Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 16 septembre 2009 | Mise en ligne à 11h54 | Commenter Commentaires (16)

    Le gouvernement Charest, source inépuisable de cynisme

    Petite question en ce beau mercredi matin: comment faites-vous pour ne pas sombrer dans le cynisme quand vous apprenez que Québec songe à hausser de 1 % la taxe de vente provinciale (TVQ) parce que ses coffres sont presque vides?

    L’automne dernier, on a eu un «gros» débat au Québec, à savoir si on ne devait pas hausser la TVQ après que le fédéral ait abaissé de 2 % la TPS. Autrement dit, Québec devait-il occuper cet espace de taxation pour se donner une plus grande marge de manœuvre?

    Pas du tout, avait affirmé le premier ministre Jean Charest, ridiculisant ses adversaires d’envisager une telle mesure. L’économie québécoise allait bien, plaidait-il, nos finances publiques étaient sous contrôle — la sacoche de Mme Jérôme-Forget était pleine, rappelez-vous. Bref tout était beau sous le soleil. Malheureusement pour nous, M. Charest portait ses lunettes roses électorales.

    Dix mois après que les Québécois lui ont donné un gouvernement majoritaire, le premier ministre est tenté de faire exactement ce qu’il refusait de faire à l’époque. Et ce pour les mêmes raisons exprimées par des spécialistes des finances. Après on s’étonne que les gens soient animés d’autant de cynisme…

    Le pire est que le jardin du cynisme est florissant à Québec. Parlons de notre loi anti-déficit, si vous le voulez bien.

    Cette loi, c’est en quelque sorte le barrage routier qui empêche notre gouvernement de dépenser sans compter puis de refiler la facture aux jeunes Québécois et à ceux qui vont naître. Elle a été adoptée après un grand happening réunissant tout ce que la province compte de groupes de pression (patronat, syndicats, socio-communautaire, etc.). Ils se sont tous mis d’accord: le Québec ne pouvait plus se permettre d’accumuler déficit après déficit. Il fallait mettre fin à cette folie. La loi anti-déficit est née de cette prise de conscience qu’on ne peut vivre au crochet de ceux qui vont suivre.

    Et bien on apprend que le barrage n’en est pas un finalement. C’est plutôt une espèce de pont-levis qu’un gouvernement majoritaire peut lever à sa guise pour dépenser (beaucoup) plus que l’État n’engrange d’argent.

    Au fait, pourquoi l’Assemblée nationale a-t-elle adoptée une telle loi si elle peut la ranger dans le placard à la moindre occasion? Cynisme, cynisme, cynisme!

    Ça m’amène à vous parler d’un reportage du journaliste de La Presse, Stéphane Paquet. Il s’est intéressé à l’impact des nombreux projets d’infrastructures en chantier sur la dette du Québec. Un paragraphe fait écarquiller les yeux:

    «Pendant que des économistes s’inquiètent, la dette nette de la province aura continué à augmenter: de 129 milliards au 31 mars dernier, à 137 milliards le printemps prochain, à 145,6 milliards le suivant, soit 46,2?% du PIB québécois. Cette année seulement, alors que les taux d’intérêt sont à un creux historique, c’est plus de 6 milliards qui seront consacrés aux intérêts de la dette, ce qui représente plus de deux fois le budget du ministère des Transports.»

    Ces chiffres inquiète grandement l’économiste Marc Van Audenrode, de l’Université de Sherbrooke.

    «Le problème, dit-il, ce n’est pas qu’on dépense quand l’économie va mal. Le problème, c’est de ne pas avoir mieux géré quand l’économie allait bien.»

    Le journaliste continue:

    «Il a été un des premiers à faire le lien entre la précarité des finances québécoises et le ‘choc démographique’ à venir: dans cinq ans, le nombre de travailleurs potentiel commencera à baisser au Québec. Moins de travailleurs signifie moins de croissance économique et, donc, moins de revenus pour l’État.»

    Pardonnez mon cynisme, mais autant de compétence dans la gestion de nos finances publiques donne le goût de déménager ailleurs ou de ne pas faire des enfants!


    • Merci Mr Laliberte pour cet article… Quelques fois je me pense dans une autre dimension ,ou personne ne voit ce qui se passe a Quebec sous le gouvernement Charest… Quel incroyable PM nous avons….

    • Je crois Mr. Laliberte que votre texte pourrait etre d’actualite dix ans passe et il le sera probablement encore dans 10 ans.

      Car tout parti politique confondus depuis les 20 derniers annees ont toujours agit de la sorte quand il est questions de la dette, pelleter par en avant.

      Car ne pas oublier que le but de tout politiciens est de prendre le pouvoir et ensuite le garder, quand Mario Dumont parlait des problemes de la dette 10 ans passe , il s’est fait ramasser par pratiquement tout le monde, car comme beaucoup d’autres peuples les Quebecois aiment mieux ce faire mentir que ce faire dire la verite, selon les politiciens.
      Et ce matin Denis Lessard nous parles des primes a la retraite dans le domaine de la sante, certains diront que ce n’est que quelques millions, mais si on recupererait tout les quelques millions ici et la, ont pourrait etre surpris de l’ampleur du montant, qui pourrait peut-etre aider a payer au moins les interets de la dette LOL

    • Je ne vois pas le problème avec la décision du gouvernement de mettre à plus tard la remonté de la TVQ et, aujourd’hui, réajuster cette décision.

      Le problème au Quebec, c’est qu’on gère mal l’entrée et la sortie d’argent. 99% des personnes sont en mesure de payer un petit montant pour aller à l’hopital, au CLSC, de payer un peu quand on use un pont ou une autoroute, pis pour les défenseurs des pauvre, le 1% incapable, on leur fera un téléthon à TVA ou une levée de fonds ou whatever! Et le mot efficacité au gouvernement….. si vous utliser un fax, vous être probablement inefficace! (et si vous avez une dactylo, vous être dans la préhistoire!)

      Non mais je paie plus de 600$ pour rouler ma moto sur nos routes! qui peut alors se permettre de chialer sur un tout ptit ticket modérateur!

      L’éducation ca coute $ mais ca dervait être un taux variable! former un philosophe ou un artiste devrait avoir des frais scolarité très élevés mais pas pour former quelqu’un dans un domaine en demande ou l’ensemble des Quebecois sont prêts à payer pour obtenir ces services.

    • Ohhh… je savais pas qu’on était aussi endetté… c’est 2 000 $ d’endettement supplémentaire chaque année par travailleur !!! Ça devient pressant qu’on mette des gens compétents en place ! Le problème c’est que j’en vois pas.

    • Monsieur Laliberté; bravo pour votre article qui contient une petite erreur. Là voici: La dette du Québec était hier matin (15 septembre 09), d’un montant énorme de $212 415 455 077.27 Donc, aujourd’hui elle doit être d’environ 213 milliards $$. Source du journal de Québec du 15 sept. sous la plume du journaliste Daniel Audet. C’est abobinable et irresponsable.

      Je regrette d’avoir voté pour Jean Charest; je ne m’y ferai plus prendre. Je vous le garantie. Il continue de gaspiller avec ses magouilles et son copinage sans se soucier de l’avenir financier de nos enfants.

      Pauline Marois n’a pas dit toute la véritée; elle affirmait qu’il était un hypocrite. Je rajoute qu’il est un menteur, un profiteur et un irresponsable.

    • Y a-t-il un gestionnaire efficace à bord de l’avion? Comment se fait-il que nos employés (oui,oui, les élus et les fonctionnaires le sont) sont si peu créatifs et ouverts à l’opinion de leur patron?

      Je regarde la vague s’approcher depuis longtemps et j’ai l’impression que je ne ferai pas partie des victimes à venir. À force de donner, la vache à lait que je suis finit par s’épuiser. Et elle ne veut surtout pas passer à l’abattoir.

    • Pourtant, je trouve que c’est le seul parti dont le chef est en mesure de diriger dignement une grande province comme le Québec puisque Madame Marois est une vieille politicienne dépassée par les événements et l’Action démocratique se cherche encore un chef.

    • @ lebonjuge

      Votre énoncé (un hyperlien aurait été bien) mentionne une dette 212 milliards $. Si j’utilise bien ma calculatrice, la somme à rembourser par tête de pipe québécoise est au minimum de 30 000 $. J’ai beau faire des budgets, je ne vois vraiment pas quand et comment je pourrais rembourser une telle somme.

    • On devrait interdire aux politiciens de gérer notre argent. Ils sont assoiffés
      d’argent pour eux et s’engraisse avec l’assiette au beurre pendant qu’on travaille 45 heures par semaine pour arriver difficilement.

      Ces gens n’ont vraiment pas la grandeur d’âme nécessaire pour vraiment
      travailler pour le bien de la population. Faut leur retirer les milliards qu’on leur donne; car ils deviennent fous.

      Quant à ma famille, le parti libéral ne fait plus parti des choix aux prochaines élections. Ils sont barrés à vie. Faut s’en souvenir.

    • Le problème, c’est l’incompétence des québecois dans ledomaine de la gestion de l’État. Ni le PLQ, ni le PQ, ni la défunte Union Nationale, ni l’ADQ, ni le Crédit Social n’ont fait preuve de vision d’avenir. Tous n’ont qu’une solution à court terme, une solution “Band Aid”, et qui infecte plus qu’elle ne guérit.

      Qui plus est, si une personne d’envergure venait à se faire élire, les syndicats et autres groupes de pression faux philosophes ne tarderaient pas à mettre les bâtons dans la roue. Les québecois ont ce qu’ils méritent.

      Mais, surtout, ne regardez pas vers une autre province, ni chez le pays voisin, certains sont plus épais que nous.

      La solution? Il y en a une, mais c’est utopique de croire qu’un autre parti politique nous l’offrira. D’ailleurs, il y a erreur de sémantique dans l’expression ‘parti politique’: il faut écrire ‘partY politique’.

    • Le gouvernement ferait un excellent placement en engageant une couturière, car il me semble que les poches des ministères sont percées. Mais où va donc tout l’argent que les contribuables ne cessent de donner à ces dirigeants ” sans scrupules”? Je suis ÉCOEURÉ de donner la moitié de ma paie pour des services quasi inexistants. Attendent-ils que le “bon” peuple utilise la désobéissance civile.

    • Charest impose le baillon 3 jours apres la rentree parlementaire,faut le faire!

    • votez votez pour les libéraux les amis iiiiiii vous voila a l enseigne des bandits a gravattes

    • L’argent que l’on donne à Charest sert a engraisser ses amis, après qu’il s’en est mis plein les poches. Écoeurée de payer pour un menteur incompétent. Incroyable, il va encore avoir quelqu’un qui va voter pour lui!!!

    • «gujutras

      16 Septembre 2009
      12h46

      Je ne vois pas le problème avec la décision du gouvernement de mettre à plus tard la remonté de la TVQ et, aujourd’hui, réajuster cette décision.

      Le problème au Quebec, c’est qu’on gère mal l’entrée et la sortie d’argent.
      (…) »

      Si on corrigeait la gestion de l’entrée et la sortie d’argent, Charest n’aurait pas besoin de « réajuster sa décision », whatever (!). 1 + 1 = ?

      Faut-il être surpris de Charest? Non. Ce que je ne comprends pas, c’est sa réelection. S’il augmente les taxes, il augmentera aussi le déficit. Il devrait plutôt faire l’inverse.

    • Une loi de destitution, pourquoi pas ?

      Comme j’ai déjà mentionné dans un de mes blogues antérieurs, nous avons une démocratie fort douteuse.

      Au dernière élection plus de 2 448 612 personnes (42.67% des 5,7 millions d’électrices et électeurs inscrits), n’ont même pas été votés.

      En fait, le parti libéral est devenu majoritaire avec seulement 1 690 226 personnes, ce qui représente seulement 29 % de l’électorat.

      Tant aussi longtemps qu’on ne changera le mode de scrutin, de telles distorsions et d’iniquités se répèteront.

      Mais qu’arrive-t-il, quand un premier ministre se fait élire sur de fausses prémisses ?

      M. Charest a avancé les élections, car il savait très bien que la Caisse de dépôt avait perdu 40 milliards et le Québec était en déficit structurel.

      Penseriez-vous sérieusement qu’il serait devenu majoritaire, si le peuple avait su?

      Alors, je propose qui si un jour on change le mode de scrutin, qu’on ajoute une loi de destitution comme la Californie!

      Si on constate qu’un ministre se fait élire sur de fausses prémisses, le peuple a le droit de le destituer avant son terme par un nombre requis d’électeurs signant une pétition.

      Voici les deux principales raisons que le gouverneur de Californie peut-être destitué.

      Governor of California

      There are two methods available to remove a governor before the expiration of the gubernatorial term of office.

      Impeachment and removal by the legislature: The governor can be impeached for “misconduct in office” by the State Assembly and removed by a two-thirds vote of the State Senate.

      Recall by the voters: Petitions signed by California voters equal in number to 12% of the last vote for the office of governor (with signatures from each of 5 counties equal in number to 1% of the last vote for governor in the county) can launch a gubernatorial recall election. The voters can then vote on whether or not to recall the incumbent governor, and on the same ballot, they can vote a potential replacement. If a majority of the voters in the election vote to recall the governor, then the person who gains a plurality of the votes in the replacement race will become governor.

      Votre blogueur: QuebecDroite

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2009
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité