Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 24 avril 2009 | Mise en ligne à 12h24 | Commenter Commentaires (10)

    Nuisible l’idylle Bonnardel-Normandeau?

    Beau couple que celui de François Bonnardel et Nathalie Normandeau. Voilà des politiciens qui font tourner bien des têtes, et pas seulement sur la colline parlementaire. Mais au-delà de ces considérations esthétiques, on se demande si cette idylle ne nuira pas aux intérêts de la région.

    Il n’est pas question ici de se mêler de leur vie privée. On a la critique facile face à nos hommes et nos femmes politiques au Québec. Mais lorsqu’il est question de leur vie privée, on ferme les micros, on sert les calepins. On est fiers de ne pas donner dans le sensationnalisme dans des semblables cas comme c’est malheureusement la règle aux États-Unis et à un degré moindre au Canada anglais. Notre petit côté européen, sans doute.

    Sauf que si la sphère privée est hors limite, la sphère publique, elle, exige d’être vigilant. Et c’est là que les problèmes pointent pour le couple Bonnardel-Normandeau. Dès que des projets publics seront acceptés ou refusés, dès qu’une annonce gouvernementale aura lieu, immanquablement la perception de la population, des collègues des tourtereaux, des journalistes mettra leur relation à rude épreuve.

    C’est déjà commencé. On apprend que Mme Normandeau a versé 1000 $ à la Fondation François Bonnardel. Ce montant provenait du budget discrétionnaire de la ministre. Elle a le droit, remarquez bien, de contribuer aux projets de ses collègues de l’Assemblée nationale, et ce peu importe le parti pour lequel ils militent. Sauf que les apparences…

    Mme Normandeau a-t-elle versé des montants pour des causes défendues par d’autres députés? Tout ça sera vérifié, n’en doutez point.

    Autre exemple du malaise créé par cette relation: la décision de la ministre Normandeau d’autoriser Bromont à quitter la MRC de la Haute-Yamaska pour celle de Brome-Missisquoi. Compte tenu de la déception, de la colère même, des maires de la MRC perdante, cette décision exigeait une sortie musclée de la part de leur représentant à Québec, M. Bonnardel. Le député de Shefford s’est contenté en gros de dire «que rien ne servait de regarder dans le rétroviseur».

    Quelles seront les réactions maintenant lorsque les municipalités de Shefford obtiendront des subventions de la part du ministère de Mme Normandeau? D’importants projets d’infrastructures (aqueduc, routes, équipements touristiques) sont présentement à l’étude.

    Il s’en trouvera toujours pour douter du bien fondé de l’octroi de subsides, des motifs qui les sous-tendent.

    Il y a pire. Cette relation amoureuse pourrait-elle pousser la ministre à refuser de bons projets liés à Shefford du seul fait d’éviter de prêter flanc à des accusations de favoritisme?

    Le fait que l’intégrité de Mme Normandeau et de M. Bonnardel est sans conteste n’y changera rien. Car on ne peut se battre contre des perceptions. On les subit.


    • Bon vendredi, vendredi est un jour de Fête,

      Toujours bizarre de voir ces «idylles» se développer entre deux personnes qui ne sont pas de la même allégeance politique comme disait mon ex : « Ça la fout mal en ta…»

      Je me demande dans quelle mesure ce genre d’aventure est sain pour chacun des deux partis… C’est sûr que Charest doit être content d’avoir un «espion» dans l’autre camp pour être au courrant de ce qui se passe de l’autre coté de la clôture !

      Ça ne me dit rien qui vaille. Un des deux devrait quitter la politique.

    • On parle de l’ADQ là! Le parti mort qui n’a plus de chef! Pas d’Al Qaida ni d’Obama!

      Si c’est pas grave cette subvention de $1000 et pas illégal, pourquoi le mentionner? Juste pour brasser d’la m****?

      On peut-tu les laisser en paix? Il sera toujours temps de ne rien faire pantoute comme chaque fois qu’on découvre une magouille au sein du gouvernement. L’ancienne GG nous a fo**rés de $700,000? On en déclare 400,000 pis on passe à autre chose. Les commandites? pas de problèmes, on s’en souvient pu! La CDP élit un peu rapidement un incompétent crasse? Le dit incompétent est là pour rester. Les compteurs d’eau de Montréal? J’ai hâte de voir la suite. Etc etc etc!

      Franchement! On a le don de chercher des bibittes là où il ne faut pas et de se mettre profondément la tête dans le sable pour ce qui compte vraiment!

    • “Il y a pire. Cette relation amoureuse pourrait-elle pousser la ministre à refuser de bons projets liés à Shefford du seul fait d’éviter de prêter flanc à des accusations de favoritisme?” Michel Laliberté

      C’est ce qui me fait peur un peu. Je crois en l’honnêteté des deux personnes concernées mais de vouloir trop bien faire pour être sans conflit d’intérêt, une décision rendue peut être contraire au bien du comté

    • J’y vois un conflit d’intérêt gros comme un éléphant. Le copinage entre politiciens et leurs amis est un véritable fléo qu’il faut contrôler.

    • Le coeur a ses raisons que la raison ne comprend pas. Ça fait vieux cliché en tabarouette, mais il semble que cela es tle cas dans cette idylle. Un autre cliché: les amoureux sont seuls au monde… Ah oui? Pas ici, en tout cas! Je souhaite beaucoup de bonheur à Nathalie et à François. Je leur souhaite la force de traverser cette “campagne” de dénigrement qui se pointe à l’horizon; et le courage de défendre les idéaux de leurs partis respectifs, en autant que ces idéaux rencontrent les idéaux de leurs électeurs. Et que ceux et celles des autres partis soient sans reproche semblable avant d’attaquer nos amoureux.

    • L’idylle entre Mme Normandeau et Monsieur Bonnardel est privée même s’ils sont des personnages publics et d’allégeance diverse. ça ne regarde qu’eux…

      Les québécois vont-ils vérifier les chambres à coucher, et ce qui se passe à l’intérieur, comme les curés d’autrefois?

      Comme disait Monsieur Chevrette: “on peut mâcher de la gomme tout en marchant”… on peut être en AMOUR tout en étant politisé chacun de son côté.

      C’est comme si la politique était une clôture, une barricade, un barrage qui empêche de vivre des relations amoureuses.

      Si on regarde l’Histoire, plusieurs couples se sont formés ayant des allégeances diverses. Les québécois n’ont rien inventé…il s’agit de sortir de la “tribu” pour voir ailleurs…

      Je suis certaine que Monsieur Charest est très loin des préoccupations de Mme Normandeau et qu’elle n’attend pas après lui pour avoir sa BÉNÉDICTION son approbation. Elle est majeure et vaccinée contre les “commérages” des bonnes femmes, des dames de Ste-Anne, de la Ligue du Sacré-Coeur, des Enfants de Marie, des scouts, des jeannettes, des Filles d’Isabelle, des Chevaliers de Colomb etc…

    • Ce qui me surprend dans cette histoire c’est de voir des personnes adultes avec un certain pouvoir qui sont en magasinage affectif. Où prennent-ils le temps de s’occuper des affaires de l’état à prendre ainsi le temps d’enfourcher une aventure amoureuse avec toutes les surprises que cela comporte.
      J’avoue aussi que j’ai été surpris de cette aventure entre une ministre libéral et un député adéquiste. Aussi bien imaginer une idylle entre Thérèse David et un libéral…
      Il y a vraiment une misère affective dans nos élus qui nous fait comprendre comme il est difficile pour eux de voir la misère des autres et y répondre. Qu’importe la région, j’ai la conviction que la plupart de nos élus n’ont de soucis que leurs intérêts propres. Pensons à notre cher M. Couillard, dans l’affaire du journal de Montréal qui a retardé de perdre quelques sous pour son petit bonus, un ancien premier ministre et le pédant M. Facal et j’en passe.
      Il faudrait penser à une nouvelle version des Misérables… affectifs de nos sociétés technologiques aux rouages lubrifiés par l’alcool.

    • Il n’y a rien d’anodin dans cette histoire, il y aura asrément une note salée pour les contribuables de Bromont dans la saga de la MRC et il faut admettre que nous devons nous questionner sur l’ardeur de Monsieur Bonnardel à défendre le dossier lorsque confronté à Pierre Paradis…

      et maintenant à chaque fois que nous aurons un dossier solide pour une demande de subvention (3e glace, bibliothèque…) il y aura un doute comme si le PLQ offrait un cadeau à l’ADQ

      Dans Shefford les électeurs ont voté pour François Bonnardel pas nécessairement pour l’ADQ, si il veut vraiment travailler pour le comté il devrait joindre le PLQ et “closer” le maximum de dossier ce qu’il peut difficilement faire actuellement.

    • Vous avez bien raison, ces idylles sont nuisibles. On n’a qu’à penser à la relation entre l’ancien dirigeant de la SGF et la ministre des finances du dernier gouvernement du Parti Québécois. Plus de deux milliards de pertes gracieuseté de Claude Blanchet, sous la protection bienveillante de sa conjointe Pauline Marois. Vous devriez parler de ça un peu!

    • Quand Bernier sortait avec la Couillard,c’était effrayant..quand la Marois était ministre des Finances pis que son mari était PDG de la société générale de financement, c’était scandaleux..la bizarrement c’est une libérale qui couche avec un adéquiste pis c’est pas grave ca, y’ont droit a une vie privée et patati et patata..toujours deux poids deux mesures avec les Québécois

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2009
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité