Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 30 avril 2008 | Mise en ligne à 11h46 | Commenter Commentaires (2)

    La psychose des algues bleues

    photo-algues-bleues.jpg

    photo  Alain Dion, La Voix de l’Est 

    Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs aura la gâchette moins rapide lorsque ses inspecteurs apercevront des algues bleues dans nos cours d’eau. Avant de lancer une mise en garde concernant la pratique de sports nautiques (natation, ski, canot, kayak, etc.), ils effectueront d’abord des tests pour savoir si l’eau contient des toxines. Le gros bon sens, vous vous dites sûrement. Nous aussi!

    Cette nouvelle façon de faire rassurera les usagers de nos cours d’eau. Il doit être assez frustrant merci de se voir interdire l’accès à une plage pour la seule raison que des fleurs d’eau y ont été observées. Si les autorités doivent faire preuve de prudence, et on les en remercie, elles doivent par ailleurs être certaines de leur coup avant de lancer une mise en garde ou de littéralement fermer un lac. Cela veut dire pousser leur inspection plus loin.

    La présence de cyanobactéries n’est pas automatiquement synonyme de danger. Il en existe des centaines de types, dont la moitié ne libère aucune toxine nuisible à la santé humaine. D’où la pertinence d’obtenir plus de données, et ce rapidement, avant de prendre une décision qui nuira à la réputation d’un lac ainsi qu’à l’image d’une région.

    L’éclosion d’algues a sérieusement ébranlé l’industrie touristique des Cantons-de-l’Est ces dernières années. Les propriétaires de campings, de plages, ceux qui louent des embarcations, des chalets, tous ont subi des pertes importantes. Aucun de nos lacs n’a été épargné: Waterloo, Brome, Bromont, Gale, Roxton, Davignon, Selby, le réservoir Choinière, tous ont fait l’objet de mises en garde ou de restrictions d’usages.

    On ne veut pas partir de chicane, mais il est difficile de ne pas noter que les autorités gouvernementales semblent stigmatiser les Cantons-de-l’Est. Jusqu’à l’an dernier, les algues bleues n’étaient un fléau que dans notre région. Excès de zèle des fonctionnaires du MDDEP en poste chez nous ou manque d’intérêt de leurs collègues ailleurs au Québec pour les détecter? Parions sur la deuxième explication.

    Frustrées de la mauvaise presse reçue, les politiques de la région ont fait pression pour que les mêmes normes et surtout les mêmes efforts soient déployés partout au Québec pour détecter les cyanobactéries. Leur message a passé: l’an dernier, plus de 200 lacs à travers la province ont fait l’objet d’une mise en garde ou d’une interdiction d’y pratiquer une activité nautique.

    Cela accompli, il reste maintenant au MDDEP à se doter d’un véritable plan d’attaque contre les cyanobactéries. Le nombre de tests d’eau doit être accru (leurs résultats connus à l’intérieur de 48 heures), le phosphore doit être banni de tous les produits domestiques, les agriculteurs doivent respecter les bandes riveraines. Bien entendu, l’argent devra être au rendez-vous pour réaliser tout ça!

    Et au lieu de demander aux organismes de bassins versants, à deux semaines d’avis, d’organiser la distribution de dizaines de milliers d’arbres — une désolante opération de relations publiques le printemps dernier qui visait à masquer son incurie —, Québec devrait leur garantir un financement raisonnable et récurrent.


    • Les algues bleues sont nocives, mortelles, et il faut tout faire pour s,en débarrasser, dans notre place de villégiature,les résidents et plaisanciers n’ont plus le droit de tondre le, gazon, de couper les arbres, de faire de quais en béton, des empierrements, il leur faut aussi nettoyer et remplacer au besoin leur fosse septique, vérifier leur puits,et aussi, ne pas épandre des pesticides sur les terrains jouxtant la rivière,,cela demande un peu plus de soin et d’entretien mais ce qui compte c’est l’environnement, et avec l’Augmentation des motos-marines, des bateaux avec des moteurs à essence polluants, de autres bidules-sportifs qui répandent de l’essence,il faut aussi faire plus attention ,,,notre avenir est aujourd’hui,il faut s’en occuper,,,juste à voir les éboulements qui se passent un peu partout, il faut tenir compte du déboisement et des coupes à blancs détruisent la nature,,tout le monde à une responsabilité sociale et cela commence dans notre cour et sur notre perron, ..

    • Un virus du nil avec ça? Un bug de l’an 2000?
      Les algues bleues, wow, c’est épeurant! Autant qu’une marchette de bébé, je vais me cacher en dessous de mon lit!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité