Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 11 août 2012 | Mise en ligne à 7h46 | Commenter Un commentaire

    Vogue, vogue Bonnardel

    Bonnardel 1

    Les chiffres de notre sondage surprennent. Pas tellement qu’on apprenne que François Bonnardel est en avance. Honnêtement, on s’y attendait. Il est quand même député du coin depuis 2007, s’est toujours bien tiré d’affaire dans son boulot, est maintenant bien connu des citoyens de la circonscription et a eu le temps de se monter depuis une bonne organisation électorale. C’est plutôt l’étendue de son avance qui fait sursauter.

    Avec 44 % d’appuis des personnes sondées (laissons tomber les données basées sur la répartition des indécis qui s’avèrent parfois trompeuses), sa réélection ne semble plus faire de doute. À moins d’une catastrophe, une révélation troublante à son sujet, par exemple, il n’aura pas à se présenter au bureau de chômage le 5 septembre.

    Imaginez, son avance est telle que même si les quatre personnes sur dix qui disent qu’elles pourraient changer d’avis d’ici le scrutin le faisaient, le candidat de la CAQ détiendrait encore une avance: 26,4 %. C’est plus que Luc Perron du PQ avec ses 21 % et Guy Gaudord du PLQ et ses 14 %.

    Pour les péquistes, c’est presque le statu quo jusqu’ici. À la dernière élection, leur candidat, Jean-François Arsenault, avait obtenu 25 %. C’est toutefois la catastrophe pour les libéraux. En 2008, leur poulin, Jean-Claude Tremblay, était passé à une soixantaine de votes de la victoire. Il avait amassé 34 % des voix.

    On ne veut pas être méchants, mais parfois il faut dire les choses crûment: M. Gaudord n’a pas ce qu’il faut pour en découdre avec M. Bonnardel. Encore moins pour le battre. Que les libéraux aient choisi un arriviste qui a frayé avec la CAQ il y a six mois illustre une seule chose: personne d’autres dans les rangs du PLQ ne voulaient se mesurer au candidat sortant. Des responsables du parti ont convaincu M. Gaudord qu’il était en mesure de gagner. Il a gobé le mensonge.

    Tiens, ça nous rappelle qu’on attend encore qu’il nous fasse part de ses «convictions libérales».

    •••

    Devrait-on créer un parc près de la passerelle Miner? Éric Bédard pense que oui. Le candidat de Québec Solidaire dans la circonscription de Granby s’engage, s’il est élu, à travailler pour concrétiser ce projet. Une idée intéressante. Sur laquelle le conseil municipal se penche depuis un bon bout de temps.

    Cela dit, on espère que M. Bédard a d’autres projets précis pour la circonscription, des projets plus importants, disons-le, qui lui tiennent à coeur. Au-delà des engagements de sa formation sur une panoplie de sujets, on s’attend à ce que les personnes qui veulent siéger à l’Assemblée nationale nous disent ce qu’elles feront concrètement pour leurs concitoyens.

    •••

    Le candidat de la CAQ dans Brome-Missisquoi, Benoit Legault, ne sait pas encore quelles seraient ses priorités s’il était élu. Il veut d’abord consulter les citoyens. Euh!

    La campagne est commencée, champion! La consultation, on la fait avant d’être candidat, pas pendant. Ça dénote un manque d’organisation, de sérieux et de respect pour les gens qu’on dit vouloir représenter. Allez, un peu de sérieux!

    photo Alain Dion

    Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur


    • J’apprends enfin dans votre blogue le nom du candidat de la CAQ dans BM… Faudrait lui dire que son chef est venu dans son comté (à Bromont) la semaine dernière, mais avec M. Bonnardel, le candidat du comté voisin.


      Il était sur place lui aussi. Toutefois, anecdote comique, durant son allocution à Bromont, M. Legault (comprendre le chef), l’a appelé Stéphane Legault à deux ou trois reprises. Or Stéphane Legault existe bel et bien et est en plus candidat de la CAQ dans une autre circonscription de notre région (Johnson) — il était également sur place pour la visite du chef.

      M. Legault (on parle encore du chef) a décidément des problèmes à bien identifier son monde. Son lapsus avec le «Dr Yves Barrette» la semaine dernière est une perle.

      Ah oui, les trois Legault de la CAQ ne sont pas de la même famille, a-t-on appris.

      Grand parleur

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité