Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 14 octobre 2012 | Mise en ligne à 14h43 | Commenter Commentaires (18)

    Dangereux le matricule 728?

    Capture d’écran 2012-10-14 à 14.49.58

    Non, si on en croit son patron.

    Marc Parent, chef de police de la Ville de Montréal, estime que l’agente Stéfanie Trudeau était apte à la patrouille lorsque son service l’a retournée sur la route après l’incroyable épisode du poivre de Cayenne lors d’une manifestation étudiante au printemps.

    Dans La Presse de samedi, M. Parent répond aux questions de la collègue Nathalie Collard dans la rubrique 10 + 1.

    La question numéro 3 est fort révélatrice de la philosophie de la SPVM: «Avec ce qu’on sait aujourd’hui à propos de l’agente 728, pouvez-vous affirmer qu’elle était en mesure de patrouiller et de porter une arme?»

    Réponse de M. Parent (les caractères gras sont de moi):

    «À la suite des événements du printemps, on avait pris des dispositions pour avoir un meilleur encadrement et on l’avait retirée de toute situation potentiellement à risque comme les manifestations, les événements populaires, etc., parce qu’elle aurait pu été plus à risque d’être provoquée ou de se faire insulter. Mais il n’y avait pas d’autres indicateurs qui pouvaient nous laisser croire qu’elle aurait un comportement excessif, colérique ou complètement déplacé. Quant au port d’arme, il n’a pas été question de l’utilisation de son arme dans l’événement, alors il faut faire attention quand on projette la dangerosité de cette personne-là.»

    Les plaintes déposées contre l’agente 728 au comité de déontologie pour manque de contrôle et utilisation d’un langage agressif ne sont-elles pas des «indicateurs» qu’elle a un problème à côtoyer les citoyens?

    Ça nous porte à croire que le chef Parent et les superviseurs de l’agente 728 manquent de jugement. Surtout que la policière était aussi affectée à la… formation des jeunes policiers. Ouf!

    photo Jacques Nadeau Le Devoir


    Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur


    • Pour ma part dans la vidéo du poivre elle me fait penser à une personne en manque d’autorité et portée sur l’autoritarisme. Comment se fait-il que ses collègues ne réagissent pas ? Il faut rester professionnel mais il faut aussi que les citoyens ne nuisent pas au travail des policiers.

      Por l’histoire de la bière sur la voie publique… Nous n’y étions pas et la caméra filme trop tard. Est-ce qu’un avertissement aurait pu être suffisant ? Oui, dans plusieurs cas mais cela peut être laissé au jugement du policier. Et il peut décider de remettre une contravention et le citoyen insatisfait la contestera s’il le veut. Mais pas certain que le juge lui donnera raison . En manque d’autorité encore une fois ? ne sait pas communiquer ? Elle joue des bras alors qu’elle n’a pas le physique pour cela ?

      Elle semble avoir aussi certaines caractéristiques comme le personnage de Percy Wetmore dans le film ” La ligne Verte”.

      Mais ce pourrait aussi être juste une policière incompétente et cela crée de la frustration. Elle se fait narguer et ”niaiser” par des citoyens et là elle arrive avec son autoritarisme. C’est simple, elle n’a pas d’autorité naturelle. Et évidemment lorse qu’armée cela peut devenir dangereux.

      Un policier qui a de l’autorité tout en étant compétent et professionnel ne se fera pas niaser longtemps par quelques jeunes baveux. Ou n’aura pas de problème à remettre un billet d’infraction à un artiste bâti sur un frame de chat. Ils auraient beau être 7 ou 10, s’il avait un vrai motif raisonnable il n’aurait pas à se battre avec eux longtemps, ils obéiraient illico.

      Elle a beau être sportive, c’est un poids plume. Quel intérêt à la mettre ou lui faire jouer des rôles de bras ? Les femmes dans la police ne devaient-elles pas être là car elles peuvent être des emilleures communicatrices que plusieurs hommes ? Qu’elles peuvent venir calmer les esprits ?

      Qu’elle lève des poids tant qu’elle veut dans ses loisirs, qu’elle pratique la lutte ou le judo mais elle n’a juste pas le physique pour brasser comme elle le dit. Elle va juste mettre de l’hule sur le feu en jouant des bras. Encore une fois ses coéquipiers n’ont pas su quoi faire mais elle était avec un jeune ?

      Mauvais match.

      Une police aussi de plus en plus loin des gens et partout. Le policier devrait connaître le quartier où il patrouille, ses résidents et tout.

      Le citoyen N’aurait pas à s’identifier vraiment dans ce temps là, le policier l’aurait reconnu.

      Et juste un avertissement dans ce temps là car il aurait connu les gens.

      ” Rudi range ta bouteille, va la boire ou la porter à l’intérieur et tu reviendras ouvrir la porte à ton ami ensuite. Sinon je vais être obligé de te remettre un billet d’infraction pour consommation d’alcool sur la voie publique.”

      ELLE EST OÙ LA POLICE DE QUARTIER ? Celle qu’on promettait à une certaine ?

      Et même dans les plus petites villes, il y a eu fusin des corps policiers avec des agents plus éloignés de la population. Alors tous peuvent être vus plus rapidement comme des ‘’suspects” alors que des policiers les reconnaissant savent qu’ils sont bien normaux et inoffensifs.

    • Un autre article nous dit que c’est une agente du poste de quarier 38. Depuis combien de temps ?

      Elle a des problèmes de communication, de professionnalisme et d’exercice de l’autorité. Mais que fait-elle dans un quartier à l’encontre duquel elle est remplie de préjugés ? Oui, une intervention doit être professionnele et repestés certains standards sauf qu’il faut connaître le secteur où l’on patrouille.

      Si elle y habitait ou avait plus côtoyer ces gens… Sait-on jamais, elle saurait peut-être mieux intervenir.

      Oui, cette femme peut avoir des problèmes personnels mais il y a plein de choses qui semblent démontrer que l’on gère mal et prépare mal les policiers à intervenir. Je ne sais si c’est à l’école mais sur le terrain cela crée une police de plus en plus méfiante et déconnectée des citoyens alors qu’ils disaient pourtant vouloir faire le contraire.

    • La grande manoeuvre pour minimiser ses actions vient de débuter. Des excuses pour la frime suivi d’un tablettage du dossier, sont à prévoir.

      Ça sera pas long qu’on va nous bassiner l’habituel : “Des pour mesures ont été mises en place pour mieux encadrer nos policiers afin éviter ce genre de débordement. Bla-bla-bla”

      Jean Émard

    • Pour ma part,je pense que son boss est aussi incompétent qu’elle.

    • Bien voyons-donc !

      Depuis la sortie du reportage de Radio-Canada, les langues se délient et là, même certains de ses confrères de travail en viennent à dire que, de par son agressivité, elle pouvait nuire à la bonne marche de certaines interventions. Ne me faîtes pas croire que dans un univers aussi clos qu’un corps policier comme celui du SPVM elle n’avait pas une “réputation” connue et sue de l’ensemble.

      Je ne conclu donc pas au manque de jugement mais bien à une culture du silence et de la consanguinité professionnelle qui fait qu’on protège le maillon faible de la chaine de peur qu’il n’éclate et qu’il brise cette chaine tissée serrée…et là chaine vient de péter et tous les maillons écopent, y compris le chef qui nous fait son numéro de relation publique, comme si il ne savait pas.

      Sinon il était bien déconnecté de sa base…

    • “…alors il faut faire attention quand on projette la dangerosité de cette personne-là.” Elle n’a pas besoin d’une arme à feu pour être dangereuse, juste ses bras et sa cacanne de poivre. Je ne comprends pas comment M. Parent peut parler comme cela. Il y a des limites à prendre les citoyens pour des cons. Et si 728 n’est pas dangereuse, pourquoi lui retirer son arme et l’affecter à des tâches “administratives”? Pour la protéger ELLE: “parce qu’elle aurait pu été plus à risque d’être provoquée ou de se faire insulter.” (Dixit)
      Ça va pas ben à la SPVM…

    • En réalité 728 est surtout dangeureuse pour le SPVM. Les dommages faits à l`image du service de police prendront beaucoup de temps à disparaitre et je vois mal comment ils peuvent la garder dans leurs rangs même dans un bureau anonyme dans un sous-sol perdu…

      Parce qu`au dela de ses actes ce sont surtout ses propos qui portent atteinte à la réputation du corps policier.
      Le fameux sergent Bigras de RBO représentait une perception péjorative de la police qui était encore présente dans la population. Le gros beau frere moustachu au quotien intellectuel équivalent à celui de sa matraque…

      Ainsi il n`en fallait pas plus pour faire le rapprochement que si les étudiants étaient tous des casseurs au printemps érable, tous les policiers sont maintenant des …

      Je suis loin de croire qu`elle illustre une culture policiere généralisée mais force est d`admettre qu`elle a été acceptée avec tous ses défauts et que personne n`a vraiment rien fait pour regler le problême de facon définitive. À cet effet je peux comprendre que tu ne peux pas changer la mentalité de quelqu`un et que le SPVM est responsable de ce laxisme et de son inaction, syndicat ou non…Un moment donné un individu représente l`entreprise pour laquelle il travaille et 728 était cautionnée par le patron.

    • 1) Elle s’appelle Stéfanie Trudeau et non Stéphanie.
      2) Cessez de l’appeler Matricule 728, elle n’est pas digne d’être policière et il faut la nommer par son nom et le répéter ad nauséam pour ne pas l’oublier.
      3) Elle doit être congédiée, c’est la seule issue possible.

      Le syndicat des policiers va la protéger, même si c’est indéfendable. J’ai toujours été contre la syndicalisation des policiers (et pompiers). S’il n’y avait pas de syndicat, ça serait plus simple pour la suite des choses.

    • Comme ses supérieurs semblent approuver les gestes de cette chère dame, il ne faudrait pas s’attendre de leur part à des décisions éclairées et responsables.
      Elle a été retirée de l’action directe me direz-vous.
      Bien sûr mais n’eut été la médiatisation de son cas elle serait sûrement toujours bien campée à son poste. Sans aucun changement dans sa fonction.

      Avant que cette dame bizarre ne passe devant le comité de déontologie (humoristique) —une vraie farce quoi!– il serait judicieux de lui faire subir des tests psychologiques. Et on devrait obliger une grande partie de nos chers policiers à subir les mêmes tests, semble-t-il. Pour vérifier leurs capacités de jugement surtout.
      Condition no 1: ces tests devraient être faits par des psychologues sans rapport direct avec le milieu policier. On devrait même éliminer les psychologues qui sont régulièrement consultés lors des procès.
      On n’a pas le choix, on se doit d’utiliser ces méthodes externes; la confiance que l’on devrait avoir dans nos “protecteurs” ayant été merveilleusement bousillée par ceux-ci.

    • @ lecteur_curieux
      «Comment se fait-il que ses collègues ne réagissent pas ? »

      Parce qu’elle dit tout haut ce que plusieurs pensent tout bas. La moitié de ce qu’elle est représente beaucoup de policiers (voir la majorité). D’ailleurs, elle n’est certainement pas la seule à être comme ça.

      Personnellement, je suis certain qu’il y a de très sérieux problèmes de gestion. Si c’est comme au gouvernement, la qualité des gestionnaires doit pas être fameuse…

      Le SPVM et tous les corps policiers se sont tirés dans le pied. À chaque fois qu’il y aura un problème, on sortira Stéfanie Trudeau tout comme on sort Aurore Gagnon pour personnifier la violence policière. D’ailleurs, elle aura rendu un fier service à tous ceux qui dénoncent la violence policière.

    • “Dangereux le matricule 728?” Elle est une gang de rue à elle toute seule, c’est pas rien!

    • Il y a quelque chose de bien plus dangereux que la matricule 728: toute la police! Voyez comme ses “confrères” ont collaboré avec elle pour “nettoyer” son comportement. Au lieu de l’accuser, elle, de violence, ils ont plutôt accusé… les citoyens qu’elle a brutalisé!

      Et dites-vous bien que sans le vidéo, ces citoyens feraient face à la justice (je crois que c’est même le cas en ce moment!).

      Dites-vous bien une chose, mes chers amis: si un policier vous arrête pour un contrôle routier, et qu’il s’adonne à être de mauvaise humeur cette journée-là, eh bien, il peut vous brutaliser, en toute impunité, et c’est vous qui allez être accusé!

      Bien entendu, la plupart des policiers ne font pas ça (heureusement!), mais le fait qu’ils puissent le faire en toute impunité est vraiment, vraiment dangereux.

      Et maintenant, ils ont même le “droit” de confisquer les téléphones des gens au cas où ils seraient filmés!

      Dangereux, je vous dis.

    • C’est dans l’action qu’ils ne réagissent pas. Pour le téléphone du moins je crois le dernier ce n’était pas avec un supérieur qu’elle parlait, dans un enregistrement plus complet sur Youtube on entend clairement son téléphone sonnet et elle prend aussi un autre appel avec un de ses collègues confirmant ce qui allait être écrit sur le rapport. Bien…

      Dans l’enregistrement on entend aussi le prénom de son collègue.

      Réagir je parlais aussi sur le terrain. Quand elle manque de professionalis,me et se laisse emporter par ses émotions ou qu’elle est visiblement DÉPASSÉE PAR LES ÉVÉNEMENTS.

      Remettre une contravention ou donner un avertissement cela ne devrait pas être compliqué. Et même procéder à une arrestation surtout si ce n’est pas avec des fous furieux, cela devrait se faire dans un calme relatif.

      Elle est incapable de gérer ou elle a besoin d’aide dans la vidéo des manifs. C’est à un collègue de s’en occuper et d’aller avertir les manifestants ou encore de retenir Stéfanie en lui disant : ” Laisse-les faire, occupe-toi pas de leurs quolibets et reste à ton poste.”

      La même chose pour le billet pour alcool. ” Calme toi, Stéfanie,recule va m’attendre un peu plus loin près de la voiture, Je vais remettre le billet au monsieur.”

      Le citoyen peut protester être un peu long à s’identifier mais si le policier juge vraiment qu’il y a quand même lieu de remettre un billet d’infraction. Avec un peu de dialogue, de la patience, une certaine fermeté. N’importe quel flic compétent est capable de remettre un ticket et se faire obéir même par une personne un peu rebelle et artiste qui n’aime pas l’autorité. Une police reste une police, c’est pas un ami. Mais donner un ticket, c,est supposé être basic, même un cadet policier serait plus compétent mais je pens epas qu’ils ont le pouvoir d’en remettre. Mais pour faire de la prévention, le jeune aurait été capable.

      Quand ils patrouillent à deux, ils devrait s’aider et empêcher leur collègue de perdre les pédales.

      Elle a beau avoir de l’expérience, il fallait la mettre numéro deux dans la patrouille et non celle qui commande.

    • Au delà de la culture ou sous-culture qui existe ils ont des problèmes de gestion sur le terrain.

      Est-ce que les policiers changent constamment de secteur ? C’est bien de connaître la ville au complet mais il faut se familiariser.

      Et les partenaires de patrouille ils sont choisis comment ? Celui qui est plus prompt ne devrait pas être avec un autre plus calme.

      Ou encore si vous avez une femme mais contrairement à Stéfanie, très bonne sur le dialogue mais très peu musclée. On ne devrait pas la faire travailler et surtout dans des coins difficiles avec un collègue disons de 225 livres de muscle et plus plutôt que de la faire travailler avec une autre femme et pas tellement plus musclée ?

      Il paraît qu’elle était avec un novice… Puis c’est une policière avec des cas de déontologie. Il fallait l’encadrer, la mettre à sa place en fonction de sa compétence avant qu’elle commette une autre frasque.

      Ils sonttrès nombreux à être trop comme elle ? Peut-être, je ne sais pas, je vais quand même ”collaborer” avec les policiers dans un sens si j’ai affaire à eux. Puis vous savez en restant calme mais en les observant certains changent leur comportement et même pour des choses simples.

      Comme mettre leur indicateur pour signaler un virage, ne pas traverser sur un feu rouge comme piétons s’ils n’ont pas d’urgence. Oui, je l’ai vécu à Montréal, moi j’ai traversé alors que c’était encore permis mais les flics masculins allaient passer sur la rouge, la femme les a retenus. Bien oui, je les voyais. Un policier se doit de prêcher par l’exemple.

    • Le plus prompt ne devrait-il pas être avec un autre plus calme ?

      Il faut que les compétences et les qualités et défauts des agents s’équilibrent sinon…

      On semble prendre pour acquis que tous sont également compétents ou avec les mêmes qualités. Je ne crois pas à cela. Ou encore on sélectionne mal.

      En tous les cas, nous cotyens ne voyons que les résultats de ces manques de compétence et de gestion bâclée ou soumise à des faux impératifs. Des impératifs supposémment d’économie ou de performance mais qui dans les faits,quelques années plus tard n’ont fait qu’empirer les choses. Du moins, c’est notre impression, une dégradation de la qualité. Ou une mauvaise façon de répondre aux problèmes sociaux et de sécurité qui peuvent être plus nombreux.

    • elle devrait même plus avoir le droit de conduire avec ce genre d attitude

    • Je viens de voir le vidéo du reportage.
      Vraiment j’ai honte.
      Cette femme n’est pas à sa place.
      Elle doit être congédiée sur le champs.
      SVP, on est dans le rouge; pas de bonus ni bonis ou primes
      Une thérapie est nécessaire.
      De plus, elle doit être accusée au CRIMINEL.
      Il y a des secrétaires plus compétentes à la police
      pour faire le travail de bureau, et qui coûte moins cher.
      Urgent, la porte et des traitements psychiatriques élaborés.

    • Ses confrères qui n’ont pas procédé à son arrestation depuis le débit de ses frasques sont aussi dangereux. La culture policières est dangereuse pour tous les citoyens. Seules les caméras peuvent vraiment nous protéger.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2009
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité