Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 23 avril 2012 | Mise en ligne à 12h55 | Commenter Commentaires (21)

    Des étudiants ignorés, discrédités, ridiculisés

    Image 4

    «À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.»

    Cette citation percutante est celle de John Fitzgerald Kennedy. Elle résume très bien pourquoi le conflit qui oppose le mouvement étudiant au gouvernement québécois glisse dans la violence.

    Québec a choisi d’ignorer les étudiants quand ils sont descendus dans la rue. Puis, il a discrédité leur revendication quand les manifestations ont essaimé. Ensuite, il a cherché à les diviser en remettant en question leur processus démocratique. Le premier ministre a ridiculisé leur cause vendredi en suggérant qu’on les envoie travailler dans le Nord du Québec, ce qui a provoqué le rire des gens d’affaires venus l’entendre parler de son Plan Nord au palais des congrès.

    J’ai honte de mon gouvernement. J’ai honte de mon premier ministre.

    En temps de crise, on s’attend à ce qu’ils fassent preuve d’écoute. Preuve de sérieux. Preuve de leadership.

    Au lieu de ça, ils attisent le feu de la colère étudiante. On se demande ensuite pourquoi des éléments extrémistes s’invitent aux manifestations étudiantes et en décousent avec les policiers.

    Il n’est pas question ici d’endosser les actes de violence perpétrés. Aucune violence n’est acceptable dans la société. Aucune. Tout en la dénonçant, on doit également tenter de la comprendre. Ce que le gouvernement refuse de faire. Il préfère blâmer les étudiants, sans s’interroger sur sa responsabilité.

    Des chroniqueurs reprennent le discours étatique. Ils dénoncent ces enfants gâtés qui s’amusent avec leur iPhone et iPad et passent leur semaine de relâche dans le Sud, accusent les associations étudiantes d’être inféodées par les centrales syndicales, rappellent que les droits de scolarité au Québec sont les plus bas au Canada, encouragent le gouvernement à gouverner.

    À orienter d’une telle façon le débat sur les droits de scolarité, ils ne font que creuser le fossé entre les générations. La conséquence est que travailleurs et retraités se liguent contre les étudiants.

    Toute cette médisance déployée contre des jeunes qui ne demandent, dans le fond, qu’à discuter avec la ministre de l’Éducation Line Beauchamp de la hausse des droits de scolarité (de 75 % en 5 ans, rappelons-le).

    Les trois associations étudiantes du Québec représentent plus de 300 000 jeunes inscrits dans des cégeps et des universités. Leurs dirigeants ont été dûment élus. Elles ont le droit de solliciter une rencontre avec la ministre Beauchamp pour parler des préoccupations de leurs membres. Et ce, sans condition imposée par la titulaire du ministère.

    Quand le Conseil du patronat ou la chambre de commerce de Montréal demande à rencontrer le ministre des Finances ou du Développement économique, pensez-vous qu’on leur interdit d’aborder les taux d’imposition des entreprises ? Non, évidemment.

    Quand la CSN est en discussion avec la ministre du Travail, pensez-vous que ses attachés politiques ont sommé les représentants de la centrale syndicale de ne pas aborder la question des travailleurs de remplacement ? Non.

    Pourquoi traite-t-on les étudiants différemment ? Ont-ils moins de droits que les autres citoyens aux yeux du gouvernement ?

    Dix semaines après le début de la contestation étudiante, la ministre Beauchamp semble finalement prête à s’asseoir avec les leaders étudiants. Chacun pourra exposer sa position sur les droits de scolarité. Dans le respect, comme doivent le faire les gens civilisés. On s’attend à ce que la ministre défende sa position cependant que les étudiants lui proposeront d’autres options.

    Plus important encore, tout ce monde parlera d’un sujet plus large, mais central au débat : le financement des établissements d’enseignement supérieur.

    Tout reste à faire, mais au moins on vient d’avancer.

    Espérons qu’une solution se dégage de ces discussions. Parce que voir autant de policiers et des meutes d’agents de sécurité faire la loi dans nos cégeps et universités, c’est à donner la nausée !

    photo Radio-Canada

    Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur


    • 100% d’accord avec vous et pendant ce temps la notre bon maire Tremblay qui n’a jamais de solutions ou suggestions sauf celle de quemande des sous bien y veut avoir encore de l’argent publique pour les depenses occasionnes par les manifs. On s’en sortira jamais avec lui.

    • Je ne suis pas en accord avec votre position, mais vous apportez de très bons points. Le problème majeur en ce moment, c’est que tout le monde parle, mais personne écoute. Pratiquement 80% des blogueurs sur ce site ont fait des commentaires sur cette grève, preuvent que personne n’est indifférent. Mais les rouges n’écoutent que les rouges, citent des textes de rouges et regardent des vidéos de rouges. Les verts de leur côté font la même chose. Comment feront-ils pour arriver à un compremis?

      Personne n’est prêt à laisser une parcelle de terrain à l’autre, c’est un cul de sac assuré. Nous pouvons blâmer le Gouvernement pour son manque d’ouverture, mais si la décision est prise et irrévoquable, que peuvent amener les discussions? Jean Charest est le plus grand des petits politiciens, et le temps jouent à son avantage. Plus le temps file, plus le mouvement étudiants perd son souffle auprès des étudiants. J’aimerais avoir une boule de cristale pour voir comment se finera cette bataille, car je crois qu’en ce moment, personne ne peut le prédire.

    • Bon retour de sabbatique, juste pour vous informer, cette discussion avec les différents acteurs de l’enseignement universitaire a eut lieu il y a UN AN ET DEMI! Je ne sais pas ou vous étiez mais bon retour.

      Les étudiants ont boycotté la rencontre parce qu’on discutait de hausse de frais et il ne voulait rien savoir point à la ligne.

      Un an et demi après les étudiants se réveillent et on devrait tout reprendre du début.

      Vous considérez ce qui se passe au centre-ville de Montréal comme si c’était rien. Moi c’est mon milieu de vie.

      La CLASSE utilise des techniques de terrorisme afin de renverser le gouvernement il ne représente ni la majorité des étudiants universitaire et ils sont encore moins un acteur social important.

      De refuser de dénoncer le vandalisme et la violence contre les citoyens et les forces de l’ordre est carrément un appel à l’insurrection.

      Je trouve abjecte que des commentateurs politiques banalisent la violence envers la population pour une cause on ne peut plus discutable.

      Les travailleurs et les retraités sont pour les étudiants. Mais contre le fait qu’une certaine élite parasites le système pour leur profits. Les travailleurs et les retraités investissent de plus en plus année sur année en éducation.

      Expliquez moi une chose, si les frais universitaire ont l’effet dissuasif que vous leur conféré pourquoi, en pourcentage, y a-t-il plus de gradué universitaire année sur année en Ontario qu’au Québec et les frais y sont deux fois plus élevé?

      400 millions de plus en éducation j’en suis mais pas pour les universitaire. Pour la petite enfance et l’aide à la persévérance scolaire.

      Avez-vous déjà entendu parler du phénomène des petits zèbres? Ce sont des enfants surdoués qui sont démotivé en classe. Une étude française démontre qu’il représente 5% de la population. 50% redouble et le tier décroche.

      AUCUN programme n’existe pour ces enfants au Québec. Charité bien ordonné commence par soi-même que ces enfants gâté remettent des sous à ces enfant qui ont leur places eux aussi à l’université mais n’iront jamais!

    • “Toute cette médisance déployée contre des jeunes qui ne demandent, dans le fond, que discuter avec la ministre de l’Éducation Line Beauchamp de la hausse des droits de scolarité (de 75 % en 5 ans, rappelons-le).”

      Je ne savais pas que les étudiants voulaient discuter de la hausse. À ma connaissance, deux associations demandent le gel des frais et l’autre demande la gratuité.

      Est-ce que les représentants des associations ont fait de réels compromis ou déposé des demandes pour permettre l’accès aux plus démunis de la société? C’est là, essentiellement le noeud du problème. Est-ce qu’ils ont fait des demandes pour allonger la période de référence (5 années) pour hausser les frais? Ces petits pas auraient peut être aidé à ouvrir des portes de négociation.

      Ce que j’ai vu, depuis le début du conflit, c’est de demander aux “autres” de s’impliquer financièrement et/ou de contrôler leurs coûts. Dans un contexte d’acceptation d’une partie de la facture, il est tout à fait correct d’avoir de telles exigences; ce n’est pas le cas en ce moment.

      Finalement, pour ajouter au texte de nike, ce n’est pas à la portée de tous de faire des études universitaires et même collégiales. J’ai un fils dyslexique qui n’a pas ce talent et surtout, ce “privilège”, de faire ces études et il devra assumer la facture malgré tout. Bien entendu, il a d’autres très grandes habiletés qui lui donneront, tout de même, un revenu inférieur à la majorité de nos universitaires.

    • Jean Charest fut élu pour gouverner pendant 5 ans. Alors, il gouverne. Si vos petits délinquants n’aiment pas, ils n’ont qu’à voter QS qui propose la gratuité. Le peuple tranchera. Mais d’ici là, le bon peuple exige qu’on mate ces insurgés enragés manu militari.
      Ordonnons à ce commandant basé à St-Hyacinthe de ramener l’Ordre au centre-sud de Montréal OPC :

      http://www.army.dnd.ca/6r22er/biocmdt.aspx

      Ça fait 40 ans qu’ils étudient su’l bras. Ça suffit!

    • On ne peut pas dire que le gouvernement n`a pas ses torts la dedans. Il aura fallu des commentaires insignifiants d`un premier ministre pour que certains se réveillent. Et pourtant c`est le même manege depuis le tout début du conflit jusqu`à aujourd`hui ou la ministre exige une treve de démonstrations afin d`accepter de recevoir les étudiants et ce sans avoir accepté de discuter de tous les sujets.Manipulation,accusations division, bref la ministre a essayé toutes les tactiques.
      Les étudiants ne sont pas blancs comme neige dans tout cela et la réticence affichée par la Classe de dénoncer les actes de violence a certainement été le plus gros obstacle a faire progresser les discussions.

      Reste que je n`en demords pas ,75 % d`augmentation des frais scolaires n`a aucun sens pas sur un délai de 5 ans.
      Ce qui m`emmerde au plus haut point sont ceux qui traitent les étudiants de tous les noms confortables dans leurs petites vies ayant bénéficié de ce même systeme qui le matin chialent contre le prix de l`essence qui monte de une cenne ….

      L`éducation c`est pas un poste budgétaire c`est une priorité de société. Le gouvernement est tres mal placé pour dicter la marche à suivre et si un ajustement s`impose, il ne peut se faire qu`apres un ménage en bonne et due forme dans le systeme. C`est pourquoi le PLQ ne peut regler le conflit et devrait imposer un moratoire à cette mesure ,déclencher des élections et laisser au prochain gouvernement le soin de négocier avec les étudiants.

      Et finalement je trouve bien pathétique la sortie des personnalités en fin de semaine en appui aux jeunes. À l`écoute de leurs propos depuis quelques jours,probablement réveillés par les propos du P.M. on dirait qu`ils viennent de prendre conscience que nos jeunes on de quoi à dire et défendent tres bien leurs intérêts. On dirait que ces vieux sages viennent de sortir de leur nuage constitutionnel dans lequel ils étaient empêtrés depuis 40 ans et surtout qu`ils réalisent qui changera leurs couches dans pas long. Pathétique …

    • “Des étudiants ignorés, discrédités, ridiculisés…” Comme dans mon temps, quoi. C’est vrai que chez les soeurs, on ne pouvait pas s’attendre à mieux. Blague à part, si les Libéraux de Jean Charest s’imaginent qu’ils scorent en agissant de la sorte, c’est qu’il est vraiment temps qu’ils se préparent à quitter le pouvoir. Quand je pense que jusqu’à tout récemment, je n’avais jamais été autre chose qu’un libéral. Mais le chef, quel… je ne trouve pas les mots.

    • @ Respectable,

      Si tu devenais PM du Québec, ma maison serait à vendre.

    • Ici comme partout ailleurs, le noeud du problème c’est l’inéquité de la distribution de la richesse. Depuis des générations que les riches s’enrichissent à un rythme de plus en plus effréné, que la classe moyenne fond comme glace au soleil et que les pauvres continuent de s’enfoncer dans la dèche.

      Les riches ont plusieurs stratégies pour non seulement maintenir en place, mais accélérer cette redistribution de la richesse vers le haut. Un truc classique : diviser pour régner. On monte les syndiqués contre les non-syndiqués, les citoyens de souche contre les immigrants, les travailleurs contre les étudiants… alors que l’ennemi véritable, c’est le 1% qui profite de ce système décadent.

      N’est-ce pas d’une évidence élémentaire que l’éducation est une nécessité non seulement pour les citoyens qui y accèdent, mais aussi pour la société dans son ensemble ?? C’est quoi le problème ?

      Le faux problème est celui-ci : les budgets sont limités, faut faire des choix.

      La vérité : On vit à une époque de l’histoire ou il n’y a jamais eu autant de richesse… sauf qu’elle est hyper-concentrée, dans les mains d’un très petit nombre de sociopathes bien connectés. Et ces fortunes ont presque toujours été bâties grâce à l’exploitation abusive des humains et des ressources collectives, quand ce n’est carrément la fraudes et les manipulation des marchés (la dernière crise économique, ça vous rappelle quelque chose ?)

      Les études étaient abordables pendant des années au Québec. Pourquoi tout-à-coup ça couterait 75% de plus ? Parce-qu’il manque d’argent ? FAUX ! De l’argent y’en a… pour les étudiants, pour les hopitaux, et pour les fonds de retraite. S’agit juste d’aller la chercher là ou elle se trouve… c’est-à-dire dans les poches des banques et des multi-milliardaires qui les dirigent. Sauf que le réflexe dans notre monde occidental, c’est d’aller piger dans les poches de ceux qui en ont le moins – puisqu’ils n’ont pas les ressources pour se défendre… tandis que les big shots sont trop BIG pour être importunés…

      Un dernier point… j’ai trouvé la ministre Beauchamp hypocrite et moralisatrice lors de sa conférence de presse alors qu’elle a dénoncé à plusieurs reprises les gestes de perturbation de nature économique et sociale posés par les jeunes étudiants. Deux poids deux mesures. Une augmentation sauvage de 75% des frais de scolarité: n’est-ce pas là un geste de perturbation de nature économique dans la vie de ceux qui auront à la subir ? Ne s’agit-il pas d’une perturbation de la vie sociale de ceux et celles qui devront renoncer à un diplôme post-secondaire faute d’en avoir les moyens ?

    • C’est la première fois que je vous lis M. Laliberté et je vais revenir assurément sur votre blogue. C’est tellement rassurant de lire un article comme le vôtre. Ma colère ces derniers jours a fait place à un complet désarroi devant tant de mépris envers les étudiants. C’est inconcevable ce qui s’est écrit à leur sujet : on les a traités de voyous, d’égoïstes, d’enfants gâtés, de crottés et même de terroristes !! D’ailleurs, le commentaire ci-haut de “respectable” est assez troublant.

    • >>>Si tu devenais PM du Québec, ma maison serait à vendre.-omni-tag
      _________
      Les québécois ne me méritent pas comme ils ne méritaient Mario.

    • Citation fort à propos et très juste.

      Malheureusement, et contrairement à l’époque à laquelle vous faites référence, les étudiants n’ont plus la force du nombre. Ils étaient en majorité au cours des années 1960 et ont réussi à faire changer les choses en échange de quelques coups de matraque….

      De nos jours, la courbe démographique ne joue plus en leur faveur….et les discours de ces « mononques réactionnaires » ont toute la place.

      Mais ce sont ces jeunes qu’ils démolissent aujourd’hui qui dans quelques années les supporteront alors qu’ils seront vieux et malades.

      Ce seront eux les décideurs.

      Moi à la place des mononques, j’aurais peur.

    • >>>D’ailleurs, le commentaire ci-haut de “respectable” est assez troublant. marielapierre
      ________________
      8% des contribuables déclarent 80K et plus par année. Ce sont eux qui paient à peu près tout au Québec avec les Albertains (péréquation). Ne faudrait pas que ces 8% là boycottent leurs impôts. Hum? Le système s’écroulerait.

      http://www.antagoniste.net/2012/04/25/pauvre-en-riches/

    • >>>Ce seront eux les décideurs. – hike_king
      _______________
      Faux c’est une minorité qui boycotte. La lie des étudiants issus des sciences humaines de l’UQAM. Ils ne décideront jamais rien. Même que si j’étais eux j’aurais peur de finir mon programme parce qu’après, c’est le néant et ils le savent.

    • @respectable

      Faux

      Sciences politique et droit, dont sont issus une majorité de politiciens font partie des sciences humaines.

    • Avez-vous connu le reigne de duplessi moi si?Il ne faut pas avoir grand respect pour les jeunes pour les traiter de cette façon. Cela ressemble aux gréves d’asbesthos ou murdocville ou Duplessi battait les travailleurs avec sa police. Ce conflit devrait être règlé depuis longtemps et sans violence .Mme Beauchamp n’a plus la crédibilité et la compétence pour mener ce dossier à terme ,alors M Charest doit prendre le relais immédiatement , sinon il faudra croire qu’il veut déclencher des élections et son prétexte sera le conflit étudiant .en aucun temps le gouvernement ne sera légitimé d’entretenir la violence et ce climat d’incertitude vis à vis les jeunes et la population de façon générale .Des élections avec toile de fond le confli étudiant s’annonce très probable car. Il faut un prétexte à Charest et ce prétexte il l’aura . Gouverner c’est prévoir ,mais ici on joue à, l’autruche pour essayer de garder le pouvoir au parti libéral ? Le climat social deviendra insupportable cette semaine:choisissez votre camps pour ou contre les étudiants ????

    • @Respectable, Vous êtes d’un mépris tellement total, que de voir votre nom associé à vos commentaires me donne la nausée.
      @ Grand Parleur, Je sais bien que vous êtes pour la liberté d’expression, mais lorsqu’un commentaire ne contien que mépris et vomissures, ne devriez-vous pas le ”modérer”?

      Bonsoir,

      Note ami respectable adopte parfois un ton trop provocateur et s’approche souvent des limites où une modération doit être exercée, mais dans ce cas-ci, il semble rester dans du bon côté de la force, si je puis dire.

      Grand parleur

    • Absolument d’accord avec ton texte grand parleur.

    • On dit que plus d’etudiants graduent de l’Universite dans les autres provinces qu’au Quebec.
      Normal …. Quand on paie plus pour quelque chose, on y fait plus attention (terminer ses etudes).

    • Vous ne verrez JAMAIS un boycotteur de cours issus des facultés de médecine, art dentaire, autres sciences de la santé et sciences pures, etc. Sortez-moi les grilles de cours des boycotteurs et vous n’irez même pas un cour de mathématique. Ça fait 40 ans que c’est gelé. On a toujours pelleté le problème à plus tard. Et plus tard c’est maintenant. Et la majorité de la population appui monsieur Charest dans son entreprise « d’ajustement » des frais. On demande seulement, à peu près la parité moyenne avec le ROC. On est loin, ici, d’une session à YALE.

      Personnellement, je serais davantage pour qu’on permettre à 3 Universités québécoises (Mc GILL, l’UdeM et Laval de charger le prix qu’elles veulent. Ceux qui ne veulent pas payer iront dans le Réseau UduQ. Ça ne coûte pas cher former un étudiant dans une faculté sèche de toute manière. N’oublions pas que McGill ne pourra pas demeurer la meilleure Université au Canadienne et l’une des meilleures au monde sans de nouvelles entrées de fonds!!!

      @GrandParleur : Merci de permettre aux gens d’appeler un chat un chat. Ceux qui n’aiment pas mes commentaires ont souvent un argumentaire faible, l’Insulte et la censure facile.

    • @respectable:

      Association étudiante de l’École nationale d’administration publique (AÉÉNAP) : 2 000 membres – Depuis le 18 Avril

      Association des Étudiants Chercheurs en Biologie de l’Université de Montréal (AECBUM) : 97 membres – Depuis le 19 Mars

      Association étudiante des sciences biomédicales – Université de Montréal (AESBUM) : 293 membres – Depuis le 3 Mars

      Association étudiante de science politique cycles supérieurs – Université de Montréal (AECSSPUM) : 170 membres – Depuis le 12 Mars

      Association étudiante de bioinformatique cycles supérieurs – Université de Montréal (AEBINUM) : 39 membres – Depuis le 5 Mars

      Association étudiante de démographie – Université de Montréal (AEDEM) : 72 membres – Depuis le 5 Mars

      Association étudiante de psychologie – Université de Montréal (AGEEPUM) : 1 192 membres – Depuis le 5 Mars

      Association étudiante d’urbanisme – Université de Montréal (REBU) : 184 membres – Depuis le 5 Mars

      Association des étudiant-e-s en biochimie – Université de Montréal (AEEBCM) : 339 membres – Depuis le 3 Mars

      Association des étudiant-e-s en biochimie, cycles supérieurs – Université de Montréal (AECSBUM) : 128 membres – Depuis le 3 Mars

      Association des étudiants et étudiantes en physique à l’Université de Montréal (AEPHYSUM) : 296 membres – Depuis le 3 Mars

      Association étudiante des sciences biomédicales – Université de Montréal (AESBUM) : 293 membres – Depuis le 3 Mars

      Surement tous des pelleteux de nuages de gauche qui ne connaisse rien à la vrai vie et au sens des responsabilités..

      le reste sur : http://www.bloquonslahausse.com/2012/01/liste-des-mandats-de-greve-generale-illimitee-pour-lhiver-2012/

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2009
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité