Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 23 juillet 2013 | Mise en ligne à 19h56 | Commenter Commentaires (26)

    Banques et fidélité

    Image 5

    Un client fidèle est un client payant. Les compagnies de cartes de crédit l’ont très bien compris. Pour s’assurer de fidéliser leurs clients, Visa, MasterCard et consorts leur offrent la possibilité d’acquérir des points bonis pour obtenir toutes sortes de biens et services.

    Pour profiter de ces programmes de fidélisation, les consommateurs n’ont qu’une chose à faire : sortir le plus souvent possible leur carte de plastique pour payer leurs achats. Ce faisant, ils accumulent plein de points échangeables pour des billets de cinéma et de spectacles, des appareils électroniques, des forfaits de vacances et tutti quanti.

    Mais rien n’est gratuit dans la vie — rien de matériel en tout cas. Quelqu’un paie pour tous ces cadeaux remis aux utilisateurs de cartes de crédit : l’ensemble des consommateurs.

    L’astuce des émettrices de cartes de crédit, qui font équipe avec toutes les institutions bancaires, est d’imposer des frais d’utilisation aux commerçants lors des transactions. Plus le programme de fidélisation est généreux, plus les frais exigés aux commerçants sont élevés. Ils varient de 1,54 % à 2,65 % et sont basés sur les prix des transactions. Très payants, les frais, vous vous en doutez bien.

    Les commerçants pestent, bien entendu. Toutefois, ils s’en sortent en appliquant un des grands principes du commerce : refiler les coûts aux consommateurs. Ceux-ci ne voient rien de ces frais puisqu’ils sont cachés dans les millions de produits et services vendus. On sait cependant qu’ils sont énormes. La commissaire du Bureau de la concurrence du Canada, Melanie Aitken, calcule que les « frais cachés » occasionnés par les programmes de fidélisation des émettrices de cartes de crédit coûtent aux consommateurs canadiens 5 milliards de dollars chaque année.

    Pour Mme Aitken, les programmes de fidélisation des banques sont « des pratiques contraires à la concurrence ». Elle y voit une grande iniquité pour les consommateurs qui paient comptant ou avec leur carte de débit.

    Le Tribunal de la concurrence voit les choses autrement. Dans un jugement rendu mardi, l’organisme rejette la plainte de Mme Aitken contre Visa et MasterCard. Les commerçants ne pourront ajouter des frais aux factures des utilisateurs de ces cartes de crédit, ni ne pourront refuser de prendre celles avec des frais élevés.

    Les motifs de la décision n’ont pas été communiqués par le tribunal. Le résumé de la décision se borne à dire que rien dans la jurisprudence liée à la Loi sur la concurrence n’existe pour empêcher cette pratique des émettrices de cartes de crédit.

    La défaite n’est cependant pas totale. Le commissaire John Pecman estime qu’empêcher les commerçants de charger des frais additionnels aux détenteurs de cartes de crédit profitant d’un programme de fidélisation « a eu pour effet de nuire à la concurrence ».

    L’industrie bancaire génère des milliards de dollars de profit par année au Canada. Elle le fait essentiellement en prêtant avec intérêt de l’argent qui ne lui appartient pas, ce qui, admettons-le, est fascinant. Les banques cumulent les dollars aussi en exigeant de leurs clients des frais de gestion de comptes, des frais de transactions au comptoir, des frais pour utilisation de chèques, des frais d’utilisation des guichets automatiques, des frais de transactions interbancaires, des frais pour des soldes trop bas, etc. Bien sûr, les intérêts générés dans nos comptes ne compensent même pas 1 % de tous les frais payés!

    Il est grand temps que le gouvernement fédéral, responsable de ce champ de juridiction, intervienne en imposant un cadre réglementaire. Les consommateurs ont suffisamment fait les frais, c’est le cas de le dire, des astuces des banques pour leur soutirer de l’argent de toutes les façons imaginables.

    Si elles veulent retenir leurs clients avec des cadeaux, à elles de payer!

    Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur


    • Est-il besoin d’aller pleuré au Fédéral…! La simplicité de nos jours se fait rare.
      Les commercants n’ont qu’à donner un escompte de 2% à ceux qui paie comptant ou par débit.

      Voilà une très bonne suggestion.

      Grand parleur

    • C’est pour ça que mon vendeur de char m’a regardé de travers quand j’ai payé mon blue tec avec ma visa après l’avoir négocié serré. Il pensait avoir un chèque. Cet achat m’a permis de faire un voyage à lui seul.

    • J’ai voulu acheter mon auto avec ma carte de crédit mais le concessionnaire ne m’a permis de charger que $ 5 000 sur cette carte. Il me semble, donc, que le commercant peut toujours refuser les achats par cartes de crédit, l’a toujours fait, et continuera de le faire…

    • Je trouve la décision du tribunal malheureuse. Le commerçant devrait être libre ou non de vendre quelque chose, d’exiger du comptant ou un chèque. Au pire, il perd la vente au profit d’un autre commerçant. N’est-ce pas cela vivre dans un pays libre?

    • Mettre “banque” et “fidélité” côte à côte, n’est-ce pas un oxymoron? Ça dépend de la fidélité de qui on parle.

    • Si vous voulez vous défoulez, lancer moi des tomates. Je possède une carte privilège et je paie quasimetn tous mes achats avec. Si un magasin n’offre pas la possibilité de payer par carte de crédit, il n’y a pas grand chance de m’y voir. Visa me charge 60$ par année de frais pour le programme qui me rapporte entre 200 et 300$ Boni-dollars. Si vous avec terminé votre quatrième année, vous pourrez en déduire que ça me rapporte entre 140$ et 240$ par années. Pourquoi je m’en priverais?

      En plus, si je paie par carte de débit et qu quelqu’un clone ma carte et vide mon compte, imagnier tous les problèmes. Par exemple, un paiement hypothécaire qui rebondit. J’aime mieux me faire cloner ma carte de crédit.

      M. Tremblay

      Il n’y a pas de problème à posséder une carte privilège. Là où ça cloche, dénoncent les commerçants, c’est que l’ensemble des consommateurs paient pour les privilèges que vous recevez. Pourquoi votre banque ne s’en occupe pas elle même? Après tout, c’est elle qui bénéficie de vous avoir comme client.

      Grand parleur

    • @Grand Parleur

      Pourquoi la banque ne paie pas? Je ne sais pas. Devraient-elles payer? Sûrement. En attendant j’en profite. Je me fais tellement saigner par le gouvernement. Une belle augmentation de 25% de mes taxes scolaires.

      De toute façon, les magasins se plaignent, pourtant quand le dollars états-unien et canadien sont a parité, on peut voir une énorme différence dans les prix. Les cartes de crédit n’explique pas toute cette variance. Peut être que s’ils vendaient moins cher, ils augmenteraient leur ventes ainsi que leur profits.

      Je magasine de plus en plus avec Amazon (canadien et états-unien). Il y a de très bon prix, surtout du coté états-uniens. Essayer de magasiner en ligne au Québec. Que les grands magasins ont un site, et encore. Réno-Dépôt n’affiche même pas leurs prix en ligne ou l’état des stock.

    • @baghdadbob: le commerçant devrait avoir le droit de refuser votre carte privilège. Malheureusement, c’est tout ou rien. S’il accepte Master Card, on le force à accepter toutes les sortes de Master Card, incluant les cartes privilèges.

      Cela est un abus de la liberté du commerçant de la part de Master Card, même si c’est techniquement légal puisque Master Card a évidemment le droit lui aussi de donner ses conditions au commerçant pour le privilège d’utiliser sa carte. Mais je trouve que c’est un droit abusif.

    • Ouf. un morceau de robot en moins pour mes fautes et ma syntaxe.

    • Y’a de plus en plus de logiciel de comptabilité qui sortent une colonne de prix comptant interac et une autre cartes de crédit. Notez que Costco ne prenne que Amex. Preuve de leur compétitivité. Ils doivent avoir une entente avec Amex d’exclusivité en échange d’un taux à 0%. Amex se reprend sur les frais d’intérêts de retards. J’ai une Amex de la banque Scotia rouge vif qui n’est pas très populaire car je dois expliquer à chaque caissier de chez costco qu’il s’agit d’une amex et qu’en conséquence, ils doivent la prendre. J’ai toujours eu un faible sur ce qui rare et méconnu.

    • Vos dettes sur les cartes de crédit sont déjà vendues et converties en sécurité (sécurisation) sur les marchés financiers … Les banques ne sont donc plus détentrices en plein droit de ces dettes (Holder In Due Course), il est possible de décharger ces cartes et demander réparation avec les règles commerciales UCC 3-305 (Recoupment) et 3-306 (Counter-Claim) !! Par ces méthodes injustes, il faut reconnaître que tout le système banquier est frauduleux !!

    • Les cartes de crédit sont pour la plupart sécurisées par les banques sur les marchés financiers … ces banques capitalisent donc sur votre dos sans être les véritables détenteurs de plein droit de ces dettes de crédit !!! Constituant une fraude à grande échelle …

    • En plus, le taux de réserve fractionnelle des banques est de 23 pour 1 actuellement … c’est ce qu’on appelle créér de l’argent à partir du vent, on te charge donc des intérêts sur de l’argent qui n’existait pas avant que tu signes un contrat à la banque … On appelle ça un système d’argent dette, si tout le monde paie leur dette, l’argent n’existe plus … Aussi les intérêts ne font jamais partis de la masse monétaire d’un pays d’où l’obligation de l’état d’emprunter indéfiniment pour ces chers banksters !!!

    • Les banques ne prêtent jamais leur argent (Lire la FED Chicago Modern Mechanics), elles créént de la masse monétaire de par votre signature sur le contrat (promissory note) … Elle créé donc un actif en votre nom et vous charge des intérêts par dessus le marché !!!

    • @honorable

      Que le gouvernement donne le droit aux commerces de choisir les cartes qu’elles veulent, pas de problème pour moi. Sauf que je ne les entende pas pleureur que leurs ventes et leur profit à baissé.

      Pas sûr qu’un magasin veuille faire marche arrière tout seul. Si tu es le seul qui refuse les cartes privilèges, y’a des chances que les concurrent fassent le plein de clientsé

    • Les commerçants manquent de pouvoir de négociation ? Les frais ne sont pas reliés aux bénéfices qu’ils peuvent en tirer alors… Ce devrait pas être l’inverse… Le commerçant qui bénéficie d’un rabais de frais sur certaines cartes ou même impose des frais aux sociétés émettrices de crédit ?

      Puis chaque commerçant chez les gros ont une carte préférée… Bien oui, chez IGA c’est une Mastercard de BMO avec des Air Miles, Chez Esso, une Visa Classique Esso de RBC …

      Ils doivent s’entendre entre eux… Et des commerçants il y en a pas des puissants comme Wal-Mart ? Le client a beau avoir une carte Platine et avec une limite très élevée, s’il vient juste s’acheter un peu de bouffe et quelques bébelles , pas sûr que cela impressionne la caissière chez Wal-Mart… LOL…

      Par contre, la personne qui a une carte Wal-Mart, Mastercard entrera dans leur programme de récompenses à eux…

    • Bine oui, c’est le monde à l’envers et franchement un commerçant devrait accepter toutes les VIsa , Mastercard ou American Express ou sinon en prendre aucune mais ne pas avoir à payer plus cher parce que telle carte coûte plus cher `la société de crédit. Pas pour des programmes dont elle ne bénéficie pas.

      Les frais doivent être reliés à un service et à un avantage. Charger aux clients ? Mais là encore ce serait aux banques ou sociétés de crédit de le charger dans les frais annuels ou bien dans des récompenses moindres à leurs clients.

      Les frais devraient pas être quasi-uniformes ou bien différents seulement pour les programmes qui rapportent aux commerçants et là plus bas ou plus élevé selon leur volume et entente ?

      Comme commerçant, si la personne vient chez vous pour accumuler des points cela peut être bien mais il faut que cette fidélité soit envers vous ou votre chaîne également sinon…. Ces frais n’ont aucun rapport et ne seraient pas supposés vous regarder.

      Non ce serait aux commerçants à refuser de payer des frais de transaction plus élevés qui leurs sont illégitimement chargés. Que les gros commerçants se rendent écraser les orteils de bonzes chez Visa ou Mastercard s’il faut. Je comprends pas qu’ils réussissent pas à faire changer les choses, du moins les gros…

      Les petits et les trèspetits abandonnent parfois l’idée d’accepter les cartes de crédit. Trop cher.

    • Tiens, j’me rapppelle que quand l’essence à monté à 1,50$ le litre il y a trois ou quatre ans, les prix avaient monté car les compagnies de transport se sont mis à charger plus cher. Lorsque l’essence est redescendu, est-ce que les prix ont diminué dans les magasins? Et lorsque l’essence reviendra à 1,50$, on aura une nouvelle hausse de prix?

      Un pain, c’est rendu combien? 3 ou 4$ le pain? 2$ pour un pain rempli d’air ( les pains les plus cheap)? J’ai acheté 40kg de farine de blé intégral pour 85$ à un producteur québécois car je fais mon pain maison. Ça me coûte probablement le même prix qu’en magasin sauf que j’ai pas un pain blanc rempli d’air.

    • Non mais une Visa , c,est une Visa, une Mastercard, une Mastercard…

      Cela ne tient pas debout que les sociétés de crédit veule refiler leurs coûts non liés aux commerçants et qu’eux ensuite cherchent à refiler cela aux consommateurs… C’est sûr que tout le monde cherche à faire des profits par contre mais pourquoi payer plus cher pour recevoir aucun avantage en retour ?

      Tu prends Visa ? Tu les prends toutes mais tu n’as pas d,affaires à payer plus cher pour un programme qui ne te rapporte pas à toi directement !!!

      Pour les petits, je ne sais pas la solution… Prendre juste des Visa ou des Mastercard alors… Un ou l’autre… Cela leur ferait perdre des clients bien sûr mais si les émetteurs exagèrent…

      En affaires, il faut être des partenaires dans une certaine mesure… Tes frais c’est ton problème le gros à toé de les assumer ! Le client paye si cela lui rapporte quelque chose ou s’il perçoit une plus-value.

      Qu’ils renégocient leurs ententes avec Visa et Mastercard et qu’ils se fassent respecter et ne s’attendent pas trop de réglementations des gouvernements car ils vont se rattraper ailleurs anyway…

    • “La simplicité de nos jours se fait rare.
      Les commercants n’ont qu’à donner un escompte de 2% à ceux qui paie comptant ou par débit.”

      Le problème est que les commerçant n’ont pas le droit de faire ça. Ils sont liés par leur convention avec les cartes de crédit. Comme que je ne peux avoir aucun rabais en payant comptant, je paie toujours avec ma carte de crédit.

    • eric.bourque,

      !!.. ça ne tient pas la route votre imbroglio.

      Canadian Tire le fait bien lors de votre prochain achat. ($)
      Le hic toutefois pour un programme de fidélisation‎ c’est qu’il y a tjrs un coût.

      En bref, les p’tits commercants ne sont rarement gagnants dans cette aventure mais pour les clients, il reste tjrs le pouvoir de négociation. ( cash.. cash ou bye=bye mon cowboy.. ;) )

    • @codepresss: Votre solution est trop simple (et se fait déjà). Il faut plutôt (bien sûr) que notre gouverne-maman s’en mèle (ou s’emmèle), comme toujours au Québec…

      @honorable: Du moment qu’il accepte les cartes de crédit, son contrat avec Visa/MC/AmEx lui interdit d’imposer un montant minimum ou maximum aux transactions. Je sais, le consommateur tolère encore trop souvent ce genre de limite du vendeur. Une simple plainte ferait l’affaire…

      @eric.bourque: Ils ont tout-à-fait le droit de donner un rabais à ceux qui paient comptant. Ce qu’ils n’ont pas le droit, c’est de charger plus cher à ceux qui paient par carte de crédit. C’est jouer avec les mots? Oui – mais c’est comme ça, ne vous en déplaise…

      @GrandParleur: Je ne vois pas où est le problème (mis à part l’intérêt soudain des médias pour quelque chose qu’ils ne comprennent pas bien). La seule méthode avec laquelle Visa/MC/AmEx se fait payer par les commerçants, c’est via ces frais qui représentent un % de chaque transaction.

      Bien sûr, ces frais de transaction sont indirectement refilés aux clients! Tout comme l’électricité payée par le magasin, le salaire de ses employés, les lunchs d’affaires mis “su’l'bras de la compagnie”, l’auto de compagnie et l’essence qui va dedans… Il me semble qu’il y a beaucoup d’autres aspects du commerce (et des coûts refilés aux consommateurs) qui mériteraient d’être examinés avant les frais de crédit.

      Rien n’empêche certains commerçants à dire “non” aux cartes de crédit; ils perdent alors des clients (et moi le premier). D’ailleurs, plus que plus les gens paient par carte de crédit, moins il y a de comptant en circulation. Moins il y a de comptant, moins les commerçants peuvent dissimuler des ventes au fisc ou blanchir de l’argent sale. Bref, moins il y a de comptant, plus il y a de tracabilité… Facile de comprendre pourquoi le sujet devient soudainement populaire auprès des commerçants!

      Sans compter que lorsqu’une carte de crédit se fait voler et est tout de même autorisée en magasin, le voleur conserve son bien, le commerçant se fait quand même payer et le propriétaire légitime de la carte ne débourse souvent pas un sou (ou genre 50$ max). Qui hérite de la facture? Les institutions en arrière des cartes de crédit…

      Quelle sera la prochaine étape? Interdire la négociation en magasin? Ou même mieux, les rabais? Parce que si on suit la même logique, le commerçant doit aussi nécéssairement se “reprendre” après avoir vendu des choses à rabais… Celui qui a “dealé” sa télévision est avantagé, mais ceux qui paient le prix affiché se font avoir, donc?

    • ……

      Aucune banque au Canada fait l’essentiel de ses profits sur ses revenus d’intérêts depuis plus de 20 ans.

      Les deux produits les plus profitables pour une banque sont le compte chèques/épargne pour tous ses frais et la carte de crédit pour les frais charger au commerçants. Les intérêts élevés des cartes de crédits comptes pour une très petite partie de la rentabilité du produit.

      Quand une banque vous charge moins 3% comme taux d’intérêts sur une hypothêque, elle ne fait pas d’argent avec l’hypothêque vendu mais elle a espoir que le compte chèque/épargne qu’elle vous a refiler en même temps deviendra votre compte principale.

    • FAUX reminet,
      Vous ne connaissez rien des banques, ça se voit bien … La banque sécurise la plupart des prêts hypothécaires, cartes de crédit, prêts personnel sur les marchés financiers. Recherchez: Mortgage Back Securities (MBS) et Asset Backed Securities (ASB), le système est frauduleux parce que ces banques ne sont plus détentrices de plein droit ce ces dettes (Holder in Due Course). Le gouvernement ne s’en plaindra jamais car il est impliqué dans cette fraude à grande échelle par la sécurisation des bonds de vos certificats de naissance. Bienvenue dans la matrice mon cher !!!

    • Un revenu minimum pour tous soulagerait une bonne partie du stress de survie journalière, 25 heures maximales par de travail par semaine serait suffisant … Pour ceux ou celles qui ne seraient pas encore, le parlement fédéral a le pouvoir de créér le crédit sans intérêts qu’il a besoin de par sa banque centrale selon l’article 90 de la constitution. Pourquoi a-t-il résigné ce pouvoir ?

      Vous pouvez toujours trouver la réponse par cette citation de Mackenzie King en 1935:

      «Dès qu’une nation a cessé de contrôler elle-même sa monnaie et son crédit, il importe peu qui fait ses lois. L’usure une fois au contrôle ruinera n’importe quel pays. Tant que le contrôle de l’argent et du crédit n’aura pas été restitué au gouvernement et reconnu comme sa responsabilité la plus évidente et la plus sacrée, il est vain de parler de démocratie et de souveraineté du parlement.»

    • ( Moins il y a de comptant, moins les commerçants peuvent dissimuler des ventes au fisc ou blanchir de l’argent sale. Bref, moins il y a de comptant, plus il y a de tracabilité.)

      @eracine ….. 12h21…

      Votre raisonnement est un peut simpliste non!!

      Pour le commerçant ayant un fort % de contenu service c’est fort probable. Pour ceux qui on un contenu exclusivement de biens ”neuf” ‘ ils doivent théoriquement s’abrever chez un grossiste (fournisseur).

      Certains même n’ont aucun avantage à dissimuler leurs ventes transactions.

      À titre d’exemple que je rencontre fréquemment.

      Faire le plein d’essence (multiple stations ayant entre autre un dépanneur)
      Payer comptant ou par crédit n’a peu d’impact…

      Si vous ne demandez pas le reçu original de votre transaction vous n’obtiendrez que le simple reçu du crédit (carte de crédit) . ll est TRÈS FORT ”PROBABLE” que la transaction soit refilé à quelqu’un d’autre (entreprise) qui l’enregistera comme dépense et en supplémentaire, réclamation des crédits de TAXES.

      Bcp d’entreprises naissent et meurent dans un laps de temps bien défini. Pourquoi es-ce ainsi?
      “Des dizaines voire des centaines” de millions sont soutrait du traitement fiscal sans qu’aucun fonctionnaires ne voient ce stratège.

      Ce stragène existe pour l’essence et pour plusieurs autres biens.

      Soyez tous fidèle mes amis, banques (crédit) ou non, il y aura tjrs moyen de soutirer des dollars que vous ne possédez même pas !!

      Bonne semaine

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2013
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité