Le Grand Parleur

Le Grand Parleur - Auteur
  • Michel Laliberté

    Gamin, Michel Laliberté rêvait de devenir journaliste sportif. C'était avant le scandale Ben Johnson aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 27 septembre 2007 | Mise en ligne à 11h02 | Commenter Commentaires (3)

    L’hypocrisie des municipalités

    Québec va donner plus de moyens ($$$) aux municipalités pour s’assurer que les installations sanitaires (fosses septiques et champs d’épuration) sur leur territoire soient conformes. C’est l’un des gestes concrets pour s’attaquer aux algues bleues qui polluent nos plans d’eau.

    Tout comme le monde municipal, on applaudit la mesure. Toutefois, une chose agace. L’aide financière et technique promise par Québec va profiter à des municipalités qui pendant 25 ANS se sont traînées les pieds dans ce domaine. 25 ANS! Bien des maires et conseillers doivent rire dans leur barbe depuis mardi.

    La réglementation concernant la conformité des installations sanitaires est en vigueur depuis 1982. C’est le fameux Q2R8. Vrai que Québec a refilé la responsabilité de son application aux municipalités. Vrai qu’aucune aide financière n’accompagnait cette responsabilité. Mais ça n’excuse en rien le laxisme et, disons le carrément, l’irresponsabilité de centaines de municipalités qui, à ce jour, n’appliquent pas encore le règlement.

    Et voilà qu’elles s’alarment de la prolifération des algues bleues dans leurs lacs! De vraies hypocrites!

    Les municipalités ont la gâchette facile lorsqu’il est temps de dénoncer le gouvernement pour le «pelletage» de responsabilités dans leur cour. Cependant, dans ce dossier, elles ne possèdent aucun argument sérieux pour justifier leur inaction. 25 ANS, rappelons-le!

    Leur je m’en-foutisme entache le travail effectué par plusieurs municipalités et MRC pour protéger l’environnement. À ce titre, la MRC de la Haute-Yamaska, pour n’en citer qu’une, devrait servir de modèle pour l’ensemble du Québec. Sa détermination dans ce domaine nous permet de lui pardonner le fait qu’elle s’occupe du Q2R8 seulement depuis deux ans.

    • • •

    J’aimerais apporter une précision importante. Contrairement à ce que j’écrivais lundi (voir blogue: Prière d’arrêter), Mgr Jean-Roch Gaudin n’est pas l’évêque du diocèse de Chicoutimi. Il est plutôt prêtre à la paroisse du Sacré-Cœur.

    L’évêque du diocèse de Chicoutimi est Mgr André Rivest.

    Merci à Clarino de m’avoir ramené dans le droit chemin


    • Toute une hypocrisie alors que les municipalités auraient pu depuis si longtemps travailler fermement pour s’attaquer aux algues bleues tout comme ils l’ont fait auparavant pour le recyclage du papier, du verre et des contenants de plastique.

    • Ce sont les lois qui n’étaient pas précises à ce moment là.
      La règlementation s’appliquait aux nouvelles installations seulement.

    • Voilà un bon exemple de la limite des blogues. Les blogueurs qui ne connaissent pas les sujets dont ils parlent.
      Le fameux Q2R8 dont vous parlez est une belle invention des fonctionnaires à Québec qui ne se sont jamais demandé si la loi pouvait être appliquée partout avec un égal bonheur. Appliquer le Q2R8 dans certaines régions, comme l’ABitibi où le sol est argileux, coûterait une fortune et empêcherait la construction tout bonnement et simplement. Des lois murs à murs, ça s’applique souvent peu ou pas.
      Avant de vous en prendre aux municipalités, posez-vous donc la question à savoir quels sont les impacts de l’application de cette loi dans certains milieux qui ne ressemblent pas aux alentours du Parlement.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité