Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 26 janvier 2009 | Mise en ligne à 14h05 | Commenter Commentaires (36)

    Maudit syndicat

    Chaque lundi, pour le bénéfice de nos lecteurs, La Voix de l’Est publie un blogue et quelques commentaires d’internautes. Aujourd’hui, nous avons publié le blogue intitulé Le colonialisme du citoyen Wal-Mart où il est question de la fermeture du magasin de Jonquière en 2005 pour cause de syndicalisation de ses employés.

    Un lecteur m’a appelé ce matin pour s’inscrire en faux contre le texte. Il n’y va pas avec le dos de la main morte, comme dirait Jean Perron. Voici le verbatim de son message:

    «J’ai lu votre petit article ce matin concernant Wal-Mart. Je ne sais pas pourquoi vos ressortez ça dans l’actualité. Ça fait au moins 3, 4 ans de ça. Ça m’avait bien fait rire, M. Laliberté. Écoutez, Wal-Mart ce n’est peut-être pas la compagnie exemplaire. Mais quand on s’en va travailler chez Wal-Mart, on sait que ce n’est pas syndiqué et il faut s’attendre à ne pas être syndiqué.

    Quand je vois de petits niaiseux du Lac-St-Jean essayer de combattre une multinationale qui fait 200 milliards de chiffre d’affaires, plus que la moitié des pays dans le monde, je pense qu’il faut être un petit peu naïf. C’est un petit peu la mentalité des gens du Lac-St-Jean. Encore la mentalité colonisée. Ça me fait penser à la lutte dans les années 60. Il y avait toujours le gars chaud qui pesait 120 livres qui voulait s’attaquer à Abdullah the Butcher. C’est très ridicule.

    Vous dites qu’ils ne respectent pas les lois du travail. Peut-être. Est-ce que les syndicats sont mieux? Moi je suis de la FTQ et laissez-moi vous dire que la FTQ déroge à peu près à la moitié des lois dans le monde du travail, surtout dans la construction. Ça fait qu’ils n’ont pas de leçons à donner.

    Si vous ne voulez pas aller magasiner chez Wal-Mart, ça ne me dérange pas pantoute. Les citoyens corporatifs comme Wal-Mart qui ne sont pas tellement édifiants, il y en a une tonne: Sears, La Baie. On appelle ça du capitalisme sauvage. Il n’y a personne qui fait de l’argent à coups de milliards qui est propre. Alors cibler Wal-Mart, c’est seulement de l’acharnement, M. Laliberté.

    Bonne journée!»

    Deux choses:

    1. Notre lecteur a des carences en géographie, Jonquière ne se trouvant pas au Lac-St-Jean, mais bien au Saguenay (une importante distinction, insisteraient nos amis du Royaume).

    2. Comment peut-on accepter qu’une compagnie, toute puissante et riche multinationale soit-elle, fasse ainsi fi de nos lois?

    Pourquoi tant de gens détestent-ils les syndicats? Mauvaises expériences ou jalousie?


    • Je suis d’accord avec ce monsieur……..je magasine chez Wall Mart parce que je regarde toujours ma poche $$ avant la poche $$ des syndicats et syndiqués.

    • Personnelement, mauvaise experience avec un syndiact controle par des baby-boomers egoiste.

      Les syndicats ont ete et sont encore utiles, mais ils faudraient peut-etre qu’ils travaillent leur images, (surtout Claudette), et essayer lors d’une reunion syndicale d’apporter des idees nouvelles, pas facile.

      Pour Wal-Mart, pour moi c’est comme quand ils ont essaye de syndicaliser les McDo, les Wal-Mart emploient des etudiants, des gens qui se cherche un revenu d’appoint etc…si vous decidez de faire carriere chez Wal-Mart, c’est votre choix, et si vous ne connaissez pas les positions de l’employeur avant , c’est un peu votre probleme, car Wal-Mart ne s’est jamais cache des ses intentions versus les syndicats depuis les 30 dernieres annees. Ils ont le defaut d’etre honnete sur ce sujet.
      Quand je vois les syndicats parle en mon nom exemple lors des manifs contre Israel, anti-americains, me dire pour qui voter etc… pas fort
      Les syndicats a leur naissance etaient en fait pour donner plus de pouvoir au peuple contre les exploitation, entierement d’accord, mais depuis ce temps ce sont des dictatures, qui s’opposent au chef syndical, nobody, Larose (dans son temps) Claudette ,Parent etc… ont des jobs a vie comme chef de leur syndicat mais on me demande de voter pour un PM, mais jamais pour mon representant syndical, Vive la Democratie selon la CSN

    • Je vais au même Wal-Mart depuis des années et je rencontre du monde qui travaillent là depuis des années,ils n`ont pas l`air malheureux,le syndicat veut rentrer là pour augmenter le nombre de ses membres et pour les cotisations,c`t`une business les syndicats,y`en a des hauts placer là-dedans qui commande des gros salaires et ç`est les cotisation qui payent ça.Si Wal-Mart était si terrible que ça,pensez-vous réellement qu`il resterait en affaire?

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • magasiner chez Wal-Marde c’est faire preuve d’etroitesse d’esprit. Ok c’est vrai tu paye ta gogosse moins cher parceque est fabriquee en chine et la bas c’est le cheap labour qui roule a plein mais pendant ce temps la on ferme des usines ici et en amerique et le monde chialent qu’on paye cher de taxes mais y’as pleins de gens sur le chomage. Ce qui arrive presentement ave l’economie a rapport avec le fait qu’en amerique on fabrique quasi rien et tout est fait en Chine. On est rendu des pays de services….

    • Inconscience ou tout cuit dans le bec ! Abolir les syndicats est synonyme du retour en arrière c’est-à-dire accepter de travailler pour des peanuts (désolée pour l’expression) et on n’est pas en Chine à ce que je sache ! Contribuer aux profits indécents de Wal-Mart, non, c’est la raison pour laquelle je boycotte ! Grâce à Wal-Mart, des employés sont mis au chômage car les petites entreprises autours doivent fermer incluant des entreprises d’ici, les salaires sont à la baisse et en plus Wal-Mart devient un monopole grâce à l’exploitation made in China. Cette prodigieuse entreprise oblige les autres à faire de même, grâce à Wal-Mart, la mondialisation, symbole du capitalisme sauvage, a le vent dans les voiles. Bientôt, il y aura les répercussions associées qui viendront avec et ça déjà commencé, le lait à la mélamine, les jouets pour enfants qui sont toxiques, ne reste plus qu’à faire les médicaments là-bas et je jure qu’il y aura de nombreux morts, avis aux cobayes qui veulent se porter volontaires !!!!!! Amen.

    • @ Stephane.G
      1) Pourquoi les travailleurs dont leurs emplois est menacé (un groupe restrinct de personne) a préséance sur les consommateurs (ie: tout le monde y compris les travailleurs menacés) ?
      2) En quoi est-ce qu’un travailleur nord-américains est plus important qu’un travailleur chinois ? Autrement dit, si on perd de emplois aux profit de la Chine, quelle est l’injustice s’ils sont juste “meuilleurs” que nous la dedans ?
      3) Des pays de sevices, c’est selon moi ce qu’il faut viser davantage. Si tous étaient dans le services, les “chinois” nous auraient pas “volé nos jobs”. Des emplois disparaissent dans certains secteurs mais d’autres se créer dans de secteurs plus attirants : il faut voir l’effet net et non seulement un des deux cotés. On a plus d’infrastructures, d’éducation (du moins pour encore quelques années) et de know-how : ils faut aller créer des jobs là où on créer le plus de valeur. Et, malgré ce que vous dites, c’est plus dans des services que dans du manufacturiers qu’il se créer plus de valeur (ie: c’est pour cela que vous paye un avocat beaucoup plus cher de l’heure qu’un employé dans le textile).

    • Mais être syndiqué c’est pas juste une question d’argent… Y a bien des places syndiquées à 10 $/hre. Par exemple les Maxi, ça fait 2 ans que les conditions sont gelées. Le gaz augmente, l’hydro augmente, tout augmente, si tes conditions restent les mêmes ça veut dire que ton pouvoir d’achat diminue, donc tes conditions régressent. Leur salaire moyen est quoi ? 12 $/hre…

      Donc on parle de petit salaire. Mais au minimum il faut que ça suive l’augmentation du coût de la vie. Et c’est tous les à côtés.

      Moi j’ai vécu une drôle de situation. J’ai été responsable de l’environnement dans une cie, donc un cadre, mais par un concours de circonstances il fallait que je fasse partie d’un syndicat. Ben crime ça faisait pitié comme conditions pour les gars de production. Ç’aurait été quoi s’ils n’avaient pas été syndiqués ? Entre autre j’ai vu un employé de 20 ans de service se faire envoyer de nuit pour faire de la place à un ami du patron.

      Un syndicat c’est une majorité qui vote, c’est une volonté commune. C’est dans la loi, un patron a pas le droit de dire non. Ou le patron devrait se faire montrer la porte du pays. Tu viens au Canada faire des affaires ? Ben respecte les lois Canadiennes, sinon va faire de la business en Chine…

      Mais je trouve qu’au Québec le monde est jaloux. Ils chialent parce que le voisin a trop, au lieu de chialer parce qu’eux non pas assez. Présentement on parle des journalistes. Et le monde se défoule. Mais ça les touche même pas…

      Mais je comprends la situation suivante: un syndicat trop puissant, qui a la capacité de paralyser une ville, et qui le fait, c’est pas acceptable. Nous avons fait une erreur dans les années 70 , en se disant qu’en tant que société, les employés publics devaient avoir des conditions exemplaires pour justement donner l’exemple.

    • @ meerly
      Si les gens achètent ces produits malgré leurs risques, c’est qu’ils jugent le risque minime vs les avantages qu’ils tirent d’un coût plus faible.

      Les gens devraient respecter les opinions des autres. Si le consommateurs achètent, c’est qu’il veut achèter point. C’est donc dire que Wal Mart, par exemple, apporte jusqu’ici plus de bien que mal (autrement, les gens n’acheteraient pas si les bénféices d’un bax prix seraient moins élevé que leur dilemne morales, le cas échants). Bref, la consommaation, en exagérant un peu j’en conviend, c’est un peu comme une démocratie.

      Je veux pas être gossant sur ce forum, mais la plupart des arguments pro-syndical sont sans grande valeur. Pourtant, il existe des arguements intelletectuellement valable pour l’existance des syndicats : pas besoin de verser dans le “common-sens populiste”.

    • Ci*****, en lisant c’te gars-là, on s’aperçoit que y’a pire que d’être ( soi-disant ) colonisé ; c’est d’être colon.

      Et loser.

      Les patrons ont leurs Chambres de commerce, leur Conseil du Patronat, leurs clubs, pour défendre leurs intérêts, pourquoi les travailleurs auraient pas droit à leurs associations aussi !!??

      C’est tout à fait normal et nécessaire, sinon le rapport de force n’existe plus. C’est fini la Féodalité man !

      À part de ça, implique-toi donc dans ton syndicat, pour qu’il soit à ta ressemblance, au lieu de chialer, loser.

      60 % des travailleurs/ses du Québec ont même pas la chance que t’as, d’être syndiqué. D’ailleurs, t’as même pas eu besoin de te battre pour l’être, mais ton père, ta mère, tes oncles se sont battus eux autres, parfois avec leur sang, même ici, au Québec.

    • Je ne suis pas anti-syndical pour autant mais je trouve aussi les travailleurs un brin crédule dans cette lutte là…

      Une grosse multinationale ou un puissant syndicat ? J’aime pas tellement ni un ni l’autre.

      Je trouve que Wal-Mart a des qualités comme des défauts. Pour ma part j’y vais plus pour une raison bien simple ils ont déménagé leur magasin mais qui vient s’y établir Zellers. Alors pour moi cela va faire la même affaire du moins pour plusieurs achats.

      Essayer de les syndiquer un par un ? C’est presque une longue guerre d’usure qui n’en finira plus. Ne pas avoir le choix et travailler dans un Wal-Mart j’en voudrais pas de syndicat. Mais si j’étais écoeuré tout en n’ayant pas de possibilité de partir pour le moment. Peut-être que je voterais en faveur d’un syndicat juste pour écoeurer les boss !

      Mais est-ce que cela améliorerait vraiment mes relations de travail dans le futur ? Pas sûr. Est-ce que j’aimerais plus mon emploi ? Pas sûr encore. Aurais-je un taux horaire plus élevé ? Peut-être mais pour combien de temps ?

      Puis moi avoir un plus grand sentiment d’appartenance au syndicat qu’à mon emploi ou ma profession ou qu’ à l’entreprise. Si j’aime ni l’entreprise, ni mes patrons comment je fais pour travailler là ? Au moins je suis syndiqué pour ne pas avoir une trop mauvaise paye ?

      Pour moi les employés doivent être vus comme des partenaires mais pas juste de noms. Si vous aimez pas l’entreprise et même de la part des syndicats pourquoi vouloir la syndiquer ou travailler là ? Ou veut réformer une entreprise ? Voyons donc…

    • @ krash

      on est vraiment dû pour un souper, maintenant :)

    • Au moins le comique qui vous a écrit ça connaît les faits, (à part où se trouves Jonquière) mais en fait son seul argument c’est qu’il ne crois pas en les syndicats.

      Parce que sinon, les colons ne sont pas les travailleurs qui cherchent à se faire respecter mais ceux qui débarquent partout dans le monde, imposent leur lois, sans oublier ceux qui vont là, croiyant vraiment que c’est moins cher…

    • scusez l’erreur de typo ;-)

    • @krash
      Je ne magasine pas chez Wal-Mart, leur marchandise est aussi cheap que les salaires versés aux Chinois.

    • j’en ai ma claque des sottises diffusées sur les blogues de cyberpresse à l’égard des syndicats. Mon Dieu qu’ils ont le dos large …

    • @ krash

      comment peux-tu affirmer « que Wal Mart, par exemple, apporte jusqu’ici plus de bien que mal »

      encourages-tu l’exploitation humaine, le travail des enfants, l’UNILATÉRALISTE lorsqu’il est question d’établir des conditions de travail justes et équitables ???

      je parie que tu étudies en économie en lisant tes arguments depuis 5 jours, «rien ne se perd rien ne se créé», typique d’un économiste néolibéral pronant le libre marché, la non intervention de l’État…

    • @buggly

      Sans defendre Wal-Mart,le travail des enfants en Inde,Chine,Taiwan etc… n’est pas du seulement qu’a Wal-Mart c’est plus du a Nike,Gap etc… les fabricants et non les detaillants, que tu achetes un gilet cheap chez Wal-Mart ou que tu paye meilleures qualite chez Gap, le plus triste est-que le gilet a probalement ete fait par le meme enfant dans le meme usine.

    • Les syndicats avec leurs pions (les syndicaleux) sont devenus improductifs et constituent un frein a l’essor économique. Le code du travail doit être modifié au plus vite. Les syndicaleux veulent plus d’argent et travailler moins; gang de lâches…. pensez a ceux qui font 45 heures par semaine sans chialer.

    • @ buggly
      Tu me sembles aggresif : je ne veux pas te choquer par mes propos ce n’est que mon opinion la plus sincère. Concernant ton dernier “post”

      1. Tu as pratiquement gagné ton pari. J’ai étudié en Finance (c’est tout près!) et, depuis la fin de mes études, j’ai travailler principalement en finance et en stratégie d’entreprise. Alors, oui, c’est vrai, j’ai un “background” néo-libéral. Cependant, l’université n’étant qu’une portion de mon éducation, j’ai eu la chance de voyager à de nombreuses reprises, notemment dans le cadre d’échange sur les politiques publiques. J’ai aussi lu de nombreux ouvrages sur la question, tant de “droit” que de “gauche” (je déteste vraiment cette polirisation mais bon…) Je me considère personellement un critique du néo-liberalisme pure tel qu’appliqué de nos jours ainsi que de tout les cadres théorique qui sont beaux sur papiers. Personellement, je n’ai rien à “gagner” que d’être plus “libérale” économiquement… J’ai souvent était traité de “gauche” sur certains sujets et de droite sur d’autrs. Je suis un gars qui se considère de “gauche” social et de “droite économique” puisque c’est la seule façon, selon moi, d’avoir un système sain à long terme. Mais, même si on ne peut faire abstraction total des biais qui entoure notre cheminement, je considère me foutre de toute cette bagarre idéologique de droite, de gauche, de marxiste, de smith, etc. Ce qui m’intéresse, c’est de penser à un système efficase d’une part, et d’autre part, à voir tout les erreurs d’argumentation dans les débats publiques (et ils sont nombreux). Je respecte les gens qui ont des opinions différents mais je détestent lorsque quelqu’un base ces opinions sur un argumentaire tout croche en contradiction ou avec des failles logiques. Remarquez, j’en suis moi même souvent victime ! Bon… voila pour moi. C’est long, mais je déteste que les gens généralise sur le parcours d’une personne sur la base des ses idées : je détesent toute catégorisation. Si les généralisation s’avère vrai la plupart du temps, ça demeure très réducteur et sans intérêt lorsque l’on cherche à voir la solution optimal à une problématique.

      2) Dans les livres d’économie néo-libéral, on n’apprend pas que rien ne se perd rien ne se créer, mais plus on peut créer de la richesse sans nuire au autres (et même en s’aidant mutuellement). Le principe rien ne se perd rien ne se créer est plutôt un concept physique ou, dans le cas de science sociales, un concept emprunter par certains “socialistes” (bien que les ouvrages socialistes n’appuit généralement pas ce concept).

      3) Non je n’encourage pas l’exploitation. Depuis quelques années, j’ai dédié ma vie hors-profesionnel à la lutte contre la pauvreté (chacun ça cause). Je passe donc du temps auprès de deux organismes qui me semblent efficases et jusqu’à récemment j’ai donné une portion de mon salaire à certaines oeuvres (chose que je ne fais plus car je crois être de faire fructufier davantage ce montant avant ma mort que les organismes… mais ça, c’est une autre histoire !). Bref, je ne suis pas un sans-coeur… Je considère même que j’ai beaucoup plus d’empathie que la moyenne des gens qui m’entourent (remarquez qu’outre ma famille et amis, ce sont surtout des financiers…). Tout ça pour dire quoi ?… Non je ne’encourage pas l’exploitation humaine, le travail des enfants et l’unitéralisme. Sauf que i) il y a des injustice pires que le travail mal rémunéré, pensons à pas de travail tout court ii) contrairemetn à certaines personnnes, je ne tente pas d’imposer des mentalités mais de faire le maximum à l’intérireur de ce cadre… Il s’agit, selon moi, d’une question de réalisme et de moyens. Bref, on vise la même chose : c’est la façon de s’y rendre qui diffère.

      4) Supposons que Wal Mart ait encore des fournisseurs qui font travaillers des chinois ou des enfants “cheap labour”. Go for it… Si on ferme Wal Mart : que va devenir ces gens ???… S’ils ont accepté ce travail, c’est qu’ils ont un besoin urgent d’argent. Implicitement, je soutient que s’ils ont choisit ce travail, c’est que c’était le mieux parmi lesquels ils avaient le choix. D’ailleurs, un simple tour dans certaines régions industrielles du Sud Est Asiatique pour voir qu’un travailleur chez Wal Mart, même si selon nos standards ils sont exploités, c’est déjà mieux que bien d’autres travail (ie: travailleurs du sexe, dans des mines… ou tout simplement crever de faim par manque d’argent). Nous, on est dans notre bulle en Amérique du Nord : on ne connait tout simplement par la VRAI pauvreté (ou très peu).

      Maintenant, répondez à la question suivante sans détour, avec réalisme et sans erreur logique (séparé les faits des opinions)… Croyez-vous véritablement que le sort de ces travailleurs, GLOBABLEMENT, serait mieux sans Wal Mart ? Si oui, pourquoi ?

    • je connais pas grand monde qui ont touché des salaires de 20$ de l ‘heure dans un magasin à rayon,ça toujours été une job d’appoint.J’ai travaillé longtemps dans le secteur manufacturier et j’ ai souvent eu des bâtons dans les roues pour l’ancienneté,maintenant je travaille pour une compagnie où il n’y a pas de syndicat et j’ai le salaire selon mes compétences,pu de problème de grief du gars qui se pogne le cul.M Laliberté sortez de votre job de journaliste et allé travailler en usine pendant une couple de semaine vous allez voir le monde qui se pogne le beigne parce qu’ils sont syndiqués,on peut bien perdre des emplois pour le Mexique,Lacher votre discours, c’est du réchauffer!!!!!!!!

    • j’oubliais,c’est rendu qu’un employé d’usine chez GM gagne autant qu’un professionnel y a de quoi qui cloche, pas chez WAL-MART LE PROBLÈME…

    • Quand on est rendu à avoir à se justifier lorsque l’on défend un droit acquis suite à une longue lute…y a un gros problème social.

      Ceux qui chialent le plus contre le syndicalisme profitent largement des gains que les syndicats ont réalisés à coup de lutte….les droits parentaux par exemple.

    • @meerly : pardonnez-moi de rectifier vos dires, mais le rapport qualité-prix chez Wal-Mart est plutôt extraordinaire. Je comprends les récriminations vis-à-vis leur style de gestion, mais pour bien des personnes à faible revenu (vous n’iriez pas loin avec ma rente d’invalidité, croyez-moi!), c’est un des rares endroits où on peut acheter du neuf. En considération des prix, les vêtements de chez Zellers sont immensément plus “cheap”, ceux de Tigre Géant, faut même pas en parler.
      C’est déplorable qu’en 2009 il y ait encore une telle bataille contre la syndicalisation qui avait été gagnée à gros coups de pioche par de valeureux(ses) combattant(e)s – dont la mère d’Henri-Paul Rousseau pour repartir un autre débat (la sénatrice Yvette Rousseau pour qui serait intéressé). Il y a bien des milieux où les employés bénéficieraient de syndicats, dont le milieu juridique où de petits morveux mal embouchés traitent les employés comme de la merde (vous voyez d’ici un avocat en droit du travail défendant un(e) collègue de son bureau? ça ferait tout un spectacle! presqu’égal à celui de la Lola à Lali). Ouais, les employés sont peut-être mieux payés que chez Wal-Mart mais ils mangent plus de m-rde que chez W-M, vous n’avez pas idée!

    • Je vote pour @andrep. Les conditions minimales que vous demandez, vous les avez à cause des mouvements syndicaux. WM syndiqué ne donnera jamais 20 $/hre. Mais crime, le droit de se syndiquer est écrit, qu’ils le respectent. Si les employés n’en veulent pas, il n’y en aura pas.

      Mais quand même, contrairement à une entreprise comme Canadian tire, où les prix sont à peu près égaux, quand vous mettez 1$, ça sort du Canada. Ça continue pas à rouler dans la région, ça sort directement aux US. Donc ça appauvrit votre région. Donc ça VOUS appauvrit à moyen terme.

      Allez-y, quand il y a vraiment une différence, ça va stimuler la concurrence. Mais je suis désolé, la plupart du temps vous trouvez l’équivalent dans différents magasins. Sauf si on coupe les cents en 2…

    • @ krash

      je ne peux répondre à votre question puisque je n’ai pas la réponse absolue (je ne détiens pas la vérité). Attendez, j’y pense un peu. Non, finalement, j’ai mon opinion. NON et non. Ma réponse est non. Vous avez raison lorsque vous mentionnez qu’ils ont besoin de cet argent pour subvenir à leurs besoins essentiels. On s’Entend très bien là-dessus.

      Par contre, ce que je sais ou crois savoir, tout mon argumentaire est d’ailleurs basé sur ce qui suit, c’est que ces travailleurs au bas de l’échelle seraient bien mieux traités s’ils étaient représentés par un syndicat … je suis persuadé qu’ils feraient de nouveaux acquis bien plus rapidement. Que ce soit juste pour rééquilibrer un tantinet le balancier . Ces travailleurs n’ont aucun rapport de force, vous ne pouvez me contredire là-dessus. Je ne fais pas référence aux «sweatshops», mais plutôt, aux employés des magasins, ceux qui nous servent, nous abordent et répondent à nos questions. Les gains seraient nombreux : petite augmentation de salaire, choix des horaires, avantages sociaux (assurances), REER, mesures disciplinaires, congés mobiles et maladies payés, etc, etc, etc. Je parlais d’unilatéralisme plus tôt. Même avec un syndicat en place, ces travailleurs continueraient de vivre au-dessous du seuil de la pauvreté. La présence syndicale permettrait aux travailleurs, en autres, de commencer à parler d’égal-à-ègal avec l’employeur. On ne parle qu’un début. Mais qui sait où cela peut nous mener ?? Dans dix ans, 20 ans ou 30 ans? C’est à long terme que l’on mesure le(s) progrès. Juste modifier l’aspect «relations de travail» chez wal-mart est un grand pas pour l’homme (lol). Changer de philosophie ou de culture d’entreprise, surtout chez une multinationale, est une énorme bataille et une avancée en soit … Ne me parlez pas de rigidité ou de flexibilité, tout se négocie QUAND ON VEUT NÉGOCIER, retenez bien ceci. Il y a moyen de trouver un compromis. Sinon, qu’il arrête de vendre au québec, that’s it. Aux grands maux, les grands moyens.

      Certains vont dire que c’est le consommateur qui va débourser, en premier, pour la syndicalisation des travailleurs à bas revenu. Je ne peux le nier … Mais je me pose une question : pourquoi ne pas baisser, en partie, les dividendes trimestriels pour pallier cette augmentation de coûts. On augmente un peu les coûts et on diminue les profits. Ok, les actionnaires n’excepteront jamais ce compromis. Ce qui nous amène au coeur du problème : le fonctionnement du système financier, comment certaines entreprises publiques, côtées à la Bourse, utilisent leur main-d’oeuvre pour maximiser leurs redevences. Voilà ce qui me pue au nez et voilà pourquoi on délocalise ou on a délocalisé autant depuis 10 ans.

      Autre point: j’aimerais vraiment comparer les prix entre un Zellers, un Croteau, un Wal-mart, etc. Entre les magasins syndiqués et ceux qui ne le sont pas. Y’a-t-il une énorme différence de prix ?? La qualité est-elle comparable ?? Voilà un bon sujet pour la Facture ou JE !! Ne me volez pas mon idée …

      @ krash (2)

      je peux paraître agressif, mais lire des commentaires comme celui de fille41, et il y en a plusieurs autres de divers intervenants, me donnent la nausée et me foutent en rogne, c’est plus fort que moi. J’ai un tempérament bouillant. Vous, au moins, vous réfléchissez avant d’écrire.

    • Durant les années 70, les syndicats étaient devenus une nécessité. 30 ans plus tard, ils sont devenus une nuisance. Anciennement, (avant 1970) les patrons exagéraient, 30 ans plus tard, ce sont les syndicats qui exagèrent.
      La loi du travail devrait être amendé afin de “trancher” en deux les revendications afin de créer un équilibre et favoriser enfin l’économie. Quel politicien va mettre ses culottes???

    • La syndicalisation est essentielle. Elle hausse la barre et permet aux autres travailleurs non syndiqués de profiter quand même de certains acquis dans le monde du travail en général. Notemment en ce qui a trait aux conditions salariales.

      Oui certains syndicats, à certaines époques on ambitionnés sur certains points, mais à l’opposé, l’absence totale de syndicat ferait en sorte que nous serions tous encore au début du vingtième siècle en matière de conditions de travail. Je ne suis pas certain que votre lecteur “anti-syndicaliste” apprécierait ses conditions de travail si tel était le cas ! Il n’aurait peut-être pas les moyens de se payer “les bas prix” de Wall-Mart !

    • la syndicalisation a du bon, mais malheureusement ne profite pas toujours au bonne personne. Malheureusment depuis que je suis sur le marché du travail, je n’ai rien pour me convaincre que leur utilité… Ma premiere job (salaire minimum) etait syndiqué, nous n’avions aucun avantages, et j’avais meme “capoté” la fois ou j’ai fait 3h en 2semaine, pour recevoir une belle paye de 1$ (21$ -10$/semaine pour le syndic.) Oui mon salaire de 7$/h etait devenu 33cennes…Je m’en suis jamais remis…

    • Je croit que la syndicalisation à certains bienfaits dans certaines circonstances mais cela demeure, à mon avis, inefficase et limité sous sa forme actuel.

      C’est, selon moi, probablement mieux que n’avoir rien d’autre, mais je crois que repenser la forme des syndicats dans les pays occidentaux ou carrément un autre type de mécanisme pour faire valoir le droits des travailleurs dans le respects des consommateurs et propritaires.

      Sauf que buggly marque un point: face à un statue quo de la mentalité du milieu des affaires, vaut mieux avoir une présence syndicale que rien ! Son ampleur doit toutefois être, selon moi, ajusté en fonction du contexte (ie: les syndicats devraietn etre plsu fort en Chine quau Qc).

    • Il y a des boss qui vont ambitionner tout le temps. Je connais ququn qui se faisait réveiller au milieu de la nuit pour répondre à des platitudes. Si ququn ambitionne, ça prend ququn pour accepter. Y en a qui disent toujours oui, qui regardent toujours le plancher lorsqu’ils parlent à leur patron, que leur phrase clé c’est “ah cé pas grave”… pour ces gens là un syndicat c’est pas de trop.

    • Monsieur Laliberté:

      1- Que le magasin en question soit au Saguenay, au Lac ou ailleurs, on s’en fout. Il est question ici de principe et non de localisation géographique.
      2- Comment pouvez-vous affirmer que Wal-Mart ne respecte pas nos lois alors qu’il a GANGÉ dans les instances judiciaires où l’on emmené ce cas? De plus et à ce que je sache, la cause n’a pas encore été entendue et jugée en Cour Supérieure non? Pourquoi en concluez-vous à l’avance qu’ils violent nos lois? Seriez-vous mieux “plogué” à la Cour en question que le reste du monde?
      3- Les grosses centrales syndicales sont une entrave à la liberté de choix des travailleurs et hypothèquent grandement les finances du Québec qui traîne toujours en peloton de queue lorsque comparé à des unités semblables en Amérique du Nord. La différence? Le taux de syndicalisation au Québec très très complaisant envers la mafia syndicale versus les autres provinces/états.

    • @Gengis

      Ce qui choque les centrales et les pro-syndicats, c’est que le magasin ferme plutôt que de laisser le syndicat entrer. C’est ça qui les met en beau fusil. Ce n’est pas illégal, mais ils essaient de faire accroire le contraire au monde.

    • en plein dans le mille garsdequebec, me semble qu’il ferme le magasin dû à sa non-rentabilité …

    • Je n’ai rien contre le syndicat, mais, il y a des endroits où le personnel est un rouli roulant continuel, pour l’employé(e)l’endroit est un pied à terre avant de trouver autre chose. Après un certain âge, à cause des bénéfices sociaux et de la politique des assureurs, impossible de vous faire engager, le gouvernement est un exemple, il vous donnera un emploi comme temporaire,mais, sans aucun bénéfice sociaux. De plus, votre contrat de six mois ou un an est renouvelable,
      selon la bonne volonté du directeur du service. Aucun jour férié payé, aucun congé maladie et l’épée de Damoclès qui pend au dessus de votre tête à chaque
      renouvellement de contrat. Concernant Wall Mart, deux cents fournisseurs et plus, sont des Québécois, alors, l’histoire des chinois est un fait, mais, c’est un
      groupe parmi plusieurs. Les aînés qui reçoivent une grosse pension de $20,000 dollars par année, sont heureux de se sentir utile, même au salaire minimum, un
      30 heures par semaine ou plus à $9.00 l’heure bientôt, ils ont l’impression de
      vivre et non survivre. Tous les grand commerces les utilisent et ces gens font un
      travail tout à fait remarquable. Ces gens comble un besoin urgent présentement.
      Dernièrement, au IGA, celui qui mettait les articles dans mes sacs avait 76 ans,
      tout sourire, heureux comme un roi, quelques bons mots à chaque client, j’étais
      fier de voir cet homme à l’oeuvre. Il ne prenait la place de personne, il comblait
      un poste qu’un jeune ne voulait pas tout simplement. Alors, toi qui travaille pour
      le moment à $28.00 de l’heure, protégé par un syndicat, un jour, qui n’est pas si
      loin, tu comprendras mieux cet aîné, qui travaillait comme emballeur. À moins,
      de faire parti des 20% de la population qui ont une retraite en or.

    • Le monsieur semble être une personne résignée en fait, il remarque le côté immoral Wall Mart mais il a l’impression que de combattre ce type d’entreprise est une bataille perdu d’avance. Bien que tout cela soit décourageant, je crois que les luttes sont longues et le genre de comportement que ce monsieur fait en sorte que cette lutte pour une meilleure justice sociale va prendre encore plus de temps. Je peux comprendre sa résignation face à un monstre tel Wall Mart, la bête sauvage semble toute puissante et comme la plupart des gens sont résignés comme lui, le progrès semble encore plus difficile à atteindre surtout avec la mentalité de colonisée qu’il attribut à ceux qui malgré les difficultés tentent de donner un visage plus humain au capitalisme.

      Pour ce qui est des syndicats, ils furent dans l’histoire bien important pour changer les choses, ils ne sont pas parfait mais bon, ils existent pour la simple et bonne raison que le patronat est une créature qui abuse pour son propre profit et en fait que nous collectivement nous le voyons comme une puissance qu’il faut respecter. Le problème du syndicat selon moi, c’est qu’il ne remet plus en question le capitalisme, il vit en bonne entente avec lui, demandant à la limite de meilleurs salaires pour favoriser la consommation, la logique même de ce que le systême demande, il n’est plus progressiste mais prisonnier d’une forme de stagnation. Preuve qu’il suit la tendance du marché et qu’il lui obéit dernièrement en période de crise, il négocie à la baisse à cause de la compétition dans la mondialisation face à des pays comme la Chine qui font travailler des gens dans des conditions misérables, on dit qu’il faut suivre la tendance du marché. Voila en fait le monsieur qui vous a écrit est résigné, le syndicat est résigné et la population se laisse faire et ne prend pas ses responsabilités en disant que des compagnies comme Wall Mart sont trop puissantes. Acheter ce n’est pas voter car on ne choisi qu’une chose le marché qui est basé sur la logique de la compétition et d’écrasser les autres pour faire un maximum de profits pour un minimum de coûts. Bon maintenant je vais sans doute me faire traiter de go gauche, de gars du Plateau et de branleur donc je vais arrêter ici.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité