre visage de la problématique proposé…..!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2017
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives