Le Grand Parleur

Lundi 4 août 2014 | Mise en ligne à 14h54 | Commenter Commentaires (2)

L’agonie de la presse écrite

Deadline est un photo-reportage du photographe Will Steacy sur l’agonie du vénérable Philadelphia Enquirer.

Image 6

À méditer.

Merci au collègue Maxime Massé de me l’avoir signalé.

Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 1 août 2014 | Mise en ligne à 16h49 | Commenter Commentaires (7)

Rock On populisme

Verra-t-on Justin Bieber bientôt à Granby?

Verra-t-on Justin Bieber bientôt à Granby?

Tant qu’à ajouter un autre festival de musique à Granby, comme le suggère la maire Pascal Bonin, pourquoi ne pas jouer à fond la carte du populisme et satisfaire les goûts des festivaliers de tout acabit?

Créons un Festival des montgolfières, un Festival des petits poissons des chenaux, un Festival western, un Festival parc et canin, un Festival des bernaches, un festival de la moto policière, organisons notre propre Red Bull Crash Ice et notre International des feux Loto-Québec et déménageons La Ronde au parc Daniel-Johnson. Nous aurions de tout pour tout le monde.

On divague, bien entendu. Un peu comme M. Bonin qui envisage sérieusement impliquer la Ville financièrement dans l’organisation d’un rendez-vous de musique destiné aux jeunes, dit-il, et où la musique anglophone trouverait sa place.

«Nommez-moi le dernier événement à gros déploiement où il y a eu un artiste de musique anglophone», a-t-il demandé à ma collègue Marie-Ève Lambert qui révélait la nouvelle hier.

Difficile, en effet. La raison est toutefois bien simple: c’est une question de marché et de popularité. Les artistes anglophones connus exigent de gros cachets. Les autres, eh bien justement ils ne sont pas encore assez connus pour susciter assez d’intérêt pour les mettre sous contrat… D’où le peu d’intérêt qui leur est manifesté et la rareté de leur passage dans la région.

Les gros noms anglophones coûtent chers, reconnaît M. Bonin. Mais, assure-t-il, leur venu peut se faire avec les budgets que la Ville investit en culture. «(…) il va peut-être falloir enlever des trucs», avertit-il, pour diversifier l’offre culturelle.

Le nouveau conseil municipal s’est campé dans une politique de chiche. Ça veut dire qu’un nouveau festival de musique ne pourra voir le jour qu’en déplaçant et en réduisant ici et là des subventions existantes accordées à d’autres événements culturels.

Voilà pourquoi on sent déjà les organisateurs du Festival international de la chanson de Granby commencer à frémir. Cette année, la Ville de Granby versera une subvention de 160 000 $ à l’organisme pour l’aider à organiser son 46e festival.

En ajoutant un festival de musique, ne menace-t-on pas le Festival de la chanson? Fort probablement. Une offre culturelle à la hausse n’influence pas les consommateurs à assister à davantage d’événements. La tarte des revenus générés par des spectacles n’augmente donc pas.

Posons la question différemment: une ville de la taille de Granby a-t-elle la masse pour accueillir deux festivals de musique?

La mission du Festival international de la chanson est de faire connaître les jeunes de la relève musicale francophone. Durant les 12 jours de l’événement, les finalistes montent sur scène pour se faire valoir. De nombreux artistes bien établis, plusieurs ayant déjà participé au festival de la chanson, offrent également des spectacles. Chansons françaises et jeunes artistes, tels sont les créneaux de ce festival. C’est ce qui fait la renommée culturelle de Granby à travers le Québec, et même à travers la Francophonie.

Mais on s’entend, le festival ne fait pas courir les foules. Lors de la finale, les quelque 800 places du Palace sont occupées. On ne peut parler de «gros déploiement». Peu importe, il s’agit de l’événement culturel phare de la Ville. Comme le Zoo de Granby est son attraction clé. Imaginerait-on la Ville subventionner la construction d’un parc d’attractions qui concurrencerait le jardin zoologique?

Le maire Bonin ne peut promettre tout à tout le monde tout le temps. Le populisme a ses limites. Il doit faire des choix. C’est l’essence même de la politique. Nul besoin d’être absolument populaire auprès des motocyclistes, des propriétaires de chiens et des amateurs de feux de camp pour bien faire son travail. Aux autres membres du conseil de le lui rappeler.

Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 31 juillet 2014 | Mise en ligne à 14h22 | Commenter Un commentaire

Déménager l’exposition VAG?

photo Maxime Sauvage

photo Maxime Sauvage

L’exposition des Voitures anciennes de Granby devrait-elle demeurer au parc Daniel-Johnson? De l’avis même de son organisateur, Denis Fausse, le parc est trop petit pour accueillir l’événement qui grossit d’année en année. Ce week-end, 27 000 personnes l’ont visité.

M. Fausse aime cependant l’endroit. Beaucoup. On le comprend: il s’étend sur la rive nord du lac Boivin et est à quelques minutes de marche du centre-ville. C’est ce qui fait de ce magnifique site l’endroit le plus populaire à Granby. Il y aurait lieu, cela dit, que l’exposition VAG soit relocalisée ailleurs en ville. Parce que les inconvénients subit par la population sont plus nombreux que les bénéfices qui émergent de l’événement.

Du jeudi au dimanche, l’exposition occupe tout le parc Daniel-Johnson. Des clôtures sont érigées le long de la rue Drummond bloquant tout accès. On ne critique pas ici les clôtures en tant que tel. Elles sont là pour protéger de précieuses et coûteuses pièces de collection. Mais elles empêchent les marcheurs d’aller s’y délier les jambes et aux cyclistes de poursuivre leur route sur la piste cyclable. Les modules de jeux pour enfants sont aussi inaccessibles tout comme les populaires jeux d’eau, les terrains de volley-ball de plage et les services de location de canot et de kayak. Tout ça en plein été, en pleines vacances de la construction.

Puis il y a les difficultés à circuler dans le secteur pendant ces quatre jours. Pénible pour les visiteurs, l’enfer pour les résidants. Toutes les rues sont bondées de véhicules stationnés et d’automobilistes qui cherchent une rare case libre. Quand autant de véhicules convergent vers le parc pendant quatre jours, ça provoque inévitablement des bouchons de circulation.

Autre irritant à signaler: l’utilisation d’une petite partie du Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin comme terrain de camping pour des exposants. Ça étonne de voir de grosses caravanes et motorisés dans un endroit dédié à la nature…

En examinant une carte de la Ville de Granby, difficile de trouver un autre site capable d’accueillir une exposition de cette envergure. Le parc Dubuc pourrait toutefois faire l’affaire. Il comporte de nombreux avantages: très grande superficie pour exposer les automobiles, site entièrement clôturé, très grand stationnement (celui de l’aréna Léonard-Grondin), artères plus fluides que la rue Drummond, proximité du centre-ville et de ses nombreux restaurants, pavillon avec des toilettes.

Le parc Dubuc n’est pas autant fréquenté que le parc Daniel-Johnson. Le «prêter» pendant quatre jours aux VAG causerait moins d’inconvénients aux citoyens de Granby que de continuer d’utiliser le site actuel. Les organisateurs de l’exposition des VAG perdraient peu au change.

Outre le parc Dubuc, l’exposition pourrait être organisée sur les terrains de l’Autodrome de Granby. Ou encore au Club de golf Granby-St-Paul. Leurs propriétaires seraient peut-être ouverts à louer leur site pour accueillir l’événement.

Que l’exposition des voitures anciennes de Granby génère des retombées économiques importantes ne fait aucun doute. Le conseil municipal ne peut en revanche perdre de vue que la première mission de la Ville est de donner des services à sa population. La priver du plus important parc de la Ville en plein été lui cause préjudice. Surtout que l’événement peut être tenu ailleurs sur son territoire.

Suivez-moi sur twitter: @Grand_parleur

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité