Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 30 avril 2012 | Mise en ligne à 14h52 | Commenter Commentaires (5)

    Les occasions ratées de la STM

    Image 4
    Le transport en commun demeure la meilleure façon de se déplacer dans l’île de Montréal. Mais malgré une hausse du nombre d’utilisateurs du métro et des autobus ces dernières années, la Société de transport de Montréal peine à convaincre les banlieusards des rives nord et sud d’avoir recours à ses services. Un des problèmes est que l’organisme rate de belles occasions pour leur démontrer l’efficacité de son réseau. En fait, on devrait plutôt parler d’un sens de l’organisation qui lui fait défaut.

    Deux exemples récents de la carence de la STM en terme de planification:

    1. Hier matin, 4600 coureurs, accompagnés de leur familles et d’amis, se sont rendus dans l’île Ste-Hélène pour prendre part à deux courses, un 5 km et un demi-marathon. Quand ils ont commencé à quitter l’île, c’était le bouchon pour entrer dans la station de métro Jean-Drapeau. Raison: un seul guichet pour acheter des billets était ouvert…

    La date de cet événement sportif était connu des autorités de la STM depuis l’automne.

    2. Lors du Jour de la Terre, le dimanche 22 avril, les dirigeants de la STM ont également étalé au grand jour leur incapacité à réagir. Les stations de métro de Longueuil et Montmorency à Laval ont été paralysées par des dizaines de milliers de gens qui voulaient se rendre au centre-ville de Montréal pour participer à la grande marche. La STM n’a pas ajouté suffisamment de rames de métro pour répondre à cette demande inhabituelle pour un dimanche. Elle n’a pas non plus cru bon ajouter des autobus sur son circuit entre la station de métro de Longueuil et le centre-ville. L’horaire prévu, c’est-à-dire un autobus à l’heure, a été maintenu.

    Plus de 150 000 personnes ont participé à la marche du Jour de la Terre à Montréal. La date de cette manifestation est connue une année à l’avance.

    Ajuster l’offre de services lors d’occasions spéciales n’a rien de nouveau pour la STM. Elle le fait lors de tous les matchs des Alouettes pour transporter des partisans de l’équipe du centre-ville jusqu’au stade Percival-Molson. Elle l’a fait aussi lors des deux spectacles de U2 l’été dernier sur l’ancien site de l’hippodrome de Montréal. Comment expliquer alors les deux ratés des deux derniers week-ends?

    On peut dire sans se tromper que bien des coureurs d’hier et des manifestants du Jour de la Terre utilisent habituellement leur automobile pour se rendre à Montréal, que ça soit pour le travail ou pour d’autres raisons. Mais compte tenu de la nature des activités qui les amenaient ces fois-là à Montréal, ils ont décidé de prendre le transport en commun.

    Pensez-vous que le service offert par la STM les a convaincus de recourir plus souvent au transport en commun pour se déplacer vers Montréal?

    Probablement pas.

    Puisqu’on investit des dizaines de millions de dollars tous les ans dans la STM, on est en droit de s’attendre à ce qu’ils optimisent ce financement public. Ça inclut bien planifier son offre de services.

    photo La Presse


    Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur


    • Tout de qu’ils veulent c’est siphonner dans nos poches pour partir avec le plus de ca$h possible, mais sans donner aucun service.

    • Défenseur et utilisateur du transport en commun, je suis très inquiet…Les rames de métro débordent déjà aux heures de pointe. Les nouvelles rames de métro ( en 2015 ??) ne feront que remplacer celles en fonction. Bref, il n’y aura pas une plus grande fréquence et c’est là que le bats blesse…

    • Contrairement à plusieurs je crois que le systeme de la STM est saturé particulierement depuis l`ouverture des stations de Laval. Faut pas oublier que pendant ce temps le bon maire fait tout pour faire fuir les automobilistes de sa ville sans offrir des options solides. Le train de banlieu aurait été LA solution pour transporter un volume imposant d`usagers mais pour je ne sais quelle raison, on tolere un systeme broche à foin avec du matériel douteux et tres peu de départs quotidiens.

      Et pendant ce temps on continue à engouffrer des sommes faramineuses dans les syndiqués de la STM sans qu`on ne voit poindre de l`amélioration. C`est aussi cela le noeud du problême.

    • La STM est probablement l’entreprise la plus mal gérée du Québec. Et Noirod tappe dans le mille; le problème majeur de la STM, c’est le syndicat et ses syndiqués. Connaissant des gens qui travaillent comme ouvrier à la STM, chaque job doit prendre le double à faire c’est inscrit dans le manuel du bon ouvrier. Si tu fais une job trop vite, tu as un grief. Évidemment on nous demande constamment de l’argent pour le TEC via différentes taxes, mais ils n’ont jamais pensé à la STM de couper dans les dépenses inutiles…déjà celà, ça aiderait énormément!!!

    • Effectivement pour le Jour de la Terre, il m’a été impossible de prendre le métro. C’était bondé! Même l’échangeur n’en revenait pas et débordé, il a ouvert gratos le Métro à tous. Mais on ne pouvait pas embarquer! J’ai marché de Jean-Talon à Sherbrooke.
      Des amis ont dû traverser le Pont Jacques-Cartier à pied, le Métro de Longueil ne suffisant pas à la demande…
      La STM a dormi au gaz et a justifié son traînage de pied en disant qu’elle n’était pas responsable, elle ne pensait pas qu’il y aurait autant de monde! Ben oui, me semble… Faut dire que c’était dimanche et rappeler des chauffeurs à temps triple ne devait pas faire son affaire.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité