Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 27 janvier 2010 | Mise en ligne à 12h00 | Commenter Commentaires (20)

    Boisvenu sénateur! Mauvaise idée


    Étonnante cette information en provenance de nos collègues de La Tribune de Sherbrooke. Pierre-Hugues Boisvenu, le président-fondateur de l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues, aurait été approché par le premier ministre Stephen Harper pour devenir sénateur (reportage ici).

     

    Ça semble très sérieux puisque M. Boisvenu lui-même refuse de commenter.

     

    M. Boisvenu est un homme exceptionnel. Pas de doute là-dessus. Malgré les tragédies qui ont secoué sa vie (il a perdu ses deux filles, l’une aux mains d’un assassin, l’autre dans un accident d’automobile), il consacre son temps pour que nos gouvernement changent les lois pour mieux protéger le public.

     

    Il fait un travail remarquable. Remarquable parce qu’il est crédible. Il risque toutefois de perdre cette crédibilité en devenant sénateur. Surtout dans un gouvernement qui fait souvent dans la partisannerie.

     

    M. Harper ne croit pas au sénat. Il prône depuis des années de le transformer radicalement. Et si cela est impossible, il suggère de l’abolir. Sachant cela, comment le prendre au sérieux lorsqu’il procède à la nomination de nouveaux membres de la chambre haute?

     

    Plusieurs ont levé les yeux au ciel lorsque le premier ministre a désigné l’année dernière Jacques Demers pour occuper un poste de sénateur. C’était évidemment une nomination populiste. Quel est le fait d’armes du coach-sénateur depuis? Les conservateurs lui ont fait faire des publicités au téléphone pour encourager les électeurs dans le Bas-du-Fleuve à appuyer leur candidat lors d’une élection partielle.

     

    C’est ce genre de manipulation qui attend M. Boisvenu. Les conservateurs l’utiliseront pour pousser leurs projets de lois plus sévères envers les criminels.

     

    C’est ça la politique, direz-vous. En effet. Mais pour défendre ses idées dans une arène politique comme le Parlement du Canada, on le fait avec un mandat de la population. Or les sénateurs n’ont pas un tel mandat; ils ne sont là que parce que des premiers ministres les ont choisis pour des raisons qui n’ont souvent rien à voir avec leurs compétences. Ils ne représentent personne, sauf le premier ministre à qui ils doivent leur emploi…

     

    Si M. Boisvenu veut débattre de ses idées à de tels niveaux, qu’il se présente devant l’électorat. S’il est élu, il aura toute la légitimité pour le faire.


    • Être sénateur te donne un salaire dans les 6 chiffres, un bureau, et des budgets de recherche, et un accès privilégié aux députés fédéraux. Jusqu’à 75 ans. Le tout sans obligation aucune. Si M. Boisvenu veut continuer sa croisade, ça lui donnerait beaucoup de moyens. Il serait fou de refuser.

      En fait, n’importe qui serait fou de refuser un mandat au sénat.

    • Il n’est même pas encore nommé que déjà on annonce qu’il se fera manipuler. C’est vraiment de la mauvaise foi. Pourq

    • Pourquoi une mauvaise idée? Ne faudrait-il pas mieux attendre que cela se réalise avant de juger. Il ne fera certes pas pire ou mieux que certains. On a dit beaucoup de choses quand Jean Lapointe a été nommé. Je suis de celles qui préfère attendre avant de porter un jugement. D’ici à ce que le Sénat devienne le choix de la population, je le trouve plus diversifié en ce qui a trait au parcours professionnel. On ne peut reprocher au gouvernement conservateur d’avoir un sénat majoritaire. En terminant, si Monsieur Boisvenu est nommé sénateur sera certes un plus.

    • Mon père me dit qu’avec les coûts énormes et ce que ca rapporte, le sénat devrait être aboli pour toujours. Le poste de lise thibault et pierre dufresne doit aussi cesser; on n’a rien à foutre de la reine. On vit en 2010 et non en 1642.
      Faudrait vivre dans le présent et pas rester accroché au passé et ses erreurs.

    • Apres avoir perdu sa poursuite contre la ville de sherbrooke, le voila qu’il met la main sur un montant annuel dans les 6 chiffres provenant des poches des contribuables…

      vraiment de toute beauté de nommer sénateur le président d’un groupe de pression… ce type n’a aucune objectivité

      il va p-e aider à faire au canada entier le coup qu’il a fait à sherbrooke: faire installer des cameras de surveillance inutiles et tres couteuses partout…

      ce type se sacre bien de l’argent des contribuables tant que lui et les membres de son groupe de pression sont heureux

    • Voyons donc! Un billet de «Gagnant à vie» de Loto-Canada, ça ne se refuse pas. Point. Entéka, moi je le prendrais volontiers et il y a plein de causes que je pourrais défendre.

    • Je n’aime pas du tout l’idée que qqun de droite sur certains enjeux important de la société soit à un poste de sénateur. Quand il parle de retour de la peine de mort, la castration…je décroche.

    • ” Les conservateurs l’utiliseront pour pousser leurs projets de lois plus sévères envers les criminels.”

      Mautadine, faudrait pas que ça arrive!

      @ poypoypoy

      “Je n’aime pas du tout l’idée que qqun de droite sur certains enjeux important de la société soit à un poste de sénateur”

      Je ne suis ni de droite, ni de gauche, mais je trouve niaiseux ce commentaire…

    • Ben là,monsieur Laliberté,j’ai bien de la misère à suivre votre analyse.

      Premièrement,vous savez très bien que monsieur Harper,qui comme vous le dites voudrait abolir le principe d’un sénat non-élu,ne peut pas faire grand chose dans ce dossier pour le moment.Selon ce que j’en comprend,il faudrait ouvrir à nouveau la constitution,pour opérer une telle réforme.Alors,en attendant,qu’est-ce que monsieur Harper devrait faire?Arrêter de nommer des sénateurs,et par conséquent,laisser les sénateurs libéraux jouir d’une majorité à la haute chambre?Évidemment,ces libéraux n’ayant pas plus été élus démocratiquement que les autres.Bref,monsieur Harper n’est pas un imbécile.Il fait comme il se doit de faire les choses,nommer des sénateurs,en attendant que,peut-être un jour,le sénat ne soit réformé.De ne pas nommer dessénateurs serait pour lui doublement désavantageux,voir même totalement stupide.

      Deuxièmement,quand vous dites que monsieur Boisvenu risquerait de perdre sa crédibilité en devenant un membre du gouvernement,c’est quoi qu’il faut tirer de ce genre de propos?Que si on a quelque chose à dire,des réformes que l’on rêve d’acomplir,vaut mieux ne pas faire de politique,parce que la politique est malsaine et partisane?Donc en gros,si vous voulez changer des choses dans la société,ne faites surtout pas de politique?Et après ça,un peu plus loin,vous nous parlez de la démocratie,et de la légitimité d’être un élu?Pour quoi faire?Élu pour être un animal politque partisan san crédibilité aucune,qui serait mieux,pour changer les choses,de se partir une association pour faire pression sur le gouvernement?

      Vous dites que monsieur Boisvenu devrait se faire élire en tant que député,mais encore là,en faisant ça,le type est pris pour faire de la politique partisane!Il est pris pour se faire accepter par un parti,payer les frais de son élection,accepter et défendre la ligne du parti!En fait,probablement plus qu’en tant que sénateur,monsieur Boisvenu devrait jouer le jeu politque en sevenant député.Et encore, s’il est élu mais dans un parti d’opposition,il risquerait bien que d’être foutrement limité dans ses projets de réformes.

      Alors bref,comme le sénat existe et que le sénat ne se réforme pas aussi facilement qu’il est facile d’écrire une chronique ou de commenter celle-ci dans un blogue,aussi bien continuer en attendant à élire des sénateurs,même à gros frais.Je vois pas ce que l’on pourrait faire d’autres.Et tant qu’à nommer des sénateurs,aussi bien essayer de se réjouir lorsque celui-ci n’est pas un ex-avocat,ami du parti,mais plutôt un type des plus respectables.

      Bonsoir,

      M. Boisvenu perdrait sa crédibilité en ce sens que les sénateurs n’en ont aucune. Et ils n’en ont aucune parce qu’ils ne sont pas des élus. Ils ont été choisis comme ça, sans faire face à l’électorat. Avouez que c’est assez étrange qu’une démocratie comme la nôtre accepte que des non élus votent des lois.

      Deux deux choses l’une: ou bien M. Boisvenu se fasse élire en bonne et due forme ou bien qu’il poursuivre son travail auprès des politiciens pour que les lois changent.

      Grand parleur

    • Quand je vois les dernières nominations, Lapointe,Demers etc…j’ai de la difficulté
      à suivre votre raisonnement le grand parleur. C’est probablement le choix le plus
      logique de la dernière cuvée.

      Bonsoir louise52,

      Vous avez raison. De toutes les nominations ces dernières années au sénat, celle de M. Boisvenu serait une des plus logiques. Le monsieur est intelligent, articulé, déterminé et travaillant. Des qualités qu’on aimerait voir chez plus de nos politiciens.

      Mais là n’est pas le propos de mon blogue. J’émets l’opinion que M. Boisvenu n’aurait aucune crédibilité politique en tant que sénateur, tout comme tous les autres membres de cette chambre, du fait qu’il ne serait pas un élu.

      Voilà.

      Bonne soirée!

      Grand parleur

    • “Surtout dans un gouvernement qui fait souvent dans la partisannerie”

      C’est vrai que Harper est le premier politicien qui est partisan…

    • @Grand parleur

      Oh,cela est très intéressant,que d’avoir droit à une réplique de la part du blogueur.C’est beaucoup plus intéressant que de seulement commenter,sans retour de la part du principal intéressé.Merci.

      Mais reste que je demeure sur ma position,Michel.Je comprend votre argument,à savoir que les sénateurs n’étant pas formellement élu,difficile alors de leur accorder une pleine et entière autorité “morale”,le fait d’être nommé par le parti au pouvoir,en tout respect bien sûr de ses intérêts propres(partisans),la démocratie au sens strict du terme s’en trouve alors amoindrie.

      Mais de deux choses l’une.L’une étant que fondamentalement,même s’ils sont nommés et non élus,les sénateurs canadiens siègent à la chambre haute en toute légitimité,en tout respect de la loi et de la constition.La démocratie canadienne,dans le sens de sa constitution actuelle,admet jusqu’à nouvel ordre un tel procédé de fonctionnement.Alors lorsque vous dites qu’un sénateur ,peu importe le candidat ,perd toute sa crédibilité personnelle au moment où il accepte un poste qui lui est offert ,cela est vrai et valable seulement au niveau du jugement personnel.Il ne sera peut-être pas crédible dans l’esprit populaire,ou le vôtre,mais non pas au sens légitime de l’affaire.Vous le jugez non-crédible seulement selon la vision de réforme du sénat,et du sens stricte(théorique) de la démocratie.

      Alors dans ce cas,je pense que pour pouvoir juger sainement ,dans le fonctionnement actuel de la nomination des sénateurs,de la crédibilité ou pas d’un tel candidat,il faille passer par dessus l’argument du sénateur non élu.Comme vous le faites,il faut utiliser le jugement personnel,mais à un autre niveau.

      Vous,vous dites que monsieur Boisvenu devrait se faire élire pour jouir d’une crédibilité qui serait morale.Je suis bien d’accord avec vous sur ce point.Mais là n’est pas la question.La question est que,pendant ce temps,qu’est-ce que l’on fait avec le sénat canadien?Je veux dire,le sénat est là tel qu’il existe,et comme je l’ai dit dans mon autre message et comme vous le savez très bien,une réforme serait des plus difficiles à réaliser.Rien n’indique à l’heure actuelle qu’une telle réforme aura effectivement lieu.

      Donc quoi?Monsieur Boisvenu devrait refuser cette occasion et laisser sa place à un autre candidat,qui lui,pourrait bien être un individu d’une crédibilité personnelle beaucoup moins évidente?

      Non.Comme le sénat fonctionne de la façon qu’il fonctionne dans la démocratie actuelle,monsieur Boisvenu devrait accepter.Il est un bon candidat.

      Je juge également que la population acceptera majoritairement cette nomination comme acceptable,vue la situation dont les choses fonctionnent.

      Je juge que la crédibilité d’un sénateur non-élu se juge selon son mérite,ses actions passés et les principes défendus.

      Cela est trop facile,que de dire que tous les sénateurs étant non-élus,ils sont tous non crédibles.Cela ne règle pas la question du tout,en fait.

      Et que ferez-vous,si la réforme n’aura pas lieu?Vous jugerez non-crédibles tous les sénateurs jusqu’à la fin de vos jours?En attendant qu’un changement se fasse,je crois qu’il faut malheureusement accepter la situation telle qu’elle se trouve.

      Je crois que malheureusement,sachant tous que lorsque nous élisons un Pm canadien,nous votons pour un type qui aura à élire des sénateurs selon son bon choix,selon fasse parti des considérations à prendre en compte lorsque nous allons remplir nos bulletins de votes.Et cela,jusqu’à preuve du contraire.

      Si nous considérons comme légitime un Pm élu,donc probablement aussi digne de jugement,comment alors cracher sur sa sélection personnel des sénateurs,alors que nous savons qu’il aura à choisir ces candidats?

      Enfin,j’arrête là pour le moment.

    • @Grand parleur

      Enfin,pour faire bref,c’est bien beau les principes ,l’idéalisme et la mise en valeur de la démocratie,mais comment fait-on pour établir des jugements de valeurs dans la réalité effective?

      La réalité qui fait qu’au Canada les sénateurs ne sont pas élus.

      Pour conclure,je proposerais d’aller faire un petit tour du côté des Usa,là où les sénateurs sont pourtant élus,question de savoir si ces types sont vraiment,vraiment crédibles et non partisans…

      Vous embarquez?

    • Sans nier les qualités de M. Boisvenu qui ferait un bon sénateur, je pense plutôt que l’on devrait abolir le Sénat et les gouverneurs généraux et la dette du Canada sera quasiment effacée… Institutions archaïques qui n’ont aucune crédibilité! Ces potiches sans pouvoir coûtent très très cher aux contribuables. De l’argent gaspillé.

    • Si tous les détenteurs de postes non-élus n’étaient pas légitimes, alors ni les juges de la Cour Suprême, ni les Vérificateurs généraux, ni les Gouverneurs-généraux, ni les présidents dans la Banque du Canada ne serait légitimes either en quoi que ce soit dans le système canadien.

      Et il n’y a pas que les “perceptions” populaires qui comptent. S’il y a un candidat qui mérite de continuer ses revendications au Sénat avec compétence, c’est bien Pierre-Hugues Boisvenu.

      Bonjour Incubus,

      Argument intéressant. Sauf qu’une des règles de base de toute démocratie qui se respecte exige que ses législateurs, c’est à dire ceux qui adoptent des lois, soient des élus. Nos sénateurs n’ont pas de légitimité puisqu’ils n’ont pas été choisis par les électeurs.

      Grand parleur

    • Et le Sénat est INABOLISSIBLE. Il faudrait l’unanimité des provinces (pas de 7/50 ici) pour l’obtenir. Alors cessez de rêver en couleursé.

    • @Grand parleur

      “”Argument intéressant. Sauf qu’une des règles de base de toute démocratie qui se respecte exige que ses législateurs, c’est à dire ceux qui adoptent des lois, soient des élus. Nos sénateurs n’ont pas de légitimité puisqu’ils n’ont pas été choisis par les électeurs.”"”

      @Grand parleur

      Cette “règle de base” est encore sujette à débat dans les départements de science politique aujourd’hui. Elle ne fait nullement consensus chez les politologues.

      Elle fait partie une définition jusqu’au-boutiste, populiste et un peu simpliste de la démocratie, qui exige que tous les gens ayant un pouvoir politique quelconque soient élus par la population et doivent donc tirer leur pouvoir du peuple. Justement, les fondateurs de la confédération ont fondé le Sénat pour donner un élément oligarchique comme frein au “mob rule” de la démocratie totale que vous préconisez. En fait, le “problème” est que l’exigence de posséder au moins 3 000$ en bien mobilier n’a jamais été indexé. Sinon, les membres du Sénat seraient de richissimes hommes d’affaires aujourd’hui, plutôt qu’un ex-entraineur du CH qui sait à peine lire.

      Et franchement, c’est une définition de la souveraineté populaire aussi “circulaire” que le divin pouvoir des rois de l’Ancien régime, parce qu’elle trace des qualités immanentes à la masse des électeurs, et donne une qualité intrinsèque de légitmitié à un canditat élu par rapport à un non-élu, à compétence égale. Nous avons juste remplacé le droit divin des rois par le droit divin du peuple, une masse d’opinions plus ou moins pertinentes à qui vous donner des qualités de sagesse dont nous savons très bien qu’elles ne sont que des vues de l’esprit et des types-idéaux. Et des candidats élus ne garantissent nullement pas la compétence et l’intelligence politique.

      Nulle part le Sénat clame tirer son pouvoir du peuple. Elle tire son pouvoir de la Couronne et de sa qualité oligarchique. C’est justement parce que ses membres ne sont pas élus qu’ils peuvent accomplir ce rôle de “tête froide” et de contrepoids entre le pouvoir populaire et le pouvoir exécutif.

      Ces acteurs qui remplissent, comme vous dites, le rôle de «tête froide» sont nommés par une seule personne, le premier ministre, la tête du pouvoir exécutif. S’ils étaient choisis au terme d’un processus sérieux et indépendant, peut-être cela leur conférerait une certaine légitimité. Ce n’est certainement pas le cas présentement.

      Grand parleur

    • Là-dessus, je suis d’accord. Mais c’est la prérogative royale exercée par le premier ministre au nom de la Reine qui lui donne ce droit. On ne peut modifier cette partie de la consitution sans changer les pouvoirs de réserve de la Couronne, qui nécessite également l’unanimité des provinces.

      Par contre, créer de nouvelles conventions constitutionnelles pourrait contourner ces limites. Par exemple, demander au Conseil Privé de créer une liste de candidats “convenables” de qualité pour chaque province, resserrer les règles d’admission (en augmentant le cens mobilier, en diminuant l’âge de la retraite ou permettant l’expulsion des Sénateurs incompétents ou absents, par exemple), on pourrait obtenir un Sénat qui accomplit ce rôle avec une meilleure qualité de sénateurs, sans nécessairement ouvrir le débat constitutionnel.

    • Bonjour Monsieur laliberté – merci pour cette tribune.
      Je suis en accord avec votre opinion. Je crains que la mission que s’est donné Monsieur Boisvenu se perde dans un océan, dans cette lourdeur propre à certaines institutions politiques. Il risque d’être au service d’une idéologie partisane avec si peu d’influence. De chef d’orchestre, il risque de devenir simple musicien. Il ne fait aucun doute qu’un chef d’orchestre sans musiciens c’est tout comme un premier ministre sans députés sauf qu’un choix est possible et disponible.
      Je me permets une comparaison. Le très grand Gandhi s’est toujours refusé toute tribune politique…il connaissait le pouvoir et les comportements parfois affectés de viscitudes dont étaient capables certains de ses pairs. Vous savez à quels points cela lui a bien servi ?. Il était libre. Monsieur Boisvenu risque de perdre ce que vous portez vous-même avec élégance. Mais encore ? La…Liberté
      Monsieur Boisvenu pourrait s’ennuyer des latitudes qui lui sont actuellement disponibles.
      Humblement,
      Gaston Bourdages
      Écrivain-chômeur-commentateur.

    • La nomination de J.Demers et de J.Lapointe au Sénat, prouve que “n’importe qui” peut être sénateur: humoriste, analphabète. Il n’y a pas de conditions, de critères préalables à ces nominations.

      N’oublions pas que le Sénat étudie les projets de loi qui sont présentés au Parlement. Il faut qu’il sache lire, comprendre les termes, et juger des conséquences de l’adoption d’une loi. Ce qui exige un “minimum” d’instruction.

      Certains disent qu’il y a une condition: appartenir au Parti politique qui dirige le pays en l’occurence le P.C.

      Si on regarde les nominations sous Jean Chrétien, Bryan Mulroney, Diefanbaker est-ce le même “pattern” ? Je ne saurais le dire…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2012
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité