Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 20 avril 2009 | Mise en ligne à 15h02 | Commenter Commentaires (17)

    Zampino, Mulroney et combien d’autres

    Bien rigolé ce week-end en écoutant Gérald Tremblay réclamer que Québec impose un Code d’éthique aux élus municipaux. Pas de doute, nous sommes en présence du maire le plus niais au Québec.

    M. Tremblay aura beau tourner la situation dans tous les sens, en bout de ligne une seule conclusion s’impose: Frank Zampino s’est placé en situation de conflit d’intérêts. Le maire de Montréal doit arrêter son opération de spin et reconnaître que non seulement son ancien bras droit a mal agi en participant à une petite croisière avec le patron d’une boîte qui a de gros liens d’affaires avec la Ville, mais qu’il s’agit d’un conflit d’intérêts. C’est le minimum auquel on s’attend.

    Si nous sommes prêts à pardonner au maire Tremblay son coté «gars dans les nuages», on ne peut passer l’éponge sur le fait qu’il est ultimement responsable des agissements de ses proches collaborateurs.

    Quant au Code d’éthique qui encadrerait les agissements des élus municipaux, c’est une tentative pour détourner le débat. Qu’y a-t-il de compliqué pour des politiciens, peu importe le niveau, d’agir avec honnêteté? Ça veut dire ne pas utiliser sa position, ses connaissances et ses contacts pour empocher pendant et après leur mandat. Il ne viendrait jamais à l’esprit d’une personne foncièrement honnête d’aller à l’encontre de ces règles de base. C’est ça l’éthique.

    Malheureusement, l’éthique a ceci de fascinant: son élasticité est variable d’un individu à un autre. Nous en avons eu la preuve ces derniers temps avec Frank Zampino, Brian Mulroney et Philippe Couillard.

    Dans le cas de M. Mulroney, on se fout de connaître la nature des relations d’affaires le liant à Karlheinz Schreiber. Le vrai débat est de savoir pourquoi un membre de la Chambre des communes, un élu du peuple canadien, peut accepter en toute légalité de l’argent pour effectuer du lobby. C’est ce qu’a fait l’ancien premier ministre en empochant 275 000 $ (300 000 $ soutient de son côté M. Schreiber) en 1992 et 1993.

    M. Mulroney se défend d’avoir mal agi, insistant qu’il n’a fait qu’utiliser ses entrées dans les chancelleries un peu partout dans le monde pour que M. Schreiber puisse présenter ses produits (véhicules militaires). Il n’a pas fait de travail de persuasion au Canada, jure-t-il. Piètre argument qui ne change en rien le fond du problème.

    Il y a quelque chose de pernicieux qu’un homme politique puisse ainsi vendre ses services. Un gros problème d’éthique que n’a pas (sciemment) vu non plus Frank Zampino, l’ancien numéro 2 de la Ville de Montréal. Bon, tout le monde connaît son histoire: il pilote l’octroi d’un contrat de 350 millions de dollars, démissionne après son attribution et six mois plus tard devient un espèce de vice-président de la boîte gagnante de l’appel d’offres avec un salaire de 400 000 $. Come on!

    Philippe Couillard en est un autre dont le principe d’éthique est pas mal élastique. Quelques mois après avoir démissionné de son poste de ministre de la Santé et des services sociaux et de député de la circonscription de Jean-Talon, il annonce son entrée dans une entreprise qui offre des services de santé au privé. Son nouvel employeur a profité de changements réglementaires décrétés par M. Couillard alors qu’il était toujours en poste. Coïncidence? Laissez-moi rire!

    Oui tous ces braves gens ont le droit de travailler pour subvenir aux besoins de leur famille une fois revenus dans le privé. Mais pourraient-ils, s’il-vous-plait, faire en sorte de ne pas nous donner l’impression qu’ils préparent le terrain alors qu’ils sont encore nos représentants démocratiques. C’est à se demander à quels intérêts ils veillent!


    • Y a rien de nouveau sous le soleil, cela ce faisait dans le temps des Romains,
      Baril au PQ, Mulroney, name it…., c’est la loi des lobbeistes , ne jamais oublier que ” ou il y a de l’homme, il y de l’hommerie”

    • Euh! Vous avez oublé la faramineuse prime de départ de Monsieur Blanchet, vous savez Monsieur Pauline Marois. Les petits bonis à Henri-Paul Rousseau, pas mal non plus…
      Ah! La mémoire sélective d’un journaliste souverainiste.

    • Bonjour jacquescody,

      Pour ce que ça vaut, je vous assure ne pas avoir fait preuve de discrimination dans mon énumération d’hommes politiques qui nous en ont passés des petites vites. Je m’en suis tenu à l’actualité récente.

      Cela dit, vous avez raison. J’aurais pu citer tellement plus de cas où des gens bien placés se sont remplis les poches parce qu’ils étaient bien branchés. Des fédéralistes comme des souverainistes.

      Donc merci pour la référence à MM. Blanchet et Rousseau.

      Bonne soirée!

      Grand parleur

    • Bon lundi,

      Les leurs leur importe. Point final.

      Inutile de remonter au déluge pour faire la preuve de l’absence de conscience et d’éthique de nos élus…

      Je crois que tant et aussi longtemps que nos politiciens ne seront pas pénalisés soit en étant poursuivi en justice comme devrait l’être Couillard et Zampino , soit en devant rembourser entièrement les sommes volées (ici je pense aux commandites, ou à la gouverneure Thibault etc.) à l’état, ils se fouteront bien de notre gueule…

      Dans le cas ou nos lois seraient amendés (ce qui me surprendrait pas mal) les intérêts ce serait nous qui les encaisserions.

    • Ce qui m’horripile de ces gens qui s’enrichissent de manière aussi scabreuse, ce n’est pas la richesse qu’il entasse mais les manières hautaines qu’ils développent et paradent de façon à faire sentir qu’ils sont une race à part et méritent ce traitement. Ils aiment bien se nourrir du regard de ceux qui les envient car à quoi sert d’avoir si nous ne donnons pas « à voir » surtout à ceux qui n’ont rien à montrer.
      Ils ne voient pas qu’un porc aurait de la prestance avec les vêtements qu’ils portent et les maisons qu’ils habitent et que cela n’a rien à voir avec leur personne.
      Ils confondent le vide et le plein, le paraître et l’être, l’intelligence et l’opportunisme. Je n’envie en rien à ces tartuffes et je les plains de ne connaître de l’existence que ce qui donne à voir et de rechercher le paradis, là où il n’y a que sable et désert. Zampino peut bien flotter sur l’océan pendant que les autres calent, Mulroney se draper de son passé pour se défendre de sa cupidité, Mme Marois peut jouer à la paysanne dans son château et chercher à nous faire oublier que les toilettes de son cabinet devaient être rénovées, ils peuvent bien nous mentir ouvertement avec le neurologue Couillard mais s.v.p. arrêtez de vous prendre pour ce que vous n’êtes pas, des prétendus experts concernés par le bien commun. M. Sabia voit dans son nouveau poste un beau défi auquel il ne veut pas renoncer pourtant c’est tellement évident qu’il se doit de demeurer chez lui pour ne pas s’enrichir plus et appauvrir encore plus ceux qu’il sert.
      Oui, il serait temps de reconnaître que la grandeur n’est pas dans la splendeur de nos guenilles afin que ceux qui s’enrichissent ne se promènent avec leurs airs hautains et qu’ils n’oublient pas que quelque soit la beauté de ce qu’ils possèdent, ils n’en sont pas les artisans, seulement les propriétaires pour un temps.
      Souhaitons que cette période où les seigneurs de l’argent perdent la face, nous donne de regarder avec plus d’admiration ceux qui gardent les enfants pour assurer notre avenir que ceux qui gardent l’argent pour assurer leur avenir.
      Quand je pense qu’un green de golf consomme l’équivalent d’eau d’une ville de 12,000 habitants, j’ai soif de justice et je n’envie en rien ceux qui s’amusent à se faire une santé sur un terrain de golf pendant que d’autres ont soif. Vous direz que j’exagère peut-être et que celui qui possède un terrain de golf est digne d’admiration…à vous de voir.

    • Dommage que nos gouvernements n’appliquent pas la même rigueur que certaines grosses entrprises. Le directeur des achats chez IBM serait remercié illico s’il était pris à accepter ne serait-ce qu’un stylo Bic de la part d’un vendeur. Aussi, tout cadre de grande entreprise ne peut travailler pour un concurrent durant une période d’au moins cinq ans, sous peine de poursuite judiciaire de la part de son ex-employeur. Où il y a l’homme, il y a de l’hommerie et personne de nos gouvernements n’a assez de couilles pour simplement fermer les écluses aux courants malhonnêtes de nos politiciens véreux!!!

    • @norm05
      entièrement d’accord avec votre propos.
      je me demande parfois comment ces personnes se sentiront au seuil de la mort quand elles réaliseront peut-être que perdre l’avoir qu’elles ont accumulé de façon égoïste sera peut-être moins serein que de perdre l’être qu’elles seraient devenues dans la générosité…

    • @norm05,

      Wow, vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère ! Et je dois dire que vous n’avez pas tort sur le fond, loin de là. Mais ce que je trouve bizarre c’est que vous attachiez autant d’importance à leur apparence :«les manières hautaines qu’ils développent et paradent de façon à faire sentir qu’ils sont une race à part et méritent ce traitement.» …

      Moi cet aspect de la chose ne me fait pas un pli… je m’en fous pas mal en fait. Ce qui me dérange c’est de payer pour q’eux accumule du fric et se paie des voyages, des automobiles tandis que moi j’économise et j’achète quelqeus actions de temps à autre etc..

      Noter que payer quand il s’agit de faire ma part pour les plus démunis, pour aider ceux que la vie n’a vraiment pas gâter (du point de vue psychologique, ou physique) ça ne me dérange pas du tout au contraire mais payer pour des gens qui ne font qu’accumuler des richesses à même mon chèque de paye pendant que moi je me prive pour économiser, ÇA ça me révolte.

      On devrait les faire passer en justice, mais encore faudrait-il qu’il y ait un justice et ça au Québec c’est une vision de l’esprit !

    • @gofrankiego, je suis entièrement en accord avec votre commentaire. Aux USA, les politiciens (es) corrompus (es) font “du temps” derrière les barreaux. Il est grand temps que nos élus soient responsables de leurs actes. Malheureusement, nous n’avons pas une vraie justice ici, car elle est souvent tordue et biaisée. Bref, notre justice est injuste et malade.

    • N’oublouions pas les DG de syndicats qui se payent des 125,000$ de diner au resto.

    • Que font les contrôleurs des impôts ? : c’est pourtant simple :
      une grosse cylindrée et une maison de 400 000 dollars et plus = probabilité de magouille supérieur à 50%. Au travail le fisc.

    • N’oublions pas d’oubliez pour que demain matin cela recommence et nous revenions ici vomir notre amertume!!! C’est beau ici et ailleurs, je commente, je m’insurge et rien ne change.

      C’est beau ici “Je me souviens” :)

      Pointe d’humour et de sarcasme je m’en excuse mais réaliste cela est!!!

      Bonne journée :)

    • Merci, monsieur Laliberté, pour un nouveau terme : l’éthique élastique!!!

    • Quand j’était très jeune, mon père me disait que la politique était POURRI. Je ne comprenais pas du tout.
      Maintenant, je comprends ce qu’il voulait dire.
      C’est vraiment navrant de voir chez nos élus tant de malhonnêteté, de manigances, d’arrogances pour se
      remplir les poches et se foutre des citoyens. Avec leur nouvelle invention de PRIMES, BONUS, PARACHUTES DORÉS… je
      ne vois aucun espoir de salut. Ces parasites (les abuseurs) devront rendre des comptes un jour; soyez s’en certain.

    • Depuis les nombreux mensonges de Jean Charest et ses ministres… je n’ai aucune confiance en nos élus du parti libéral. En plus d’être arrogants, ils nous mentent constamment; on va s’en souvenir aux élections. Je pense qu’il va manquer de place en enfer pour recevoir tous ces manipulateurs.

    • Murlroney qui était adulé par les séparatistes, n’est pas aussi PUR qu’on le prétendait…

      -. je trouve bizarre, étrange, étonnant qu’on exige de la “transparence” de l’honnêteté en politique et

      -. qu’à la première occasion on oublie la transparence, la pureté…

      -. Toutes ces exigences sont à l’état virtuel,
      dans la vraie vie, ça n’existe pas toujours…

      -. Quand il y a de l’intérêt personnel, des $$$$$ on oublie les grands principes.

      Quant à Monsieur Jean Lafleur, il renie la devise du Québec: Je me souviens!

      il se souvient de RIEN….mais gageons qu’il se rappelle OÙ
      il a placé le magot récolté lors des Commandites.

    • Il est évident que tant que les crapules, les manipulateurs, les fraudeurs ne seront pas sévèrement punis par les tribunaux, les abus, les magouilles vont se perpétuer éternellement. La loi devrait être la même; peu importe le rang social. Nos tribunaux devrait être conséquent avec la loi, pas jouer avec.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2009
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité