Le Grand Parleur

Archive, septembre 2008

Lundi 29 septembre 2008 | Mise en ligne à 10h49 | Commenter Commentaires (8)

Trop d’argent à Ottawa?

Les souverainistes — même les nationalistes plus modérés — le répètent sans cesse: il y a trop d’argent à Ottawa. C’est ce qui expliquerait que le gouvernement central s’amuse à distribuer des billets à tout vent pour séduire les électeurs. Et on n’a rien à cirer dans la capitale nationale qu’il s’agisse de champs de compétence provinciaux.

Pas plus fou que les libéraux et les conservateurs, le Nouveau parti démocratique a compris la stratégie. Après avoir promis d’investir 1 milliard $ pour augmenter le nombre d’étudiants en médecine et en sciences infirmières, voilà que les néo-démocrates veulent créer un programme national de services de garde pour les enfants au coût de 1,4 milliard $. Vous aurez sûrement remarqué que dans les deux cas on nage dans des juridictions provinciales.

On pourrait penser qu’Ottawa en a plein les bras à financer les Forces canadiennes, ses ambassades de par le monde, ses nombreux ministères et tutti quanti. Mais malgré d’importantes baisses d’impôt ces dernières années, il semble qu’il reste beaucoup d’argent dans les coffres fédéraux. Beaucoup trop. La tentation est donc grande d’aller jouer dans les cours des provinces.

Pendant ce temps, les provinces peinent à financer leurs services de santé et d’éducation.

La fédération aurait-t-elle besoin d’un lifting?

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Vendredi 26 septembre 2008 | Mise en ligne à 11h57 | Commenter Commentaires (14)

Faire campagne sur le dos des jeunes

Stephen Harper a-t-il des problèmes d’ouïe? On voudrait bien le savoir. Parce qu’il semble éprouver beaucoup de difficulté à entendre les arguments sensés de ceux qui s’opposent à son projet de serrer davantage la vis aux 14-16 ans qui commettent des crimes graves, notamment en les condamnant à de longues peines d’emprisonnement.

Si c’était n’importe quel quidam, on accepterait que le premier ministre ne soit pas intéressé à leur point de vue. Mais les opposants à l’emprisonnement des jeunes contrevenants ne sont pas des ignares en la matière; ce sont des spécialistes.

Ces travailleurs sociaux, sociologues, criminologue, avocats côtoient quotidiennement des jeunes aux prises avec des problèmes de comportement. On peut affirmer sans vraiment se tromper qu’ils en savent un peu plus sur le sujet que les auteurs du programme électorale des conservateurs — qui n’a jamais fait l’objet d’un congrès des membres, ceci dit.

Si ces spécialistes critiquaient sans suggérer d’alternative, on comprendrait M. Harper de faire la sourde d’oreille. Ce n’est pas le cas. Il existe une approche plus humaine, plus efficace: la réhabilitation. C’est cette méthode qui est privilégiée au Québec. Sans être parfaite, disent ses promoteurs, elle donne de bons résultats. Une kyrielle de d’études et de rapports le prouvent.En plus, elle coûte moins cher que l’emprisonnement. Les autres provinces gagneraient à importer cette approche chez elles.

Comment M. Harper peut-il aller à contre-courant de cette approche qui fait consensus au Québec?

Même les policiers et les syndicats les représentants reconnaissent le succès de la réhabilitation. Eux ils sont sur le vrai terrain; ils savent de quoi ils parlent. Ils ne sont pas en train de cogner aux portes des électeurs dans des quartiers de banlieue.

C’est bien beau de rassurer les personnes âgées qui voient dans chaque jeune un criminel en devenir.

C’est bien beau faire plaisir à sa base électorale dans l’Ouest partisane de la ligne dure.

C’est bien beau de vouloir former un gouvernement majoritaire.

Mais de là à le faire au détriment de jeunes qui n’ont pas eu toutes les chances dans la vie… C’en est presque criminel!

Lire les commentaires (14)  |  Commenter cet article






Mercredi 24 septembre 2008 | Mise en ligne à 11h07 | Commenter Commentaires (7)

Montrer du doigt Loto-Québec

Peut-on tenir Loto-Québec responsable des vies gâchées des joueurs compulsifs? La société d’État a-t-elle rendu ses appareils de loterie trop accessibles en les éparpillant dans tous ce que le Québec compte de bars? Doit-elle dédommager ceux qui ont perdu des sommes colossales? Payer leurs thérapies?

Un juge de la Cour supérieure entendra une demande de recours collectif contre Loto-Québec que souhaitent intenter des joueurs pathologiques.

Je vous invite à lire l’excellent reportage de Guy Benjamin publiée ce matin dans Le Soleil. L’entrevue que lui a accordé un ex-joueur pathologique est très éclairant.

On entend déjà les avocats de Loto-Québec plaider que chacun est responsable de sa vie, de ses gestes, de ses décisions. Un argument dur à contrer.

Qu’en pensez-vous?

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité