Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 23 juin 2008 | Mise en ligne à 13h41 | Commenter Commentaires (2)

    La (dangereuse) curiosité de Big Brother

    L’État a-t-il le droit de fouiller dans la vie privée des gens? La réponse peut paraître évidente. Mais si c’est pour lui permettre d’économiser de l’argent sur les salaires versés aux juges fédéraux, est-ce pour autant une bonne raison? Et, surtout, est-ce légal?

    Bien entendu, les quelque 2000 juges concernés répondent non. Aussi sont-ils sidérés que le gouvernement Harper a donné le mandat à Revenu Canada de scruter le passé fiscal de près de 500 d’entre eux. Big Brother pense que les données recueillis lui permettront de contrecarrer les arguments des magistrats à l’effet qu’ils ne sont pas assez bien rémunérés (voir reportage ici) et qu’ils gagneraient plus d’argent s’ils étaient restés avocats dans le privé.

    En droit, il est légitime de vérifier les prétentions de ses adversaires. En autant que les façons de le faire demeurent légales. Dans le cas présent, Revenu Canada assure que les données communiquées aux avocats du fédéral ne permettent pas d’identifier un ou des juges. C’est probablement vrai. Ceci dit, le Ministère ne peut le garantir.

    Des dangers subsistent. Puisque les données existent, on peut conclure que des documents ayant servis à leur analyse existent également. Or ces documents incluent les noms de juges. Vous me voyez venir, n’est-ce pas? Donc pourquoi Big Brother se contenterait-il de données sans visage alors que des documents plus complets existent? L’occasion fait le larron, dit l’adage. Là réside le danger.

    Le recoupage d’information entre ministère est une réalité. Les autorités l’utilisent pour combattre la fraude, le crime et le terrorisme. Toutefois, des balises sévères encadrent le processus.

    Mais dans le cadre d’une négociation contractuelle? Voilà qui est dangereux. Si tel est le cas, quelle sera la prochaine demande de Big Brother?

    Un juge — assez paradoxale, n’est-ce pas? — pourrait devoir trancher cette question.


    • C’est normal que le gouvernement veuille vérifier la véracité des prétentions des juges. S’ils avaient eu du jugement, ils n’auraient pas ouvert la porte.
      Il me semble que si un juge pense pouvoir gagner plus d’argent comme avocat, qu’il retourne à la pratique du droit. S’il ne le fait pas, c’est qu’il sait que pour y arriver il devra travailler 10 fois plus dur.
      Pour ce qui est de leur salaire, ce n’est pas compliqué, 2% par année comme tout le monde.

    • L’État a-t-il le droit de fouiller dans la vie privée des gens? Bien sur que oui,non seulement il le fait mais c’est aussi son devoir de le faire.Et je l’ encourage fortement dans ce domaine.Il faut absolument que les juges ne soient pas les seuls au pays en droit de recevoir des privileges.Comme simples citoyens ,tous nos gains ainsi que l’interet rapportee sur nos economies ainsi que tous nos placements financiers sont analises et scruter a la loupe afin d’en deceler la moindre accro,je m’attend a ce qu’il en soit ainsi pour tous et chacun de nous.Point a la ligne.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité