Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 5 mai 2011 | Mise en ligne à 21h27 | Commenter Commentaires (14)

    Pétrole et désastre écologique

    Image 1

    Un bris dans un oléoduc de la compagnie Plains Midstream Canada vendredi dernier a provoqué la fuite de près de 4,5 millions de litres de mazout dans un marécage au nord de Peace River en Alberta.

    Cette photo prise hier surprend. Où sont les pompes pour tenter de retirer le mazout du marécage?

    Gage-t-on qu’on nous dira probablement dans quelques semaines que l’opération de nettoyage a été un succès, que tout le pétrole a été récupéré et que la santé de personne n’a été menacée?

    Le transport par oléoduc est très sécuritaire, nous assure l’industrie pétrolière. Peut-être. Toutefois, quand un incident survient, c’est inévitablement la catastrophe écologique. Mais notre folle demande pour des produits pétroliers fait que nous sommes tous d’une certaine façon responsables de ces désastres.

    photo Presse canadienne


    • Dans certains articles, on parle de 28 ou 29000 barils, alors ça semble moins pire que ça ne l’est quand vous parlez de 4,5 millions de litres. Ça, on peut un peu visualiser de quoi ça a l’air!
      On répondra que ce n’était qu’un marécage, donc pas très important. Pour M. Harper et tous ses petits amis, l’écologie n’est pas plus importante que le registre des armes à feu.

    • Y a rien là.
      Ne s’agit-il pas d’un “champagne conservateur” qui coule à flots suite au succès des dernières élections?

    • Ce que vous voyez sur cette photo sont: 2 decanteurs portables dans lequel ont pompe l’eau et le petrole du marais et duquel on extrait le petrole pour l’envoyer dans le camion reservoir a cote .

      Le chemin que vous voyez est une route temporaire fait de panneaux de bois pour ne pas abimer les bords du marais .

      Parce que c’est un marais il n’y a pas necessairement beaucoup de pompes puisque le petrole y est captif.

      Je ne suis pas un pro petrole mais dela a me faire prendre pour une valise par un demagogue….

      On respire par le nez. Je ne fais que souligner le fait que les travaux de nettoyage sont au ralenti. Même le premier ministre conservateur albertain, Ed Stelmach, certainement pas un anarchiste-écologiste, trouve que la compagnie se traîne les pieds.

      Grand parleur

    • Je suis d’accord avec la partie: Nous sommes tous responsables!
      L’autobus aussi consomme de l’essence

      Dave

    • et vous proposez quoi comme alternative ?

      Bonjour,

      J’aime bien le réponse de nickoleterrible plus haut. Cet oléoduc date du début des années 70. Peut-être devrait-il être mis aux normes d’aujourd’hui pour réduire les risques de fuites comme celle qui a cours. Ce n’est quand même pas de l’eau qu’il transporte.

      On ne peut être trop prudent avec ce type de produit. Peut-on vraiment récupérer tout le mazout déversé, nettoyer tout ce qui a été souillé et assurer que la faune et la flore de ce coin ne seront pas affectées? C’est croire au Père Noël.

      Voilà.

      Grand parleur

    • “Mais notre folle demande pour des produits pétroliers fait que nous sommes tous d’une certaine façon responsables de ces désastres.”

      Ce n’est pas la folle demande qui est responsable d’un déversement, c’est la négligence des compagnies pétrolières qui coupent les coins ronds quand il s’agit de sécurité question d’augmenter leurs profits. C’est la faute au manque de règlementation qui permet aux pétrolières et autres cies de faire ce qu’ils veulent et de s’en tirer sans trop de conséquence. C’est la faute aux larves drètistes qui ne réagissent que lorsqu’il est trop tard et que le mal est fait. Qui paiera pour ce désastre vous pensez? Les contribuables canadians encore une fois…ou plutôt la carte de crédit des générations futures puisque rappelons-nous que les réformistes-évangélistes ont fait sauter la caisse avec plus de 101 milliards de déficit en 2 ans; déficit qui doubleront la dette canadians.

    • @maxg

      L’ingénierie dispose de moyens pour limiter les dégâts. Je suis en charge d’une usine d’eau potable et des eaux usées. 4 500 m³ c’est pas rien. Moi j’ai 5 réservoirs qui totalisent 450 m³. D’eau potable.

      C’est encore plus facile de “qu’est-ce que vous feriez”.

      Moi je connais pas le système des oléoducs, mais c’est sur qu’il y a des valves à intervalles réguliers et des capteurs de pression qui ferment ces valves lorsqu’il y a une fuite.

      Si on veut faire quelque chose faut aussi trouver les moyens pour minimiser les problèmes comme ça. C’est arrivé au milieu de nulle part. Mais je crois bien que ça aurait pu arriver à un endroit qui aurait pu faire beaucoup plus mal.

    • Si vous parlez de meilleure norme pour le transport sécuritaire du petrole, parfait, je suis 100% d’accord

      mais lorsque vous dites:
      “Mais notre folle demande pour des produits pétroliers fait que nous sommes tous d’une certaine façon responsables de ces désastres.”

      c’est un peu comme dire que les gens qui vont dans le sud sont responsable des crash d’avion

      Bonsoir,

      Je comprends votre analyse. Ce que je veux dire, est que notre demande pour le pétrole est si élevée que les producteurs doivent augmenter leur capacité de transport, ce qui augmente les chances que des accidents se produisent. Plus de transport = plus de risques.

      C’est comme pour les automobiles. Plus on en compte sur les routes, plus grands sont les risques d’accidents.

      Voilà.

      Bonne nuit!

      Grand parleur

    • Bonjour Grand Parleur;

      Je pense que nous manquons d’information. Cette fuite est peut-être due à un bête erreur humaine. Je ne comprend pas cette maudite manie que l’on a de tout de suite blâmer les pétrolières pour tout et presque rien. Les pétrolières sont la pire calamité de l’humanité à en entendre certains. Pourtant ce sont ces compagnies qui sont responsables d’une grande partie de notre bien être.

      Ensuite, il est important de bien mettre en perspective ce qui s’est passé dans ce déversement. En plus, quelle est la grandeur du marais? S’agit-il d’un petit marais parmi des milliers? Est-ce que la disparition de ce marais aura un impact quelconque sur l’environnement? En plus, est-ce fréquent ou un événement isolé? Pendant des décennies, on remplissait carrément les marais. Pas loin de chez moi, il y avait un petit marais sur lequel venait des canards (en pleine ville). Que pensez vous qu’ils ont fait lorsqu’un promoteur a construit des condos…Ils ont rempli le marais et aujourd’hui, il y a de l’asphalte dessus.

      Ensuite n’oubliez pas: LES COMPAGNIES SONT HYPER-SURVEILLÉES Aujourd’hui!

    • Michel, quand on reprend la photo pour l’éclaircir et l’agrandir on voit que l’opération de nettoyage est faite selon des normes qui n’ont rien de l’improvisation.

      Vous y voyez entre autre que le camion blanc est un camion-pompe qui fonctionne par vacuum, du même principe que pour vidanger les réservoirs septiques. C’est le type de camion nécessaire pour pomper des produits plus visqueux et moins fluide. Vous voyez aussi qu’il y a deux réservoirs d’accumulation debout qui sont eux même protégés par un bassin de rétention. Vraiment pas amateur comme intervention.

      Bien sûr que c’est ce qu’on ne veut pas qui arrive. Mais ne douter pas que la compagnie elle-même craint comme la peste ce genre bris. Et elle le craint en tout premier lieu pour des raisons financières.

      Vous avez tout à fait raison de dire qu’en bout de ligne on est tous responsable de ce genre d’accident. On ne peut penser consommer quotidiennement quelques 2 millions de baril de pétrole au Canada sans ne jamais avoir d’accident de ce genre. Ce déversement d’environ 27,000 barils de pétrole ne représente que 20 minutes de notre consommation quotidienne…

      Et pour donner une image tangible a ces chiffres on peut dire que pour chaque canadien, poupons et vieillards inclus, chaque jour, il se consomme plus que le contenu d’un traditionnel gros bidon de plastique rouge qui fait 20 litres!

    • Moi, c’est cette pharase là qui me réjouit : « La Commission de contrôle des ressources énergétiques signale qu’un barrage de castors a empêché le pétrole de se répandre davantage. »

    • Et, d’ailleurs, on a découvert des quantités dangeruses de méthane à Pennsylvania, près d’une source de…gaz de schiste. theGuardian.UK, aujourd’hui 9 mai.

    • “LES COMPAGNIES SONT HYPER-SURVEILLÉES Aujourd’hui!”

      MENSONGE. Les pétrolières font ce qu’elles veulent et encore plus depuis qu’on a un réformiste-évangéliste gourou du pétrole qui gouverne le canada. Il n’y a pas assez de règlementation pour éviter ce genre de désastre et celle qui est en place est complaisante et édentée.

    • syl20_65

      10 mai 2011
      10h17

      Ce que vous écrivez ne fait que refléter vos préjugés. Je suis convaincu que vous n’avez jamais mis les pieds sur un site d’exploitation, que ce soit une mine, un champ pétrolifère ou autre (Contrairement à moi qui y a passé une bonne partie de ma vie).

      Vous ne connaissez rien des obligations des compagnies envers l’environnement.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité