Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 22 juin 2012 | Mise en ligne à 13h41 | Commenter Commentaires (2)

    Le Tour du Lac Brome promet de faire mieux

    Cloutier

    Jean-Yves Cloutier n’a pas cherché à se cacher. Le grand patron du Tour de Lac Brome reconnaît que son événement doit réduire son impact environnemental. Il promet de se renseigner davantage sur le sujet et de faire mieux dès l’an prochain.

    En entrevue mercredi, nous avons discuté de l’absence de mesures de recyclage lors des deux jours de courses du week-end dernier qui ont attiré 4000 coureurs. Rien n’était en place pour recycler les milliers de bouteilles de plastique, de cannettes, le papier et le carton utilisés. On croyait que les bacs bleus disposés un peu partout sur le site étaient destinés à y déposer ces matières. Eh bien non. Tout était balancé dans un conteneur à déchets. Et le conteneur était destiné à l’enfouissement…

    Les organisateurs ont pourtant fait des efforts, assure M. Cloutier. Aucun sac de poubelle n’a été utilisé, contrairement aux années passées. Bravo. Mais ça ne change pas la résultante que tout est allé à l’enfouissement.

    Les assiettes utilisées pour nourrir les coureurs étaient biodégradables, a aussi indiqué M. Cloutier. C’est louable. Mais le problème est que ces assiettes, pour contribuer efficacement à réduire l’empreinte écologique de l’événement, doivent se décomposer dans un endroit propice, soit des bacs ou des plateformes de compostage. Dans le cas du Tour du Lac Brome, les assiettes ont aussi pris le chemin d’un site d’enfouissement. Quand des matières organiques se décomposent en l’absence d’oxygène, ça crée du méthane, un gaz à effet de serre associé aux changements climatiques.

    On doit féliciter les dirigeants du Tour du Lac Brome pour ces deux mesures. Mais clairement, ils doivent pousser leur réflexion plus loin. Ils doivent offrir un vrai service de collecte sélective lors de leur événement. C’est la base pour être écoresponsable — après la réduction à la source, en fait, mais c’est un autre débat. Et s’ils veulent utiliser des assiettes biodégradables (et pourquoi pas aussi des ustensiles biodégradables?), ils doivent prévoir des bacs pour les récupérer, puis les envoyer vers des lieux de compostage.

    Des organisations et des entreprises peuvent aider le Tour du Lac-Brome à montrer un visage plus vert. M. Cloutier s’est dit intéressé à toute proposition pour relever ce défi. «On va tenter de trouver des solutions. Mais ça doit être pratico-pratique», a-t-il dit. Voilà pour la plogue.

    Le Tour du Lac Brome en sera à sa 35e année en 2013. Quel beau moment pour prouver encore une fois que l’événement sportif est dans une classe à part au Québec.

    photo Stéphanie Mantha, La Voix de l’Est


    Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur


    • La solution : Leave No Trace. Comme dans les parcs canadiens et surtout américains.
      Que les participants amènent leurs bouteilles et assiettes réutilisables et ramènent leurs vidanges.

      Iront-ils aussi loin que dans certains parcs américains ou ils te donnent un sac pour ramener tes … excréments !!

    • Il semble bien que la meilleure méthode demeure la “tappe sur les doigts” pour que les individus ou les organisations comprennent le bon sens.

      C’est cela que vous avez fait avec le Tour du Lac Brome et continuez à être vigilant, il reste encore beaucoup à faire dans bien d’autres situations ou événements.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité