Le Grand Parleur

Archive du 23 octobre 2009

Vendredi 23 octobre 2009 | Mise en ligne à 17h57 | Commenter Commentaires (13)

Interdisons le financement populaire en politique municipale

La question m’a trotté dans la tête toute la semaine: devrait-on interdire aux personnes en lice à des élections municipales de recueillir des dons?

De cette façon, on empêcherait des firmes d’ingénieurs, des cabinets d’avocats et de comptables et des boîtes d’arpenteurs-géomètres de contourner les lois en finançant les campagnes des aspirants maires et conseillers.

La stratégie employée depuis plus de 20 ans est d’une étonnante simplicité: les dirigeants d’entreprises demandent à des employés de verser de l’argent à des candidats — ils peuvent donner 1000 $ par année —, puis ils leur remboursent leur don. Bien entendu c’est illégal, puisque les dons de compagnies sont interdits à tous les échelons de gouvernement au Québec. Mais la beauté de la chose est que ce sont les noms des donateurs prête-noms qui apparaissent sur les rapports de financement des candidats et non pas ceux des vrais contributeurs. Et la preuve pour les prendre à contre-pied est difficile à faire. D’où la question: devrait-on arrêter cette mascarade de financement?

On se doute bien que les firmes qui financent ainsi des candidats ne le font pas parce qu’elles appuient leurs idées ou projets. Elles le font pour pouvoir mieux rappeler l’ascenseur; les municipalités, rappelons-le, sont riches de lucratifs contrats. C’est l’attrait de ces $$$ qui attire la vermine!

Ça pose la question suivante: comment financer alors les campagnes des candidats à des élections municipales?

Pourquoi ne pas laisser les municipalités leur accorder un (petit) budget? Non seulement cela permettrait-il de limiter les dépenses des candidats— on pourrait enfin réduire la pollution visuelle des pancartes —, mais en plus cela favoriserait une vraie course, les candidats ne pouvant uniquement miser sur des campagnes de publicité pour se faire connaître. Imaginez ça: des idées pourraient même émerger de ce système!

Quelle est votre solution pour nettoyer tout ce merdier?

***

Comme journaliste, on est confronté quotidiennement à des attaques, critiques et sous-entendus remettant en question notre travail. C’est un des côtés frustrants de l’emploi. On apprend à tendre l’autre joue. Parfois, cependant, quand notre intégrité est remise en question, on ne peut rester les bras croisés.

On aime bien Jean-Claude Duchesneau. Si, si! L’ex-conseiller-municipal-de-nouveau-aspirant-conseiller est un type intelligent. Par ses questions pertinentes, il a aidé la Ville de Granby à économiser beaucoup d’argent alors qu’il était à la table du conseil (1997 à 2005).

Malheureusement, lorsqu’il est question de La Voix de l’Est, M. Duchesneau semble perdre ses capacités pour bien analyser une situation. Il ne rate jamais une occasion pour laisser entendre que nous protégeons le maire de Granby, Richard Goulet. Il fabule.

On est habitué d’entendre sa théorie du complot. Aussi, n’y prête-t-on plus vraiment attention. Sauf que M. Duchesneau a dépassé cette semaine la ligne de l’acceptable: dans un dépliant intitulé Ce que La Voix de l’Est ne dit pas, livré dans presque toutes les boîtes aux lettres de la Ville de Granby, il nous accuse de manquer de rigueur et de cacher des informations à la population parce que l’administration municipale fait paraître des publicités dans nos pages.

C’est une attaque cheap et, bien entendu, sans fondement.

M. Duchesneau ne nous aime pas. Pas de problème avec ça. Ça ne lui donne toutefois pas le droit de ternir notre réputation. Ce n’est pas parce que nous ne véhiculons pas ses (nombreuses) idées sur l’administration d’une ville ou encore ses attaques à l’endroit du maire Goulet qu’on ne joue pas notre rôle auprès de la population.

Au lieu de s’en prendre à nous, on suggère à M. Duchesneau de se rappeler de ce proverbe: quand on vit dans une maison de verre, on ne lance point de pierre!

Bonne fin de campagne.

Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2011
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité