Le Grand Parleur

Archive du 7 septembre 2012

Vendredi 7 septembre 2012 | Mise en ligne à 16h12 | Commenter Commentaires (32)

Médias provocateurs

«All separatists should be shot!»

Voilà la réaction — nul besoin de traduire, on a tous compris! — d’un internaute à un éditorial en ligne du Globe and Mail hier. L’équipe éditoriale du quotidien national revenait sur l’attentat commis mardi au Métropolis, insistant que les anglo-Québécois ne peuvent d’aucune façon être associés à ce geste meurtrier perpétré.

Tout a fait d’accord.

L’éditorial rappelle que le Canada est un pays non-violent, une démocratie, comme l’est le Québec, et que les actes d’intimidation politique n’ont pas leur place. «… c’était une attaque sur la croyance canadienne de la primauté de la discussion et du débat, et une famille innocente a payé un terrible prix pour cela», conclut The Globe and Mail.

Tout a fait d’accord.

Ce n’est pas l’opinion de certains internautes. Quelques-uns ont laissé des commentaires hostiles envers la société québécoise dans la section internet leur étant réservée. En raison de la dureté de leurs propos, la direction du journal a fermé cette section en effaçant les commentaires «pour des raisons légales», peut-on lire sur le site web.

Nous avons toutefois pu récupérer le commentaire ci-dessus avant la fermeture de la section. Commentaire isolé? Malheureusement, non. Celui-ci est extrême, mais nombreux sont les commentaires sur les sites des médias canadiens anglais associant les Québécois francophones, le Parti québécois et leurs militants au nazisme, au sectarisme et à tous les autres maux sur la Terre. Ils sont toujours signés sous un pseudonyme, bien entendu. L’ère de l’internet nous a bien démontrée que l’anonymat gonfle le courage du poltron.

Il est difficile de critiquer le travail d’autres médias. On a nous aussi dans la presse francophone des travers. Mais les médias canadiens-anglais ont une certaine part de responsabilité dans le ton et les propos de ces internautes. Leurs reportages et chroniques de sujets tels la Loi 101, la souveraineté et des questions touchant la citoyenneté sont toujours orientés négativement, rarement nuancés.

En ce sens, la Société St-Jean-Baptiste, pas toujours reconnue pour sa fine analyse sociologique des événements, soulève un bon point sur le rôle des médias anglophones dans le climat de tension qui règne au sein de la communauté anglophone dès qu’il est question du PQ ou de la langue française.

Il est probable qu’on ne sache jamais pourquoi Richard Henry Bain a tenté de s’en prendre à la première ministre élue, Pauline Marois. Tentait-il de l’assassiner? Aurait-il été influencé? Souffre-t-il d’une maladie mentale?

Ce qu’on pense, c’est qu’il s’agit d’un geste isolé. La communauté anglophone du Québec n’a rien à y voir, le condamne sans détour et se dissocie de tout acte de violence.

Cela étant dit, on sait également que des déséquilibrés (toutes origines confondus) vivent parmi nous. Des gens qui carburent à la haine. Des gens dont les propos et les écrits excitent d’autres personnes dérangées qui ne comprennent pas les nuances ou les différents degrés d’un argument ou d’une critique. Tout ça peut mener à des drames.

D’où la nécessité des médias de jouer de prudence lorsque vient le temps de mettre des commentaires d’internautes en ligne. Une modération plus serrée des commentaires disgracieux, violents et xénophobes ne brime en rien leur liberté d’expression.

Les médias ont la responsabilité de calmer le jeu. Pas d’attiser les feux en diabolisant des personnalités politiques et en laissant passer toutes les insinuations, vacheries et insultes contre les Québécois peu importe leurs origines.

Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur

Lire les commentaires (32)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité