Le Grand Parleur

Archive, août 2011

Mercredi 31 août 2011 | Mise en ligne à 14h46 | Commenter Commentaires (9)

Comment célébrer une 5000e liposuccion?

Luppo

C’est la question qu’on se pose en voyant cette annonce parue samedi dernier dans La Presse.

Commentaire de Janick Marois, mon collègue photographe et humoriste à ses heures:

«On a une bonne idée de la forme du gâteau qu’on donnerait à un chirurgien plastique pour son 5000e implant mammaire. Mais quelle serait la forme d’un gâteau pour une 5000e liposuccion?»

Très bonne question. Quelqu’un a-t-il une idée?

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






Jeudi 25 août 2011 | Mise en ligne à 16h14 | Commenter Commentaires (5)

Jack dans le Square

Image Jack parc

Le Nathan Phillips Square à Toronto a pris des allures de mémorial en souvenir de Jack Layton alors que des milliers de Torontois lui expriment leur amour et leur peine.

À voir les autres superbes photographies de l’endroit signées Jackman Chiu.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Mardi 23 août 2011 | Mise en ligne à 18h31 | Commenter Commentaires (7)

Les miracles du clapet

Image 1

Reçu hier la lettre de la Ville de Granby m’annonçant qu’elle ne se considère pas responsable des deux refoulements d’égout dans le sous-sol de ma propriété survenus les 22 et 26 juillet. Les 445 autres citoyens qui réclament des dédommagements ont eu la même réponse. Pas de surprise puisque le maire avait affirmé jeudi dernier en conférence de presse que les deux averses subites et intenses étaient l’œuvre du Créateur.

Le dernier paragraphe de la missive est cependant intéressant. Sur un ton frôlant la moralisation, la Ville rappelle que les propriétés doivent être munies de clapet pour prévenir les refoulements d’égout, comme l’exige sa réglementation. Elle laisse ainsi entendre que des propriétaires ont fait preuve de négligence en n’équipant par leur maison de clapet. Ce dispositif aurait empêché leur sous-sol de se transformer en lac intérieur, comprend-t-on entre les lignes.

La vérité est que les maisons de plusieurs sinistrés étaient munies de clapet. Certaines, comme celle d’une propriétaire de la rue Laval Sud, en disposaient même de trois (un pour le drain de plancher, un autre pour la sortie de la laveuse, un autre pour la toilette). Efficace, le clapet? Un énorme conteneur se trouvait encore la semaine dernière dans l’entrée de la dame; elle n’avait pas encore terminé le ménage de son sous-sol. Clapet, vous dites?

Devant des sinistrés hier soir, lors de l’assemblée du conseil, le maire Richard Goulet s’est dit désolé de leur sort. Il a affirmé que la Ville investissait des millions de dollars chaque année pour moderniser son réseau de tuyaux souterrains, blâmant indirectement les anciennes administrations pour leur chiche philosophie en cette matière. Mais la Ville, a-t-il expliqué, ne peut les dédommager puisqu’elle administre l’argent de l’ensemble des contribuables granbyens. Offrir des dédommagements équivaudrait à un manque d’équité envers les autres payeurs de taxes, a indiqué M. Goulet en substance.

Le même argument peut être vu par l’autre lorgnette: les sinistrés paient les mêmes taxes, mais ne profitent pas de la même qualité d’infrastructures que les autres citoyens. Ne serait-ce pas là également un manque d’équité?

Malgré ce que la Ville affirme, elle est responsable de ses infrastructures. Elle doit veiller à leur entretien, s’assurer que les travaux correctifs soient exécutés et surtout planifier efficacement leur modernisation. Si les propriétaires ont des responsabilités, la Ville en a aussi. Elle devrait être responsable de payer pour les pots cassés.

Ça nous amène au fameux rapport de Teknika-HBA. La firme d’ingénierie, au terme d’une analyse du réseau d’égout, a dressé en 2009 la liste des endroits où la Ville doit intervenir en priorité. Les trois premières rues nécessitant des travaux prioritaires: Notre-Dame, Robinson Sud et Laval Sud. Aucune des trois, où se trouvent plusieurs propriétés inondées, n’apparaît dans le Plan triennal d’immobilisations 2011-2013.

À quoi servent les études si on ne les utilisent pas, demandait avec acuité le conseiller Pascal Bonin aux lendemains des deux averses.

La Ville ne s’est toujours pas expliquée sur cette étude qu’elle a commandée.

Profitons-en pour féliciter les sinistrés. Ils ont su s’exprimer avec civisme hier soir lors de l’assemblée du conseil, malgré leur stress, leurs pertes financières importantes et l’inquiétude qui les ronge chaque fois que le ciel s’assombrit.

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2013
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité