Le Grand Parleur

Archive, novembre 2009

Jeudi 26 novembre 2009 | Mise en ligne à 9h44 | Commenter Commentaires (14)

Le Duct Tape, la plus grande invention de l’Homme

C’est le Duct Tape, sans l’ombre d’un doute.

duck-tape.png

Un pilote imprudent, parti pêcher dans le Nord du Québec, a mis des poissons dans un compartiment de la carlingue de son appareil. Les matériaux n’ont pas résisté aux griffes d’un ours avec une petite fringale.

Heureusement, le pilote n’avait pas fait que provision de Labatt Bleue avant son excursion; il avait aussi avec lui du Duct Tape (quelques rouleaux en fait).

Voici le résultat de son travail.

duck-tape-2.png

On dit qu’il a réussi à ramener l’appareil sans encombre.

Merci à mon collègue Étienne de m’avoir signalé cette histoire trouvée sur le site des Ailes québécoises.

Lire les commentaires (14)  |  Commenter cet article






Mardi 24 novembre 2009 | Mise en ligne à 15h26 | Commenter Commentaires (11)

Les compagnies d’assurance = spécialistes du harcèlement

Pour les compagnies d’assurances, souvent les personnes qui touchent des prestations de maladie sont soient de potentiels fraudeurs, soient des comédiens qui exagèrent leurs maux pour vivre à leur crochet. Et parce que leur raison d’être est de faire des sous, elles ne reculent devant rien pour limiter les prestations qu’elles versent à leurs clients. Cette philosophie leur permet d’engranger des millions de dollars de profit chaque année.

Elles ont même recours à des techniques d’espionnage pour tenter de prendre leurs clients en défaut. On sait depuis longtemps, par exemple, qu’elles filment à leur insu certains assurés pour prouver qu’ils devraient retourner au travail. Voilà qu’elles raffinent leurs méthodes en explorant le web à la recherche d’indices pour coincer leurs clients. Et Facebook est un véritable filon pour elles.

Compte tenu de la place qu’occupe maintenant internet dans nos vies, il est assez étonnant que le cas de Nathalie Blanchard ait pris autant de gens par surprise. Cette employée d’IBM est en arrêt de travail depuis près de 10 mois pour cause de dépression. Mais, selon la Granbyenne, sa compagnie d’assurance a cessé dernièrement de lui envoyer des prestations jugeant qu’elle était apte à reprendre le boulot. Ses photos sur son compte Facebook où on la voit s’amuser auraient convaincu la compagnie Manuvie de fermer le robinet des prestations.

Bien entendu, Manuvie nie avoir pris cette décision sur ce seul motif. La décision repose sur une nouvelle analyse du dossier, explique-t-elle. Mais la compagnie reconnaît qu’elle est au courant de ce que contient le compte Facebook de Mme Blanchard.

Plusieurs questions se posent. Comment Manuvie a-t-elle pu avoir accès au compte de Mme Blanchard? A-t-elle le droit de le faire sans son autorisation? A-t-elle le droit de tenir compte des informations obtenues sur Facebook dans son processus menant à la décision de verser ou non des prestations à Mme Blanchard? Et où est le droit à la vie privée dans tout ça? Et l’éthique de la compagnie?

Le compte Facebook de Mme Blanchard n’est pas public. Autrement dit, seuls les internautes qu’elle a identifiés comme «amis» peuvent y avoir accès. Mais il appert que Mme Blanchard a quelque 500 «amis» sur son compte. Ça fait beaucoup d’amis. On peut penser que quelques-uns sont des compagnons de travail, des gens pas nécessairement très proches d’elle. La «fuite» d’information provient probablement de là. L’un de ses collègues, qui remet peut-être en question la dépression dont souffre Mme Blanchard, a vraisemblablement informé Manuvie du contenu de son compte Facebook en fournissant des pages imprimées de celui-ci. Le but est évidemment de lui occasionner des problèmes. Par jalousie. Par envie. Par méchanceté. Ce ressentiment s’explique par le fait que toutes les prestations de maladie sont financées à partir des primes payées par l’ensemble des employés de la boîte.

L’avocat de Mme Blanchard conteste la décision de Manuvie devant la Cour supérieure. Bravo! Parfois, l’attitude de matamore des compagnies d’assurance intimide à ce point les personnes qui touchent des prestations qu’elles n’opposent aucune résistance et se plient à la décision en réintégrant le travail. En ce sens, les assureurs sont des spécialistes du harcèlement.

Espérons que la juge ordonnera à Manuvie de justifier sa décision. Pas besoin d’être psychologue pour comprendre qu’une personne qui sourit ou qui s’amuse n’est pas nécessairement guérie de sa dépression.

Revenons à Facebook. C’est un bel outil de socialisation. Malheureusement, plusieurs de ses adeptes font preuve d’une inquiétante naïveté en y mettant des informations trop personnelles. Déjà, les entreprises de tout acabit font des pieds et des mains pour recueillir toutes sortes d’informations nous concernant. Les imprudences commises sur Facebook ne font que leur faciliter le travail.

Ce n’est pas parce qu’on autorise des internautes à consulter le contenu de sa page qu’on contrôle sa diffusion. Mme Blanchard l’a appris à ses dépends. Vous pouvez parier que d’autres personnes se feront piéger ainsi.

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






Vendredi 20 novembre 2009 | Mise en ligne à 12h26 | Commenter Commentaires (14)

Un boulet la ministre Boulet

Contexte: vous êtes comptable et vous constatez que votre entreprise s’est fait frauder de milliers de dollars par un fournisseur. Vous avez des preuves. Immédiatement, vous en avisez le patron. Deux options s’offrent à lui: il confronte le fraudeur en demandant d’être remboursé; il appelle la police.

Ça, c’est la réaction que vous, moi et toute personne pleine de bon sens auraient devant une telle situation. Mais si vous êtes un gros bonnet dans un ministère, le ministère des Transports, par exemple, vous laissez échapper un léger soupir puis vous oubliez le tout. Et si par chance, cette information de fraude parvenait jusqu’aux oreilles du titulaire ministériel, c’est à dire le ministre, les probabilités sont bonnes qu’il ne lèverait pas le petit doigt pour donner une leçon au malfrat.

Assez étonnante cette histoire de fonctionnaire du MTQ qui n’a pas alerté la Sûreté du Québec qu’un appel d’offres a été truqué pour éliminer la concurrence. Encore plus étonnant — risible, devrait-on dire — que la ministre Julie Boulet remette le dossier à la SQ cinq ans après les faits reprochés. Ça fait control dammage pas mal.

Pensez-vous vraiment qu’un enquêteur réussira, cinq ans après les faits, à pincer les responsables? Du grand guignol!

Petite question sur laquelle cogiter ce week-end: pourquoi prononce-t-on Boulay lorsqu’on parle de la ministre Boulet? Lorsqu’on réalise le nombre de plats dans lesquels elle se met les pieds, la prononciation boulet ne lui irait-il pas mieux?

Lire les commentaires (14)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2008
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité