Le Grand Parleur

Archive du 8 avril 2009

Mercredi 8 avril 2009 | Mise en ligne à 14h44 | Commenter Commentaires (19)

La Dame de fer rouillée

On peut facilement imaginer que Monique Jérôme-Forget aurait préféré quitter la politique dans un contexte plus favorable. Ce n’est certes pas le cas. Difficile alors de garder de bons souvenirs de celle qui dirige le ministère des Finances du Québec depuis 2007.

On entend souvent dire que la capacité des gens de retenir des informations lues dans les journaux ou entendues lors des bulletins d’information à la télé ou la radio est très limitée dans le temps. Bref qu’ils oublient rapidement.

C’est ce qu’on souhaite à Mme Jérôme-Forget. Parce que depuis novembre dernier, elle s’est plus souvent qu’à son tour mis le pied dans la bouche. Rappelez-vous:

• En pleine campagne électorale, Mme Jérôme-Forget a assuré que le Québec traverserait la crise économique presque sans heurt.
• Toujours en campagne électorale, la ministre des Finances a indiqué qu’elle avait de bonnes réserves ($$$) dans sa sacoche pour éviter que le prochain budget nous ramène en situation de déficit.
• En réponse aux attaques de Mario Dumont, Mme Jérôme-Forget, durant cette même campagne, a dit ne pas savoir si la Caisse de dépôt et de placement voguait vers des pertes records.

Dans les trois cas, Mme Jérôme-Forget était loin, mais vraiment loin dans le champ gauche:

1.    La récession n’épargne pas le Québec.
2.    Mme Jérôme-Forget a présenté le mois dernier un budget déficitaire de 3,9 milliards de dollars, un premier budget dans le rouge au Québec depuis 1999.
3.    Il est ressorti en commission parlementaire que Mme Jérôme-Forget était au courant depuis août que les pertes à la Caisse de dépôt et de placement allaient être sans précédent.

En l’espace de quatre mois, Mme Jérôme-Forget a réussi à ternir sa réputation de rigueur, un qualificatif qu’elle aimait bien utiliser lorsqu’elle parlait de ses capacités à bien gérer les finances publiques.

La dame de fer, comme l’appellent ses collègues libéraux et les journalistes de la Colline parlementaire, tire donc sa révérence. On se rappellera d’elle comme d’une fidèle soldate du premier ministre Jean Charest — Mme Jérôme-Forget a accepté de le suivre dans sa campagne électorale surprise, repoussant du fait même son départ de la vie politique —, mais aussi malheureusement d’une politicienne rouillée par le temps.

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité