Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 26 mai 2011 | Mise en ligne à 11h44 | Commenter Commentaires (9)

    Une justice capotée

    Assister à un procès est toujours un exercice fascinant. On découvre le monde incroyable de la justice et surtout ses incroyables paradoxes.

    Hier matin, au palais de justice de Granby, juste avant que le juge François Marchand de la Cour du Québec ne prononce la sentence de ce père qui a abandonné son bébé de 13 mois dans un bois, une cause opposait un entrepreneur électricien à la Société de l’assurance automobile du Québec. L’électricien souhaitait récupérer sa fourgonnette saisie par les policiers quelques jours plus tôt parce qu’il avait omis de renouveler son permis de conduire. L’homme a fait valoir au juge qu’il avait besoin de son véhicule qui est muni d’échelles et d’autres équipements nécessaires à sa petite entreprise.

    Si le juge s’est montré sympathique à sa cause, il n’a pu l’aider. Le magistrat lui a expliqué que la loi était claire à ce sujet: toute personne qui circule sans permis de conduire voit automatiquement son véhicule saisi pour 30 jours. Le but recherché par le législateur par cette mesure, a justifié le juge, est d’inciter les automobilistes à payer leur permis, leurs immatriculation et leurs amendes.

    L’entrepreneur devra donc louer une fourgonnette. C’est cher payé pour un simple oubli!

    N’est-il pas paradoxale que la société pénalise ainsi une personne qui travaille alors qu’elle impose seulement une peine d’emprisonnement à la maison de 16 mois à un homme qui abandonne son bébé dans le bois?

    Assez incroyable, ne trouvez-vous pas?


    • Vic Tows le méchant uniligue anglais qui parlent comme seconde langue l’espagnole est la pour changer tout ca.

      Just watch him!

    • Deux décisions administratives. L’électricien devra payer le remorquage, l’amende, la fourrière, le véhicule de location. Il va faire “tourner la roue”. L’épave qui a “oublié” son enfant dans le bois, en restant à la maison, ne coûtera rien ou presque à la société. Quand on pense que Villanueva est encore au Québec, pour moi, il n’y a plus rien d’incroyable.

    • J’ai aussi du mal à comprendre.
      C’était peut-être un ami

    • Il y a quelques années de ça, un chauffeur en état d’ébriété avancée a fauché 2 piétons qui marchaient sur le bord de la route; et en même temps, un comptable a fraudé le gouvernement…Le comptable a été emprisonné alors que leur chauffard assassin a été mis à l’amende…
      Qui était le plus dangereux? Qui aurait dû avaoir la sentence la plus sévère? Notre système judiciaire est bourré de ces jugements de cons, c’est à se demander si les juges ont tous fait les mêmes études de droit?
      Il serait grand temps d’avoir une réforme pour des jugements plus sévères pour des causes mettant en jeu la vie des citoyens.

      Bonjour,

      Dans le cas que j’évoque, le juge a expliqué que la loi ne lui donnait pas le choix pour une telle omission et que le véhicule devait être saisi pendant 30 jours. Bref, il n’y pouvait rien, même si on sentait qu’il trouvait la situation injuste.

      Grand parleur

    • J’ai toujours eu ben d’la misère avec les jugements au cas par cas… Ça ouvre évidement la porte aux injustice et à l’arbitraire.

      Alors je préfère laisser aboyer les chiens…

    • Je ne vois pas ce qui vous surprend. Vous n’avez qu’à diviser les crimes en deux types: le type “A”, qui rapporte de l’argent à notre bon gouvernement, et le type “B”, qui lui coûte de l’argent. C’est tout ce qu’il faut savoir.

      Dans votre exemple, l’électricien distrait (de type “A”) rapporte des $$ alors on le punit au max au point de lui faire perdre son gagne-pain, c’est pas grave; le presque meurtrier (de type “B”) coûterait de l’argent si on le mettait en prison comme il le mérite, alors, on le libère!

      Un autre exemple: on parlait sur un autre blogue des vols dans le métro, et quelques personnes qui ne sont pas au courant des choses suggéraient que les policiers s’en occupent au lieu de donner des tickets. Impossible, car donner des tickets (type “A”) c’est payant, alors que protéger les usagers du métro (type “B”) ça coûte des sous, surtout si par miracle un petit “Villanueva” devait être incarcéré pour une courte période.

      C’est comme ça!

    • Grand Parleur

      Dans le cas que vous invoquez, le cas rapporte beaucoup de sous à l’État… et de nos jours, il est moins grave de tuer que de faire perdre de l’argent au gouvernement… c’est triste à réaliser.

    • Nous avons un système de lois qui aimerais bien rendre justice.

      Pour ce qui est de la sentence du gars qui a abandonné son bébé (on aimerais plutot savoir pourquoi il l’a abandonné… le fait de l’abandon est pour moi futile) ce serait quoi la bonne sentence? l’envoyer en prison? payé par nous? ce serait de la vengeance idiote… on envoie en prison les gens qui posent un risque de récidive à la société.

      Une sentence de rester chez lui?? à faire quoi? il pourrait plutot faire des heures de travaux communautaires pour aider les organismes chargés de retrouver les enfants perdu :P

    • Et la SAAQ, avec tous ses fichiers informatisés n’est pas capable d’envoyer un rappel à un CLIENT qui a oublié de renouveler son permis?

      Et si les ronds de cuir trouvent ça trop gentil, qu’ils envoient plutôt un avis de «danger de conduire» puisque le permis n’a pas été payé. Et pour faire bonne mesure, qu’ils utilisent des enveloppes rouges.Le client ne pourra pas dire qu’il n’a rien vu. Mais non, on préfère «écoeurer» et empocher le fric des amendes. Et je suppose qu’il y a des points d’inaptitude de rattachés à ça donc une majoration du permis pour deux ans? Non?

      Misère! On permet même à des gens dont le permis a été suspendu pour cause de conduire pour des motifs spécifiques comme le besoin de travailler. Il me semble que c’est plus grave qu’un oubli de paiement.

      Et dire que les magazines auxquels je suis abonné commencent à m’envoyer des avis de renouvellement quatre mois avant l’expiration dudit abonnement.

      Décidément y’a des fois où la bureaucratie ne cessera jamais de m’étonner et de me faire enrager.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2009
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité