Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 14 avril 2014 | Mise en ligne à 22h37 | Commenter Commentaires (8)

    Piscine vs culture

    La culture ne sortira jamais gagnante d’un concours de priorités. Demandez à une centaine de personnes à quoi leur administration municipale devrait consacrer ses énergies : la moitié d’entre elles répondront à la réfection des rues ainsi qu’à l’aménagement de parcs, et près de l’autre moitié, à la baisse de leur compte de taxes foncières et à la réduction de la dette. Seule une poignée de citoyens, 7 ou 8 % selon une estimation très généreuse, identifieront les activités culturelles, comme la bibliothèque, comme étant prioritaires.

    Peu de gens se soucient de la culture. Trop élitiste, croient certains. Pas une mission centrale pour les municipalités, pensent d’autres. Bref, le thème n’est pas vendeur. Le conseil municipal de Granby a validé cette pensée rétrograde la semaine dernière en écartant du revers de la main son projet de future bibliothèque au profit de sa future piscine municipale.

    Piscine versus bibliothèque : un combat perdu d’avance pour les partisans d’un nouveau lieu de lecture. Un combat injuste, en fait. Jamais les conseillers n’auraient-ils dû être amenés à se commettre pour un ou pour l’autre des projets; les deux sont essentiels. Ils se sont peinturés dans un coin, et ce, sans avoir pesé les conséquences de leur vote. Ils ressortent de cet affrontement affaiblis.

    Comment les élus peuvent-ils maintenant travailler pour doter la Ville d’une nouvelle piscine et d’une bibliothèque ? Sans le savoir, ils viennent de donner des raisons aux gouvernements supérieurs de multiplier les requêtes, les questions, les études avant de consentir des subventions pour qu’un ou les deux projets se réalisent. On en a vu longuement retarder pour moins que ça.

    Des tensions divisent le nouveau conseil. Elles ont été transportées de la vieille administration à la nouvelle par les conseillers Michel Mailhot, Serges Ruel et Pierre Breton, amers de l’élection de Pascal Bonin à la mairie. Ça n’arrange rien que le nouveau maire, au lieu de chercher à rallier tous les conseillers, vieux et nouveaux, autour d’objectifs communs, leur serve un discours de « crois ou meurs ». Un leadership contre-productif.

    Remarquez, la patience de M. Bonin a des limites. En toisant publiquement le maire comme il se plaît à la faire, le conseiller Mailhot ajoute de l’huile sur le feu. L’aîné du conseil doit accepter que la population ait choisi M. Bonin le 3 novembre pour diriger la Ville, et ce, dans une forte proportion, et non son allié, l’ex-maire Richard Goulet.

    Ces querelles augurent bien mal pour les quatre prochaines années.

    Et d’abord, pourquoi doit-on faire un choix entre une piscine et une bibliothèque ? Oublie-t-on que Granby est la ville centre de la région, pas une petite municipalité sans moyens ou ressources ? La Ville compte 65 000 habitants, sa croissance démographique est stable, son économie se porte mieux que celle de l’ensemble du Québec. Pourquoi ne travaille-t-elle pas sur les deux projets en même temps ? Elle possède une fonction publique compétente capable de le faire.

    Les montants en jeu n’obligent pas le conseil à faire des choix de planification. Qu’on prépare le terrain pour les deux projets, puis une fois des discussions sérieuses engagées avec Québec et Ottawa et des garanties sur les subventions disponibles, qu’on établisse un plan pour faire mouche sur les deux fronts. S’il est clair qu’on ne peut réaliser les deux en même temps, qu’on tranche. Mais qu’on commence aussitôt les préparatifs pour le projet mis en attente.

    La Ville doit construire une nouvelle piscine. Cela dit, on perd de vue que la bibliothèque est un service de base qu’une ville de l’envergure de Granby doit rendre à ses citoyens. Et les installations de la bibliothèque Paul-O.-Trépanier ne sont plus adéquates. Opposer le projet de modernisation de la bibliothèque à la construction d’une piscine, beaucoup plus acceptable aux yeux des contribuables compte tenu des clientèles visées, relève d’une stratégie de populisme.

    Message aux membres du conseil : le temps n’est pas aux stratégies, mais aux solutions. Les citoyens vous demandent essentiellement deux choses : travailler ensemble et gérer de manière responsable et transparente. En vous regardant aller, on n’est guère rassuré.

    Dernier point : la Ville travaille sur le projet d’une nouvelle bibliothèque depuis 2007. Tout le travail s’est fait en secret à grands frais d’études. L’option retenue : faire de l’église Notre-Dame le nouveau temple de la lecture. Un projet d’une quinzaine de millions de dollars.

    Question : est-ce le seul scénario qui a été étudié ? Si oui, c’est renversant. Sinon, quelles sont les autres options et combien coûteraient-elles ?

    Où est la transparence dans tout ça, membres du conseil ?

    Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur


    • et pourtant les deux ne sont pas mutuellement exclusifs , on a qu’à penser au très beau centre Saanich commonwealth place à Victoria BC où les deux cohabitent dans le même édifice

    • Est-ce qu’on ne pourrait pas envisager les deux? Est-ce qu’on peut innover s.v.p.? Il est impensable de considérer l’agrandissement de la Bibliothèque à son endroit actuel, c’est trop restreint. J’opterais plutôt pour reprendre ces locaux pour les bureaux de l’Hôtel de Ville et relocaliser la Bibliothèque vers un autre endroit plus propice et facilité d’accès accrue. Osera-t-on? J’en doute. Il n’est pas nécessaire d’avoir tout centralisé, il n’y a plus de place. Le parc Miner n’est plus aussi fréquenté que par le passé, alors? Lors de la construction de J.H. Leclerc n’avait-on pas creusé pour recevoir une piscine intérieur qui a été remblayé parce qu’on avait décidé de faire un toit à la piscine Miner puisque l’endroit de JJL était considéré comme trop loin et aujourd’hui, on envisage ce même endroit. On a osé à St-Hyacinthe dont la population est moindre. Est-ce qu’on tergiverser longtemps? Ne pourrait-on pas avoir la Bibliothèque et une nouvelle piscine au même endroit?

    • Au 20ieme siècle j’aurais été dans le même sens que vous.
      Au 21ieme siècle, à l’aube du numérique, la piscine est un meilleur investissement à long terme.

      Vous pouvez maintenant vous procurez vos lectures sur internet, Essayez de vous baigner sur internet, pas mal plus difficile.

    • Stratégie de populisme, dites-vous.

      Tant mieux, car c’est une stratégie visant à se rapprocher des besoins exprimés par le peuple en s’éloignant des priorités des élites. Alors que les élus soient disant “populistes” réfléchissent avant d’engouffrer des millions de $$$ provenant des Granbyens, c’est plutôt rassurant. Passé date l’époque où ce sont des élites qui décidaient pour le bon peuple. Pourquoi doit-on prioriser les projets, simplement parce que l’argent ne se ramasse pas à la pelle et que la piscine peut nous lâcher n’importe quand et que ça prendra 2 ans pour en construire une autre et que la biblio restera toujours ouverte, même si elle ne répond plus aux critères de 2014. De plus la présence du livre numérique devrait nous inciter à la prudence car l’espace nécessaire et surtout l’aspect WOW d’une future construction sera à considérer. La fréquentation des futures biblios sera probablement remplacée par l’abonnement via le livre électronique. Donc avant d’avancer au bas mot 15 millions de $ regardons voir où les nouvelles technologies nous mèneront.

    • À Drummondville nous avons un parc nautique avec piscine format olympique et une autre piscine intérieure à la Maison des arts Desjardins et nous aurons une nouvelle Bibliothèque

      Les élus se préoccupent autant de sport que de culture

      quand on veut on peu

    • Bravo au conseil de ville pour leur priorisation des projets et la limitation des dépenses . Vu l’évolution technologique , je pense qu ‘il demeure sage d’attendre le projet de la bibliothèque . Quand aux 3 ex , je leur dis le reigne Goulet est terminé depuis le 3 novembre , alors veuillez conjuguer au présent et non au participe passé . La discussion doit porter sur les idées et non sur des attaques personnels comme c’est souvent le cas présentement .

    • Une bibliothèque pourtant ce n’est pas de la culture pointue! Je peux comprendre les réticences pour une installation d’art contemporain peu accessible aux non-initiés mais une bibliothèque c’est essentiel.

    • Mais pourquoi l’administration doit-elle se soucier tant de la culture? La culture doit se protéger et se justifier elle meme. la culture doit etre combative. Et la culture chez nous n’est pas dans une telle détresse que ça. Elle sait se protéger. C’est pas une Cendrillon.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar   juin »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité