Le Grand Parleur

Archive du 20 décembre 2007

Jeudi 20 décembre 2007 | Mise en ligne à 16h59 | Commenter Commentaires (12)

Criminel à 0,05 milligrammes?

0,05 ou 0,08 milligrammes? Quelle quantité d’alcool dans le sang devrions-nous tolérer pour les gens qui prennent le volant? Une majorité de nos députés de l’Assemblée nationale, tout le groupe de l’opposition (adéquistes et péquistes) en fait, a décidé hier que le plafond de 0,08 milligrammes par 100 millilitres de sang était raisonnable.

J’avoue que la pertinence du débat m’échappe. Pas que l’alcool au volant ne soit pas un réel problème de société. Non, loin de là. Mais peut-on réellement améliorer notre bilan routier lié aux accidents impliquant des conducteurs ivres en abaissant le taux d’alcoolémie permis?

Des études prouvent que les capacités des conducteurs diminuent lorsque leur taux d’alcool dans le sang passe de 0,05 et 0,08 milligrammes par 100 millilitres de sang. Fort bien. Mais assez pour qu’ils deviennent des dangers sur la voie publique? C’est la prétention de la ministre libéral des Transports, Julie Boulet. D’où son projet de loi prévoyant des sanctions aux gens pris avec un taux d’alcoolémie de 0,05 milligrammes: suspension du permis de conduire pendant 24 heures et amende. Une majorité de députés ne l’a pas suivie dans cette direction.

Un plafond de 0,05 milligrammes doublerait, triplerait même le nombre de gens arrêtés chaque année pour conduite avec facultés affaiblies — en plus de risquer d’inonder les cours de causes de contestation. Une petite bière sur l’heure du midi au resto avec les collègues pourrait être suffisant pour faire de vous un criminel. On cible manifestement les mauvaises personnes.

Le vrai criminel, c’est l’individu habitué à prendre des verres de trop avant de sortir son trousseau de clés et de démarrer son automobile. C’est lui qu’il faut empêcher de prendre le volant. Abaisser le taux d’alcoolémie ne l’amènera nullement à réfléchir davantage avant de commettre ce qui pourrait être l’irréparable; il a déjà dépassé le taux d’alcoolémie limite de 0,08.

Pour décourager ces dangers ambulants de s’asseoir derrière le volant, des mesures dissuasives existent. Par exemple, le recours plus fréquents par les policiers à des barrages routiers, et pas seulement lors du temps des Fêtes. Des amendes et des sanctions plus salées. Et pour les têtes dures, ceux qui après deux, trois et même quatre condamnations n’ont pas changé leurs habitudes de consommation, les grands moyens: saisie de leur véhicule et perte du droit de conduire à vie.

De grâce, laissez Monsieur et Madame Tout le monde avoir du bon temps avec leurs amis autour d’un verre. Regardez autour de vous: les campagnes de sensibilisation sur l’alcool au volant des deux dernières décennies ont porté leurs fruits; les gens sont beaucoup plus raisonnables. On est loin de comportements criminels.

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2008
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    2526272829  
  • Archives

  • publicité