Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 5 septembre 2013 | Mise en ligne à 20h31 | Commenter Commentaires (6)

    Retour dans les années 70 à Granby

    Image 5

    Pascal Bonin joue la carte de la modernité dans sa campagne pour rafler la mairie de Granby. Dans Granby 2025, le thème de son programme électoral, il propose aux électeurs sa vision du développement de la Ville. Il faudrait toutefois que l’aspirant maire réalise que nous ne sommes plus dans les années 70.

    Construire un stationnement à étages pour régler le soi-disant problème au cégep de Granby-Haute-Yamaska est une solution tirée d’une autre époque. D’un autre siècle, à vrai dire. C’est la culture du ciment, de l’asphalte et de l’automobile-reine. C’est la culture de la facilité. On peut certainement mieux utiliser les 3 à 6 millions de dollars requis pour construire un stationnement à étages.

    Cette année, la direction du cégep a émis 710 vignettes de stationnement à son personnel et aux étudiants. L’établissement compte 367 cases de stationnement sur sa propriété du centre-ville et sur les terrains où il en loue. Chaque vignette est vendue 105 $.

    L’ajout de nouvelles places où se garer près de l’établissement collégial ne résoudra rien. La demande sera toujours en hausse. On apprend que 120 personnes sont sur une liste d’attente pour obtenir une vignette. La demande est telle pour le précieux autocollant que les responsables de la liste ne prennent plus de noms… Ça en dit long.

    D’autres solutions existent. Des solutions beaucoup moins coûteuses. Des solutions difficiles puisqu’elles exigent des changements de mentalité. Un gros contrat puisqu’il s’agit de notre relation avec l’automobile.

    Le transport en commun est gratuit pour les étudiants du cégep — bravo à la Ville pour cette initiative. Mais combien des 2182 étudiants inscrits l’utilisent-ils pour se rendre à leurs cours? Combien d’entre eux ont recours au covoiturage? Combien de professeurs, d’autres membres du personnel et de la direction viennent tous les jours en auto?

    Le nœud du problème se trouve dans ces comportements d’une autre époque. La direction du cégep a un travail de sensibilisation à faire auprès de ses usagers et de ses employés. Elle devrait aussi hausser le prix de la vignette. Quand vient le temps de sortir le portefeuille, souvent ça incite les gens à changer leurs comportements…

    C’est l’idée derrière l’idée de M. Bonin qui mérite des applaudissements. Le prochain conseil municipal doit en effet s’assurer que le cégep puisse poursuivre sa croissance. Une offre élargie de programmes d’études et l’agrandissement de l’établissement doivent être vus comme des occasions uniques de développement économique de la ville.

    Nos futurs élus imagineront sûrement des moyens d’aider le cégep sans se lancer dans la construction d’un stationnement à étages…

    Peut-être que le conseiller Michel Mailhot, toujours partant pour tomber dans la mesquinerie lorsqu’il parle de M. Bonin, a des idées intéressantes à proposer. À propos du cégep ou de tout autre sujet.

    On attend.

    •••

    Il faut féliciter Louise Bruneau. La candidate au poste de maire a gardé les journalistes occupés ces dernières semaines. Elle aurait intérêt, cela dit, à revenir dans la cour municipale.

    Le déploiement de bornes de recharge pour les automobiles électriques, l’aide aux devoirs aux élèves en difficulté et aider les entreprises à se doter de défibrillateur cardiaque ne regardent en rien les municipalités. Ce sont de nobles idées, mais d’autres organismes y travaillent.

    On veut connaître vos projets en lien avec les juridictions municipales. Elles sont multiples. Nul besoin de piger ailleurs.

    Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur


    • ..@Grand Parleur: Vous dites: «Le nœud du problème se trouve dans ces comportements d’une autre époque.»

      Issu moi-même d’une «région», sans le transport scolaire, puis sans ma moto et sans la voiture du paternel, la vie aurait été bien compliquée. Juste aller à l’école primaire pour mes 6e et 7e années, c’était cinq kilomètres matin et soir. Le transport en commun? Inexistant.

      Pour cause de visites occasionnelles à de la parenté, je connais un peu la région de Granby.
      Je doute fort que le transport en commun desserve adéquatement la totalité des clientèles du CEGEP. J’imagine un jeune qui a un emploi en même tems qu’il étudie et j’imagine sans peine le cauchemar des horaires ;a respecter pour à la fois être présent aux cours et arriver à l’heure au boulot.

      Féru d’environnement depuis ma plus tendre enfance, je persiste à dire qu’en ces jours consacrés aux accommodements dits «raisonnables», il faudrait aussi parler d’environnementalisme «raisonnable».

      Je me méfie toujours des dogmes et des anathèmes, d’où qu’ils viennent. Pas vous?

      JFC

    • Retour???

      Quelle est votre interrogation?

      Grand parleur

    • ..@Grand Parleur: Ce que je comprends du commentaire laconique de jeffypop, c’est qu’il s’interroge sur l’opportunité de parler d’un «retour» aux années 70. Si je l’ai bien compris, avec son unique substantif suivis de trois ???, il serait d’avis que Granby n’aurait jamais quitté ces années. Me trompe-je?

      JFC

    • Retour au année 70 ! On est en 70 avec le transport en commun. Avez vous déjà essayer?

    • La question du transport publique et du stationnement n’est pas la seule facette du programme de M. Bonin qui est un retour des années 70. C’est aussi le retour ou les riches hommes d’affaires faisaient ce qu’ils voulaient sans se soucier de l’impact sur le voisinage et la ville laissée faire, ou pire, ajustait ses règlements en leur faveur.

    • @ Annnnie et jeanfrancoiscouture

      Bien que le transport publique à Granby n’est pas encore au niveau des petites villes en Europe par exemple, il s’est quand même grandement amélioré. La fréquence est de 30 minutes et il comporte un ajout important avec les taxibus qui se rendent dans les secteurs de la ville un le passage d’un autobus n’est pas justifié par l’achalandage.

      http://www.ville.granby.qc.ca/webconcepteurcontent63/000024200000/upload/Utilitaires/TransportUrbainGranby/TUG-formatWeb.indd.pdf

      Aussi, il ne faut pas perdre de vu que le programme de M. Bonin se veut une vision pour l’an 2025.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2008
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité