Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 29 février 2008 | Mise en ligne à 13h30 | Commenter Commentaires (7)

    Jouer avec le système

    Il s’en trouve toujours pour tenter de déjouer le système pour empocher. C’est comme ça. Les derniers en lice: les garderies familiales privées qui touchent des subventions. Pas toutes, remarquez bien. Une petite poignée. Une petite poignée qui risque quand même d’affaiblir tout le système.

    L’enjeu est (encore et toujours) monétaire. Ces garderies veulent facturer aux parents plus que le 7 $ par jour par enfant. Elles tiennent à ajouter des frais pour tenir compte des services qu’elles offrent en plus. Ces services de plus sont en fait des heures d’ouverture prolongées pour «accommoder» les parents.

    Selon l’entente avec le gouvernement, les garderies subventionnées doivent offrir une plage de service de 10 heures. Autrement dit, être ouvertes 10 heures consécutives. Comme ça, on laisse le temps aux parents d’amener leur marmaille, de se rendre au travail, de bosser 7 heures, de reprendre le volant pour aller chercher la progéniture. Tout ça en 10 heures. Suffisamment de temps donc, pourrait-on conclure!

    Et bien non. Parce que les propriétaires «dissidents» ont trouvé une astuce: ils ouvrent leur garderie à 6h. Faites le calcul. Ça veut donc dire qu’ils ferment à 16h. Comme on n’a pas encore trouver le moyen d’inventer du temps, on se retrouve avec un gros problème sur les bras. Connaissez-vous beaucoup de gens qui terminent de travailler à 15h ou à 15h30? De là est né ce mouvement, petit rappelons-le mais qui pourrait prendre de l’ampleur, exigeant d’être dédommagé pour tenir compte des parents qui se pointent à 16h30, 17h ou 17h30 pour récupérer leurs enfants. Une belle occasion d’affaires, se sont sûrement dit ces petits «entrepreneurs».

    Leur stratégie frise la mauvaise foi. De un parce que les parents concernés sont pris en otage. Pensez-vous vraiment qu’ils peuvent s’opposer à cette demande quand on connaît l’ampleur de la pénurie de places à 7 $? Ils acceptent en silence, sachant que la garderie peut mettre fin au contrat en tout temps presqu’à sa guise. De deux parce que ces garderies ont eu l’immense chance d’être sélectionnées pour offrir des places subventionnées. Si les exigences étaient claires pour être acceptées, les conditions l’étaient également. Dont celle de ne charger que 7 $ par jour.

    Soyons franc: les garderies privées subventionnées n’ont de privé que leur nom. Elles ne sont pas des PME au sens propre du terme. Dans les faits, elles offrent des services aux parents au nom de l’État. En contrepartie, elles obtiennent des subventions selon le nombre d’enfants qu’elles accueillent.

    Le système ne leur plait pas? Libres à elles de cesser d’encaisser les chèques du ministère de la Famille (33 $  par jour par enfant) et de quitter pour véritablement passer dans le secteur privé. Comme ça elles pourront facturer ce qu’elles veulent à leurs clients. Et l’État n’aura rien à redire.


    • Les CPE abusent du système. Ils sont subventionnés à plein nez et veulent encore plus d’argent. SÛREMENT POUR PAYER LES DIRECTRICES DE CPE QUI GAGNENT 100,000$ PAR ANNÉE. C’est ridicule. Faut tout cesser cela et repenser ce système tout croche. bye

    • Pour régler TOUS ces problèmes, pourquoi pas donner $100.00/semaine/enfant.
      Les pauvres mères mono-parentale qui travaillent à l’extérieur du domicile ont des vies de “chien” surtout celles qui ont plus de deux enfants.
      Il y a les couples qui travaillent tous deux à l’extérieur et dont l’homme n’aide pas sa conjointe à la maison; il en a beaucoup encore aujourd’hui.
      Les mères ( ou le père ) qui choisiraient de demeurer à la maison pour l’éducation de ses enfants, les comportements des jeunes seraient améliorés de beaucoup.
      Les enfants seraient PLUS heureux.

    • C’est pas avec $100.00 par semaine qu’une mère monoparentale se sortira du trouble. Cette utopie de $100/semaine le boy-scout-dumont et son parti sans programme n’ont jamais annoncé comment ils financeront ce 900 millions. C’est pas des pinottes. On peut pas demander des baisses d’impôts d’une main et donner pour 900 millions de chèques de l’autre. Ça s’appelle avoir le beurre et l’argent du beurre.

      Pour les garderies qui chargent en plus, je pense qu’on devrait les laisser faire mais de couper entièrement leurs subventions. Si les parents de ces garderies huppées peuvent payer des extras, c’est qu’ils peuvent payer pour la garderie. Ça libèrerait de l’argent pour créer d’autres garderies afin d’aider des parents qui eux n’ont pas les moyens de payer.

    • Je pense que vous démontrez une certaine dose de mauvaise foi. Prenons le cas d’une personne qui travaille 8h/jour, ce qui n’est pas si rare. Ajoutons une heure pour dîner, il ne lui reste que 30 minutes le matin et 30 minutes le soir pour se rendre à la garderie. On se rencontre déjà que le gouvernement génère un stress inutile chez les parents. En effet, dans la région de Montréal, des trajets de une heure pour se rendre au boulot ne sont pas rares. Comment un parent peut-il amener son enfant à la garderie à 7 hre, faire un trajet d’une heure, passer 9 heures en milieu de travail et être de retour à la garderie à 17 heure? C’est ce genre de problème que les CPE délinquants essaient de régler mais comme d’habitude les fonctionnaires vont tout faire sauf apporter des solutions. Si les utilisateurs sont prêts à payer pour plus de services, ou est le problème?

    • GILLES_LAPLANTE

      Tout à fait D’ACCORD avec VOUS.

    • Les gens doivent faire la différence entre CPE et Garderie Privé ici ont parle de privé et non de CPE. Pour donner une opinion vaudrait mieux avant comprendre le systè un peu mieux et effectivement il est abérant que des garderie privé facture ainsi des parents et ne donne pas des heures de service raisonnable.La ministre serait beaucoup mieux de financer les CPE qui pour en grande parti répondre tres bien a nos besoin comme parents pour ouvrir de nouvelles places en installation ce qui est manquant et est un besoin. Et non je ne veut pas du 100.00$ par semaine car personne ne voudra s’occupper de mes enfants pour ce prix et il n’y aura plus de service de qualité car rien ne sera reglementer et le travail au noir recommencera.

    • Je trouve que de mettre tout les CPE dans le même bateau est un peu fort. Nous parlons surtout des garderies privés à but lucratif et des responsable d’un service de garde en milieu familial. Une installation gérée par un C.A. d’un CPE est vraiment centrée sur le besoin des enfants et des parents. Les bureau coordonnateurs des services de garde en milieu familial ont très peu de pouvoir si c’est n’est que de s’assurer de la sécurité et du bien être des enfants.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité