Le Grand Parleur

Archive, janvier 2012

Mardi 31 janvier 2012 | Mise en ligne à 14h17 | Commenter Commentaires (16)

Le poupounage de Star Académie

Star Académie a permis ces dernières années à plusieurs jeunes artistes de lancer leur carrière. On se demande toutefois pourquoi les responsables de l’émission doivent absolument transformer les jeunes femmes qui y participent en poupoune?

Andréanne Malette est une jeune femme des Cantons-de-l’Est qui prend part à la présente édition de l’émission. Elle est une talentueuse auteure, compositrice et interprète, a une très belle voix, est articulée et, on ne peut vous le cacher, est très, très jolie comme vous pouvez le constater sur cette photo:

Malette2
photo Alain Dion

Mais la beauté naturelle ne semble pas plaire aux professionnels de Star Academy. Ils ont cru bon apporter des «retouches» à la belle Andréanne:

Malette 1
photo OSA Images

Je ne suis nullement un spécialiste de la question, mais en transformant ainsi une aussi jolie jeune femme, quel message envoie-t-on aux nombreuses adolescentes et aux nombreuses fillettes qui écoutent Star Académie et qui rêvent d’être à la place des participantes?

Lire les commentaires (16)  |  Commenter cet article






Vendredi 27 janvier 2012 | Mise en ligne à 11h46 | Commenter Commentaires (13)

Problème de conception

glissade_terry_fox_11(2)

Voici la «butte» du parc Terry-Fox à Granby spécialement construite (au coût de 100 000 $) pour la glisse. Vous voyez sûrement le problème! Celui qui l’a conçue n’est sûrement pas le même qui a décidé de l’emplacement du pavillon…

La Ville, qui vient de réaliser le problème, explique qu’elle fera des travaux pour corriger les corridors de glisse.

On veut bien. Mais manifestement, il semble y avoir eu des problèmes de conception et de communication. Voyez par vous même: d’un côté de la «butte», il y a un stationnement, de l’autre le chemin d’accès au parc, de l’autre une petite forêt et finalement, sur le dernier côté, on retrouve le pavillon.

Euh! On glisse où?

Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article






Jeudi 26 janvier 2012 | Mise en ligne à 19h56 | Commenter Commentaires (7)

Les déceptions de Duceppe

Photo Duceppe

Gilles Duceppe n’est pas le seul déçu de la tournure des événements. Bien des Québécois le sont amèrement. Leur déception ne tient pas du fait que l’ancien chef du Bloc québécois ne dirigera jamais le Parti québécois. Non. Ils sont plutôt déçus de découvrir des facettes cachées du leader souverainiste.

Pendant de nombreuses années, M. Duceppe a torpillé sans relâche les libéraux pour leurs manquements éthiques en matière de financement des partis politiques. Il a fait ses choux gras du scandale des commandites en se montrant impitoyable envers les libéraux qui ont manigancé tout ce stratagème pour remplir leurs coffres. Il s’est montré tout aussi dur avec les conservateurs dans la foulée de leur tentative de cacher des dépenses électorales au directeur général des élections.

En l’entendant critiquer de la sorte ses adversaires fédéralistes, en rappelant sans cesse les dérives éthiques des deux grands partis, on ne pouvait que conclure qu’il lavait lui-même plus blanc que blanc. Il appert que ce n’est pas tout à fait le cas ; M. Duceppe vivait dans une maison de verre.

Payer le directeur général de son parti à même les fonds de la Chambre des communes est une faute impardonnable. M. Duceppe a beau se défendre en affirmant que des fonctionnaires du Parlement n’y voyaient pas de problème, le geste est éthiquement indéfendable. Le directeur général d’un parti s’occupe d’activités incompatibles avec le travail des parlementaires : recrutement de membres, financement, rassemblements. Est-ce normal que les citoyens canadiens, par l’entremise de leurs impôts et taxes, financent les activités des partis ? Non.

Il aurait été plus sage que le directeur général du Bloc québécois, et ce, nonobstant ce que font les autres formations politiques, soit payé à même l’argent amassé par le Bloc québécois. Cela aurait évité à M. Duceppe une attaque contre son intégrité et une triste fin de carrière.

Bien des gens ont accusé La Presse d’assassinat politique à l’endroit de M. Duceppe. Les souverainistes ont été rapides à rappeler les errements des libéraux et des conservateurs pour ce qui est de l’utilisation des deniers publics à des fins partisanes. Ils essaient de noyer le poisson. Les médias ont traité longuement des manigances des grands partis à cet effet. En attaquant La Presse, les militants ratent le message : M. Duceppe a joué au même jeu que ceux qu’il a dénoncés pendant toute sa carrière.

Cet épisode rappelle que la famille péquiste est dysfonctionnelle. Comment les citoyens peuvent-ils faire confiance à une formation politique dont le passe-temps consiste à trouver des moyens d’éliminer ses chefs ? Aussi, trop de ténors péquistes semblent travailler à l’avancement de leur carrière, à nourrir leurs ambitions sans se soucier des impacts de leurs gestes et décisions sur leurs concitoyens.

En plus, bien des députés péquistes sont des poltrons. C’était vraiment pathétique d’en entendre la semaine dernière dire du bout des lèvres que Mme Marois était leur chef et qu’elle avait leur confiance. Comme appui tiède, on peut difficilement faire mieux. Pas assez fidèles pour épauler leur chef, pas assez courageux pour réclamer publiquement un changement de garde ou pour se ranger derrière Gilles Duceppe, trop occupés à soupeser les risques associés à l’un ou l’autre de ces choix et de ses effets sur leurs chances de réélection. Et dire que ces gens aspirent à diriger le Québec et un jour rassembler les Québécois autour de leur projet de souveraineté… Minable !

Gilles Duceppe est de cette trempe de politiciens. Il a pourfendu ses adversaires sur le terrain de l’éthique alors que ses agissements étaient également condamnables. Il a travaillé en coulisse avec ses sbires pour couler Pauline Marois alors qu’il était incapable en public d’affirmer qu’il voulait diriger les troupes.

On dit que la politique est sale et qu’on doit jouer des coudes pour avancer. Mais on pensait que M. Duceppe était au-dessus de ces façons de faire. La réalité est qu’il a tout d’un politicien moderne, mais très peu d’un politicien modèle. Il nous a déçus.

photo Alain Dion

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2012
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité