Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 30 janvier 2009 | Mise en ligne à 14h10 | Commenter Commentaires (19)

    Une chimère, la collecte sélective?

    Le gouvernement du Québec a décidé de venir en aide aux centres de tri en leur garantissant des prêts dans des institutions financières. Cela devrait leur permettre de traverser la crise qui sévit dans cette industrie en raison de l’effondrement des prix des matières recyclables (papier, carton, aluminium, plastique).

    Les centres de tri, bien entendu, en voulaient plus. Ils demandaient des subsides pour moderniser leurs équipements pour améliorer la qualité des matières recyclées qui sortent de leurs installations. Québec a préféré injecter 4,8 millions de dollars dans un programme de développement de l’industrie et de prospection de nouveaux marchés.

    Subventionner les centres de tri serait une erreur. S’ils peinent à garder la tête hors de l’eau, ils n’ont qu’eux à blâmer. Pendant des années, ils ont engrangé de gros profits, la demande pour leurs produits étant forte et en croissance. Arrive une récession, entraînant une chute des prix des matières recyclables, et ces mêmes entreprises crient à l’aide gouvernementale. Irresponsables?

    N’est-ce pas le propre d’un entrepreneur de prévoir les jours difficiles, faisait remarquer Alain Lemaire en entrevue jeudi avec Pierre Maisonneuve à la radio de Radio-Canada? Le président de Cascades a parfaitement raison. L’entrepreneur assume tous les risques, mais — faut-il le rappeler — encaisse tous les profits. Ainsi va la vie dans le privé!

    Deux problèmes minent les centres de tri: la qualité de leurs produits (surtout le papier et le carton) et leur vulnérabilité extrême aux fluctuations des prix du marché. Le premier se résout avec des investissements, le second se solutionne en instaurant un prix plancher pour traiter les matières recyclables.

    Des 38 centres de tri au Québec, une poignée seulement exige de leurs clients un coût minimal pour chaque tonne traitée. Ces revenus leur assurent un coussin financier lors de périodes difficiles. Les autres centres de tri acceptent gratuitement les matières recyclables — ils se rattrapent sur les coûts occasionnés lors de la vente de leurs produits. C’est la tendance observée ces dernières années, conséquence pernicieuse de la forte demande pour les matières recyclables.

    Les municipalités — les plus importantes clientes des centres de tri — sont en grande partie responsables de la déficience du système. En cherchant toujours à payer le plus bas coût possible, non seulement signent-elles des ententes avec des entreprises à haut risque, elles menacent de plus leur programme de collecte sélective.

    Le danger est bien réel. Nous avons tous vu ces derniers temps les images de ces entrepôts où s’entassent d’immenses ballots de carton et de papier. Vont-ils finir par prendre le chemin du dépotoir si le marché ne se redresse pas? Même si la ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Lyne Beauchamps, se fait rassurante à ce sujet, ça ne suffit pas. Les gens se rappellent encore trop bien ces camions chargés de matières recyclables déverser leur contenu dans un site d’enfouissement, il y a une quinzaine d’années, me disait récemment un recycleur. «Ça été la pire chose qui est arrivé dans notre industrie; on m’en parle encore», affirmait-t-il.

    Québec devrait imposer un coût minimal pour traiter chaque tonne de matières recyclables. Un peu comme il le fait pour chaque tonne de déchets enfouis. Vrai que les municipalités — les contribuables en fait — paieront plus cher. C’est toutefois le prix à payer pour assurer la viabilité du programme de collecte sélective et, surtout, pour convaincre les citoyens, qui chaque jour consacrent des efforts à recycler, que tout ceci n’est pas en fait une chimère.


    • Je suis prête à payer plus s’il le faut. La plupart de mes déchets viennent des emballages de nourritures. Serait il possible de faire changer les habitudes des gens et des IGA de ce monde et vendre plus en vrac. Quand je vois les emballages plastique utilisés pour deux malheureuses courgettes… ca me met en rogne !

    • Je suis très sensibilisée à l’importance du recyclage ! C’est pourquoi , je suis incapable d’imaginer un retour en arrière où toutes les matières recyclables allaient à la poubelle. Payer davantage afin de préserver la continuité de la collecte sélective est insuffisant : il faut que les emballages soient réduits au minimum. Et comme l’écrit lagouze, la vente des produits en vrac diminuerait grandement la quantité des matières recyclables parce qu’ils demeureraient plus longtemps entre les mains du citoyen. Déjà, je constate que des efforts sont faits dans ce sens puisque je vois de plus en plus de gens qui utilisent des sacs en tissu pour leurs emplettes. Cependant, je vois bien que le recyclage n’est pas l’affaire de tout le monde si je me fie au nombre de bacs devant mon immeuble qui ne reflète pas la douzaine d’appartements qu’on peut y compter.

      Je ne sais pas comment les centres de tri se sortiront de cette crise ; mais comme il est inadmissible et impensable qu’ils ferment leur porte, j’imagine que des solutions seront trouvées.

    • lagouze a tout-à-fait raison, c’est hallucinant de voir les emballage. Surtout la mode des mini formats. J’ai même vu des pommes en tranches emballées séparément. Des bouteilles de 125 ml.

      Nous devrions prendre en charge les centres de tri. C’est nous qui produisons c’est à nous d’arriver avec le produit fini de nos déchêts. Et comme le prix serait élevé les moyens d’économiser les déchêts à la base seraient vite étudiés et appliqués.

    • Tout ce que le recyclage a de BON, est de CRÉER des JOBS pour les perdre parce que le recyclage ne FONCTIONNERA JAMAIS………………………………………..

    • Dommage ! Les commentaires de pleuvent pas ici. Sommes nous que deux à être concernés par le sujet ? Personne recycle dans cette province ?

      Je viens de lire un blog de monsieur Lagacé sur la réputée Radio X de Québec…

      Une horreur.. les commentaires. Je présume que ces gens la ne recyclent pas. Ni leur propos insultants. Ni leur déchets. Ni leur cerveaux.

      Dommage que cette société en soit rendue là!

      Merci pour votre blog monsieur Laliberté ! Et merci à Marie-Danielle !

    • Je sais que vous ne publierez pas mes derniers commentaires monsieur Laliberté.. mais j’espère au moins que vous les lirez !

    • Je vois qu’on me permet de m’exprimer ici..
      Merci

      @ nicoleterrible…

      Oui c’est aberrant ces emballages … je vois des barquettes de fruits… comme si on avait plus le temps de couper nos fruits nous mêmes ? Faut il être pressé à ce point pour ne plus avoir le temps de cuisiner ?

      Parfois .. à la caisse du IGA du coin (pour ne nommer que celui la) les caissières me demandent vous voulez un sac pour vos poivrons ?

      Si j’avais voulu un sac… je l’aurais pris… un sac.. pour des poivrons ????? Et un sac en papier d’office pour ma bouteille de vin… je dis NON.. pas besoin de sac…

      On me regarde comme une extra terrestre !

    • Fernandcloutier, je vous souhaite de vous etouffer avec vos dechets recyclabes. Est-ce possible d’etre aussi peu sensibilise a son environnement qu’un epais semblable. A sa place j’aurais honte et je me cacherais.

    • taliban

      31 Janvier 2009
      17h12
      Fernandcloutier, je vous souhaite de vous etouffer avec vos dechets recyclabes. Est-ce possible d’etre aussi peu sensibilise a son environnement qu’un epais semblable. A sa place j’aurais honte et je me cacherais.
      ____________

      Ils n’ont pas honte croyez moi ! C’est tout à fait typique ! Ca sert à rien ! Alors on fait RIEN…!

      Alors que je moindre petit geste… sert justement à quelque chose.. améliorer notre vie en société… Laissez une une vieille dame traverser la rue en toute sérurité à un stop … dire bonjour à son voisin… avec un sourire en prime… lui monter son journal car on sait qu’il marche mal…. déneiger son balcon pour pas que ca tombe sur la tête du voisin en dessous.. ne pas faire trop de bruit le soir… être patient dans le traffic… civilisés … on est tous dans la même galère et on ira pas plus vite…

      Mais ca sert à rien ! Honte a lui en effet !

    • Un slip de paye à la Médiocrité entretenue. Autant pour le gouv.
      que les organismes sous sa juridiction.

    • Étant assujettis, en tant que citoyens, à des frais toujours plus élevés
      pour la collecte des ordures par les Muni., il me semble qu’on devrait
      être en droit: d’être mieux informé et sensibilisé à “ce sujet”.

      La SAQ ne pouvant faire mieux que sa consoeur du Nouv.Brunswick,
      on pourrait se demander, pourquoi elle ne peut/veut nous fournir des
      explications raisonnables à son immobilisme. (en rouge, en vert,
      et contre tous)

      L’organisme Eco-Entreprise est-il devenu un deuxième fantôme
      des parias de l’industrie. Qu’est-il advenu du/des programmes de com-
      pensations (à hauteur de 50%) qui devaient être versées aux Muni.
      participantes, par les organismes accrédités, pour financer, en partie ce
      type de collecte ? … Pour acheter des Bacs roulants de récupération ?

      En raison de la fluctuation des prix, et la (^)qualité du marché pour ce
      type de “produits”, le gouv. devrait apporter une aide + substantielle
      à cette industrie: pour en améliorer l’efficacité, la cohésion et les
      rendements escomptés. Outre les garanties de prêts: En bas d’un certain
      prix plancher XXX, une aide automatique (compensatoire) pour pallier
      la baisse des revenus associés (grâce à un “Fonds de L’Ind.” par ex.)
      ne serait qu’une mesure, il me semble, parmi d’autres à évaluer/étudier.

      Et la “participation” d’une main-d’ouvre … “abondante” (disponible)

      Les Discours toujours rassurants de nos représentants, (au fond)
      on n’en a plus ou moins “rien à cirer” … Il y avait déjà un certain
      début de “momentum”, et on est en train de le “perdre” …

    • @fernandcloutier

      Vous avez presque raison: le recyclage coûte de l’argent, alors faisons en sorte pour qu’à la base nous gaspillions le moins possible, comme ça il y en aura moins.

      Vais vous dire une chose, nous gaspillons parce que de un, nous nageons dans l’opulence, on entend souvent “un petit geste pour sauver l’environnement”, mais c’est même pas ça. Une absence de geste, un choix, ça coûte rien et ça ne vous demande pas d’énergie. Juste ça vous coupez votre recyclage par 2. Avec toute l’énergie et les coûts que ça sauve.

      Et de deux , c’est une économie complètement artificielle. Des fois c’est des vraies poupées russes, une boîte dans une autre, pis une autre. Ou encore le gars qui se part une pizzéria il fait quoi en premier ? Il fait imprimer 5000, 10000 menus qu’il distribue “at large” et qui vont finir à la récup, sauf chez vous où ils vont finir à la poubelle. Les journaux offerts gratuitement, y a-t-il plus inutile ? Mais si on coupe tout ça, c’est des jobs qu’on coupe.

      Donc moi je vous retourne votre phrase avec ceci de modifié: ” Tout ce que le GASPILLAGE a de BON, est de CRÉER des JOBS pour les perdre parce que le GASPILLAGE ne FONCTIONNERA JAMAIS…

      Quand tous les arbres auront été coupés. Quand tous les poissons auront été pêchés. Alors l’homme blanc saura que l’argent ne peut être mangé … Pensez à cette phrase, elle a été dite aux environs de 1800.

    • Psedos: taliban et lagouze

      Je fais du RECYCLAGE depuis que le système est en place pas pour pratiquer la RELIGION de AlGore ( qui fait des conférence à 100,000.00$ ) mais pour permettre aux employés des centres de tries de concerver leurs jobs le plus longtemps possible.
      CELÀ a maintenant une FIN qui était PRÉVUE parce que le recyclage coûte CHER.

      Maintenant, les centres de recyclages doivent aller porter les matières au dépotoir et mettre leurs employés au chômage………………………………………………..

    • Ben c’est à repenser au complet. C’est comme un produit première génération, des fois il faut le repenser au complet. Ceux qui ont élaboré le modus operendi du recyclage l’ont surtout fait sur une base marketing, en écoutant des groupes de pression qui défendent des beaux idéaux, mais les défendent souvent mal par méconnaissance, ou par aveuglement.

      Les gens ayant une fibre environnementaliste ne vibrent pas tous au même diapason. Est-ce qu’un environnementaliste est nécessairement de guauche ? Ici oui, ailleurs pas nécessairement. Moi par exemple je suis pour l’idée qu’un prisonnier assume une partie de ses coûts de détention. L’heure n’est peut-être plus à casser de la roche avec une pioche. Mais sans demander 40 hre/semaine, juste un petit 2 jours… Et pour ceux qui veulent en faire plus un système de privilèges.

      Donc les coûts et l’opération des centres de tris devraient être assumés conjointement fédéral/provincial. Réduire la masse des déchêts à la base, et réduire les coûts de production.

    • Une chose que je ne comprends pas. Le suremballage, c’est une merde, et dans nos supermarchés, c’est débile. (Deux fonds en styromousse plus deux couches de pellicule pour deux cuisses de poulet! quand même!) Mais comment se fait-il que personne ne met ses culottes et ne se plaint quand on voit la folie de nouveaux produits tout simplement ridicules qui sortent sur le marché, comme par exemple les “Squishers” annoncés récemment à la télé : des contenants en matière plastique contenant quelque chose à base de fruits (et on le crie fort!) pour mettre dans la boîte à lunch de l’enfant. On oublie que les pommes, oranges, raisins, etc. ont leur emballage nature? Quelle est cette manie des ersatz plastifiés? Et je voudrais entendre qui trouve ça normal qu’on puisse acheter des boîtes contenant des aspirines en sachets individuels? Coudonc, la p’tite boîte comme celle de Bayers autrefois ne pourrait-elle pas servir à être remplie du contenu d’une grosse bouteille d’aspirine? Et pourquoi accepte-t-on que des refrigérateurs qui duraient autrefois 20 ans ne peuvent maintenant durer que 5 à 7 ans avant de se retrouver à la ferraille? C’est du méchant bétail, ça! Ça prend de la place en saudit! On s’enterre sous notre propre merde, sans rouspéter, sans dire aux fabricants que ça n’a plus aucun bon sens? Et nos polis-ti-chiens ne disent rien, pourquoi? parce que les déchets ça crée des jobs? Que ce sont leurs chums qui fabriquent toutes ces merdes suremballées, non durables, indestructibles tout en étant vite désuètes et ne pouvant plus servir parce que la pièce à 1 $ est la première à briser et tout le bataclan suit, pis que ça coûte trois fois l’objet pour faire réparer? Mais kossé qu’on attend pour se choquer?

    • Pourquoi pas une taxe sur les déchets produits, un moyen simple d’encourager le recyclage, est de tout simplement mettre en place une approche utilisateur-payeur pour les déchets, chaque citoyen paierait soit au poid ou à chaque fois qu’il met son bac à déchet au chemin (je sais mettre un système de la sorte, ne serait pas simple, mais je suis convaincu qu’il pourrait être mis en place et facilement rentabilisé, suffit d’avoir un système de scan de code à barre sur chaque bac qui serait standard, le scanner est directement sur le camion et lue par le camion lorsque l’éboueur mets le bac sur le monte charge du camion pour transvider le bac dans le camion). Un partie de l’argent ainsi obtenu par les municipalités servirait à payer pour le reclyclage de produit.

    • @ demchris

      Tu veux encore une taxe ? À force de te faire taxer, un jour tu seras tellement pauvre, que tu seras obligé de manger tes déchets.

    • louise52

      Merci de nous faire RIRE avec les TAXES qui n’en finissent pas de nous APPAUVRIR !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Lorsque le recyclage deviendra plus économique que les coûts reliés à la pollution, les gens vont se réveiller et vont enfin prendre les choses au sérieux. Le recyclage deviendra un virage obligatoire, ce virage va créer les emplois de l’avenir avec des entreprises spécialisées dans la transformation des matières recyclées de façon rentable. Le système devra être revu et corrigé afin de promouvoir ces nouvelles entreprises. Les gouvernements doivent tous emboiter le pas et encourager le plus tôt possible ce virage qui marquera le point tournant vers une économie verte, le plus tôt possible ça vaudra mieux car plus il y en a, plus ça s’accumule…

      Les frigidaires qui duraient en moyenne 20 ans, durent maintenant 10 ans parce qu’ils sont faits en Chine ! La pensée du prêt à servir et du consommez- jetez, c’est ce qui est à l’origine de la quantité de déchets polluants. Les mentalités aussi doivent changer.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2012
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité