Le Grand Parleur

Archive du 14 avril 2009

Mardi 14 avril 2009 | Mise en ligne à 13h32 | Commenter Commentaires (51)

Quand votre proprio délire

Pas facile d’être propriétaire d’un édifice à logements. Il faut répondre aux continuelles demandes de ses locataires (certaines sans queue ni tête), parfois arbitrer des conflits entre locataires et (souvent) courir après les chèques de loyer. Bref certains locataires ont le don pour leur rendre la vie pénible.

D’un autre côté, il existe également des proprios qui ont perdu quelques boulons en cour de route. Reçue la semaine dernière une annexe de bail envoyée par Gofrankie, un de nos internautes préféré. C’est incroyable ce que se permettent certains propriétaires. Du pur délire!

Concernant le bruit:

«Le locataire doit respecter les règlements municipaux en vigueur, sous peine de dommage (sic) et intérêts liquides de 50,00 $ à chaque fois que le défaut de s’y conformer sera constaté. Le locateur pourra retenir les services d’un huissier, au frais du locataire, pour rédiger un procès-verbal pouvant servir contre lui lors d’une éventuelle poursuite.»

Concernant les modalités de visites lors de l’annonce du départ du locataire:

 «Dès que le locataire a manifesté légalement son départ, il permettra l’accès au logement pour la relocation du logement et cela entre 9h et 21h, et ce, sept (7) jours par semaine. Suite à un manque de collaboration du locataire pour permettre l’accès aux lieux, le locateur pourra facturer des frais de 15,00 $ par visite supplémentaire que lui occasionnerait un tel manque de collaboration.»

Bien entendu, ces deux mesures sont non seulement débiles, elles sont illégales. Le proprio en question ne manque pas d’imagination, m’écrit avec justesse Gofrankiego.

Ça m’amène à vous parler de ces propriétaires qui ont comme hantise de voir des enfants dans leurs logements. Prenez votre quotidien ou hebdomadaire préféré et allez à la section des petites annonces. Comptez le nombre d’annonces qui laissent entendre sans subtilité que le logement est idéal pour une personne seule ou pour un couple retraité. Ce genre d’annonces pullulent. Dans La Voix de l’Est de samedi, j’en ai trouvées 41. Et c’est sans compter toutes ces annonces qui exigent que les personnes soient tranquilles, autre façon de dire que les enfants sont non grata.

Refuser de louer un logement à un ménage avec des enfants ou à des jeunes est illégal. Les fautifs sont passibles de poursuites. Mais quand on doit trouver un logement pour soi et pour ses enfants, qui a le temps et l’énergie de porter plainte? Les proprios le savent que trop bien. Font chier!

On devrait créer une liste des locataires chiants et obliger les propriétaires rébarbatifs aux enfants de leur louer leurs logements. Les deux se méritent.

Lire les commentaires (51)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2009
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité