Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 28 septembre 2007 | Mise en ligne à 11h36 | Commenter Commentaires (3)

    Quand les hyènes rôdent

    On se demande bien comment Stéphane Dion pourra sauver sa peau. Rarement a-t-on vu autant de tuiles tomber sur la tête d’un chef de parti en si peu de temps. Et rien n’annonce la fin des intempéries. On plaint le pauvre chef du Parti libéral du Canada.

    Les libéraux préparent les élections. Pas les prochaines que le premier ministre conservateur Stephen Harper pourrait déclencher cet automne (la fenêtre est en effet très belle, considérant les déboires de MM. Dion et Duceppe). Les organisateurs libéraux misent sur des élections ultérieures, sachant que leurs chances de reprendre les rênes du pouvoir à court terme sont nulles. Bel aveu de résignation.

    Remarquez que M. Dion ne l’a pas facile. En plus d’avoir le charisme d’une cannette de Coke, me fait remarquer une collègue, d’avoir à traîner la paternité de la loi sur la clarté référendaire, des hyènes rôdent dans l’environnement de l’ancien professeur de sciences politiques. Ils ont pour nom Bob Rae, Michael Ignatieff, Gerald Kennedy. Tous des candidats défaits lors de la course à la chefferie qu’a remportée l’an dernier M. Dion.

    D’autres prédateurs politiques, qui aspirent un jour à diriger le parti, profilent dans les rangs libéraux pour déstabiliser le chef, dont Denis Coderre, le député fédéral Guiness du nombre de chemises déchirées sur la place publique pour dénoncer une situation.

    Si ces ambitieux manigancent pour un changement de garde à la tête de leur formation, ils prient en même temps que M. Dion se rende jusqu’aux élections. Les libéraux pourront alors attribuer leur déconfiture au travail de leur chef. On les entendra affirmer que M. Dion n’a pas été en mesure de passer son message aux électeurs.

    Ça prend un coupable. Et il est déjà identifié.


    • Je pense que les libéraux ne devraient pas attendre les prochaines élections pour se débarasser de leur chef. Il serait préférable d’inciter le chef à partir au plus tôt et à organiser un congrès à la chefferie dès cet autome. Quant à M. Duceppe, il est grand temps qu’il prenne sa retraite avec une bonne pension du Canada pour un souverainiste en voie d’extinction.

    • C’est fini les libéraux. Trop vieux, trop pourris, trop corrompus. On veux les Conservateurs partout à la grandeur du 2ième plus grand pays au monde et on VA les avoir !

    • M. Dion est de plus en plus faible et isolé, il n’a pas l’appui de son parti et la population canadienne ne le voit pas comme premier ministre du Canada. Il est temps qu’il retourne à l’université comme enseignant, il y a bien des étudiants qui apprécieraient son enseignement à une époque ou les journalistes québécois détestent les libéraux au fédéral.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2012
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité