Le Grand Parleur

Archive, avril 2009

Mardi 28 avril 2009 | Mise en ligne à 15h04 | Commenter Commentaires (9)

L’océan Atlantique, l’Alberta et la propagande

tp-edm-ab-ad.jpg

Cette photo de deux enfants s’amusant sur une plage est source d’embarras pour le gouvernement de l’Alberta. Le cliché est utilisé dans une importante campagne de publicité touristique vantant les beautés de l’Alberta. Le hic: les enfants jouent sur une plage en… Angleterre (voir reportage), sur les côtes de l’océan Atlantique.

Comme c’est souvent le cas lorsque l’erreur est aussi grossière, au lieu de tout simplement reconnaître la bourde, les responsables gouvernementaux ont tenté de spinner l’affaire. Le premier ministre Ed Stelmach a affirmé qu’il importait peu que l’image n’ait pas été prise dans la province. C’est le message qui compte, a-t-il dit en substance, à savoir que l’environnement, pas seulement celui de l’Alberta mais partout sur la planète, était important et que les enfants représentent notre avenir. Ouf…

Le plus ironique de tout ça est que cette campagne de 25 millions de dollars vise à contrecarrer la perception répandue par les environnementalistes que les sables bitumineux de l’Alberta sont en train de détruire son environnement. On imagine que les spécialistes du marketing étaient trop occupés à changer cette image qu’ils ont oublié de vérifier si les images utilisées illustraient bien les beautés naturelles dans la province.

Utiliser sciemment ou non une information ou un image fausse, n’est-ce pas un peu ça la propagande?

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






Vendredi 24 avril 2009 | Mise en ligne à 12h24 | Commenter Commentaires (10)

Nuisible l’idylle Bonnardel-Normandeau?

Beau couple que celui de François Bonnardel et Nathalie Normandeau. Voilà des politiciens qui font tourner bien des têtes, et pas seulement sur la colline parlementaire. Mais au-delà de ces considérations esthétiques, on se demande si cette idylle ne nuira pas aux intérêts de la région.

Il n’est pas question ici de se mêler de leur vie privée. On a la critique facile face à nos hommes et nos femmes politiques au Québec. Mais lorsqu’il est question de leur vie privée, on ferme les micros, on sert les calepins. On est fiers de ne pas donner dans le sensationnalisme dans des semblables cas comme c’est malheureusement la règle aux États-Unis et à un degré moindre au Canada anglais. Notre petit côté européen, sans doute.

Sauf que si la sphère privée est hors limite, la sphère publique, elle, exige d’être vigilant. Et c’est là que les problèmes pointent pour le couple Bonnardel-Normandeau. Dès que des projets publics seront acceptés ou refusés, dès qu’une annonce gouvernementale aura lieu, immanquablement la perception de la population, des collègues des tourtereaux, des journalistes mettra leur relation à rude épreuve.

C’est déjà commencé. On apprend que Mme Normandeau a versé 1000 $ à la Fondation François Bonnardel. Ce montant provenait du budget discrétionnaire de la ministre. Elle a le droit, remarquez bien, de contribuer aux projets de ses collègues de l’Assemblée nationale, et ce peu importe le parti pour lequel ils militent. Sauf que les apparences…

Mme Normandeau a-t-elle versé des montants pour des causes défendues par d’autres députés? Tout ça sera vérifié, n’en doutez point.

Autre exemple du malaise créé par cette relation: la décision de la ministre Normandeau d’autoriser Bromont à quitter la MRC de la Haute-Yamaska pour celle de Brome-Missisquoi. Compte tenu de la déception, de la colère même, des maires de la MRC perdante, cette décision exigeait une sortie musclée de la part de leur représentant à Québec, M. Bonnardel. Le député de Shefford s’est contenté en gros de dire «que rien ne servait de regarder dans le rétroviseur».

Quelles seront les réactions maintenant lorsque les municipalités de Shefford obtiendront des subventions de la part du ministère de Mme Normandeau? D’importants projets d’infrastructures (aqueduc, routes, équipements touristiques) sont présentement à l’étude.

Il s’en trouvera toujours pour douter du bien fondé de l’octroi de subsides, des motifs qui les sous-tendent.

Il y a pire. Cette relation amoureuse pourrait-elle pousser la ministre à refuser de bons projets liés à Shefford du seul fait d’éviter de prêter flanc à des accusations de favoritisme?

Le fait que l’intégrité de Mme Normandeau et de M. Bonnardel est sans conteste n’y changera rien. Car on ne peut se battre contre des perceptions. On les subit.

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






Jeudi 23 avril 2009 | Mise en ligne à 14h23 | Commenter Commentaires (4)

Effeuilleuses à «liquider»?

Y’a parfois des publicités qui en font sourire certains et sourciller d’autres.

Comme celle-ci publiée dans nos pages aujourd’hui où le club de danseuses du centre-ville annonce un party de fermeture avec  «plus de 30 filles». «On liquide tout…», ajoute sans subtilité la pub.

bonne-pub-studio.jpg

De la publicité trompeuse?

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2009
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité