On tue la une

On tue la une - Auteur
  • Paule Vermot-Desroches

    Paule Vermot-Desroches couvre l’actualité de la Mauricie et du Centre-du-Québec depuis 2001 au Nouvelliste. Elle se passionne pour la nouvelle et souhaite connaître votre point de vue sur ce qui se passe chez nous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 5 avril 2012 | Mise en ligne à 13h54 | Commenter Commentaires (2)

    Salut Maurice!

    Maurice Richard quitte la mairie de Bécancour. Après 41 ans de vie politique, le maire de Bécancour a été nommé à la tête de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, en remplacement de Guy LeBlanc qui ne renouvelle pas son mandat.

    En discutant avec une personne très proche de la politique municipale de Bécancour ce matin, on me faisait cette réflexion: «Les souliers seront très grands à chausser». Impossible de le nier! Maurice Richard était de tous les dossiers sur la rive-sud du fleuve Saint-Laurent, il était un incontournable politique, économique et social.

    Ses positions sur la réfection de la centrale nucléaire ainsi que sur les gaz de schiste au cours des derniers mois n’ont évidemment pas fait l’unanimité, et on peut toujours discuter des positions adoptées par nos politiciens, les approuver, les contester, manifester… c’est ça la démocratie.

    Mais au-delà des dossiers controversés, Maurice Richard a toujours été un gentlemen. Parlez-en à n’importe quel journaliste, Maurice Richard était toujours disponible pour répondre aux questions des médias, en temps de tempête comme lors des beaux jours. Pour un élu, c’est louable. Pour la démocratie, c’est sain.

    Je profite de cette tribune pour lui souhaiter la meilleure des chances dans ses nouvelles fonctions.


    • Dans le cadre d’une conférence de presse tenue par de nombreux intervenants politiques et socio-économiques de la région pour appuyer le projet de réfection de Gentilly-2, la journaliste Maude Montembeault a posé une question qui a semblé déranger le décorum de cette assemblée partisane.

      La journaliste a tenté de savoir si la ministre Julie Boulet comptait appuyer le projet, même si celui-ci devait entraîner éventuellement des dépassements de coûts importants. Ce à quoi la ministre a répondu: «Écoutez, je ne suis pas innocente non plus».

      Le maire de Bécancour Maurice Richard a alors rétorqué: «La question était innocente». Puis, le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque s’est penché vers la ministre Boulet et a tenu des propos blessants concernant la journaliste qui ont été captés par les micros. Les propos étaient: «Elle, est stupide…moi je l’endure à tous les jours. Elle est-tu innocente, elle».

      Les propos ont été tenus dans le cadre d’une activité publique à laquelle les médias avaient été invités. La FPJQ-Mauricie considère, n’en déplaise aux élus qui tenaient cette conférence de presse, que la question avait toute sa raison d’être, spécialement dans le cadre d’une conférence de presse portant sur la réfection de la centrale nucléaire, un sujet d’intérêt hautement public. Force est de constater que cette question inquiète de nombreux citoyens, qui n’étaient visiblement pas invités lors de cette assemblée partisane.

      Par ailleurs, La FPJQ-Mauricie estime qu’il est indigne d’un élu comme le maire Yves Lévesque de tenir des propos aussi gratuits à l’endroit d’une journaliste à l’occasion d’une assemblée publique. Malheureusement, nous sommes forcés de constater que d’autres attaques personnelles se sont déjà produites à l’endroit de journalistes, attaques pour lesquelles nous avions préféré agir en privé afin de sensibiliser M. Lévesque à la réalité de notre travail.

      À notre avis, il s’agit clairement d’une tentative de nuire au travail des journalistes et de les empêcher de poser des questions légitimes, ce qui est intolérable dans une société où le travail des journalistes est essentiel à une bonne démocratie, à la liberté de presse et au droit du public à l’information.

      La FPJQ-Mauricie souhaite que le maire Yves Lévesque s’excuse auprès de la journaliste Maude Montembeault.

      La FPJQ-Mauricie regroupe près de 70 journalistes oeuvrant en Mauricie et au Centre-du-Québec. Elle est une branche régionale de la FPJQ, qui compte plus de 2000 membres au Québec et qui défend la liberté de presse et le droit du public à l’information. L’exécutif de la FPJQ-Mauricie compte des représentants du Nouvelliste, de TVA-CHEM, de Radio-Canada Mauricie, d’Info Astral Médias et de Cogeco.

    • @JFgauthier, vous avez totalement raison de souligner cet écart de conduite de la part de M. Richard. En même temps, je tiens à préciser que ce dernier s’était excusé de ses propos dès le lendemain de l’événement et s’était expliqué avec la FPJQ ainsi que la journaliste concernée.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  •  

    avril 2012
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité