Le Grand Parleur

Archive du 17 août 2012

Vendredi 17 août 2012 | Mise en ligne à 21h38 | Commenter Commentaires (19)

Cruel questionnement

Doc_Gaetan_Barrette_CAQ_39817.JPG

Gros débat cette semaine, sans jeu de mot, sur le poids du Dr Gaétan Barrette, le candidat de la Coalition avenir Québec pour le poste de ministre de la Santé. Son gabarit, pour un homme de 5 pieds 6 pouces, fait-il en sorte qu’il est trop gros pour la fonction?

Cruelle question. On pourrait penser qu’elle dépasse les bornes parce qu’elle fait le procès de son style de vie. Insolente, oui, mais la question est quand même pertinente. On parle quand même d’un candidat-ministre de la Santé, pas d’un quidam qui fait de l’embonpoint.

La chef du parti québécois Pauline Marois a raison d’affirmer qu’un ministre de la Santé doit donner le bon exemple. L’État québécois consacre presque 50 % de ses revenus à opérer des hôpitaux, des centres pour personnes âgées et des CLSC pour soigner la population. Le grand patron du réseau ne devrait-il pas être un exemple à suivre quant à ses habitudes de vie (alimentaire et exercices physiques)? Une question de crédibilité, pourrait-on dire.

Le Dr Barrette n’a pas de saines habitudes de vie. Il l’a reconnu lui-même en entrevue au Journal de Montréal: «Je ne suis pas le modèle de santé. (…) Je suis un individu gourmand, a-t-il dit. Et la nourriture diète n’est pas nécessairement gourmande. À un moment donné, je vais venir à le corriger (ce défaut).»

La compétence, les capacités intellectuelles et une connaissance approfondie du monde de la santé — des qualités que possède sûrement le Dr Barrette — ne suffisent pas pour gérer un tel ministère. Promouvoir les saines habitudes de vie non plus. L’exemple donné par le titulaire du ministère de la Santé est essentiel. Il devrait l’être du moins.

On oublie dans tout ce débat que l’un des plus gros problèmes en matière de santé dans notre société est que les gens ne prennent pas soin d’eux; ils mangent mal et ne font pas ou prou d’activités physiques. Résultat: leur santé en souffre et toute la population en paie le prix.

Comment réagirait-on si une personne ayant fait faillite était nommée titulaire du ministère des Finances? Si l’entreprise du futur ministre de l’Environnement avait été condamnée à la suite d’un déversement de produits chimiques dans une rivière? Si le nouveau ministre de l’Éducation n’avait qu’un secondaire 4? Mal. Mal. Et mal.

Nommer une personne comme le Dr Barrette à la tête du ministère de la Santé enverrait un mauvais message.

•••

Parlant de mauvais message, celui envoyé par l’actuel ministre de la Santé, le Dr Yves Bolduc, est assez incroyable, merci. On a appris cette semaine qu’il est propriétaire du restaurant Chez Goofy à Alma, un établissement où la poutine côtoie toute la gamme des mets fast-food.

Depuis quelques années, inquiet des problèmes d’embonpoint chez les jeunes, le gouvernement libéral mène une lutte à la malbouffe. Nos écoles primaire et secondaires ont reçu la directive d’assainir les menus de leur cafétéria et de leurs distributrices. Les menus dans la plupart de nos arénas ont également fait place à des mets-santé.

On doit encourager la libre entreprise. Toutefois, quand on occupe une fonction publique comme le fait le Dr Bolduc, on ne peut justifier une telle contradiction, même si le restaurant est dans la famille depuis des années. Il faut faire des choix et les assumer.

•••

Toute une nouvelle reçue cette semaine pour Nancy Boyce, candidate du Parti libéral du Québec dans Johnson. Treize maires et mairesses du coin lui ont offert leur appui.

Un de ceux-là est Éric Charbonneau, maire d’Acton Vale, mais surtout ancien député de la circonscription sous la bannière de l’Action démocratique du Québec, le demi-ancêtre de la CAQ.

Il serait intéressant d’entendre M. Charbonneau expliquer son changement d’allégeance. Tout de même bizarre quand même. Une explication cette semaine, peut-être.

•••

Dommage que le débat dans la circonscription de Brome-Missisquoi aura lieu si tardivement dans la campagne, le 29 août. Les journaux hebdomadaires auront déjà publié leur dernière version avant le scrutin, rendant impossible le compte-rendu de l’exercice.

On ne peut que sourire en apprenant de la part des chambres de commerce de Cowansville et de Lac-Brome qu’un des «candidats majeurs» ne peut se libérer avant pour y participer.

Il est clair qu’un des «candidats majeurs» se moque des électeurs… et de ses adversaires.

photo La Presse

Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2008
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité