Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 28 avril 2009 | Mise en ligne à 15h04 | Commenter Commentaires (9)

    L’océan Atlantique, l’Alberta et la propagande

    tp-edm-ab-ad.jpg

    Cette photo de deux enfants s’amusant sur une plage est source d’embarras pour le gouvernement de l’Alberta. Le cliché est utilisé dans une importante campagne de publicité touristique vantant les beautés de l’Alberta. Le hic: les enfants jouent sur une plage en… Angleterre (voir reportage), sur les côtes de l’océan Atlantique.

    Comme c’est souvent le cas lorsque l’erreur est aussi grossière, au lieu de tout simplement reconnaître la bourde, les responsables gouvernementaux ont tenté de spinner l’affaire. Le premier ministre Ed Stelmach a affirmé qu’il importait peu que l’image n’ait pas été prise dans la province. C’est le message qui compte, a-t-il dit en substance, à savoir que l’environnement, pas seulement celui de l’Alberta mais partout sur la planète, était important et que les enfants représentent notre avenir. Ouf…

    Le plus ironique de tout ça est que cette campagne de 25 millions de dollars vise à contrecarrer la perception répandue par les environnementalistes que les sables bitumineux de l’Alberta sont en train de détruire son environnement. On imagine que les spécialistes du marketing étaient trop occupés à changer cette image qu’ils ont oublié de vérifier si les images utilisées illustraient bien les beautés naturelles dans la province.

    Utiliser sciemment ou non une information ou un image fausse, n’est-ce pas un peu ça la propagande?


    • Hé! Hé! Ca me fait penser au tour guidé de la modeste petite maison de Madame Pauline Madois dans Charlevoix. Hé! Hé!

    • Bonjour M. Laliberté,

      Si cela vous intéresse, le National Geographis a publié un document d’une dizaine de pages concernant le fiasco environnemental de l’exploitation des sables bitumineux en Alberta.
      Des mers de boues (rejet de l’extraction du pétrole) et un paysage de plus en plus dévasté.
      Évidemment, ces sites ne sont pas touristiques (!).

      Le domaine du marketing à malheureusement trop souvent cette mission: cacher la réalité avec une grosse enveloppe en prime. Il y a fort à parier qu’un jour la vérité sortira et pas seulement dans le National Geographic. Ces multinationales sont littéralement en train de sacager un territoire autrefois verdoyant et diversifié, accueillant et naturel. Un bel héritage pour les générations futures.

      Il semblerait que l’exploitation de nos ressources ne passent pas par le développement durable… La terre est une “pute” et le capitalisme sauvage en est le client…

      Bref, cela ne semble pas déranger notre bon gouvernement fédéral, lui qui a la main dans le puit!!!

      Bonne journée :)

    • Pas étonnant venant d’un gouvernement conservateur. Il gère sa province comme le privé gère ses affaires. En trompant les consommateurs….

      @ndrewd1979
      Très bon commentaire.

    • @ndrewd1979

      Faudrait envoyer National Geographic visite les coupe a blanc en Abitibi, tester l’eau dans le lac a Rouyn-Noranda, au les usines de transformations de mineraux ( cuivres) ont laisse des traces visibles de l’espace, chaque province a ses plaies a cache.
      @ syl20_65

      J’ai vecu en Alberta et je suis toujours etonne de voir qu’il y a des gens qui parle sans trop savoir, oui il y a des rednecks entierement d’accord, mais nous n’en sommes pas exempt au Quebec, et au niveau gestion pour avoir utilise les systemes de sante des 2 provinces, on auurait des choses a apprendre , il n’a pas de systeme parfait autant au Quebec qu’en Alberta

    • Vraiment honteux, et menteur… cela fait penser aux arnaques de pubs de certaines compagnies qui vantent de faux produits verts…

      je ne peux pas croire qu’il n’y aurait pas un endroit en Alberta qui aurait pu évoquer un site “non pollué”" … pourquoi pas le Lac Louise….
      vraiment cela fait très colonisé….. choisir une plage d’Angleterre , faux le faire (pardon il aurait été plus conforme que j’écrive, faut le faire)

      cela me rappelle toutefois, un certain ministre de la culture , un “westerner” lui aussi, responsable des JO, qui ne connaissait pas Guy Laliberté, Robert Lepage,,, etc..

      et bien cette fois il y a un ministre du tourisme que ne connaît pas sa province… il préfère montrer une photo provenant du British Empire

    • Étrange. Il y a de très beaux parcs naturels en Alberta, il y avait amplement de quoi faire une photo.

      Personnellement, je trouve que les pubs de tourisme du New-Brunswick assez trompeuses merci, avec leurs fameuses “plages” et leurs eaux “chaudes”. Ils m’ont eu une fois! Jamais plus!

    • @kosmokrmr

      Entièrement d’accord avec vous. Ici aussi nous avons nos “horreurs” à étouffer. Le but de National Gepgraphic n’est pas de révolutionner notre planète mais de nous informer.
      À nous de juger si cela nous concerne ou pas. J’ai souvenir du reportage de Richard Desjardins concernant les mines désuètes qui ont contaminés nos plans d’eaux Québécois.

      Bordel… je n’en reviendrai jamais… Qu’importe les mines, la forêt ou les sables bitumineux, une compagnie à le “droit” d’exploiter, de polluer et “sacrer” son camp après… Je me rapelle de l’incident de Union Carbide (Dow Chemical) à Bhopal. Ce territoire fut pollué par une réaction chimique sans précédent et la population pauvre eu dédomagement beaucoup d’années plus tard mais en ressente encore les effets.

      Selon le documentaire “The corporation”, une entreprise à toutes les ressemblances d’un psychopathes (valeurs morales inexistantes, jugement artificiel, remords inexistants, etc.). Bien sur il ne faut pas généraliser mais nous en comptons énormément.

      Évidemment, pour revenir sur le sujet de ce billet, une bonne campagne de marketing nettoie et étouffe ces événements. Seulement, les peuples affectés sur ces territoires s’en souviendront longtemps…

      L’Aberta et ses sables bitumineux n’était qu’un bon exemple actuel car l’exploitation se fait présentement sans connaître les impacts dans 10 ou 20 ans. La recherche de profit enjambe rapidement ses précautions souvent et malheureusement.

    • Bon jeudi, la semaine achève…

      en réalité la définition de la propagande est davantage une action exercée sur l’opinion en vue de propager une idée, une doctrine. Mais dans le cas dont vous nous faites par aujourd’hui il semble que ce soit beaucoup plus grave que de la propagande…

      On nous montre une image invérifiable (en tous cas pour la plupart d’entre nous) et paradisiaque d’une plage qui en réalité n’existe probablement plus depuis des décennies. Non seulement on veut nous faire croire que la chose est vraie, mais en plus de n’être pas vraie cette image véhiculée détourne l’attention d’une catastrophe environnementale certaine car la nappe souterrrainne d’eau potable de l’Alberta est pratiquement épuisée et sinon pollué.

      On fait d’une pierre deux coups et on est doublement nuisible, on prendra l’argent des touristes éventuels et ceux-ci en seront quitte pour avoir totalement perdu leur vacances annuelles et d’un autre côté on ferme la porte à toute amélioration possible de la situation de l’eau potable à long terme pour les Albertains.

      C’est dire combien il faut être profiteur, menteur, voleur, manipulateur, exploiteur pour oser montrer et EXCUSER (le discours du ministre) une chose pareille!

    • @ndrewd1979

      d’accord avec toi, mais le probleme que nous avons avec les mines,sables bitumineux, nous voyons les consequences aujourd’hui mais il faut remettre le contexte que les mines qui ouvre aujourd’hui les normes ne sont pas les memes qu’il y a 30 ou 40 ans et l’environnement voila 40 ans n’etait pas malheureusement a l’ordre du jour.
      Car beaucoup crois que les sables leur exploitations est recentes, ce qui est un peu faux car ils ont commence dans les annees 70, ce que nous voyons aujourd’hui est le miroir de voila 40 ans, ce que nous verrons dans 40 ans j’espere sera mieux.
      Idem pour les mines en Abitibi, les esploitations que Desjardins decriait etait des mines qui ont commence leur exploitations dans les 40 – 50 alors remontez dans les annees 40-50 il y avait beaucoup de problemes qui etait inconnu a l’epoque, sans rien n’excuser , il ne faut quand meme pas trop en vouloir a ces exploitations car il y avait un peu d’ignorance sur l’impact pour le futur.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2012
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité