Le Grand Parleur

Archive du 30 janvier 2009

Vendredi 30 janvier 2009 | Mise en ligne à 14h10 | Commenter Commentaires (19)

Une chimère, la collecte sélective?

Le gouvernement du Québec a décidé de venir en aide aux centres de tri en leur garantissant des prêts dans des institutions financières. Cela devrait leur permettre de traverser la crise qui sévit dans cette industrie en raison de l’effondrement des prix des matières recyclables (papier, carton, aluminium, plastique).

Les centres de tri, bien entendu, en voulaient plus. Ils demandaient des subsides pour moderniser leurs équipements pour améliorer la qualité des matières recyclées qui sortent de leurs installations. Québec a préféré injecter 4,8 millions de dollars dans un programme de développement de l’industrie et de prospection de nouveaux marchés.

Subventionner les centres de tri serait une erreur. S’ils peinent à garder la tête hors de l’eau, ils n’ont qu’eux à blâmer. Pendant des années, ils ont engrangé de gros profits, la demande pour leurs produits étant forte et en croissance. Arrive une récession, entraînant une chute des prix des matières recyclables, et ces mêmes entreprises crient à l’aide gouvernementale. Irresponsables?

N’est-ce pas le propre d’un entrepreneur de prévoir les jours difficiles, faisait remarquer Alain Lemaire en entrevue jeudi avec Pierre Maisonneuve à la radio de Radio-Canada? Le président de Cascades a parfaitement raison. L’entrepreneur assume tous les risques, mais — faut-il le rappeler — encaisse tous les profits. Ainsi va la vie dans le privé!

Deux problèmes minent les centres de tri: la qualité de leurs produits (surtout le papier et le carton) et leur vulnérabilité extrême aux fluctuations des prix du marché. Le premier se résout avec des investissements, le second se solutionne en instaurant un prix plancher pour traiter les matières recyclables.

Des 38 centres de tri au Québec, une poignée seulement exige de leurs clients un coût minimal pour chaque tonne traitée. Ces revenus leur assurent un coussin financier lors de périodes difficiles. Les autres centres de tri acceptent gratuitement les matières recyclables — ils se rattrapent sur les coûts occasionnés lors de la vente de leurs produits. C’est la tendance observée ces dernières années, conséquence pernicieuse de la forte demande pour les matières recyclables.

Les municipalités — les plus importantes clientes des centres de tri — sont en grande partie responsables de la déficience du système. En cherchant toujours à payer le plus bas coût possible, non seulement signent-elles des ententes avec des entreprises à haut risque, elles menacent de plus leur programme de collecte sélective.

Le danger est bien réel. Nous avons tous vu ces derniers temps les images de ces entrepôts où s’entassent d’immenses ballots de carton et de papier. Vont-ils finir par prendre le chemin du dépotoir si le marché ne se redresse pas? Même si la ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Lyne Beauchamps, se fait rassurante à ce sujet, ça ne suffit pas. Les gens se rappellent encore trop bien ces camions chargés de matières recyclables déverser leur contenu dans un site d’enfouissement, il y a une quinzaine d’années, me disait récemment un recycleur. «Ça été la pire chose qui est arrivé dans notre industrie; on m’en parle encore», affirmait-t-il.

Québec devrait imposer un coût minimal pour traiter chaque tonne de matières recyclables. Un peu comme il le fait pour chaque tonne de déchets enfouis. Vrai que les municipalités — les contribuables en fait — paieront plus cher. C’est toutefois le prix à payer pour assurer la viabilité du programme de collecte sélective et, surtout, pour convaincre les citoyens, qui chaque jour consacrent des efforts à recycler, que tout ceci n’est pas en fait une chimère.

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2009
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité