Le Grand Parleur

Archive du 18 juillet 2012

Mercredi 18 juillet 2012 | Mise en ligne à 15h07 | Commenter Commentaires (10)

Recherchées: convictions politiques

Photo Gaudord

La question était d’une grande simplicité : quelles sont vos convictions libérales?

On se devait de la poser. On se devait parce que le candidat dans la circonscription de Granby pour le Parti libéral, Guy Gaudord, avait utilisé le terme « convictions libérales » une bonne dizaine de fois lors de son point de presse mardi après-midi. Il répondait au député de la Coalition avenir Québec François Bonnardel qui s’interrogeait à savoir s’il avait des convictions politiques où seulement des ambitions politiques.

M. Bonnardel posait la question parce que M. Gaudord a, en début d’année, fait parvenir son curriculum vitae aux responsables du recrutement de candidats de la CAQ. La formation politique planait alors à 35 % dans les sondages, devant libéraux et péquistes. Sa candidature a été rejetée — les gens de la CAQ n’ont pas voulu nous dire pourquoi.

Comme réponse, M. Gaudord a d’abord parlé d’économie locale, du Plan Nord et de libertés individuelles. Relancé sur la question, il nous a servi un silence. Un long silence d’une minute, une minute qui a dû lui paraître une éternité.

La question était toute simple. On ne lui demandait pas de nous expliquer le processus de fusion nucléaire. On voulait savoir où il se situait politiquement. Dit autrement, on lui demandait ce en quoi il croyait politiquement.

On attend encore sa réponse.

Croire en quelque chose devrait être un prérequis quand on se lance en politique. Ça exige des personnes intéressées une profonde réflexion sur leurs idéaux, sur la manière dont ils pensent pouvoir contribuer au débat politique et, le plus important, comment ils entendent être le porte-parole de leurs concitoyens et comment ils entendent les représenter. Tout ça s’appelle avoir des convictions.

En politique, tout repose sur les convictions. En fait, tout devrait reposer là-dessus. Parce que la réalité est, malheureusement, que trop de politiciens sont de parfaits touristes. Certains sont là pour le pouvoir, d’autres pour encaisser une belle paie.

C’est un constat dur, mais trop d’élus, au municipal, au provincial et au fédéral, n’ont pas l’intérêt, la passion ou les compétences pour faire leur travail. Le pire est que nous en élisons parfois en toute connaissance de cause…

Petit pari avec vous : l’organisation libérale de Granby va s’assurer que son candidat ne prenne désormais la parole que dans des endroits sécuritaires (comprendre là où les questions ne seront pas risquées). Et ne vous attendez pas à ce que M. Gaudord accepte de prendre part à un débat avec les autres candidats. Son équipe lui trouvera assurément une raison originale de ne pas y être. Un agenda est si vite chargé…

•••

Comme bon nombre de députés néo-démocrates du Québec, Réjean Genest ne s’attendait pas, au printemps 2011, à être envoyé à Ottawa pour participer aux travaux de la Chambre des communes. On ne pourra l’accuser toutefois d’opportunisme. Il s’est présenté comme candidat dans Shefford alors que le NPD n’était même pas sur les écrans radars des maisons de sondage au Québec.

Et à la différence de M. Gaudord, M. Genest est capable d’exprimer ses convictions politiques par des paroles et surtout avec des gestes.

Ça prend une bonne dose d’audace pour un député recrue d’intervenir auprès d’un ministère comme Service Canada pour refuser l’octroi de subventions à d’importants organismes de tourisme (Zoo de Granby, Association touristique des Cantons-de-l’Est, CINLB) pour la création d’emplois d’été. Son refus d’endosser les choix de Service Canada a permis à plusieurs petits organismes communautaires de profiter — enfin à leur tour — de ce programme.

Certains dans la région se paient la tête du député dans son dos. Ils sont aveuglés par l’image qu’il projette. M. Genest n’a peut-être pas le plus impressionnant des cv, n’est pas un grand tribun, ne revêt pas de beaux costards, mais il reste fidèle à ses convictions : aider les organismes communautaires à faire leur travail. Ça fait de lui un moineau assez rare dans notre monde politique, si vous voulez mon avis.
Même s’il se prend des fois un brin trop au sérieux, on gagnerait à avoir d’autres élus comme lui. Voilà un homme authentique.

photos Stéphanie Mantha et Alain Dion

Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2009
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité