Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 26 juin 2008 | Mise en ligne à 15h04 | Commenter Commentaires (16)

    TQS et les spectacles de guignols

    Le ridicule ne tue pas, dit-on. Cela pourrait être le slogan du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes. L’organisme, qui gère toutes les licences de diffusion télévisuelle et radiophonique au pays, a donné hier son imprimatur aux «idées» présentées par Remstar pour sauver TQS. Comme démonstration de son inutilité, le CRTC n’aurait pu faire mieux!

    Bien que quelques habitués des travaux du CRTC avaient prédit que TQS conserverait sa licence, la décision est stupéfiante. D’abord parce que les nouveaux proprios de TQS, les frères Rémillard, ont passé pour de rustres lors de leur comparution devant les membres du CRTC. Mais surtout parce que les frangins ont été incapables de produire un plan d’affaires digne de ce nom, les états financiers de TQS ou des garanties financières prouvant qu’ils avaient les reins suffisamment solides pour se lancer dans cette aventure.

    Leur présentation bâclée leur a valu d’être grondés par les membres du CRTC. Le président de l’organisme, Konrad von Finckenstein, a même joué à l’instituteur fâché en rappelant aux Rémillard les «responsabilités» et les «obligations» d’un diffuseur. Malheureusement, il n’a jamais sorti sa règle!

    Tout ça n’était en fait qu’un spectacle de mauvais acteurs. Malgré que les Rémillard n’aient démontré aucune once de sérieux dans leur préparation, le CRTC les autorise tout de même à prendre le contrôle de TQS. Aussi bien dire qu’il est plus facile d’obtenir une licence de télédiffusion qu’un emploi chez McDonald!

    Le feu vert du CRTC ouvre donc la voie aux Rémillard pour se débarrasser des salles de nouvelles de TQS — ce qu’ils ont déjà fait par ailleurs! Toutefois, désireux de rassurer TOUS les groupes et TOUTES les personnes qui ont manifesté leur opposition à la disparition des salles de nouvelles de TQS lors d’audiences publiques, les membres du CRTC imposent un condition à Remstar: la production de contenu d’information locale (de deux heures par semaine à Montréal et Québec et de 50 minutes en région) via des émissions de commentaires et d’analyses (voir reportage ici). La belle affaire!

    Commenter et analyser l’information locale, donc. Et où tous les «commentateurs» et «analystes» de TQS s’abreuveront-ils, pensez-vous? Chez les concurrents que sont Radio-Canada, TVA et (surtout) dans les quotidiens et les hebdomadaires. Ceux-ci devraient se passer le mot et facturer TQS pour leurs services de collecte et de vérification de l’information.

    Imaginez-vous un seul instant à quoi ressembleront ces émissions, en vous rappelant que Remstar a récemment embauché le Dr Pierre Mailloux et le maire de Huntingdon, Stéphane Gendron (remerciés par le passé de leurs services par TQS pour imbécillité extrême). À des spectacles de guignols!

    Faudra aussi trouver des «commentateurs» et des «analystes» pour les émissions diffusées dans les marchés de Sherbrooke, Trois-Rivières, Québec et Saguenay. À ce compte, on suggère aux Rémillard de regarder du côté du CRTC; ils y trouveront une pépinière de «talents»!


    • Et comment ! À qui le dites-vous !

      Le 14 juin dernier, se trouvait dans La Presse Affaires – aussi bien papier qu’Internet – un texte remarquable ayant trait au syndrome de la superficialité, qui caractériserait notre monde.
      Voir :
      http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/apps/pbcs.dll/article?AID=/20080614/LAINFORMER/806140912/-1/LAINFORMER01&template=printart&print=1

      Comme cela décrivait bien ce qui est advenu, advient et adviendra des «suites», anciennes, actuelles et à venir, de l’incomparable éternelle inénarrable TQS. Qui deviendra ou tentera de devenir, sous l’égide de Remstar, essentiellement un amuseur public à rabais (comprendre “cheap”) au cours du prochain septennat !

      Nonobstant la désolation inhérente tant à telle situation qu’aux perspectives plus sombres encore qu’elle laisse entrevoir, il se trouve aujourd’hui une consolation tout au moins : le fait que le conseiller Michel Morin, lui, ait vu. Et anticipe à raison le pire. Qui ne manquera pas d’advenir.

      Voilà pourquoi, lorsqu’on en a abondamment soupé d’un tel fricassé fort peu glorieux, pourquoi ne pas se confiner à simplement faire connaître au public éventuellement intéressé quelques-uns au moins des nombreux constats de sagesse de ce conseiller dissident. Qui constitue(nt) peut-être le seul élément de réconfort éclairant en une journée aussi grise :

      « De toute évidence, contrairement aux autres télédiffuseurs privés en direct du pays, les actionnaires de Remstar Diffusion ne veulent pas faire de nouvelles… une volonté inouïe au pays pour un réseau de télévision en direct! En admettant ce précédent, le Conseil va à l’encontre des politiques touchant les nouvelles, le contenu canadien et les artistes canadiens qu’il a toujours mises de l’avant. »
      [...]
      « Ainsi, à 12 h, à 18 h et à 22 h, pendant que les autres réseaux, privés et public, offriront de l’information à leurs auditeurs, TQS II – TQS nouvelle mouture – tentera de les divertir. Ayant à produire si peu de nouvelles de catégorie 1, il pourra les noyer dans des émissions de commentaires et d’opinion diffusées le matin ou durant les heures précédant les grands bulletins d’information de 18 h.

      À 18 h, TQS aura carte blanche pour amuser son public avec un quiz et rivaliser avec les concurrents privés et public, sans avoir à offrir de bulletins de nouvelles traditionnels. Quel exemple! »
      [...]

      « D’abord, passant outre aux suggestions de plusieurs participants, le Conseil a non seulement favorisé une procédure accélérée pour la modification du contrôle effectif de TQS, mais aussi il a accédé à la demande de Remstar – qui, soit dit en passant, n’a aucune expérience à titre de télédiffuseur en direct – pour un renouvellement des licences de TQS pour une période de sept ans, qui le mènera à l’horizon 2015. »
      [...]
      « Et le Conseil, par sa décision, est prêt à faire tous les compromis pour maintenir en ondes un joueur débutant qui risque de continuer de grignoter le marché publicitaire des secteurs privé et public déjà mis à mal par la fragmentation de l’audimat. »
      denis beaulé

    • tqs va continuer dans la sous culture, la facilité intellectuel,fnalement des crottes au fromage avec ça……

    • “Commenter et analyser l’information locale, donc. Et où tous les «commentateurs» et «analystes» de TQS s’abreuveront-ils, pensez-vous? Chez les concurrents que sont Radio-Canada, TVA et (surtout) dans les quotidiens et les hebdomadaires. Ceux-ci devraient se passer le mot et facturer TQS pour leurs services de collecte et de vérification de l’information.”

      Est-ce quelqu’un qui veut être informé regarde les bulletins de nouvelles québécois? Se poser la question s’est y répondre! L’histoire de Patrick Roy, la saga Bernier-Couillard, de l’information? Combien de temps ces deux histoires ont elles occuppé dans les bulletins de nouvelles? L’information contrairment à la propagande ne passse pas par les ondes télévisuelles au Qc. Pour ce qui est de la fermeture de la salle des nouvelles, elle n’est que la concrétisation d’un réalité quantifiable depuis longtemps: Les auditeurs ne se sentent pas informés en écoutant TQS, ils délaissent donc TQS! À quoi bon maintenir une salle de nouvelle dont les auditeurs ne veulent pas? La défense de la nouvelle locale?… oui mais personne n’écoute! J’avoue que le plan des frères Rémillard est plus ou moins nébuleux. Qu’à cela ne tienne, dans le pire des cas il s’agira d’un surci de quelques années pour les personnes toujours à l’emploi de TQS.

    • Un p’tit «résumé» avec ça ?

      Pourquoi tout ce cirque ?
      Pourquoi ce zoo, avec tant de singeries et simagrées ?

      Situation financière « difficile » à TQS ?
      « ON » le savait, déjà, messieurs du CRTC. Depuis une vingtaine d’années… Et de manière plus aiguë depuis un bon six mois. Et VOUS aussi, le saviez…

      Alors, pourquoi donc tout ce cinéma ? Pourquoi toutes ces inutiles dépenses de temps, argent, personnes ? S’il était d’ores et déjà entendu que, face à une situation (considérée aussi bien a priori qu’a posteriori) financièrement précaire (déjà connue telle), on oublierait tout le reste, afin de «sauver»… En fait, qu[o]i au juste ?

      Sans blague ! : serait-il donc plus important de «sauver» les apparences, TQS comme abstraction, que de sauver concrètement les emplois (des employés) les plus valeureux de cette entreprise ?

      Pis, importerait-il davantage de favoriser une croissance de la médiocrisation médiatique qu’une croissance de sa qualité plutôt, sans laquelle la disparition d’une entreprise peut parfois s’avérer vachement moins préjudiciable au ‘peuple’ en général ainsi qu’à l’aire des médias plus particulièrement, qu’une croissance de médiocrité, de futilités, voire de réelles nuisibilités ?
      denis beaulé

    • ATTENTION – COUPEZ TOUT – HORS SUJET
      Il y a six mois au Pakistan mourrait Madame Bhutto, et tout le monde était sur le gros freak show. Je vous avait alors dit: dans six mois, tout le monde s’en tape.
      http://ysengrimus.wordpress.com/2008/04/29/la-bhuttocratie-aux-oubliettes/
      Vous en tapez-vouz? Bien sûr. Merci.
      ATTENTION – COUPEZ TOUT – HORS SUJET

    • Le CRTC a pris une décision RAISONNABLE.
      Tous CEUX qui voulaient voir disparaître TQS en prennent pour leur rhume………..
      Les Rémillards sont au niveau du PEUPLE et ILS veulent lui donner ce qu’IL veut.
      La majorité de la population ne regarde PLUS les informations violentes et crocheries de toutes sortes.
      La population veut voir du POSITIF et du DIVERTISSANT…………………….
      La population veut aussi voir des animateurs qui font ressortir la VÉRITÉ (qui est rare de nos jours).
      Si REMSTARS peut améliorer la vie quotidienne des gens, tant mieux.
      CEUX qui n’aiment pas TQS, ils CHANGENT de canal et ILS le regardent le soir avec les lumières fermées.
      BRAVO pour les EMPLOIS qui ne seront pas affectés……………..

    • @vincentbrodeur

      Vous avez tout à fait raison!

      Les nouvelles à TQS! Sauvons les nouvelles à TQS! Sérieusement là, ça servirait à quoi de garder les nouvelles à TQS?? On a TVA et LCN qui font leur Bulletin spécial: une vache sur la 40…. Radio-Canda et RDI HD (oui! oui!) où seul les rides des présentateurs (en HD!) nous font écouter leur nouvelles (eux c’est pas les vaches sur la 40…) et il y avait TQS (jamais écouté les nouvelles chez eux…) Donc, 5 canaux qui proposent des nouvelles… les même nouvelles… avec leur particularité… le plus drôle dans tout ça c’est que la nouvelle du lundi à R-C est à TVA le mardi et ainsi de suite! C’est du pareil au même donc même si TQS n’offre plus de nouvelles… ça change rien et je crois qu’on devrait laisser la chance aux frères Rémillard de prouver le plan de match au lieu de chialer tjrs tjrs et… Toujours

    • Humm! en lisant votre titre «TQS et les spectacles de guignols» j’ai cru que ce réseau télé allait faire présenter ses nouvelles par des… marionettes!! (Gérard D Laflaque le faisait autrefois!) ça permettrait d’économiser sur la case horraire en jumelant emissions pour enfants et information! et l’animateur/marionettiste balayera le studio à la fin de son émission… 3 emplois en 1! Hé les frères Rémillard, en voulez vous des suggestions pour sauver des cennes?

    • Ça fait longtemps que tout le monde sait que le CRTC est inutile. Ce n’est qu’un organisme de censure au service des politiciens et des biens-pensants.
      SI les frères Rémillard ont fait une présentation baclée au membres du CRTC, c’est peut-être parce qu’ils considéraient que ce groupe de “BCBG ma chère” ne méritait pas mieux. Et je suis bien d’accord avec eux.
      Et je ne pense pas que TQS a remercié le Dr Pierre Mailloux et le maire de Huntingdon, Stéphane Gendron pour imbécilité mais à cause de pressions de la part de bien-pensants de votre genre.

    • « Inutile » le CRTC ? Non, nuisible. Allant bien, donc, avec la nouvelle TQS
      sans nouvelles.

    • On ne sait si « Richard », du ‘Journal’, serait, lui aussi, un pur ou un «bien-pensant». Mais en tout cas lui dit ceci de la ‘chose’ en question :

      « À quoi sert le CRTC?
      Le verdict est tombé: le CRTC a approuvé la vente de TQS au groupe Remstar, même si la place qu’occupera l’information dans la nouvelle programmation du réseau ne respecte absolument pas les conditions de licence qui s’appliquent aux télés généralistes. La raison? L’entreprise est sur le bord de la faillite.
      Ça, c’est comme permettre à un élève de tricher à son examen sous prétexte qu’il est sur le point de redoubler. »

      Quant aux «politiciens», eh bien, ils s’étaient manifestés massivement contre l’octroi à Remstar de TQS, suivant son approche sans nouvelles ou nouvellistes.

      Vrai, TQS pourrait fort bien se réorienter autrement. Donner plutôt dans le Divertissement d’Excellence, par exemple. Or, là même, il semble que ça va plutôt se médiocriser encore davantage, si l’on en juge par la chute libre qu’a prise Flash (émission de semi-divertissement), dès sa «prise en charge» erratique par la nouvelle administration.

      Le « problème », donc, n’était pas, n’est pas et ne sera point non plus que, les nouvelles étant moins payantes que les singes, il s’impos[er]ait alors de les éliminer. À ce compte-là, ne devrait-on pas ‘éliminer’ les enfants ou la plupart des «p’tits vieux» – loin d’être «payants», eux de même ?

      L’information, comme l’éducation, c’est à moyen et long terme que c’est «rentable». Quoique ce puisse aussi l’être immédiatement. Comme ça l’est à LCN ou comme ça L’ÉTAIT à TQSSherbrooke, par exemple.

      Enfin, bien d’accord avec tous ceux répétant qu’il y en aurait trop de – répétitions – de nouvelles, toujours mêmes, d’une station à l’autre. Ce n’est pas cela qui était en jeu ici. C’était, plutôt, la variété de SOURCES – (indépendantes les unes des autres) – de nouvelles. En télé québécoise francophone, on n’en avait que trois (R.-C./RDI, TVA/LCN et TQS). Là, maintenant, on n’en aura plus que deux.

      ‘PIS’ ? ! : « Qu’est-ce que “ça fait” ?… »
      Demandez à Richard Therrien ou à Patrick Lagacé. Qui, les derniers, auraient [re]suggéré qu’il arrive que de l’info ne ’sorte’ pas, ’sorte’ «mal» (tout croche) ou encore qu’il puisse y avoir de la ‘mauvaise’ information ou de la ‘bonne’ mésinformation ou désinformation émanant de groupes de presse. VOILÀ pourquoi il fait bon en avoir plus d’un ou deux. Pour se prémunir contre ‘ça’. (À Montréal même, ce n’est guère un problème, considérant la multitude de médias de tout poil y ’sévissant’ ; mais ailleurs, où Internet même est plus difficile d’accès, c’est une tout autre histoire).

    • philwell

      Comme vous dites, nous sommes SUMMERGÉS de nouvelles qui se répètent CONTINUELLEMENT à la radio, à la TV et sur le NET ou vous allez lire les nouvelles au moment ou celà vous plaît.

      TQS devrait devenir une chaîne de VARIÉTÉS : films/primeurs, concerts,spectacles, jeux, etc.

    • Il n’y a pas de raisons d’être surpris. Les audiences du CRTC, c’était une masquarade pour se donner bonne conscience, les Rémillards achetait ou TQS fermait. Pensez-vous deux secondes que le gouvernement fédéral aurait voulu porter l’odieux de fermer la troisième télé généraliste du Québec.

      Le CRTC devrait se concentrer à voir à ce qu’il y ait une saine compétition dans le milieu de la téléphonie cellulaire s’il veut justifier son existence. On a les tarfis les plus élevés au monde. Ce qu’on est à même de constater en prenant connaissance des tarifs qu’offrira Rogers pour le iPhone de Apple. Une honte. Joignez-vous aux plus de 1&000 canadiens qui ont signé la pétition (depuis vendredi) demandant à Rogers de revoir ses tarifs:

      http://www.ruinediphone.com/

      Quant aux nouvelles, c’est une farce, les bulletins de nouvelles, comme le soulignait, avec à propos un commentateur précédent. Les nouvelles internationales occupent environ 30 secondes sur une heure, épouvantable. Le reste, des faits divers, des potins, des “chroniques” culturelles, de la petite politique de village…

    • 17000 canadiens, pardon.

    • « Votre opinion compte » (proclame le CRTC sur son site) ? Foutaise, le pognon seul compte (à cette ‘adresse’). On est venu faire un beau gros show, pour la galerie ; faire accroire qu’on ne se laisserait pas faire ou avoir. Vile comédie grotesque. Basse duperie du plus mauvais goût. Où l’on aura impudemment fait perdre le temps du ‘monde’. La prochaine fois, rendez-la donc tout de go, sans simagrées de pseudo-’audiences’, votre décision toute patentée, préfabriquée et à des milliers de lieues du véritable courage ou, pis, des plus élémentaires cohérence-honnêteté et respect des gens.

    • pauvre rémillard? beaucoup crois qu’ils ne savent se qu’ils font? erreur? ils le savent très bien, et lors de l’achat de la dite station’ il avaient offert de sauver le plus d’emplois possible(de sauver les meubles comme ont dit en jargons québecois),pour ce qui est des salaires dûs? çelà faisait partie de la game? c,est quand même pas de leurs faute si T.Q.S à déclarer faillite? et le gentil syndicat eux qu’ont t’il fait pour sauver les emplois??rien comme dans la plupart des compagnies qui ferment?6 et pourtant, ils ont les reins plus que solides,non? pourqu’oi n’ont-il pas offert leurs services? où de délier leurs bourses? où carrément d,acheter T.Q.S en partenariat avec les employés et le gouvernement? pourquoi essuirait-ils des blâmes non mérités? si moi j’avais à acheter une compagnie en faillite,c,est normal que j’acheterais la compagnie à cause de son prix misérable? pourquoi ne pas leurs donnés le temps de remonter la pente qui est déjà comme çelà assez abrupte!1et une fois les nuage passé, et les profits engranger, redistribuer les salaires perdues? de toute façon dans les lois du travail, dans les normes du travail et dans la loi sur les syndicat,il est pourtant énonçé très clairement;« que la cie, le syndicat et les employées se doivent réciproquement des intérêtes économiques?», et pourtant,jamais en 40ans les syndicats n’ont osés décriés cet éata de fait? ce qui fait que depuis belle lurette, les travailleurs ont droit à ders compensations pour bénéfices accrus à des montant forfaitaire de plusieurs millions de dollars et jamais personne n’en profita? à moins que se ne soit la raison pour la quellle il sont tous devenus multi-milliardaire??(les syndics)
      et vive la démo(crasse)cie général mon général?

      Ochlocrate

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2008
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité