Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 17 février 2010 | Mise en ligne à 16h35 | Commenter Commentaires (19)

    Les médaillés olympiques de la discorde

    On se doutait bien que l’éternelle guerre linguistique opposant les deux solitudes ferait surface durant les Jeux olympiques de Vancouver. Depuis deux ans, le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, agite un drapeau rouge, servant des mises en garde au comité organisateur des jeux (le COVAN) de faire une vraie place au français dans l’organisation de l’événement. Clairement, le COVAN a échoué.

    On ne reviendra pas sur le flop «culturo-linguistique» des cérémonies d’ouverture des jeux. Les gros mots et les accusations fusent déjà du Québec sur toutes les tribunes médiatiques pour dénoncer ce qu’on perçoit comme étant un affront à la nation québécoise. Mais tout est question de perception, semble-t-il. Nos compatriotes du Canada anglais, eux, estiment au contraire que le COVAN a fait une bonne job. Et que les Québécois sont des enfants gâtés. D’où leurs répliques, aussi parsemées de gros mots, dans leurs propres tribunes. La roue qui tourne.

    On peut comprendre nos amis des autres provinces d’en avoir assez de nos jérémiades sur la place du français dans le «plus meilleur pays» au monde, comme le décrivait Jean Chrétien. Disons qu’on ne rate pas une occasion d’imaginer qu’ils conspirent pour nous marginaliser. C’est vrai lors d’événements internationaux (place du Québec à l’UNESCO, rencontre sur la reconstruction d’Haïti), dans l’octroi de subventions du fédéral (l’industrie automobile de l’Ontario versus l’industrie forestière du Québec). Ca va même à la timidité des équipes de la Ligue nationale de hockey de repêcher des joueurs issus de la Ligue de hockey junior majeur du Québec…

    Quoi qu’elle fasse, la majorité anglophone n’en fera jamais assez pour la minorité francophone au Canada. Nos attentes sont tout simplement trop élevées. Toute leur bonne volonté — et oui, elle existe! — ne suffit pas à la tâche. Elle ne suffira jamais.

    Majorité versus minorité, les Québécois sont durs à suivre sur cette question. Il est pour le moins ironique d’entendre des nationalistes québécois gronder les organisateurs des Jeux pour leurs manquements eu égard du fait français alors que certains d’entre eux sont prompts à lever leur bouclier dès que leurs compatriotes des communautés culturelles formulent une demande.


    • Si il y avait des compétitions de chialage sur neige:
      La médaille d’or et champion olympique: Réjean Tremblay
      La médaille d’argent et pas assez bon pour être 1er: Patrick Lagacé
      La médaille de bronze at très “culturé”: Vincent Marissal

    • Un point de vue étrange que le vôtre monsieur La liberté Quand les leaders fédéralistes du Québec prennent la peine de dénoncer le peu de place accordé au francais lors des cérémonies d’ouverture des jeux et que monsieur Fraser fait de même, on peut et on doit envisager qu’il y a effectivement un problème. Qu’une vitrine sur le monde comme les Olympiques d’hiver accorde aussi peu d’importance a l’une des deux langues officielles du Canada est une honte. Point. Ca n’a rien a voir avec les *jérémiades* des Québécois. Et sur cette question précise, ce n’est effectivement pas trop demandé. A moins bien sur d’être un journaliste qui préfère se mettre la tête profondément dans le sol.

      Quant au lien que vous faites avec les minorités culturelles, je passerai outre tant il est ridicule.

    • Vous avez raison de dire que ce faux débat est d’une ironie totale, encore la preuve que les Québécois qui se disent “de souche” sont d’éternels insatisfaits. Le québécois moyen est mal instruit, ne maîtrise aucunement le français qu’il défend et a la mémoire sélective très courte. Vous n’avez qu’à lire les commentaires écris sur les blogues de cyberpresse pour constater l’abondance des fautes tant d’orthographe que de syntaxe, et je ne parle pas ici des gens qui utilisent des claviers “anglais” sans accents…

      Pas assez de place pour le français aux Olympiques: bizarre, mis à part les athlètes issus des pays de la francophonie qui parlent la langue, qui sont ces gens qui se sentent brimés? On ne veut plus d’amiante ici mais on l’offre aux économies émergentes comme si c’était de l’or? 42% de la main d’oeuvre québécoise ne paient aucun impôt? Les frais de scolarité sont, si je ne m’abuse, les plus bas en Amérique du Nord, mais on réclame la gratuité?? On voudrait les Olympiques en 2022 mais on est la province la plus taxée en Amérique et on se doit déjà le c_l!? On voudrait de belles routes, mais ne pas payer pour les avoir!? On voudrait des leaders mais lorsque quelqu’un se lève et essaie de nous sortir de notre bulle, on lui crache dessus… le nom Bouchard me vient à l’esprit….

      La différence M. le gaspésien entre vous et moi est la suivante: essayez de faire mieux, de vous dépasser, de vous concentrer sur l’amélioration de votre propre sort; si une grande majorité de Canadiens du Canada ne parlent pas le français, c’est leur perte, c’est tout. Vous voyagez? Si oui, vous constaterez la prochaine fois que vous êtes à l’étranger, l’inconfort d’un Canadien à avouer qu’il ne parle pas ou presque pas français… Ça n’enlève rien à la beauté de cette langue, ça n’enlève rien à la ferveur avec laquelle on devrait la défendre, mais pour ça, il faudrait commencer par la maîtriser… Sinon, où est la crédibilité dans le débat!

    • The Gazette aussi a déploré le peu de français dans la cérémonie et en général dans les jeux.

    • @bigtaxpayer

      Ne vous énervez pas , bigtaxpayer.

      Il est dans l ‘ odre des choses que les minorités se sentent constamment brimées par la majorité.

      Et cela s’ adonne que nous , francophones ,sommes une minorité au sein du Canada.

    • Je ne connais pas assez la situation linguistique à Vancouver, mais je sais que les Québécois sont complexés et suceptibles. J’ai rien contre le fait qu’ils chiâlent, mais qu’ils agissent en conséquence.

    • Mon cher ami c’est la première fois que je viens sur ton blogue et crois moi c’est la dernière

    • Cher M. Laliberté
      Définitivement nos opinions sont totalement différentes.
      Vous écrivez ceci :
      Majorité versus minorité, les Québécois sont durs à suivre sur cette question. Il est pour le moins ironique d’entendre des nationalistes québécois gronder les organisateurs des Jeux pour leurs manquements eu égard du fait français alors que certains d’entre eux sont prompts à lever leur bouclier dès que leurs compatriotes des communautés culturelles formulent une demande

      comme si ce serait a nous de s’accomoder a ces minorités et non à eux
      et le plus drôle c’est que ces gens là quitte leur pays pour venir y vivre
      dans un monde meilleur ….croyez vous que si vous irez vivre dans leur pays qu’ils
      voudront changer leur culture pour nous accommoder ?
      et en ce qui concerne la langue française à travers le canada
      ne sommes nous pas supposé avoir un pays bilingue ?
      ahhhhhhhhhh au quebec c,est vrai mais pour le reste du pays ce n’est pas important
      à ce moment là je crois qu’il est facile de comprendre les québecois à être moins ouvert aux autres communautés car on en a peut être mare de se faire rire de nous finalement
      parler l’anglais est un plus quand on sort de la province ou du pays car si vous parlez l’anglais vous réaliserai que vous pouvez vous débrouiller dans plusieurs pays
      faudrait commencer par celle là ensuite l’italien ..l’espagnol,le grec,l’arabe ect pour bien sur accommoder nos communautés culturelles qui se joignent a nous
      apres on essayera les différentes religion et changer les jours de classe des enfants
      pour les week-end question de changer la routine ect …

    • Le canada est anglophone, pourquoi continuer de croire qu’il est bilingue? Il ne fallait pas s’attendre à plus de leur part.

      pourquoi continuer de faire semblant d’etre surpris et/ou décu ?

    • @bigtaxpayer

      Je me questionne :

      Êtes-vous un Français expatrié et frustré trop orgueilleux pour rentrer en France ou un Québécois frustré trop lâche pour partir ailleurs?

    • Le problème monsieur Laliberté, se situe dans le fait que l’anglais et le français sont sensés être les deux langues officielles au Canada.

      Les francophones acceptent depuis longtemps le fait que l’anglais est la langue de la majorité et NOUS faisons toujours des concessions en conséquence dans la vie de tous les jours. Personnellement, je nous trouve plus que conciliants.

      Je dois communiquer régulièrement avec des organismes gouvernementaux au fédéral et je suis de plus en plus incapable de me faire répondre en français. Il y a quelques années, j’exigeais de discuter dans ma langue mais je me faisais mettre en attente pendant une éternité. Alors on devient fatigué de gosser, on sort notre anglais et puisque nous sommes des milliers à agir de la sorte, les exigeances diminuent.

      C’est pas compliqué, le seul moment où l’on tente de me démontrer que je suis une vraie canadienne, c’est pendant les élections fédérales alors que tous les candidats anglophones jouent à la guidoune … en français. Mais quand les élections sont finies, la gifle revient assez vite et on tend l’autre joue pour être sûrs d’en recevoir une autre. Parce qu’il faut prendre notre trou, nous sommes une minorité après tout. C’est ça ?

    • J’ai jamais lu sur un blogue un Québécois se dire satisfait sur ce qui se passe hors Québec. Nous détenons le monopole de la vérité et du gros bon sens dans tout. Nous, notre concentration est sur la langue, concernant les olympiques de Vancouver, chaque compétition et chaque participant, la
      présentation se fait en français d’abord et ensuite en anglais. Mais ça, pas question d’en parler, il
      faut revenir sur l’ouverture des jeux pour se défouler.

    • J’oubliais une exception: le gouvernement du Canada s’adresse toujours à moi en français lorsque vient le temps … de payer mes impôts.

      Histoire que je comprenne parfaitement l’ampleur de la beurrée que je dois leur faire parvenir.

    • @ louise 52

      C’est le protocole olympique qui prévoit que la présentation des athlètes et la remise des médailles débutent en langue française, quelque soit le lieu où se déroulent les jeux. Rappelez-vous, c’était le cas même à Bejiing et ça remonte à Pierre de Coubertin je crois.

      Ce n’est pas le comité organisateur de Vancouver qui nous fait cette faveur, ça leur est imposé …

    • @ insulaire-du-nord

      J’ai oublié de le spécifier dans mon texte, c’est un protocole obligatoire. Mais, pour certains, ils
      laisse croire que le français est pratiquement absent des jeux. De plus, nous avons un grand nombre d’artistes Québécois qui donnent des spectacles sur la place principale. De plus V et RDS
      donne beaucoup d’attentions aux participants et même CTV fait un bon travail de ce côté. C’est
      la première fois que je vois autant le français en évidence pour de tels jeux. Surtout à ces jeux, je agréablement surprise de voir nos jeunes participants pouvoir très bien s’exprimer dans les deux langues.

    • @ insulaire-du-nord
      C’est exactement ce que je voulais dire !
      Grâce au Baron Pierre de Coubertin,un francais,qui inventa les Jeux Olympiques modernes,la langue francaise a toujours préséance sur la langue du pays hôte !
      Ce qui doit faire bien de la peine à nos amis racistes du Canada anglophones qui sont légion.
      J’espére qu’un jour les Jeux seront à Québec et qu’on pourra leur servir la même médecine.
      Vous les verrez hurlé et se déchirer la chemise.

    • @beluetenforce et@insulairedunord
      Vous ne vous exprimez même pas correctement! Vous ne savez pas écrire correctement! Vous êtes difficiles à suivre car vos idées sont trop confuses! Le seul constat qu’on puisse tirer de vos torchons est que vos n’êtes que de misérables petits francophonnes xénophobes! Votre complexe d’infériorité est probablement lié à la région éloignée dont vous êtes issus!

      Souvenez-vous de ceci: le plus grand chez les petits, n’est qu’un petit chez les grands!

    • Bon bon bon …

      Encore les grands mots, torchons, complexe d’infériorité, xénophobes, habitants de coins perdus, misérables petits francophones, alouette.

      Parlez-moi d’un argumentaire structuré !

      On peut militer pour la préservation de la langue anglaise sans partir en guerre contre les anglophones et c’est l’approche que je privilégie. C’est le relâchement de nos institutions que je déplore et je considère qu’ils ne font pas suffisamment d’efforts pour assurer la préservation de la langue française. C’est tout.

      Je n’ai jamais manifesté d’agressivité à l’égard d’un anglophone alors que vous avez drôlement la mèche courte à l’égard des personnes soucieuses de la protection de votre propre langue. Cherchez l’erreur. Je n’ai aucune aversion pour le peuple canadien anglais et je suis une passionnée de la culture britannique. J’ai une maîtrise universitaire, je suis bilingue et mon fils de treize ans est trilingue.

      Personnellement, je considère votre attitude comme la manifestation d’une résignation à être née pour un petit pain. Comparez mon militantisme à du chialage si ça vous chante mais je n’accepterai jamais d’être considérée comme une misérable petite francophone comme vous dites.

      Tant mieux pour vous si vous vous contentez de peu. Pas moi.

    • À « lagrincheuse » :
      C’est quoi le problème avec le français de « insulaire-du-nord » ?… J’ai même pris la peine de passer ses textes au correcteur. Il n’a rejeté que « exigeance » et quelques expressions « locales » qui ne sont pas répertoriées. Le tout étant bien au dessus de la moyenne.
      Votre texte à vous est peut-être plus clair et on voit bien que votre pseudonyme vous va parfaitement.
      Il reste que les propos hargneux que vous tenez sont inacceptables et inutiles, et ne contribuent qu’à envenimer le débat.
      Je suis peut-être idéaliste mais je considère que les blogues comme celui-ci devraient favoriser le dialogue entre citoyens… ils dégénèrent malheureusement assez souvent en échange d’insultes et de propos incendiaires et parfois diffamatoires qui ne mène nulle part.
      Ne prenez pas la peine de me répondre, je ne vous lirai pas.
      Et je signe :
      Yves Tison
      Montréal

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2008
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité