Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 28 juillet 2011 | Mise en ligne à 18h20 | Commenter Commentaires (20)

    La culture du bitume

    Image 1

    Voici un billet qui traitera d’asphalte, plus précisément du culte qu’on lui voue, de planification, ou plutôt d’absence de planification, et de développement durable, en fait de contre-développement durable.

    L’idée d’amalgamer tous ces thèmes m’est venue à la sortie de Pascal Bonin contre la Ville de Granby. Le conseiller municipal se demande si la Ville n’est pas un peu responsable des eaux usées qui se sont retrouvées à deux reprises ces derniers jours dans les sous-sols de centaines de maisons dont la sienne.

    Le mouton noir du conseil soulève plusieurs bons points.

    Pendant que les responsables de la Ville blâment Dieu d’avoir déversé autant de pluie — la théorie du Act of God —, Pascal Bonin croit plutôt qu’elle a fait preuve de négligence lors de la planification des améliorations à apporter à son réseau d’égout. Pour appuyer sa thèse, il exhibe un rapport datant de 2009 préparé par le firme Teknika-HBA.

    Le document, commandé par la Ville, dresse entre autres choses la liste des segments d’égout où des travaux d’amélioration sont jugés prioritaires. Les trois premières priorités, y lit-on, sont trois rues qui se trouvent dans le quartier du conseiller Bonin — qui est aussi le mien, je m’en confesse: Notre-Dame, Robinson Sud et Laval Sud.

    La rue Robinson Sud est névralgique pour améliorer l’évacuation des eaux usées et des eaux de pluie, souligne le rapport. Ses auteurs recommandent à «court terme» de «planifier la mise en place d’un collecteur sanitaire dans l’axe nord-sud pour permettre éventuellement de détourner les eaux sanitaires (…)» qui arrivent du secteur de la rue Bourget, secteur situé dans le Nord de la Ville. On comprend à la lecture du rapport que toute l’eau (usée et de pluie) captée dans le secteur de Bourget descend par gravité dans le secteur de la rue Robinson Sud.

    Malgré la clarté de cette recommandation, signale M. Bonin, aucun projet pour améliorer le réseau d’égout dans le secteur de la rue Robinson Sud n’apparaît dans le programme triennal d’immobilisations (le plan de travail de la Ville pour les trois prochaines années) 2011-2013 de la Ville. «À quoi ça sert de commander des études, si on les tablette?», nous a-t-il dit.

    On peut en conclure, croit M. Bonin, que la Ville n’a aucun plan précis pour moderniser son réseau d’égout et que d’autres secteurs ont ainsi été ignorés ces dernières années.

    Deux autres observations concernant le secteur Robinson Sud, un des plus vieux quartiers de la Ville: l’usine des Aliments Ultima et la Caisse populaire.

    Lorsque la Ville a grenouillé en coulisses pour éliminer le parc Richelieu afin de permettre à Agropur (propriétaire de Ultima) d’agrandir son stationnement, elle a omis de demander à la coopérative laitière de prévoir un bassin de rétention des eaux de pluie.

    Résultat: en lieu et place d’un grand parc gazonné pour absorber la pluie, on a maintenant un im-men-se terrain de stationnement tout asphalté.

    Dans son excitation de voir la certification LEED (bâtiment vert) collée à son nouveau siège-social de la rue Principale (coin de la rue Laval Sud), les dirigeants de la Caisse Desjardins Granby Haute-Yamaska ont oublié d’amenuiser l’empreinte écologique de leur stationnement.

    Résultat: en lieu et place d’une aire extérieure capable de gérer les eaux de pluie, l’im-men-se stationnement de l’établissement n’a aucun bassin pour retenir les eaux de pluie en période de fortes averses.

    On pourrait identifier pleins d’autres endroits propices à l’accumulation d’eau de pluie. Ces im-men-ses capteurs d’eau ont ceci en commun que tous leurs puisards la redirigent vers les égouts de la Ville. Voilà de beaux exemples de contre-développement durable.

    Cette culture du bitume fait en sorte que dès qu’une averse un peu soutenue tombe, le réseau d’égout, que l’on sait à certains endroits fragiles, à d’autres dépourvu de tuyaux pluviaux, ne peut suffire à la demande. D’où les sous-sols inondés d’eaux usées.

    Évoquer l’oeuvre de Dieu ne réglera pas le problème.


    • Bravo pour votre article, vous soulignez-la certains points principaux des causes des inondations.Le maire Goulet élabore des plans mais ne les suit pas, trop préoccupe par les sports, les terres Minner etc Une chose qu’il oublie : le citoyen et son droit fondamental à sa tranquillité. Voir son sous-sol inondé à la moudre orage importante ,se retrouver dans la merde, les moisissures, et tout recommencer les réparations à chaque inondation .Ce qui devient le plus navrant aucune aide n’est proposé aux citoyens: colecte des rebuts ,aides aux familles nombreuses, aux personnes âgées .Enfin un plan d’urgence existe-t’il pourquoi n’a t’il pas été appliqué …Vivre le parc de baseball à 3.5 millions mais quand il pleut il faut se mettre à l’abri

    • Je lis vos péripéties dans les dédales municipaux depuis une semaine et une partie de moi s’amuse énormément à vous lire tandis que l’autre est vraiment choquée de voir à quel point les élus responsable de la sécurité civile se foutent de la gueule du monde…

      Pourtant n’est-ce pas les cityens qui les paient ? Comment se fait-il que ces élus aient aussi peu de vision de l’avenir ? Ils ne pensent qu’au mois qui suit ! Granby n’est pas seule dans ce cas, regardez Québec et le stade Labeaume-Péladeau qui endettera la ville pour des décennies et des décennies à venir, et les égoûts de Québec ne sont pas en meilleur état que ceux de Granby sauf, qu’ici on a pas eu de refoulement, alors les gens ne se mobilisent pas.

      Et Dieu n’a rien à voir là-dedans !
      Bon courage !

    • Ouin. Si j’étais vous quand même, je ferais un tout petit trou où votre drain, je mettrais une flotte reliée à un buzzer, je mettrais des valves manuelles sur votre drain, sur votre toilette. Pis le jour où ça buzzerait j’irais fermer les valves manuellement.

      Une autre chose que je me dis. Je ne sais pas quelle technologie ils utilisent pour traiter l’eau usée, mais il y a bien des chances que lors des grosses averses la station de traitement ne suffise pas, qu’ils soient obligé de relâcher dans la Yamaska de l’eau non traitée, hors-normes. Ça arrive partout une fois de temps en temps, c’est la fréquence qui dit si c’est inacceptable.

      Quand on gère ce type d’infrastructures, on travaille du côté technique, ça arrive qu’on voit les problèmes à l’avance, qu’on voit les solutions, mais qu’on ne puisse rien faire parce qu’on est bloqué au niveau politique. C’est eux qui décident de signer les chèques.

      De ce que je lis ça fait plusieurs années que c’est comme ça, il n’y a certainement pas juste les rapports de consultants externes. À l’interne, bien avant ces rapports de consultants il y a dû en avoir du directeur des services techniques. Ça doit faire un bout de temps qu’ils sont au courant de la problématique.

      le problème c’est que c’est beau mettre des pluviaux, mais il faut les envoyer quelque part. Parce que la solution ne doit pas être de mettre des émissaires sanitaires plus gros. S’il y a d’autre développement à Granby vous allez avoir le même problème plus tard. Et si je regarde au nord il n’y a rien, je pense pas que collecter un système de pluviaux au Lac Boivin ce serait politiquement acceptable.

      Je serais vraiment curieux de voir le schéma d’écoulement des pluviaux et du sanitaire.

      Bonjour,

      Oui, la rivière Yamaska «accueille» malgré elle les eaux usées lors d’averses. Et pas seulement quand il tombe des clous. En 2009, 348 surverses se sont produites à Granby, selon le ministère des Affaires municipales. Autrement dit, on rejette des eaux usées non traitées dans notre rivière même quand Dieu ne s’en mêle pas. Est-ce normal? Ensuite on investit des dizaines de milliers de dollars dans toutes sortes de mesures pour dépolluer ce cours d’eau. Assez incroyable, non?

      Grand parleur

    • Félicitation pour votre article. Vous êtes un excellent journaliste, continuez a bien nous informer.
      Le conseil municipal n’a pas de force face au maire Goulet. Les priorités de gestion du conseil sont du tape à l’oeil.
      J’ai pas hâte de voir sur mon compte de taxe la hausse nécessaire pour payer la dette municipale. Surtout avec le contexte économique actuel!

    • Vous vous attendiez à quoi au juste? À des décisions intelligentes, mûrement réfléchies visant à donner aux citoyens un service adéquat, à coût raisonable? De la part de politiciens?… Municipaux? Même la politique fédérale et provinciale ne réussit pas à intéresser des candidats compétents, ou au moins honnêtes. La politique municipale n’attire que des Ti-Coune qu veulent jouir du prestige de se faire reconnaitre quand ils entrent au restaurant.

    • Wow… 350 déversements directs… elle fournit plus votre station…si vous ajoutez des collecteurs ça va régler le problème pour vous. Mais il va y avoir autant d’eau non traitée qui va se déverser dans la Yamaska. Il doit sûrement y avoir un projet pour agrandir ? Je connais pas les débits d’eau qui passent dans votre surverse mais à vue de nez ça doit faire des grosses charges de phosphore, de nitrates et de DBO (ça change le taux d’oxygène dissous) dans votre lac.

      Il me semble qu’il y a des zones non-développées à l’arrière du zoo. C’est possible de faire un réservoir de rétention et d’y connecter le pluvial dans cette partie. Avec un overflow qui mène au Lac Boivin, c’est pas loin il me semble. Comme ça il y aurait le temps d’y avoir une décantation donc la turbidité du lac ne serait pas trop affectée. Mais c’est sur que sans vraiment connaître le dossier…

      Bonjour,

      Deux environnementalistes très respectés dans la région ont fait cette suggestion lors d’audiences publiques sur le Plan de gestion de l’eau de la MRC. Mais les maires ne semblent pas chaud à l’idée. Ça nécessiterait de gros investissements. Et disons qu’investir dans des réservoirs souterrains n’est pas très populaire quand on est politicien; ils préfèrent dépenser pour construire des choses que les gens peuvent voir.

      Triste réalité.

      Grand parleur

    • @pensezy

      Rehaussez le niveau de vos commentaires, cela pourrait aider à maintenir un niveau de discussion pour faire avancer les choses. La prochaine fois avant de faire “enter”, pensez-y!

    • Mégalomanes incompétants au pouvoir à toutes les sphères de la société, citoyens blasés (idiots utiles?) qui paient impôts et taxes, sans trop rechigner, pour financer les lubies de ces roitelets déconnectés.

      Combiens de ces huluberlus (maires, Premier-Ministres) ont défrayés les manchettes pour d’obscures raisons ces derniers temps?

      Gérald Tremblay, Montréal
      Régis Labaume, Québec
      Gilles Vaillancourt, Laval
      Richard, Marcotte, Mascouche
      Jean Charest, Premier-Ministre du Québec

      Si on ajoute la crise de la dette au É-U, aux pays d’Europe (P.I.I.G.S.), du Japon, L’économie chinoise a un modèle plus fragile qu’il n’y paraît, les rébellions dans les pays Arabes… Les astres sont alignés, faut croire!

      A part ça, tout va bien! Allez, on chante!

      ♫ Always Look On The Bright Side of Life ♫

      http://www.youtube.com/watch?v=WlBiLNN1NhQ

    • @ jeani

      Et le vôtre, votre commentaire de haut niveau pour faire avancer les choses, est…

    • Les dirigeants municipaux ne connaissent rien à la gestion de l’eau ou à l’environnement et ça ne semble pas être une priorité en général. Ils sont plus intéressés au développement (qui amène des taxes) et à la “décoration” (sur fond asphalté de préférence).

      Ce samedi, j’étais en visite à Mascouche, où il y a un parc appelé “Étang du grand côteau”. L’administration de la ville a fait construire des pistes asphaltées tout autour de l’étang, parfois à un mètre de l’eau, tout en abattant des dizaines d’arbres centenaires. Il n’y a plus de buissons autour de l’étang, donc pas de bande riveraine; l’eau de ruissellement peut donc y apporter tous les polluants.

      Encore plus stupide, il y avait autrefois un ruisseau qui se jetait dans l’étang, et qui en ressortait à l’autre extrémité (où se trouvait un petit barrage). L’eau se renouvelait et l’étang était bien en santé. Hé bien, ils ont creusé un nouveau chenal pour le ruisseau, pour qu’il CONTOURNE l’étang, pour pouvoir construire leurs beaux sentiers asphaltés tout autour, à sec, avec de la belle pelouse et des plantes non indigènes. Résultat, l’étang se meurt, l’eau est noire et il y a un bel écriteau avertissant de concentrations dangereuses d’algues bleu-vert (cyanobactéries) dans l’étang. Un beau gâchis.

      Les citoyens sont bien contents en général parce que c’est propre-propre, décoratif, sécuritaire, et que toutes les plantes sont bien droites. Évidemment, le panneau qui énumères les choses interdites est plus grand que l’intelligences des décideurs.

    • @ jeani

      … C’est bien ce que je pensais.

    • @pensezy

      est… avant d’écrire un texte pour détruire autrui, il est mieux de s’abstenir. L’écriture devrait servir à construire plutôt qu’à démolir les autres gratuitement, surtout que certaines personnes le font bien cachés derrière leur clavier. Sur les blogues, il y a trop de ces gens qui se pensent en Hummer jaune et qui aiment bien tasser la petite Civic; ils le font avec plaisir et ça semble leur fait du bien. Je ne sais pas si M. Bonin a apprécié de se faire traiter de Ti-Coune par un petit Jos Bleau non identifié. Est-ce que les autres conseillers méritent cela? Est-ce que les maires antérieurs méritent cela? Les Racine, Bourgeois, Duchesneau et Girard ont fait beaucoup plus que les petits “Jos Bleau”, cachés derrière leur anonymat, qui se permettent de verser leur fiel comme bon leur semble. Ces gens font leur possible et même s’ils méritent parfois des critiques sévères, il est possible de le faire de façon civilisé. Je suis persuadé que vous en êtes incapable car que vous croyez avoir raison; je vous laisse vous complaire dans vos élucubrations et votre plaisir à provoquer les autres.

    • @ jeani

      Je vois que A) vous n’aimez pas que l’on traite la classe politique de ti-counes et B) vous aimeriez savoir qui je suis.

      A) Si la classe politique n’aime pas se faire traiter de ti-counes, qu’ils arrêtent d’agir collectivement comme des ti-counes. Le billet de Grand Parleur donne un exemple de ti-counerie qui est plutôt la norme que l’exception. Si on demandait aux blogueurs de citer des exemples de mauvaise gestion, on atteindrait l’affluence des blogues de sport.

      M. Bonin n’était évidemment pas visé par mon coup de gueule puisque c’est le seul qui a eu assez de couilles pour dénoncer la situation. Je lui lève mon chapeau mais son intégrité lui coûtera cher. On nivelle par le bas en politique. Quant aux autres, s’ils n’aiment pas être perçus comme des ti-counes, ils n’ont qu’à payer le prix politique et s’élever au dessus du troupeau.

      B) Vous voulez faire quoi avec mon identité? Venir me casser la gueule? Crever mes pneus? Vous pensez que je serais intimidé au point de me taire? Si c’est le cas, l’anonymat des blogues est une bonne chose. D’ailleurs je ne vous connais pas non plus et c’est bien comme ça; On échange des idées dans les blogues, pas des titres de noblesse.

    • @pensezy

      Je n’en ai rien à foutre de votre identité. Ce que vous ne voulez pas comprendre c’est que bien des blogueurs agissent autrement lorsque leur identité est caché par un nom de blogueur. Cela leur permet des écarts, dans les mots, qui ne sont pas acceptables dans une société qui se respecte. Cela fait “ti-Québecois” votre agissement; ne lâchez pas et surtout, tentez d’interpréter à votre avantage ce que j’écris.

      Vous ne visiez pas M. Bonin, c’était d’une limpidité exemplaire comme le restant de vos textes: “La politique municipale n’attire que des Ti-Coune qu veulent jouir du prestige de …” D’ailleurs, vous qui ne faites pas partie des “Ti-Counes”, vous devriez vous présenter pour, enfin, changer les choses. De toute façon, un Lemaire ou un Bombardier qui se présenterait en politique se ferait traiter de la sorte par des gens de votre acabit.

    • Dessinez-moi un acabit.

      Bonsoir,

      Je ne comprends pas. Acabit veut dire de cette sorte, de toute sorte, de même sorte. Que voulez-vous dire?

      Grand parleur

    • @ jeani

      “Petit québecois”… Mais oui. C’est exactement l’expression que je cherchais. Ti-coune comporte l’idée de déficience intélectuelle qui ne reflète pas ma pensée alors que “petit québecois” véhicule la notion de “complexe de colonisé” qui convient beaucoup mieux.

      Je me rétracte donc quant à l’emploi de ti-coune et je le remplace par “petit québecois” dans mes commentaires précédents.

    • Grand parleur,
      Je répondais indirectement à jeani, qui parlait à pensezy des “gens de votre acabit”. Je trouve cette joute verbale entre eux plutôt inutile, voire déplacée. Ma phrase “Dessinez-moi un acabit” fait référence à “Alice au pays des merveilles” (traduction de Henri Parisot), chapitre 7, lorsque le Loir demande à Alice, “Avez-vous jamais vu un dessin représentant une lurette?”. Acabit, lurette ou futilité: des choses impossibles à dessiner, du moins figurativement. Et cette conversation est digne du Thé chez les fous!

    • @Grand parleur

      “Évidemment, le panneau qui énumères les choses interdites est plus grand que l’intelligences (sic) des décideurs.”

      Cette phrase aurait très bien cadrée dans ce fameux Thé chez les fous. Un peu de vin, hdufort!

    • C’est bien le “chic sic” pour une faute de frappe. Ça permet de se donner des airs.

    • @hdufort

      Le “chic sic” n’avait rien à voir avec une supposée faute de frappe, il aurait été alors nécessaire d’en placer un autre sur “énumères” et sur mon “cadrée”. Lorsqu’on calcule l’intelligence des décideurs à la grandeur des panneaux, il ne faut pas se surprendre d’avoir un “chic sic”…

      De plus, je vous assure de cesser cette joute “verbale” plutôt inutile avant qu’un autre proviseur s’invite à notre table.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2008
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité